KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Nouvelles formations
  • Upgrade Lesion Musculaire
  • Thérapie Manuelle Structurelle

ENTRAINEMENT EN ALTITUDE EN SPORTS COLLECTIFS



Malgré des années de recherches, actuellement, il n’existe pas de réels consensus permettant de savoir si l’entraînement en altitude (en hypoxie)  améliore les performances réalisées au niveau de la mer (en normoxie).
 
Il existe différents modèles avec différents paramètres d’entraînements dans la littérature scientifique, bien souvent décontextualisé des problématiques réelles auxquels sont confrontées les athlètes et les entraîneurs [1].
De nombreux chercheurs sont convaincus que l’entraînement en altitude peut conférer des petites (mais significatives) améliorations sur les performances au niveau de la mer [2-4]. Nul doute que cette question continuera d’être débattue pendant longtemps dans la mesure où de nombreux paramètres sont en prendre en compte dans la réalisation de l’entraînement. 
 
La majorité des études portant sur l’efficacité de ce type d’entraînement ont été réalisées en sports individuels, préférentiellement avec des athlètes de sports d’endurance [2-4]. Cela nous conduit à une autre question, peu traitée dans la littérature jusqu’à présent, à savoir dans quelle mesure l’entraînement en altitude peut avoir des effets bénéfiques sur les performances en sports d’équipe [5,6] ? 
 
Une autre considération importante est de savoir si tous les athlètes de sports d’équipe, ont réellement besoin de ce type d’entraînement pour améliorer leur condition physique et si les améliorations potentielles se traduisent par une meilleure performance dans le jeu en lui-même [7], les résultats en sports par équipe s’appuyant fortement sur la technique et la tactique de jeu (pouvant donc être moins dépendant de la condition physique).
 
Aughey RJ et al. en 2013 [8] se sont intéressés aux similitudes et aux différences entre les athlètes de sports individuels (en prenant l’exemple du cyclisme) et collectifs (exemple du football) : organisation de la saison, analyse énergétique des compétitions, des entraînements, adaptations physiologiques à l’effort afin d’évaluer les chances de réussite d’un entraînement en altitude pour ces athlètes.  
Les auteurs concluent que les athlètes des sports d’équipes faces aux problématiques logistiques et de temps lors de la saison sportive pourraient utiliser l’entraînement en altitude. 
Les avantages aérobies qu’ils pourraient obtenir seraient supérieurs à ceux des athlètes de sports d’endurance. L’effet de ces gains sur la performance reste largement inconnu et probablement dépendant du contexte et du joueur. 
 
Un entrainement en altitude peut améliorer des qualités spécifiques comme la performance au Yo-Yo test ( vidéo ci-dessous), pouvant impacter de manière positive la course à haute intensité et le jeu avec ballon. 
Ainsi en fonction des ressources et des objectifs, l’entraînement en altitude peut être considéré comme une proposition attrayante pour améliorer la performance physique des athlètes en sports collectifs et cela sans augmentation évidente de la charge d’entraînement. 
 
Le coût financier du voyage, son impact sur les entraînements techniques et les possibles effets secondaires au niveau respiratoire, sommeil et la diminution de performance au sprint en LHTH (« living high, training high »), doivent être pris en compte lors du choix de la période de la saison et des méthodes utilisées. 
 
Dans l’ensemble, il y a selon les auteurs, suffisamment de similitudes entre les athlètes des sports d’endurance et des sports collectifs, pour s’attendre à ce que l’entraînement en altitude améliore certaines capacités essentielles à la performance en sports collectifs.

 
Texte écrit par Erwann Le Corre


 
BIBLIOGRAPHIE
[1] Bishop D. An applied research model for the sport sciences. Sports Med 2008;38:253–63.
[2] Garvican L, Martin D, Quod M, et al. Time course of the hemoglobin mass response to natural altitude training in elite endurance cyclists. Scand J Med Sci Sports 2012;22:95–103.
[3] Gough CE, Saunders PU, Fowlie J, et al. Influence of altitude training modality on performance and total haemoglobin mass in elite swimmers. Eur J Appl Physiol 2012;112:3275–85.
[4] Pottgiesser T, Garvican LA, Martin DT, et al. Short-term hematological effects upon completion of a four-week simulated altitude camp. Int J Sports Physiol Perform 2012;7:79–83.
[5] Billaut F, Gore CJ, Aughey RJ. Enhancing team-sport athlete performance: is altitude training relevant? Sports Med 2012;42:751–67.
[6] McLean BD et al. Physiological and performance responses to a pre-season altitude training camp in elite team sport athletes. Int J Sports Physiol Perform 2013;8:391–9.
[7] Buchheit M, Simpson BM, Mendez-Villanueva A. Repeated high-speed activities during youth soccer games in relation to changes in maximal sprinting and aerobic speeds. Int J Sports Med 2013;34:40–8.
[8] Aughey RJ, et al. Yin and yang, or peas in a pod? Individual-sport versus team-sport athletes and altitude training. Br J Sports Med 2013;47:1150–1154. 
 

YOY YO test


L'entraînement en altitude, le secret des champions kenyans



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales