KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • KINESPORT
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Thérapie manuelle de l'épaule
  • Formation BODY-MECHANICS
  • Formation Ventouses

Epidémiologie des blessures et facteurs de risque dans le crossFit



Introduction



Le crossFit est un programme de force et de conditionnement physique basé sur des exercices fonctionnels variés à haute intensité. Il associe des exercices cardiovasculaires traditionnels, (comme la course à pied, le vélo et l'aviron) avec des éléments de l'haltérophilie olympique, de la force athlétique, et de la gymnastique. La popularité du CrossFit a considérablement augmenté depuis 2005 ainsi que son nombre de blessure d’où l’interrogation de la sécurité.

La fatigue associée à un exercice anaérobie à haute intensité peut entraîner une détérioration de la concentration et des compétences. La combinaison, l'ordre des exercices et l'accent mis sur la compétence technique ont contribué aux préoccupations concernant la sécurité de CrossFit. En conséquence, les journaux et les médias ont noté le risque potentiel de participation CrossFit (Cooperman, 2005; Diamond, 2015; Robertson, 2013). Malgré les problèmes de sécurité, il existe peu de preuves pour soutenir ou réfuter les réclamations liées à la sécurité pour les athlètes de Cross-Fit. Les recherches existantes sur l'épidémie de blessures de CrossFit utilisent des méthodes qui peuvent ne pas aboutir à des résultats représentatifs. Hak et al. (2013) ont utilisé des forums CrossFit en ligne pour recueillir des données sur l'épidémiologie des blessures en CrossFit à l'aide d'une enquête rétrospective, mais elles n'ont pas été en mesure de déterminer le nombre d'individus qui ont examiné le sondage et ont choisi de ne pas le prendre. Weisenthal et al. (2014) ont envoyé leur enquête épidémiologique sur les blessures rétrospectives à des clubs affiliés et l'ont rendu disponible sur le Web de CrossFit. Ils n'ont pas non plus été en mesure de déterminer combien d'individus ont vu le sondage. En outre, il existe une pénurie de recherche qui utilise des techniques statistiques avancées pour identifier les facteurs de risque pouvant entraîner des blessures chez les athlètes de CrossFit. Par conséquent, le but de cette recherche était d'examiner l'épidémiologie des blessures et les facteurs de risque dans CrossFit. Les résultats de cette recherche peuvent être utilisés pour déterminer la sécurité relative du sport et identifier les facteurs potentiels qui exposent les athlètes à un risque accru de blessure.
 

Méthodes



Sujets
4 structures affiliées au CrossFit (avec les mêmes installation) participent à cette étude soit 191 athlètes. Il n’y a pas de critère d’exclusion. Les facteurs d’inclusion sont simples : les athlètes doivent être membre et collecter les données du jour.

Instrumentation :
La proposition de cette étude est d’investiguer la localisation, la sévérité, le nombre de blessure et les potentiels facteurs de risque sur les 6 mois précédents. Un questionnaire développé est utilisé pour collecter les données issues de celui de Winwood et al. (2014). Le contenu est validé par des entraineurs certifiés en crossFit niveau 1, deux préparateurs physiques et par des exercices issus de pratique scientifique.  Le questionnaire est composé de 3 sections. La première section rapporte le nombre d’année de pratique, la fréquence par semaine et par jour, et si l’athlète réalise un échauffement et/ou une récupération. La seconde section est en relation avec l’histoire des blessures sur les 6 derniers mois. L’athlète doit la situer sur une figure anatomique, renseigner si la blessure est aiguë/chronique, et s’il doit adapter son plan d’entrainement. Pour finir, la 3ème section fait référence au contexte. C’est à dire le niveau de pratique avant le crossFit, les motivations, la pratique d’autre activité physique et la réalisation de compétition en crossFit. En plus, une prise biométrique et démographique vient compléter le questionnaire. Toutes les mesures sont issues d’auto-réponse et aucun diagnostic médical n’est réalisé.

Taux de blessures
Le taux de blessures est calculé par une estimation du nombre d’heures d’entrainement sur les 6 derniers mois. Le taux estimé sur la semaine est multiplié par 26 pour avoir le nombre d’heures sur les 6 derniers mois. Ce taux est ensuite converti en un ratio nombre de blessures / 1000 heures d’entrainement.
 

Résultats



Facteurs de risque
191 athlètes (94 hommes et 97 femmes) originaire du Sud de la Floride. Les résultats des caractéristiques des participants figurent ci-dessous (table 1). 

Le nombre d’athlète blessé est de 50 durant l’activité du CrossFit au cours des 6 derniers mois. La prévalence des blessures rapportée est de 2,3 blessures / 1000 heures de participation. Les facteurs de risque sont différents en fonction de si l’athlète est blessé ou non, comme le nombre d’année de pratique, les heures d’entrainement par semaine, le poids et la masse grasse. Ce qui ne diffère pas est : les jours d’entrainement semaine, le niveau en cross fit, le nombre de coach, l’âge, le nombre d’années d’activité physique. De plus, la prévalence des blessures homme/femme est identique.

Le tableau 2 (table 2) ci-dessous nous permet d’aller plus loin dans la compréhension des blessures.
Epidémiologie des blessures et facteurs de risque dans le crossFit

La participation à la compétition en crossFit est significativement associée à un risque de blessures, 40% contre 19,05% pour les non participants à la compétition. De plus, la participation à une activité physique supplémentaire est significativement source de blessures supplémentaire, avec 31,7% vs 15%. Le sexe, l’échauffement ou la récupération ne rapportent pas plus de blessures.

Le tableau 3 (ci-dessous) nous permet d’observer les facteurs de risque associés à d’autres paramètres. Le nombre d’années de pratique au CrossFit augmente les chances d'être blessé. Cependant, la participation aux compétitions CrossFit n'est pas statistiquement significative (p = 0.1041). Les chances d'être blessé pour les athlètes qui se sont engagés dans une activité physique en dehors de CrossFit étaient 2,3 fois. L’exposition sportive hebdomadaire supérieure et la taille de l’athlète augmente la probabilité de blessure.
Epidémiologie des blessures et facteurs de risque dans le crossFit

Epidémiologie

Sur les 50 sportifs ayant déclaré avoir subi des blessures au cours des six mois précédents, 12 ont signalé plus d'une blessure au cours de la période de surveillance. Les endroits les plus fréquemment blessés étaient l'épaule (14/62), le genou (10/62) et le bas du dos (8/62). Onze blessures sur 62 étaient pré-existantes (ou rechute) et 47/62 étaient des blessures primaires qui sont le résultat direct de la participation Cross-Fit. La plupart des blessures sont survenues de façon aiguë (34/62), alors qu'une plus faible proportion était chronique (22/62). 24% des athlètes ont indiqué que leur blessure n'a pas affecté leur entrainement tandis que 50% ont indiqué que leur blessure signalée les a amenés à changer le type d’exercice ou l’entrainement. Près de 20% des athlètes ont déclaré que la blessure avait causé l'arrêt de Cross-Fit et 20% des athlètes ont déclaré que la blessure a causé la cessation des exercices spécifiques. Plus de la moitié des athlètes ont déclaré que leurs blessures nécessitaient une consultation d'un professionnel de la santé. Cependant, certaines blessures ont été résolues en utilisant des soins auto-administrés. Trois blessures n'ont pas exigé de traitement ni de modification du programme de formation.
 

Discussion



L'incidence globale des blessures dans les athlètes CrossFit était de 2,3 / 1000 heures d’entrainement, soit 26% des athlètes signalant des blessures. Hak et al. (2013) ont distribué un sondage sur les forums CrossFit en ligne et ont signalé un taux de 3,1 blessures / 1000 heures de participation CrossFit. Weisenthal et al. (2014) ont mené un sondage sur internet sur l'épidémie de blessure de CrossFit et ont constaté que 19,4% (75/386) des athlètes ont signalé une blessure. Sprey et al. (2016) ont constaté que 31% des athlètes de CrossFit ont subi des blessures lors de la participation de CrossFit. En outre, dans une enquête portant sur des blessures d'épaule uniquement dans les athlètes de CrossFit, Summit et al. (2016) ont constaté que l'incidence d’une nouvelle était de 1,18 / 1000 heures d’entrainement soit plus du double de l'incidence que nous avons signalée. Cependant, Summit et al. (2016) ont ciblé spécifiquement les athlètes CrossFit avec une blessure à l'épaule.

L'incidence des blessures au CrossFit était semblable à l'incidence des blessures dans l'haltérophilie olympique et dans la force athlétique, ce qui suggère que les mouvements de ces sports sont susceptibles de contribuer à la majorité des blessures dans le CrossFit. Cette constatation est soutenue par Weisenthal et al. (2014) qui ont constaté que les mouvements de soulever et de levée représentaient 40% des blessures. Winwood et al (2014) suggèrent que c'est la nature des mouvements qui peuvent entraîner un taux de blessures plus élevé chez les athlètes. Dans l'ensemble, nous avons constaté que l'incidence des blessures chez les athlètes de CrossFit était semblable à celle des sports similaires.

Cette recherche comporte de nombreuses limites. Seuls quatre établissements ont permis l'utilisation du sondage auprès des clients, toutes les installations étaient exploitées par le même propriétaire. Ces résultats peuvent ne pas être généralisables à d'autres types d'installations, comme les installations individuelles ou les groupes d'installations appartenant à des investisseurs. Plus précisément, les résultats de l'étude peuvent être biaisés pour les établissements qui suivent les recommandations en prévention sur les pratiques de CrossFit. En outre, nous n'avons pas d’informations sur les sportifs qui n'étaient pas présents pour la collecte de données en raison d'une blessure ou qui ne participent plus au CrossFit en raison d'une blessure. Enfin, l'exposition a été estimée en utilisant les six mois précédents. Cette méthode peut avoir entraîné une estimation inexacte de l'exposition car trop court. Cependant, le taux d'incidence des blessures était similaire à celui des recherches antérieures et des sports annexes. Cela indique que nous avons probablement un biais similaire à de recherche précédente, malgré les efforts visant à obtenir moins de biais. Les recherches futures sur l'épidémiologie des blessures dans le CrossFit devraient se concentrer sur la validation et sur une population cible. De plus, pour éviter tous biais, les recherches futures sur l’épidémiologie de blessures en CrossFit devraient suivre les recommandations de Keogh et Winwood (2016). Pour réduire le risque de blessures dans le CrossFit, les futures études devraient identifier les exercices, les conditions ou les facteurs modifiables qui entraînent des blessures, en particulier sur l'épaule, les lombaires et le genou.
 

Conclusion



À l'heure actuelle, seuls 20% des adultes américains respectent les recommandations sur l'activité physique établies par le gouvernement américain liées à l’obésité (69% des adultes sont en surpoids ou obèses). Le gouvernement des États-U2nis recommande en prévention 75 minutes d'activité physique d'intensité vigoureuse et deux jours de renforcement musculaire à intensité modérée ou élevée deux jours par semaine. Le CrossFit est une solution pour répondre aux recommandations vigoureuses en matière d'activité physique et de musculation avec l'avantage supplémentaire de la cohésion, ce qui peut améliorer l'adhérence aux exercices. Bien que le taux de blessure dans le CrossFit soit semblable à celui d'autres formes d'exercice, certaines blessures ont nécessité un arrêt de l'activité physique ou de consulter un médecin. Les individus intéressés à poursuivre le CrossFit pour le fitness, la compétition ou les deux doivent peser les risques et les avantages de ce type d’activité.
     

Article original



Retrospective Injury Epidemiology and Risk Factors for Injury in CrossFit Alicia M. Montalvo, Hilary Shaefer, Belinda Rodriguez, Tan Li, Katrina Epnere and Gregory D. Myer Journal of Sports Science and Medicine (2017) 16, 53-59

Références
Baechle, T.R. and Earle, R.W. (2008) Essentials of Strength Training and Conditioning. 2nd Edition. Champaign, IL: Human Kinetics.
Brown, E.W. and Kimball, R.G. (1983) Medical history associated with adolescent powerlifting. Pediatrics 72, 636-644.
Buckley, W.E. (1982) Athletic Training: Five Year Overview of Sport Injuries: The NAIRS Model. Journal of Physical Education, Recreation & Dance 53, 36-40.
Burke, S.M., Carron, A.V. and Shapcott, K.M. (2008) Cohesion in exercise groups: an overview. International Review of Sport and Exercise Psychology 1, 107-123.
Calhoon, G. and Fry, A.C. (1999) Injury rates and profiles of elite competitive weightlifters. Journal of Athletic Training 34, 232.
Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Facts About Physical Activity. Available from URL: http://www.cdc.gov/physicalactivity/data/facts.htm.
Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Obesity and Overweight. Available from http://www.cdc.gov/nchs/fastats/obesity-overweight.htm.
Clarke, K. and Miller Jr, S.J. (1974) The national athletic Injury/Illness reporting system. In: Proceedings of the Second National Sports Safety Congress, ERIC, October 1974, Chicago, IL, USA. 41-45.
Cooperman, S. (2005) Getting fit, even if it kills you. In: New York Times. Available from URL: http://www.nytimes.com/ 2005/12/22/fashion/thursdaystyles/getting-fit-even-if-it-kills- you.html.
Diamond, D. (2015) Is CrossFit Safe? What '60 Minutes' Didn't Tell You. In: Forbes. Available from URL: http://www.forbes.com/sites/dandiamond/2015/05/11/is- crossfit-good-for-you-what-60-minutes-didnt- say/#4ac163e23845.
Hak, P.T., Hodzovic, E. and Hickey, B. (2013) The nature and prevalence of injury during CrossFit training. Journal of Strength & Conditioning Research, Epub ahead of print.
Haykowsky, M.J., Warburton, D.E. and Quinney, H.A. (1999) Pain and injury associated with powerlifting training in visually impaired athletes. Journal of Visual Impairment and Blindness 93, 236- 240.
Keogh, J., Hume, P.A. and Pearson, S. (2006) Retrospective Injury Epidemiology of One Hundred One Competetive Oceania Power Liferts: The Effetcs of Age, Body Mass, Competetive Standard, and Gender. Journal of Strength & Conditioning Research 20, 672-681.
Keogh, J.W. and Winwood, P.W. (2016) The Epidemiology of Injuries Across the Weight-Training Sports. Sports Medicine, Epub ahead of print.
Kolt, G.S. and Kirkby, R.J. (1999) Epidemiology of injury in elite and subelite female gymnasts: a comparison of retrospective and prospective findings. British Journal of Sports Medicine 33, 312-318.
Office of Disease Prevention and Health Promotion (ODPHP). 2008 Physical Activity Guidelines for Americans. Available from URL: http://health.gov/paguidelines/guidelines/summary.aspx.
Raske, Å. and Norlin, R. (2002) Injury incidence and prevalence among elite weight and power lifters. The American Journal of Sports Medicine 30, 248-256.
Robertson, E. (2013) CrossFit's Dirty Little Secret. The Huffington Post.
Siewe, J., Rudat, J., Röllinghoff, M., Schlegel, U., Eysel, P. and Michael, J.P. (2011) Injuries and overuse syndromes in powerlifting. International Journal of Sports Medicine 32, 703- 711.
Sprey, J.W., Ferreira, T., de Lima, M.V., Duarte, A., Jr., Jorge, P.B. and Santili, C. (2016) An Epidemiological Profile of CrossFit Athletes in Brazil. Orthopedic Journal of Sports Medicine 4, 2325967116663706.
Summitt, R.J., Cotton, R.A., Kays, A.C. and Slaven, E.J. (2016) Shoulder Injuries in Individuals Who Participate in CrossFit Training. Sports Health 8, 541-546.
Weisenthal, B.M., Beck, C.A., Maloney, M.D., DeHaven, K.E. and Giordano, B.D. (2014) Injury rate and patterns among CrossFit athletes. Orthopaedic Journal of Sports Medicine 2, 2325967114531177.
Whiteman-Sandland, J., Hawkins, J. and Clayton, D. (2016) The role of social capital and community belongingness for exercise adherence: An exploratory study of the CrossFit gym model. Journal of Health Psychology, Epub ahead of print.
Winwood, P.W., Hume, P.A., Cronin, J.B. and Keogh, J.W. (2014) Retrospective injury epidemiology of strongman athletes. The Journal of Strength & Conditioning Research 28, 28-42.
Winwood, P.W., Keogh, J.W. and Harris, N.K. (2011) The strength and conditioning practices of strongman competitors. The Journal of Strength & Conditioning Research 25, 3118-3128. 


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales