KINESPORT KINESPORT







​Architecture du biceps femoris et performance en sprint chez les jeunes footballeurs : une analyse transversale



Au cours des dernières décennies, le pourcentage de sprints et la durée des sprints dans un match ont augmenté de 35% dans le football adulte (Barnes et al., 2014). Le sprint représente 1 à 4 % de la distance totale parcourue (Barnes et al., 2014) et il représente l'action la plus fréquente précédant les situations de but (Faude et al., 2012).
En général, les performances physiques augmentent pendant la puberté chez les jeunes joueurs de football avec une amélioration des performances de sprint sur 5m, 10m et 20m (Gonaus et al., 2019, Perroni et al., 2018, Read et al., 2017).
Même si les muscles ischio-jambiers sont essentiels lors d'un sprint, la forte sollicitation à des vitesses de course élevées est l'une des principales causes de blessure de la longue portion du biceps femoris (Chumanov et al., 2012, Ekstrand et al., 2011).
Les dernières publications sur le sujet évoquent que l'architecture musculaire pourrait-être associée à la performance en sprint ainsi qu’au risque de  lésion musculaire. 
 
Ritsche et al. ont publié en juin 2020 l’étude : Architecture du biceps femoris et performance en sprint chez les jeunes footballeurs : une analyse transversale. François DUCOURANT vous propose sa synthèse traduction.
Les auteurs ont analysé les modifications de la section transversale (cross sectional area = CSA) de la longue portion du biceps femoris (BFlh), de la longueur des faisceaux (FL) et de l'angle de pennation (PA), en corrélant ces données avec les performances de sprint chez une population de jeunes footballeurs de 13 à 15 ans.
 
Méthodes :
 
Au total, l’étude regroupe 85 jeunes footballeurs, provenant de 3 clubs de haut niveau :
  • de moins de 13 ans (n=29, âge=12,5 ns (SD=0,1), taille=155,3 cm (6,2), poids=43,9 kg (7,6))
  • de moins de 14 ans (n=25, âge=13,5 ans (0. 3), taille=160,6 y (7,7), poids=47,0 kg (6,8))
  • moins de 15 ans (n=31, âge=14,4 y (0,3) , taille=170,0 cm (7,7), poids=58,1 kg (8,8) )
Critères d’inclusion : être âgé entre 12 et 15ans, ne pas avoir subi de blessures aux membres inférieurs pendant au moins 6 mois.

Critères d’exclusion : lésions neurales, musculaires, squelettiques, ou du tissu conjonctif au cours des 6 derniers mois.

Protocole d’étude :
Des ultrasons ont été utilisés pour mesurer le BFlh ACSA, FL et PA. Les jonctions proximales et distales des tendons des muscles et la région d'intérêt (50 % de la longueur du BFlh ± 5 cm) ont été déterminées et marquées sur la peau. L'orientation du transducteur a été adaptée lors du balayage pour assurer la visibilité des faisceaux de BFlh et de l'aponévrose (Franchi et al., 2020, 2018, Bolsterlee et al., 2016). Pour l'ACSA, des images EFOV transversales ont été prises à 50 % de la longueur du BFlh (Kositsky et al., 2020).
Des tests de sprint ont été effectués pour évaluer le temps de sprint sur 10 et 30 mètres, la vitesse maximale (vmax) et l'accélération maximale (amax). Ils ont été effectués séparément avec chaque équipe et chaque club. À la suite d'un programme d'échauffement, les joueurs ont effectué deux sprints linéaires de 40 m séparés par trois minutes de repos actif (Faude et al., 2010). Le test a été effectué à l'extérieur sur un terrain de football synthétique et les joueurs portaient leurs chaussures de football habituelles. Les temps intermédiaires de sprint de 10m et 30m et la vitesse maximale (vmax) ont été mesuré par les intervenants, tandis que l'accélération maximale (amax) a été calculée par le logiciel Imo-Client
Pour les statistiques, les auteurs ont utilisé les intervalles de Pearson r et 95% pour évaluer la relation entre la performance en sprint, le rapport de maturité, l'âge chronologique et les paramètres architecturaux.

​Architecture du biceps femoris et performance en sprint chez les jeunes footballeurs : une analyse transversale
Résultats :
 
Tous les paramètres architecturaux des muscles ont augmenté de la tranche d'âge des moins de 13 ans à celle des moins de 15 ans (BFlh ACSA : 37%, BFlh FL : 11%, BFlh PA : 8%). Tous les paramètres de performance en sprint se sont améliorés des catégories d'âge de moins de 13 ans à moins de 15 ans (30m temps : 7%, 10m temps : 4%, vmax : 9%, amax : 7%). Le BFlh ACSA a été corrélé avec le temps du sprint 30m (r = -0,61 (95% CI = -0,73, -0,45)) et vmax (r= 0,61 (0,45, 0,72)). 
Parallèlement à l'amélioration des performances en sprint, les paramètres architecturaux des muscles augmentent dans les groupes d'âge de moins de 13 ans à moins de 15 ans. Le BFlh ACSA semble être lié à la performance de sprint chez les jeunes joueurs de football. Le BFlh ACSA et l'âge chronologique sont les principaux prédicteurs de la plupart des paramètres du sprint.
 

Discussion :
 
Les résultats de cette étude démontrent une diminution du temps de 30m et 10m ainsi qu'une augmentation de la vmax et de l'amax avec l'âge. D'autres études ont également montré une augmentation des performances physiques avec l'âge (Gonaus et al., 2019, Perroni et al., 2018, Read et al., 2017, Amonette et al., 2014). La performance en sprint sur 30 m et la vmax ont augmenté de manière plus significative avant le pic de croissance (age of peak height velocity = APHV), tandis que la performance au sprint sur 10 m et l'amax semblent augmenter de manière plus prononcée après l'APHV.
Le volume des fléchisseurs du genou pourrait contribuer à l'accélération du sprint (Evangelidis et al., 2016, Morin et al., 2015). À cet égard, l'augmentation plus importante du BFlh ACSA et du BFlh FL après l'APHV pourrait expliquer le développement accru du 10m time et de l'amax après l'APHV. Toutefois, ces conclusions sont quelque peu contradictoires avec celles de Murtagh et al. (2018a), où les temps de sprint de 10m et 20m des jeunes footballeurs ont tous deux diminué de manière plus prononcée avant l'APHV.
En général, les paramètres de l'architecture musculaire tels que l'ACSA, le FL et l'AP augmentent pendant la croissance (Radnor et al., 2018, O'Brien et al., 2010). 
Les résultats de l’étude ici présentée montrent des corrélations plus importantes entre le stade de maturité et les paramètres architecturaux ainsi que les paramètres de sprint par rapport à l'âge. Comme l'indiquent les corrélations plus importantes, l'état de maturation est potentiellement plus influent sur l'architecture musculaire.
Radnor et ses collègues (2020) ont démontré que l'épaisseur des muscles (+30 %), le FL (+16 %) et le PA (+13 %) du muscle vastus lateralis augmentaient au moment de l'APHV chez les garçons actifs en âge scolaire. Au contraire, O'Brien et ses collègues (2010) ont constaté une augmentation de tous les muscles m. quadriceps femoris uniquement en FL et du volume chez les adultes par rapport aux enfants. Dans cette étude, le BFlh ASCA, FL et PA a augmenté dans la tranche d'âge des moins de 13 ans à celle des moins de 15 ans, mais pas de façon continue. Il a été constaté une forte variance des BFlh ACSA, FL et PA au sein des groupes d'âge. Cela pourrait s'expliquer par des différences de stade de croissance, ce qui serait conforme aux conclusions de Franchi et al. (2019).
Comme le BFlh ACSA et le FL ont augmenté plus significativement après le pic de croissance (APHV), le stade de croissance pourrait expliquer les différences architecturales observées et disparaître avec l'âge.
D'autre part, les valeurs plus élevées de BFlh PA et plus courtes de FL observées dans cette enquête pourraient tout aussi bien être considérées comme spécifiques au football.
Il a d’ailleurs été démontré que un BFlh FL plus long ainsi qu'une plus grande force de flexion excentrique du genou diminuent le risque de blessure aux ischio-jambiers (Bourne et al., 2018, Timmins et al., 2016).
Cependant, cette étude présente des limitations : l’architecture du BFlh n’a été évaluée qu’à un seul endroit de la cuisse. Étant donné que l'architecture diffère selon le muscle, les résultats pourraient être différents pour d'autres régions (Kositsky et al., 2020 ; Franchi et al., 2020 ; Kellis, 2018). En outre, il existe une incertitude quant à la méthode idéale pour évaluer l'AP, car les mesures de l'AP sur les images EFOV donnent des résultats différents par rapport aux images statiques de la même région (Franchi et al., 2020). Comme il s'agit d'une étude transversale, il était impossible de conclure sur la causalité des corrélations évaluées. Une étude longitudinale pourrait fournir un aperçu des adaptations à l'entraînement de sprint et d'athlétisme chez les jeunes footballeurs par rapport à la maturation. En outre, l'inclusion d'une tranche d'âge plus large dans l'étude aurait pu permettre de mieux comprendre le développement des joueurs.
 

Conclusion :
 
L'étude a montré que l'architecture BFlh est liée au temps de sprint de 30m et 10m, à la Vmax et Amax chez les jeunes footballeurs. Les différences entre les groupes d'âge pourraient être dues à l'entraînement ou au stade de croissance. Même si des corrélations ont été trouvées pour tous les paramètres architecturaux, l'ACSA BFlh était le plus significativement corrélé aux paramètres de sprint évalués. L'âge et le BFlh ACSA sont donc de bons prédicteurs de la capacité de sprint. Les adaptations suite aux entraînements incluant des sprints chez une population de jeunes footballeurs et l'étude d'autres muscles clés pour le sprint devraient être prises en compte dans les recherches futures.

Réference de l’etude :
 
Ritsche, P., Bernhard, T., Roth, R., Lichtenstein, E., Keller, M., Zingg, S., Franchi, M. and Faude, O., 2020. M. biceps femoris architecture and sprint ability in youth soccer players: a cross-sectional analysis. Doi : 10.31236/osf.io/gnxhd
 
 




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique