KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité



Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité
Introduction
Des études récentes  ont examiné les effets de la restriction du flux sanguin veineux (vBFR) par rapport à l'entraînement en résistance non-vBFR sur la force musculaire et l'hypertrophie. Par exemple, une semaine d'entraînement à la résistance en extension de jambe avec vBFR de faible intensité [20% de la répétition maximale (1RM)] a augmenté la surface de 1RM et la section transversale musculaire de 6,7 et 3,5%, (Fujita et al. 2008). L'entraînement en résistance de même intensité mais sans vBFR n'a cependant eu aucun effet sur le 1RM ni sur la section transversale du muscle (Fujita et al. 2008). Aussi, 8 semaines d’entraînement en résistance avec extension de jambe vBFR de faible intensité (20% de 1RM) ont augmenté la surface transversale du 1RM et du muscle de 40,1 et 6,3%, tandis que l’entraînement en résistance, de même intensité, mais sans vBFR seulement des augmentations plus faibles de 20,7% pour 1RM et aucun changement significatif de la surface transversale du muscle (Laurentino et al. 2012).
Des études précédentes (Karabulut et al. 2010; Takarada et al. 2000; Ellefsen et al. 2015) ont également démontré qu'un entraînement avec résistance vBFR de faible intensité (≤ 50% de 1RM) entraînait des augmentations comparables, de la force musculaire et de l'hypertrophie, à un entraînement de résistance non vBFR de haute intensité (≥ 50% de 1RM).
Yasuda et al. (2013) ont rapporté qu'un entraînement de résistance vBFR concentrique (Con-vBFR) de faible intensité (30% de 1RM) entraînait des augmentations plus importantes de la force musculaire (8,6% contre 3,8%) et de l'hypertrophie (11,7% contre 3,9%) que l'entraînement en résistance vBFR excentrique (Ecc-vBFR).
 
L'objectif de cette étude était d'examiner l'évolution dans le temps des modifications de la force musculaire, de l'hypertrophie et des adaptations neuromusculaires après 4 semaines de flexion unilatérale de l'avant bras. En comparant 2 modes d’entraînement en résistance, effectué à la même intensité relative : Ecc-vBFR de faible intensité par rapport à Con-vBFR de faible intensité.
Sur la base d'enquêtes antérieures (Roig et al. 2009; Loenneke et al. 2012b; Yasuda et al. 2013), nous avons émis l'hypothèse que l’entrainement Ecc-vBFR entraînerait des augmentations plus importantes de la force musculaire et de l'hypertrophie que l’entrainement Con-vBFR, mais aucun changement dans les réponses neuromusculaires pour l’un ou l’autre mode d’entraînement.

Méthodes
Trente-six femmes ont été assignées au hasard à l'un des trois groupes suivants: (1) Ecc-vBFR de faible intensité; (2) Con-vBFR de faible intensité; ou (3) un groupe témoin qui n'a reçu aucune intervention.
Le BFR veineux a été appliqué en utilisant une bande de résistance KAATSU et le vBFR a été déterminé pour chaque sujet comme représentant 40% de la pression minimale requise pour obstruer complètement l'artère brachiale, comme indiqué par échographie.
Les sujets assignés à Ecc-vBFR ont été entraînés à 30% du pic de force maximal excentrique et Con-vBFR ont été entraînés à 30% pic de la force maximale  concentrique. L’entrainement a été effectuée trois fois par semaine pendant 4 semaines. Il consistait en 75 actions musculaires isocinétiques excentriques (Ecc-vBFR) ou concentriques (Con-vBFR) des fléchisseurs de l’avant-bras effectuées sur quatre séries (1 × 30, 3 × 15), chaque série étant séparée par 30 s de repos.
L'intensité relative de l'entraînement, les répétitions, le repos entre les séries et la fréquence de l'entraînement correspondait aux enquêtes précédentes (Thie-baud et al. 2013; Loenneke et al. 2016; Counts et al. 2016a; Yasuda et al. 2013).
La restriction du flux sanguin veineux a été appliquée à l'aide d'un brassard de 30 mm de large (Maître KAATSU, Sato Sports Plaza, Tokyo, Japon) placé sur la partie la plus proximale du bras (Fig. 1). La pression du brassard a été initialement appliquée à 30 mmHg puis progressivement gonflée et dégonflée sur une période de 60 s jusqu'à ce que la pression cible soit atteinte.
Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité

Au cours des visites de test de base, 0, 2 et 4 semaines, les sujets ont effectué un échauffement consistant en 10 actions musculaires sous-maximales (environ 50% d'effort), concentriques et excentriques des fléchisseurs de l'avant-bras effectuées à 120 ° s.
Après l'échauffement, les sujets se reposent pendant cinq minutes puis effectuent deux actions musculaires excentriques, concentriques et isométriques maximales à 120 ° s afin de déterminer la force maximale excentrique, et concentrique et la contraction volontaire l'isométrique maximale (MVIC).
Les actions musculaires excentriques et concentriques ont été effectuées avec une amplitude de mouvement de 120 ° (flexion du coude entre 0 ° et 120 °, 0 ° correspondant à une extension complète du coude) et les actions musculaires du MVIC ont été réalisées à 45 ° maintenues pendant une période de 3s.

Résultats
Le tableau 1 présente la fiabilité des test-retest et les valeurs de différences minimum (MD) entre les mesures de base et à la semaine 0, pour toutes les variables.
Il n'y avait pas de différence moyenne entre les visites pour le test de base et les visites pour le test de la semaine 0 (p > 0,05) pour toutes les variables.
 
Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité

-La force
À la suite de Ecc-vBFR, la force a augmenté par rapport au départ et de la semaine 0 à 2 semaines (9,1 et 13,9%) et 4 semaines (29,4 et 35,0%), et a augmenté de 18,6% de 2 à 4 semaines. (Fig. 2, 3).
Pour Con-vBFR, la force a augmenté par rapport au début de la période ainsi que de la semaine 0 à 2 semaines (14,9 et 13,4%) et à 4 semaines (32,9 et 31,2%) et a augmenté de 15,7% de 2 à 4 semaines.
Il n'y a pas eu de changement de force dans le temps pour le groupe de contrôle.
Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité

-L’épaisseur du muscle
Des analyses de suivi ont montré que l'épaisseur du muscle avait augmenté par rapport au départ et de 0 semaine à 2 semaines (13,3 et 11,4%) et à 4 semaines (14,6 et 12,8%) à la suite de Ecc-vBFR, mais il n'y avait pas de différence entre 2 et 4 semaines. (Fig. 4a).
De même, l'épaisseur du muscle a augmenté par rapport aux valeurs initiales et de 0 semaine à 2 semaines (9,9 et 9,1%) et à 4 semaines (10,7 et 9,9%), mais il n'y a pas eu de différence entre 2 et 4 semaines (Figs. 4a, 5).
Aussi à 2 semaines d'entraînement, l'épaisseur de muscle Ecc-vBFR (2,41 cm) était supérieure à celle du groupe témoin (2,15 cm) et à 4 semaines d'épaisseur de muscle plus grande grâce à Ecc-vBFR (2,44 cm) ) et Con-vBFR (2,35 cm) par rapport au groupe témoin (2,15 cm).
Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité

-L'intensité de l'écho n'a pas été affectée par l'entraînement Ecc-vBFR ou Con-vBFR.
 
-Il n'y a pas eu de changement d'amplitude EMG (activation musculaire) à la suite de Ecc-vBFR ou de Con-vBFR (Fig. 6)
Adaptation précoce de la force musculaire et de l'hypertrophie à la suite d'un entraînement de résistance avec restriction du débit sanguin de faible intensité

-L'efficacité électrique s'est améliorée par rapport au départ et de 0 semaine à 2 semaines (20,6% et 15,0%) et améliorée par rapport au départ et de 0 semaine à 4 semaines (22,1% et 16,6%)
Le volume d'exercice par séance était plus important pendant Ecc-vBFR (777,2 ± 138,2 lb) par rapport à Con-vBFR (449,1 ± 83,3 lb)

Discussion
Il n'y a pas eu d'augmentation de force en fonction du mode (force max excentrique vs force max concentrique vs MVIC) à la suite de l'entraînement Ecc-vBFR ou Con-vBFR. Il y a eu des augmentations de la force maximale excentrique de 34,6% et 28,2%, de la force maximale concentrique de 26,0% et de 30,2% et de MVIC de 35,0% et de 37,6% à la suite de l’entrainement Ecc-vBFR et Con -vBFR (figures 2,et 33).).
Pour les deux modes d’entraînement, l’augmentation en excentrique, en concentrique et MVIC ont dépassé le MD pour être considéré comme «réel» (Weir 2005) après 4 semaines d’entraînement. Ainsi, contrairement à notre hypothèse, les augmentations de la force musculaire étaient similaires à la suite des interventions d’entraînement Ecc-vBFR et Con-vBFR
 
À la suite des formations Ecc-vBFR et Con-vBFR de la présente étude, l'épaisseur du muscle a augmenté, dépassant le MD à 2 semaines et a continué d'augmenter jusqu'à 4 semaines (Fig. 4 a). L'augmentation de l'épaisseur du muscle, toutefois, ne s'est pas accompagnée de changements dans l'intensité de l'écho, ce qui aurait pu être lié à un œdème (DeFreitas et al. 2011; Damas et al. 2016) (Fig. 4b).
Par conséquent, les augmentations d'épaisseur musculaire étaient probablement le résultat d'une hypertrophie musculaire et n'étaient pas attribuables à un œdème induit par l'exercice (DeFreitas et al. 2011 ; Damas et al. 2016).
Les présents résultats indiquent que l'entraînement vBFR de faible intensité a entraîné une augmentation précoce de la phase d'hypertrophie musculaire dans les deux semaines suivant l'entraînement.
 
Dans la présente étude, l'amplitude de l'EMG est restée inchangée entre le début de l'étude et 0, 2 et 4 semaines.
Il n’ya pas eu de «réels» changements dans l’efficacité électrique ayant été utilisés pour suivre les améliorations induites par l’entraînement de la production de force par unité d’activation musculaire (Nm / μVRMS) (Lenman, 1959; deVries, 1968).
Les résultats ont indiqué que les augmentations de la force musculaire induites par l'entraînement n'étaient pas associées à des changements neuronaux, tels qu'évalués par l'amplitude de l'EMG et l'efficacité électrique.
 
Les présents résultats concordent avec les enquêtes précédentes (Takarada et al. 2002, 2000; Fujita et al. 2008; Yasuda et al. 2011), qui ont également signalé une augmentation de la force musculaire due à un entraînement de vBFR de faible intensité, associées à une augmentation de la taille musculaire, mais non à des modifications neuronales.
 

Conclusion
Les entraînements de faible intensité Ecc-vBFR et Con-vBFR ont induit des augmentations comparables de la force et de la taille musculaires. L’augmentation de la force musculaire n’a toutefois pas été associée à des adaptations neuromusculaires.

Références
  1. Abe T, Kearns CF, Sato Y (2006) Muscle size and strength are increased following walk training with restricted venous blood flow from the leg muscle, Kaatsu-walk training. J Appl Physiol 100(5):1460–1466
 
  1. Barbero M, Merletti R, Rainoldi A (2012) Atlas of muscle innervation zones understanding surface electromyography and its applica-tions. Springer, New York
  2. Counts BR, Dankel SJ, Barnett BE, Kim D, Mouser JG, Allen KM, Thiebaud RS, Abe T, Bemben MG, Loenneke JP (2016a) Influ-ence of relative blood flow restriction pressure on muscle activa-tion and muscle adaptation. Muscle Nerve 53(3):438–445
  3. Counts BR, Rossow LM, Mattocks KT, Mouser JG, Jessee MB, Buck-ner SL, Dankel SJ, Loenneke JP (2016b) Let’s talk about sex: where are the young females in blood flow restriction research? Clin Physiol Funct Imaging 38(1):1–3
  4. Damas F, Phillips SM, Lixandrao ME, Vechin FC, Libardi CA, Roschel H, Tricoli V, Ugrinowitsch C (2016) Early resistance training-induced increases in muscle cross-sectional area are concomi-tant with edema-induced muscle swelling. Eur J Appl Physiol 116(1):49–56
  5. DeFreitas JM, Beck TW, Stock MS, Dillon MA, Kasishke PR II (2011) An examination of the time course of training-induced skeletal muscle hypertrophy. Eur J Appl Physiol 111(11):2785–2790
  6. deVries HA (1968) “Efficiency of electrical activity” as a physiologi-cal measure of the functional state of muscle tissue. Am J Phys Med 47(1):10–22
  7. Ellefsen S, Hammarström D, Strand TA, Zacharoff E, Whist JE, Rauk I, Nygaard H, Vegge G, Hanestadhaugen M, Wernbom M, Cum-ming KT, Rønning R, Raastad T, Rønnestad BR (2015) Blood flow-restricted strength training displays high functional and bio-logical efficacy in women: a within-subject comparison with high-load strength training. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol 309(7):R767–R779
  8. Fujita T, Brechue WF, Kurita K, Sato Y, Abe T (2008) Increased mus-cle volume and strength following six days of low-intensity resist-ance training with restricted muscle blood flow. Int J KAATSU Train Res 4(1):1–8
  9. Gil AL, Neto GR, Sousa MS, Dias I, Vianna J, Nunes RA, Novaes JS (2017) Effect of strength training with blood flow restriction on muscle power and submaximal strength in eumenorrheic women. Clin Physiol Funct Imaging 37(2):221–228
  10. Guilhem G, Cornu C, Guevel A (2010) Neuromuscular and muscle-tendon system adaptations to isotonic and isokinetic eccentric exercise. Ann Phys Rehabil Med 53(5):319–341
  11. Haussinger D (1996) The role of cellular hydration in the regulation of cell function. Biochem J 313(Pt 3):697–710
  12. Hoffmann EK, Lambert IH, Pedersen SF (2009) Physiology of cell volume regulation in vertebrates. Physiol Rev 89(1):193–277 Jenkins ND, Housh TJ, Buckner SL, Bergstrom HC, Cochrane KC, Hill
  13. EC, Smith CM, Schmidt RJ, Johnson GO, Cramer JT (2016) Neu-romuscular adaptations after 2 and 4 weeks of 80% versus 30% 1 repetition maximum resistance training to failure. J Strength Cond Res 30(8):2174–2185
  14. Jenkins NDM, Miramonti AA, Hill EC, Smith CM, Cochrane-Snyman KC, Housh TJ, Cramer JT (2017) Greater neural adaptations fol-lowing high- vs. low-load resistance training. Front Physiol 8:331 Kang T, Seo Y, Park J, Dong E, Seo B, Han D (2013) The effects of elbow joint angle change on the elbow flexor muscle activation in pulley with weight exercise. J Phys Ther Sci 25(9):1133–1136
  15. Karabulut M, Abe T, Sato Y, Bemben MG (2010) The effects of low-intensity resistance training with vascular restriction on leg mus-cle strength in older men. Eur J Appl Physiol 108(1):147–155
 
  1. Laurentino GC, Ugrinowitsch C, Roschel H, Aoki MS, Soares AG, Neves M Jr, Aihara AY, Fernandes Ada R, Tricoli V (2012) Strength training with blood flow restriction diminishes myostatin gene expression. Med Sci Sports Exerc 44(3):406–412
  2. Lenman JAR (1959) Quantitative electromyographic changes asso-ciated with muscular weakness. J Neurol Neurosurg Psychiatry 22(4):306–310
  3. Loenneke JP, Fahs CA, Wilson JM, Bemben MG (2011) Blood flow restriction: the metabolite/volume threshold theory. Med Hypoth-eses 77(5):748–752
  4. Loenneke JP, Fahs CA, Rossow LM, Abe T, Bemben MG (2012a) The anabolic benefits of venous blood flow restriction training may be induced by muscle cell swelling. Med Hypotheses 78(1):151–154 Loenneke JP, Wilson JM, Marin PJ, Zourdos MC, Bemben MG (2012b) Low intensity blood flow restriction training: a meta-analysis. Eur
  5. J Appl Physiol 112(5):1849–1859
  6. Loenneke JP, Thiebaud RS, Fahs CA, Rossow LM, Abe T, Bemben MG (2013) Blood flow restriction does not result in prolonged decrements in torque. Eur J Appl Physiol 113(4):923–931
  7. Loenneke JP, Kim D, Fahs CA, Thiebaud RS, Abe T, Larson RD, Bemben DA, Bemben MG (2016) The influence of exercise load with and without different levels of blood flow restriction on acute changes in muscle thickness and lactate. Clin Physiol Funct Imag-ing 37:734–740
  8. Moritani T, deVries HA (1979) Neural factors versus hypertrophy in the time course of muscle strength gain. Am J Phys Med 58(3):115–130
  9. Nichols AW, Hetzler RK, Villanueva RJ, Stickley CD, Kimura IF (2008) Effects of combination oral contraceptives on strength development in women athletes. J Strength Cond Res 22(5):1625–1632
  10. Pasquet B, Carpentier A, Duchateau J, Hainaut K (2000) Muscle fatigue during concentric and eccentric contractions. Muscle Nerve 23(11):1727–1735
  11. Phillips SM (2000) Short- term training: when do repeated bouts of resistance exercise become training? Can J Appl Physiol 25(3):185–193
  12. Pipes TV, Wilmore JH (1975) Isokinetic vs isotonic strength training in adult men. Med Sci Sports 7(4):262–274
  13. Popov DV, Swirkun DV, Netreba AI, Tarasova OS, Prostova AB, Lar-ina IM, Borovik AS, Vinogradova OL (2006) Hormonal adapta-tion determines the increase in muscle mass and strength during low-intensity strength training without relaxation. Human Physiol 32(5):609–614
  14. Roig M, O’Brien K, Kirk G, Murray R, McKinnon P, Shadgan B, Reid WD (2009) The effects of eccentric versus concentric resistance training on muscle strength and mass in healthy adults: a system-atic review with meta-analysis. Br J Sports Med 43(8):556–568
  15. Sakamaki M, Yasuda T, Abe T (2012) Comparison of low-intensity blood flow-restricted training-induced muscular hypertrophy in eumenorrheic women in the follicular phase and luteal phase and age-matched men. Clin Physiol Funct Imaging 32(3):185–191
  16. Sarwar R, Niclos BB, Rutherford OM (1996) Changes in muscle strength, relaxation rate and fatiguability during the human men-strual cycle. J Physiol 493(Pt 1):267–272
  17. Staron RS, Karapondo DL, Kraemer WJ, Fry AC, Gordon SE, Falkel JE, Hagerman FC, Hikida RS (1994) Skeletal muscle adapta-tions during early phase of heavy-resistance training in men and women. J Appl Physiol 76(3):1247–1255
  18. Sung E, Han A, Hinrichs T, Vorgerd M, Manchado C, Platen P (2014) Effects of follicular versus luteal phase-based strength training in young women. SpringerPlus 3(1):668
  19. Takarada Y, Takazawa H, Sato Y, Takebayashi S, Tanaka Y, Ishii N (2000) Effects of resistance exercise combined with moderate vas-cular occlusion on muscular function in humans. J Appl Physiol 88(6):2097–2106
  20. Takarada Y, Sato Y, Ishii N (2002) Effects of resistance exercise com-bined with vascular occlusion on muscle function in athletes. Eur J Appl Physiol 86(4):308–314
  21. Thiebaud RS, Yasuda T, Loenneke JP, Abe T (2013) Effects of low-intensity concentric and eccentric exercise combined with blood flow restriction on indices of exercise-induced muscle damage. Interv Med Appl Sci 5(2):53–59
  22. Weir JP (2005) Quantifying test-retest reliability using the intra-class correlation coefficient and the SEM. J Strength Cond Res 19(1):231–240
  23. Wikstrom-Frisen L, Boraxbekk CJ, Henriksson- Larsen K (2017) Effects on power, strength and lean body mass of menstrual/oral contraceptive cycle based resistance training. J Sports Med Phys Fit 57(1–2):43–52
  24. Yang J, Lee J, Lee B, Kim S, Shin D, Lee Y, Lee J, Han D, Choi S (2014) The effects of elbow joint angle changes on elbow flexor and extensor muscle strength and activation. J Phys Ther Sci 26(7):1079–1082
  25. Yasuda T, Ogasawara R, Sakamaki M, Ozaki H, Sato Y, Abe T (2011) Combined effects of low-intensity blood flow restriction training and high-intensity resistance training on muscle strength and size. Eur J Appl Physiol 111(10):2525–2533
  26. Yasuda T, Loenneke JP, Thiebaud RS, Abe T (2013) Effects of blood flow restricted low-intensity concentric or eccentric training on muscle size and strength. PLoS One 7(12):e52843
Article original
Ethan C. Hill, Terry J. Housh, Joshua L. Keller, Cory M. Smith, Richard J. Schmidt, Glen O. Johnson. Early phase adaptations in muscle strength and hypertrophy as a result of low-intensity blood flow restriction resistance training. European Journal of Applied Physiology 2018 septembre; 118 (9): 1831-1843.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter