KINESPORT KINESPORT







Aucune relation entre le Nordic Hamstring et deux tests de force isométrique pour évaluer la force musculaire des ischio-jambiers chez les joueurs de football professionnels



Il est pensé qu'une force importante des ischio-jambiers, en particulier une force excentrique, réduit la vulnérabilité des joueurs de football aux lésions musculaires des IJ = ischio-jambiers (Lee et al., 2018; Maniar et al., 2016; Ribeiro-Alvares et al., 2020). En conséquence, les tests de force sont couramment utilisés pour déterminer les déficits des IJ (Matinlauri et al., 2019). Néanmoins, les blessures et les récidives des ischios restent constamment élevées dans le football professionnel (Ekstrand et al., 2020; Elerian et al., 2019). Actuellement, les tests de force musculaire isométrique et excentrique aux IJ sont classiquement utilisés pour le screening (dépistage) des footbaleurs à des fins pronostic, préventif, en rééducation et pour le retour au jeu. Les déficits de force excentrique des ischio-jambiers ont été identifiés comme un facteur de risque des blessures récurrentes aux ischio-jambiers au football (Bartschi et al., 2017; Croisier et al., 2002; Thorborg et al., 2011). Ce résultat suggère que la faiblesse des IJ est un facteur prédisposant aux nouvelles blessures et aux récidives. L'inclusion d'exercices excentriques de renforcement des ischios s'est avérée être une stratégie efficace de prévention dans le football (Al Attar et al., 2017; Thorborg et al., 2017; Van Dyk et al., 2019). Par conséquent, l'évaluation de la force excentrique des muscles ischio-jambiers à différentes étapes de la saison est considérée comme un atout clé pour une prévention éclairée des lésions aux IJ (Heiderscheit et al., 2010).
Les directives conventionnelles approuvent l'utilisation d'exercices isométriques dans le premier temps du processus de récupération pour inclure progressivement des exercices isotoniques tandis que les exercices excentriques des ischio-jambiers ne sont recommandés que pour les phases finales (Heiderscheit et al., 2010). A contrario, plusieurs études suggèrent que la conduite d'une approche spécifique à l'exercice comprenant des exercices excentriques dès le début de la rééducation (c.-à-d. 3 à 5 jours après le diagnostic de la blessure) pourrait être un moyen sûr et efficace de récupérer (Askling et al., 2013; Hickey et al., 2019). En plus de savoir s'il faut inclure les exercices excentriques dans le processus de récupération d'une blessure aux ischio-jambiers, les thérapeutes doivent utiliser des procédures de test appropriées à la fois pour surveiller la progression des joueurs et pour prendre la décision de retour au jeu. Cependant, ce n'est pas une tâche simple étant donné que différents tests apportent des estimations divergentes et ne reflètent pas la force des ischio-jambiers de la même manière (van Dyk et al., 2018; Wiesinger et al., 2020).
Bien que l'utilisation du Nordic hamstring test comme outil de dépistage pour évaluer le risque de blessure aux ischio-jambiers soit encore controversée (Van Dyk et al., 2019), deux études récentes ont montré que des niveaux inférieurs de force excentrique en pré-saison augmentaient le risque de lésions au cours de la saison (Ribeiro-Alvares et al., 2020; Timmins et al., 2016).
D'autre part, les tests de force isométrique sont probablement les plus courants dans le football professionnel pour les considérations pronostiques de lésions. En particulier, il existe un intérêt croissant pour le test isométrique en flexion de genou à 15 ° en raison de son lien à pronostiquer le délai de retour au jeu (Reurink et al., 2016). Alternativement, le test isométrique de la chaîne postérieure en flexion de hanche à 90 °/ flexion du genou à 20 ° (90:20) est apparu récemment pour évaluer la force isométrique des ischio-jambiers dans une position plus allongé (Matinlauri et al., 2019). Cet test se base sur l'hypothèse que la plupart des blessures aux ischio-jambiers se produisent dans une position allongée pendant la phase terminale d'oscillation (Chumanov et al., 2012; Thelen et al., 2005).
Malgré l'utilisation croissante de ces trois tests pour surveiller le processus de rééducation et le retour au sport, la relation et l'interchangeabilité entre leurs résultats ne sont pas claires et il n'y a aucune information pour déterminer quel test doit être utilisé dans ce scénario. Ainsi, le but de cette étude était d'analyser la relation entre les valeurs de force musculaire des ischio-jambiers mesurées par le Nordic hamstring excentrique, la flexion isométrique du genou à 15 ° et le test isométrique de la chaîne postérieure 90:20 chez des footballeurs professionnels.

METHODES

Les participants :

Vingt footballeurs professionnels de sexe masculin (âge = 19,5 ± 1,6 ans; masse corporelle = 71,4 ± 7,2 kg; taille = 177,6 ± 6,7 cm) se sont portés volontaires. Tous les joueurs appartenaient à la même équipe de football en 2ème division espagnole.

Les critères d'exclusion  :

▪ Des antécédents de problèmes orthopédiques aux ischio-jambiers au cours des trois mois précédant le début de l'examen
▪ Impossibilité d'être testé en raison d'autres blessures
▪ Eprouver des douleurs musculaires des membres inférieurs avant ou au moment de la séance de test

Design de l’étude

Les participants ont effectué trois tests de résistance maximale pour évaluer leur force isométrique ou excentrique volontaire maximale dans les membres dominants et non dominants. Les trois tests de résistance ont été menés sur trois semaines (une session de test par semaine) pendant la phase de pré- saison (juillet 2019). Toutes les mesures des tests ont été effectuées à la même heure de la journée, dans les mêmes installations et après 24 h de repos (c.-à-d., Aucune routine d'entraînement la veille des tests). La semaine avant le début de la collecte de données, tous les joueurs ont effectués deux essais de familiarisation. L'ordre des trois tests a été randomisé :
➢ Nordic hamstring
➢ Flexion isométrique du genou à 15 °
➢ 90:20 isométrique de la chaîne postérieure
Avant chaque session de test, tous les participants ont effectué un échauffement standardisé consistant en 5 min de vélo (ergomètre) suivi de 2 séries de 7 min d'échauffement dynamique de faible à haute intensité : fente avec bras opposé, fente avant avec coude-pied, fente latérale, rotations du tronc, saut multidirectionnel. Ils ont eu une période de repos de 15 s entre chaque séries. Le membre dominant a été déterminé comme la jambe préférée pour taper dans un ballon (Thorborg et al., 2011).

Procédures des tests

➢ La force du Nordic hamstring excentrique a été réalisée à l'aide d'une cellule portable à jauge de contrainte (Chronojump, Barcelona) en suivant la méthodologie précédemment décrite par van Dyk et al. (2018). Chaque joueur a effectué trois tentatives séparées par 2 min de récupération passive. Le
meilleur essai fut utilisé pour l'analyse statistique.
➢ La force isométrique maximale des ischio-jambiers dans les membres dominants et non dominants a été
mesurée à l'aide d'un dynamomètre portable (Nicholas Manual Muscle Tester; Lafayette Indiana Instruments). La résistance à la flexion isométrique du genou a été testée selon les procédures de Reurink et al. (2016). Le dynamomètre a été placé à 5 cm du bord proximal de la malléole médiale, sur la face postérieure de la jambe. Trois contractions volontaires maximales d'une durée de 5 s chacune ont été effectuées avec des périodes de repos de 30 s entre les deux. Les valeurs les plus élevées ont été utilisées dans l'analyse.
➢ Le test isométrique de résistance de la chaîne postérieure en flexion de la hanche à 90 °/flexion du genou à 20 ° (90:20) a été réalisé selon les protocoles décrits par Matinlauri et al. (2019). Le talon du membre testé a été placé sur une plateforme de force (Kistler), tandis que le talon du membre non testé est resté en contact avec la paroi. La hanche était fléchie à 90 ° et le genou avait une flexion de 20 ° (confirmée par goniométrie). Trois contractions volontaires maximales d'une durée de 5 s chacune ont été effectuées avec des périodes de repos de 30 s entre les deux. Les plus élevées de ces mesures ont été utilisées dans l'analyse.

Aucune relation entre le Nordic Hamstring et deux tests de force isométrique pour évaluer la force musculaire des ischio-jambiers chez les joueurs de football professionnels


➔L'analyse de corrélation a révélé des associations fortement positives (r> 0,80, p <0,01) entre les membres dominants et non dominants dans les trois tests, à la fois en absolu (N) et relatif (N / kg).

➔Des associations modérées ont été trouvées entre les différents tests, mais toutes inférieures au critère. Analyses de régression linéaire et CCC entre les tests isométriques et excentriques, à la fois en jambes dominantes (R2 <0,15, CCC <0,39, SEE> 0,80 N / kg) et non dominantes (R2 <0,31, CCC <0,55, SEE> 0,79 N / kg) sont présentées sur la Fig. 2.
Aucune relation entre le Nordic Hamstring et deux tests de force isométrique pour évaluer la force musculaire des ischio-jambiers chez les joueurs de football professionnels

➔Les graphiques de Bland-Altman ont montré un désaccord dans le diagnostic d'asymétrie (différence entre les membres> 15%) lors de l'utilisation des données de chaque test (Fig. 3). Plus précisément, le test nordique des ischio-jambiers a identifié une asymétrie entre les membres> 15% chez 30% des joueurs tandis que le test de flexion du genou à 15 ° a identifié ce degré d'asymétrie chez 25% des joueurs et le test 90:20 chez 5% des joueurs.

➔Aucun des joueurs n'a obtenu des résultats similaires dans les trois tests, un seul cas présentant une asymétrie> 15% dans deux des trois tests.
Aucune relation entre le Nordic Hamstring et deux tests de force isométrique pour évaluer la force musculaire des ischio-jambiers chez les joueurs de football professionnels

DISCUSSION

Les résultats de cette étude ont montré de mauvaises associations entre les tests isométriques et excentriques bien qu'ils mesurent tous potentiellement la force musculaire maximale des ischio-jambiers. Bien que tous les tests aient une très grande fiabilité, les valeurs obtenues dans chaque test ont une faible concordance avec les autres et la détection des asymétries présente de grandes variations chez le même joueur en fonction du test de résistance utilisé. Par conséquent, les propriétés mécaniques des ischio- jambiers mesurées par chaque test sont probablement différentes et les résultats d'un test ne peuvent pas informer les autres. Ces informations suggèrent que les tests isométriques et excentriques pour évaluer la force musculaire des ischio-jambiers ne peuvent pas être utilisés de manière interchangeable.
Les résultats actuels sont conformes aux rapports antérieurs indiquant que les évaluations de diagnostic isométrique et excentrique de la force des ischio-jambiers diffèrent considérablement (Maniar et al., 2016). De plus, la flexion isométrique du genou à 15 ° et les tests de résistance de la chaîne postérieure à 90:20 ont fourni des résultats différents suggérant qu'ils n'ont pas évalué la force des ischio-jambiers de la même manière. En outre, ils ont identifié les asymétries d'une manière différente, avec seulement un des vingt joueurs examinés montrant des résultats similaires dans deux des trois tests. Ceci est essentiel étant donné que l'asymétrie de la force des ischio-jambiers a été considérée comme un élément clé pour anticiper la récidive d'une blessure aux ischio-jambiers (Brukner et al., 2014; De Vos et al., 2014). Bien que les différences entre les résultats des tests puissent être attribuables à l'activité contractile différente des ischio-jambiers (Onishi et al., 2002), dans la pratique il semble remettre en question l'utilisation d'un seul test de résistance pendant le processus de rééducation. Par conséquent, l'utilisation de tests de résistance isométrique et excentrique en combinaison serait souhaitable pour un meilleur diagnostic.
Il a été précédemment établi que les déficits de force isométrique après une blessure aux ischio-jambiers peuvent être résolus en 20 à 50 jours, tandis que la perte de force excentrique peut persister de plusieurs mois à plusieurs années après la blessure (Maniar et al., 2016). Ainsi, la force des ischio-jambiers des joueurs doit être surveillée en permanence. Bien que la force isométrique semble être un outil de dépistage adéquat au début de la rééducation, sa capacité à identifier les déficits de force après les étapes initiales de récupération peut être limitée. Par conséquent, selon les auteurs il semble opportun d'introduire des évaluations excentriques de la force des ischio-jambiers dans la dernière phase de la récupération (Askling et al., 2013; Hickey et al., 2019) en particulier lors de la décision de reprendre le jeu. Cette méthodologie de mesures isométriques dans un premier temps puis excentriques dans un second pourrait être utile pour éviter à la fois une charge mécanique excessive au début de la récupération et les conséquences négatives d'un retour prématuré au sport en raison de l'échec de l'évaluation de la récupération des déficits de force.

LIMITES

Les résultats de cette étude doivent être interprétés à la lumière de ses limites. L'enquête actuelle manque de mesures électromyographiques, par conséquent il n'y a aucune information sur l'activation des ischio- jambiers. Cependant, la fiabilité élevée des valeurs dans chaque test, ainsi que la grande différence dans les valeurs entre les tests suggèrent que le muscle a été activé d'une manière différente dans les trois tests. Puisqu'il s'agit d'une étude transversale sur des joueurs non blessés, une future recherche longitudinale est nécessaire pour déterminer les changements dans les résultats des tests au cours de la saison, en particulier sur les joueurs blessés. Enfin, des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les relations de la variété des tests, en tenant particulièrement compte des différences identifiées dans le présent article.

CONCLUSION :

Il y avait une mauvaise relation et une faible concordance entre les résultats des tests isométriques et excentriques de la force musculaire des ischio-jambiers analysés dans cette enquête. Bien que les trois tests aient une très grande fiabilité, les valeurs obtenues dans chaque test indiquent que leurs résultats ne peuvent pas être utilisés de manière interchangeable.
D'un point de vue pratique, ces évaluations isométriques et excentriques pourraient être utilisées selon les auteurs en combinaison plutôt que de manière isolée : un test isométrique pourrait être préférable pendant les phases initiales du processus de récupération d'une blessure aux ischio-jambiers tandis que le test nordique excentrique pourrait être utilisé dans les dernières étapes de récupération ou pour détecter une faiblesse et des asymétries des muscles ischio-jambiers.

L'article
Víctor Moreno-Pérez , Alberto Méndez-Villanueva, Aitor Soler, Juan Del Coso, Javier Courel-Ibáñez
https://doi.org/10.1016/j.ptsp.2020.08.009


Nouveau commentaire :



SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique