KINESPORT KINESPORT







Capacité fonctionnelle chez les participants souffrant de blessures subaiguës et chroniques de la cheville : un essai contrôlé



Objectif



Le but de cette étude était de mesurer les effets aigus (1 session) et chroniques (6 sessions) et le suivi (2 semaines) de la mobilisation articulaire antéro-postérieure du talus, grade III de Maitland, sur l’amplitude articulaire de dorsiflexion (ROM), la douleur et la capacité fonctionnelle des personnes atteintes de traumatismes subaiguës et chroniques de la cheville.
 

Méthodes



Trente-huit bénévoles, hommes et femmes, avec un âge moyen de 40,8 ans, ont subi des blessures subaiguës et chroniques de la cheville. Les bénévoles ont été randomisés et ont été affectés au groupe expérimental (GE) ou au groupe simulateur (GS). La ROM de dorsiflexion, la douleur et la capacité fonctionnelle ont été mesurées à l'aide du goniomètre universel, de l'échelle analogique visuelle et du test Foot and Ankle Ability Mesure, respectivement. Les mesures ont été prises en 4 occasions différentes : (1) à la base, (2) après la première session, (3) après la sixième session, et (4) en fin de suivi. La mobilisation antéro-postérieure articulaire du talus de grade III de Maitland a été appliquée au GE, alors qu’un simple contact manuel a été appliqué au GS. Trois séries de 30 secondes chacune avec un intervalle de repos de 30 secondes entre les séries ont été réalisées.
 

Résultats



Des augmentations importantes du ROM de dorsiflexion de la cheville ont été observées uniquement pour le GE après les premières sessions (GE : 9,5 ± 1,1; GS: 7,6 ± 1,1) et sixième ( GE: 12,8 ± 1,2;  GS: 8,4 ± 1,2) et ont été maintenues en fin de suivi  (EG: 13,2 ± 1,1; SG: 9,3 ± 1,3). Une diminution de la douleur et des améliorations de la capacité fonctionnelle (CF) ont été identifiées pour les deux groupes après la première et la sixième sessions (Douleur, GE : 1,3 ± 0,5; GS: 1,8 ± 0,6 et GE: 0,7 ± 0,3; GS: 0,7 ± 0,3; CF , GE: 64,6 ± 3,5; GS : 67,4 ± 4,4 et GE : 79,9 ± 3,3; GS : 86,2 ± 3,3) et à la fin du suivi (Douleur, GE: 0,3 ± 0,2; GS: 0,5 ± 0,3; CF, GE: 86,8 ± 2,7; GS: 89,8 ± 3,7).
 

Conclusion



La mobilisation articulaire de grade III a amélioré le ROM de dorsiflexion de la cheville, par rapport au GS. Les changements dans la douleur et la capacité fonctionnelle étaient similaires dans les deux groupes. (J Manipulative Physiol Ther 2017; xx: 0-11)
 
Texte d’origine

Effects of Anteroposterior Talus Mobilization on Range of Motion, Pain, and Functional Capacity in Participants With Subacute and Chronic Ankle Injuries : A Controlled Trial. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, 2017.




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique