KINESPORT KINESPORT







« Comment les physiothérapeutes formés au Pilates utilisent-ils et valorisent-ils l'exercice Pilates pour les conditions MSK ? Une étude qualitative »



La pratique du Pilates est devenue de plus en plus populaire en raison de ses nombreux avantages pour la santé des personnes atteintes de troubles musculo-squelettiques (Byrnes, Wu et Whillier, 2018) et est devenu accessible par le biais de diverses institutions professionnelles. L'Australian Physiotherapy & Pilates Institute (APPI) est une organisation mondiale agréée dans 16 pays, dispensant plus de 17000 classes par an, en tant que “graduated system of specific exercise rehabilitation”. Au Royaume-Uni, la thérapie par l'exercice basée sur Pilates est utilisée à la fois par le National Health Service (NHS) et les secteurs de la santé privés dans la gestion des lombalgies (LBP), de la douleur MSK générale et de diverses affections dégénératives (Yamato et al., 2015). On estime que 17,8 millions de personnes (28,9%) vivent avec une affection musculo-squelettique au Royaume-Uni (Global Burden of Disease Network, 2016). Plus de 8,75 millions de personnes de 45 ans et plus ont besoin d’un traitement pour l'arthrose (Arthritis Research UK, 2013), dont la principale stratégie de gestion est la thérapie basée sur l'exercice. L'exercice en groupe, tel que les cours de Pilates, offre une opportunité accessible d'augmenter les niveaux d'activité de ces personnes (Karlsson, Gerdle, Takala, Andersson et Larsson, 2018). 

Il existe des preuves que le Pilates présente de nombreux avantages physiques et peut améliorer l'autogestion des conditions MSK. Plusieurs revues systématiques ont démontré quantitativement des améliorations positives sur la douleur, la qualité de vie et la fonctionnalité (Aladro-Gonzalvo, Araya-Vargas, Machado-Díaz et Salazar-Rojas, 2013; Byrnes et al., 2018). Cependant, parmi les essais contrôlés randomisés (ECR) examinés, des niveaux élevés d'hétérogénéité ont été signalés, en termes d'échantillons, de sélection d'exercice, de programmation et de fréquence de traitement. De plus, la recherche qualitative évaluant Pilates en tant qu'approche de traitement est limitée, se concentrant principalement sur les populations présentant des lombalgies (Gaskell et Williams, 2018). Ces méthodes peuvent être utiles pour revoir la définition, la portée et la justification des méthodes de traitement Pilates utilisées par les physiothérapeutes, afin d'assurer une réadaptation optimale. Une approche qualitative pourrait également permettre de mieux comprendre comment les physiothérapeutes utilisent le Pilates pour une gamme de pathologies autres que la lombalgie (Wells, Kolt, Marshall et Bialocerkowski, 2014). 

Peter Cuddy et Lynne Gaskell viennent de publier dans Musculoskeletal Care (avril 2020) une étude "How Do Pilates Trained Physiotherapists Utilize and Value Pilates Exercise for MSK Conditions? A Qualitative Study", qui vise à étudier la variation des cours Pilates et, conformément aux études qualitatives précédentes, à explorer les avantages perçus, les risques et la justification de cette approche d'exercice. Il s'agit de la première étude à examiner à travers le NHS et les physiothérapeutes privés dans leur utilisation d’exercice Pilates dans leurs pratiques. 

Les deux auteurs ont proposé un sondage qualitatif pour enquêter sur les opinions et les points de vue de 30 physiothérapeutes agréés exerçant au Royaume-Uni, qui avaient suivi une formation formelle en thérapie par l'exercice Pilates pour traiter les personnes atteintes de troubles MSK. Les réponses au sondage en ligne ont été recueillies entre février et juin 2019. Les physiothérapeutes devaient avoir suivi une formation officielle à l'enseignement du Pilates.

Qu’ont-ils constaté ?

L'analyse thématique des réponses narratives a révélé six thèmes clés :

1. Exercices favorisant la mobilité et encourageant le mouvement général.
2. La pratique individuelle de Pilates doit être effectuée quotidiennement.
3. Avantages : réduit la peur et améliore la conscience corporelle.
4. Indiqué chez les individus qui manquent de stabilité, de force et de contrôle de leur colonne vertébrale.
5. Situations où les exercices de Pilates étaient jugés moins utiles.
6. Pilates comme précaution pendant le 1er trimestre de la grossesse.

Thème 1 : Exercices qui favorisent la mobilité et encouragent le mouvement général.

Les participants ont rapporté divers exercices de Pilates qu'ils ont trouvés bénéfiques dans la gestion des troubles MSK. Treize participants ont préconisé des exercices qui favorisent la mobilité générale et encouragent le mouvement. L'importance des exercices fessiers, y compris les bridges et les clams, a été la plus fréquemment citée, suivie de l'activation du muscle transverse de l'abdomen et des pelvis tilt et scissors. 8 physiothérapeutes ont indiqué que ces exercices étaient faciles à effectuer pour les patients à domicile et ne nécessitaient que des instructions simples pour parvenir à la compréhension.

Thème 2 : La pratique individuelle de Pilates doit être effectuée quotidiennement

Malgré un consensus général concernant les paramètres optimaux pour les classes de Pilates, il y avait une diversité d'opinions concernant la fréquence à laquelle les exercices devraient être pratiqués individuellement. Une majorité a reconnu que la fréquence dépend de l'effet souhaité du traitement, comme le développement de la force, de la flexibilité ou du recrutement. 60% des participants ont estimé que la répétition quotidienne était l'approche la plus avantageuse. Plusieurs physiothérapeutes du NHS ont reconnu l'importance de créer une routine et une familiarisation.

- Avantages du Pilates

Les participants ont indiqué que l'exercice Pilates offre un large éventail d'avantages pour la santé. Plus de 20 conditions MSK différentes ont été spécifiquement mises en évidence, avec une majorité d'accord pour dire que cette intervention peut bénéficier aux lombalgiques. Les autres affections fréquemment citées étaient les pathologies de la hanche et les douleurs antérieures du genou. Les physiothérapeutes ont été invités à sélectionner ce qu'ils considéraient comme les avantages pour la santé les plus importants parmi une sélection convenue par consensus dans une étude australienne antérieure (Wells et al., 2014).

Thème 3 : Bénéfices :  Réduit l'évitement de la peur et améliore la conscience corporelle.

Un tiers des participants ont convenu que l'amélioration de la conscience corporelle était le principal avantage de l'exercice Pilates, suivi de la réduction de l'évitement de la peur. Un facteur clé observé par cinq thérapeutes pour abolir les comportements de peur a été le développement de la confiance des patients, cela a été étroitement associé à l'augmentation de la participation à l'exercice.

-    Risques et contre-indications

Les thérapeutes ont reconnu qu'il y a peu de contre-indications à l'exercice Pilates, sept participants ont également précisé que le Pilates peut être adapté pour éviter les risques pour le patient. Cependant, certaines conditions clés ont été reconnues qui peuvent complètement empêcher la participation, comme les problèmes cardiovasculaires instables, les fractures récentes et les chirurgies récentes.

Thème 5: Situations où les exercices de Pilates ont été jugés moins utiles.

Six thérapeutes ont déclaré qu'une concentration excessive sur des éléments tels que l'activation du gainage et le positionnement peut entraîner une aggravation des symptômes. «Parfois, la forme pure du Pilates est trop spécifique et peut amener les patients à être trop conscients de leur corps et à bouger de manière à perpétuer un cycle de douleur. Sept thérapeutes travaillant en pratique privée ont préconisé que l'exercice Pilates devrait être convenablement individualisé pour éviter les risques. «S'il est enseigné correctement au niveau approprié pour le patient compte tenu de sa capacité et de l'irritabilité de la douleur - les exercices ne devraient pas aggraver les symptômes».

Thème 6: Pilates pendant le 1er trimestre de grossesse.

Une majorité de physiothérapeutes a estimé que le Pilates pendant le 1er trimestre de grossesse nécessitait une précaution, mais pas une contre-indication, affirmant que l'expérience antérieure du patient est un facteur (niveau sportif et expérience Pilates). Six participants ont reconnu la base de données probantes actuelle sur le premier trimestre de grossesse et le besoin de pratiquer de l’exercice physique. La plupart ont rapporté que les patients avec des drapeaux jaunes peuvent grandement bénéficier du Pilates et cela n'a pas non plus empêché la participation.

La majorité des physiothérapeutes interrogés auraient enseigné plus d'un cours de Pilates par semaine et étaient en moyenne qualifiés depuis 15,8 ans. Les caractéristiques positives de cet échantillon améliorent la fiabilité de leurs commentaires, compte tenu du contact régulier avec les conditions MSK et d'une expérience considérable en physiothérapie. 

Les physiothérapeutes de la présente étude ont favorisé une gamme d'exercices de Pilates dans la gestion des conditions MSK, mais ont également reconnu comment les exercices peuvent être modifiés en fonction des besoins des participants. L'importance des exercices fessiers et de l'activation de la chaîne postérieure a été reconnue conformément à d'autres études (Gaskell, Williams et Preece, 2019). Le renforcement de ces zones peut réduire l'incidence et les symptômes de la lombalgie (Cooper et al., 2016) et de la tendinopathie fessière (Mellor et al., 2018). Les physiothérapeutes ont reconnu que la pratique individuelle de l'exercice Pilates est nécessaire pour une réadaptation optimale, et beaucoup ont préconisé la répétition quotidienne, reflétant les deux recommandations de l'APPI et les directives actuelles pour l'activité physique au Royaume-Uni (Department of Health, 2011).

KINESPORT organise des formations Pilates depuis plus de 10 ans. Natalie Teyssier notre formatrice a interrogé 60 de nos professionnels formés dans notre institut. 

-    Tous utilisent le Pilates en thérapie. 
-    57 donnent des cours au sein de leur cabinet, 3 à domicile. 
-    38 donnent entre 1 à 3h par semaine, 19 entre 4 à 6h/semaine, 3 plus de 7h/semaine.

En ces temps de changements, force est de constater que Pilates, en plus d’être très utile dans la rééducation des patients de tous bords, peut apporter des réponses dans la diversification des activités et l’augmentation du chiffre d’affaire. 


Nous lui avons posé alors 5 questions :

1-    Nathalie, tu enseignes pilates chez kinesport depuis plusieurs années, vois-tu une évolution dans la demande des kinésitherapeutes ? 

J’enseigne chez Kinesport depuis 2005-6. Les premières approches des kinés étaient plutôt tournées vers l’utilisation de la méthode pour les patients et l’utilisation dans les thérapies. Aujourd’hui, la demande est à la fois pour la thérapie et pour l’implantation de cours collectifs au sein des cabinets ou à l’extérieur. Certains donnent déjà des cours de gym mais ils veulent varier leur répertoire et leurs combinaisons de mouvements.

2- Tu te tiens généralement disponible pour les kinés que tu as formé, quelles sont leurs demandes principales ? 

Je suis complètement disponible pour le suivi des stagiaires post-formation. Leur demande peut être ciblée sur l’utilisation de mouvement par rapport à un patient ou pour que nous vérifions ensemble la trame de leurs cours. Je suis là pour les aider pendant et après la formation. 

3/ Comment pratiquent-ils Pilates dans leur activite de kiné ?

Le répertoire de mouvement est vaste et surtout très versatile et adaptable. Ils vont donc utiliser les mouvements du répertoire Pilates ainsi que les principes pour soigner leurs patients. Puis pour la plupart, ils organisent des cours  au sein du cabinet ou à l’extérieur.

4/ Sur quels points insistes-tu le plus en cours ? 

La précision des mouvements (pourquoi et comment faire un mouvement), et cette même précision ne vient que si l’on connaît parfaitement tous les mouvements et que l’on pratique ces mouvements sur soi. Plus on les a explorés plus on est à même de les enseigner aux autres en les adaptant dès qu’il le faut.
 
5/ Tes constats personnels ? 

De plus en plus, les stagiaires sont impliqués dans la formation et sont ravis de pouvoir donner des cours. Ils suivent la formation et ils apprennent pendant la formation qu’ils vont avoir du pain sur la planche mais que le jeu en vaut la chandelle. Car quand ils commencent à utiliser Pilates ça marche ! À la fois en termes de résultats dans leur pratique pour les patients mais aussi pour les cours qui se développent à grande vitesse !




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique