KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Nouvelle formation Kinésithérapie Echo-assistée
  • Kinesport partenaire et affilié au football élite
  • Formation Ki-Dos
  • Formation Ekman
  • Ekman Thérapie
  • Récupération dans le Sport
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Coup d’œil sur les blessures dans le tennis. Les efforts récents de surveillance de l'ATP et des niveaux collégial et junior ont mis en lumière les tendances en matière de blessures.

Fu MC et al.



Introduction :
Le tennis est l'un des sports les plus populaires aux États-Unis, avec environ 17,9 millions de joueurs, et une augmentation significative du nombre de jeunes joueurs ces dernières années [1]. Étant donné cette grande popularité au niveau récréatif, ainsi que le grand nombre de joueurs à des niveaux de compétition plus élevés, il est important de caractériser l'épidémiologie des blessures rencontrées à divers niveaux de jeu.
Contrairement à d'autres sports, les matches de tennis n’ont pas de durée de jeu prédéterminée, et peuvent souvent durer plusieurs heures [2]. De plus, le tennis entraîne des exigences élevées en aérobie et en anaérobie, avec des contraintes répétitives dues à une grande variété de mouvements [3, 4]. Le service est le geste le plus exigeant au tennis, avec des forces supra-physiologiques à travers l'épaule et le coude [6].
En conséquence, les joueurs de tennis s’exposent à un nombre important de blessures.
Les traumatismes liés au tennis les plus fréquents sont les conflits internes et les SLAP lésions, les tendinopathies du coude, les tendinites et les subluxations du tendon ulcère de l'extenseur du poignet, les tensions musculaires abdominales, ainsi que des souches lombaires et des pathologies discales dégénératives [7]. Les membres inférieurs sont plus susceptibles aux blessures aiguës telles que les entorses de la cheville, les lésions méniscales, la tendinopathie au genou et les blessures à la hanche (tableau 1).
En outre, l'incidence des blessures au tennis peut également être affectée par la surface de jeu et l'évolution de la technologie de la raquette.
Le but de cet examen est d'examiner de façon critique la littérature récente concernant l'épidémiologie des blessures de tennis à tous les niveaux de jeu, et de discuter des résultats récents de la surveillance des blessures.
 
Les joueurs professionnels :
Un certain nombre de rapports épidémiologiques longitudinaux sur les données sur les blessures des tournois professionnels du Grand Chelem et de la Coupe Davis ont été publiés au cours des dernières années [9, 10, 11, 12].
Sell et al. rapportent les tendances de blessure signalées lors des US Open de 1994 à 2009 [12]. 
   - Ils ont montré un taux global de 48,1 blessures par 1000 expositions de match (ME).
   - Ils ont constaté un taux significativement plus élevé de blessures aiguës nécessitant une assistance médicale que des blessures chroniques de surmenage (27,7 vs 19,5 pour 1000 ME).
   - La grande majorité des blessures se sont produites pendant les matches plutôt qu’à l’entrainement.
   - Les blessures aux membres inférieurs (23,0 pour 1000 ME) étaient beaucoup plus nombreuses que les blessures au tronc (6,12 par 1000 ME) et aux membres supérieurs (17,7 par 1000 ME), la cheville étant l'endroit le plus courant des blessures aiguës, suivi par le poignet, le genou, le pied et l'épaule. Parmi les lésions chroniques, la distribution était plus égale entre les blessures des membres inférieurs (9,3 par 1000 ME) et des membres supérieurs (8,2 par 1000 ME).
   - Les blessures musculo-tendineuses constituaient la majorité des cas (84,0% des blessures aiguës et 87,7% des blessures chroniques), suivies des lésions articulaires / ligamentaires, cutanées et osseuses [12].
 
McCurdie et al. ont rapporté des données sur les blessures des championnats de Wimbledon entre 2003 et 2012 [11]. Au cours de cette période de 10 ans, ils ont trouvé :
   - Un taux global de 20,7 blessures par 1000 sets joués.
   - 39% des blessures étaient de nouvelles présentations aiguës survenues au cours du tournoi, tandis que 34% des blessures étaient classées comme « aiguës avant», ou exacerbations traumatiques aiguës de blessures subies avant le tournoi.
   - 16% des blessures étaient chroniques et préexistantes avant le tournoi, et 11% étaient considérées comme des blessures récurrentes, ou des blessures qui ont été subies dans les 8 semaines suivant la guérison de la même blessure sur le même site.
   - Un taux de blessures moins élevé chez les joueurs masculins (17,7 blessures par 1000 mises en jeu) que chez les joueuses (23,4 blessures par 1000 mises en jeu), malgré une variabilité au cours de la période d'étude de 10 ans.
   - Les membres inférieurs étaient les plus souvent blessés, suivis par les membres supérieurs, et les blessures axiales.
 
Comme avec d'autres études rétrospectives sur l'incidence des blessures lors des tournois de tennis, seules les blessures signalées aux médecins du tournoi ont été capturées dans la collecte de données. 
Par conséquent, les taux de blessures signalés sont probablement des sous-estimations de l'incidence réelle des blessures.
Bien que la déclaration de consensus sur le signalement épidémiologique des blessures de tennis recommande l'utilisation de 1000 heures de match comme fréquence de signalement, les durées d'appariement ne sont pas toujours facilement disponibles pour les matchs précédents et, par conséquent, la comparaison est difficile.
En utilisant les données sur les minutes jouées pour tous les événements de tennis professionnels de l'Association des professionnels du tennis (ATP) et de l'Association de tennis féminin (WTA) entre 2011 et 2016, Gescheit et al. ont constaté que les jeux joués étaient plus fortement corrélés aux minutes jouées que les sets ou les matchs [9].
En utilisant cette méthodologie, les auteurs ont examiné les données sur les blessures de l'Open d'Australie et ont trouvé :
   - 201,7 blessures par 10 000 expositions de jeu pour les femmes et de 148,6 pour les hommes. En outre, ils ont noté des différences significatives dans la répartition des blessures entre hommes et femmes, l'épaule, le pied, le poignet et le genou étant les plus souvent blessés chez les femmes et les blessures au genou, à la cheville et à la cuisse étant les plus fréquentes chez les hommes.
   - Fait intéressant, à travers les périodes d'étude de 2011 à 2016, les auteurs ont noté un taux croissant de blessures des membres supérieurs chez les hommes et les femmes au fil du temps.
En ce qui concerne les temps d’absence pour blessure, Maquirriain et coll. ont étudié l'épidémiologie lors de la Coupe Davis entre 2006 et 2013 [10]. Les auteurs rapportent : 
   - Un taux global de 6,05 blessures par 1000 heures de jeu, et que les joueurs ont été inactifs pendant une moyenne de 73,4 jours suivant la blessure.
   - L'emplacement des blessures était semblable à celui d'autres études, les membres inférieurs (41,7%), suivis par les membres supérieurs (25,0%) et le tronc (16,7%).
 
En 2011, les circuits ATP et WTA ont développé et lancé un système de documentation médicale sur le Web pour enregistrer toutes les blessures et maladies survenues sur le tour. Les résultats de ce système de documentation en ligne de l'ATP montrent des taux de blessures augmentant de 1 à 3% d'une année à l'autre entre 2014 à 2017. La répartition des blessures par région corporelle au cours des années de surveillance entre 2012 et 2016 a été montrée à la figure 1. Les principales zones de lésions musculo-squelettiques étaient la colonne vertébrale, l'épaule, la cuisse et le pied / cheville. 
En outre, plusieurs autres types de blessures ont été identifiés à partir de l'analyse des données quinquennales sur la tournée mondiale de l'ATP. L’épicondylite humérale, se produit à un ratio de 3: 1 (médial à latéral). Cela est probablement dû à la prédominance des coups de fond coupés ainsi qu'aux charges répétitives élevées qui sollicitent la région médiale pendant les phases d'accélération du service et du coup droit [13].
En outre, les blessures au tendon du genou sont également fréquentes chez les joueurs de tennis de haut niveau. Les données sur les lésions ATP montrent que la lésion du tendon patellaire se produit à un ratio de 2:1 par rapport au tendon du quadriceps. L'étude et l'analyse continues des schémas d'occurrence des blessures chez les joueurs de tennis de haut niveau feront progresser les programmes préventifs et les stratégies de traitement.
Coup d’œil sur les blessures dans le tennis. Les efforts récents de surveillance de l'ATP et des niveaux collégial et junior ont mis en lumière les tendances en matière de blessures.

Collégial, jeunes et joueurs récréatifs
Parallèlement à l'augmentation des rapports sur l'épidémiologie des blessures au tennis de niveau élite, on a récemment mis l'accent sur les niveaux amateur et récréatif. Dans une étude du Programme de surveillance des blessures (PSI) de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) de 2009 à 2015.
Lynall et al. ont trouvé un taux global de 4,9 blessures par 1000 expositions d'athlètes (AE) [14]. Dans la présente étude, un AE était défini comme toute participation d'un étudiant-athlète à une pratique ou un match officiel de la NCAA, peu importe sa durée. Les taux de blessures étaient significativement plus élevés en compétition (8,9 / 1000 AE chez les hommes et 7,4 / 1000 AE chez les femmes) qu'en entrainement (3,8 / 1000 AE chez les hommes et 4,2 / 1000 AE chez les femmes).
Il convient de noter que tout au long de la période d'étude, bien que les taux de blessures liées à la compétition soient restés pratiquement inchangés, les taux de blessures à l’ntrainement  ont diminué de 32,2% chez les hommes et 63,9% chez les femmes [14].
Dans une étude prospective de 58 joueurs de la NCAA à travers une saison entière, Colberg et al. ont trouvé une incidence globale de blessures aiguës de 1,1 blessures par 1000 heures de jeu [15]. Cependant, 67% des joueurs ont eu au moins une affection musculo-squelettique au cours de la saison. Avec d'autres sous-analyses, les auteurs ont également constaté que toutes les blessures subies en match étaient de nature aiguë, tandis que 69,6% des blessures subies lors de l'entraînement se manifestaient graduellement. 27,6% des joueurs ont eu au moins une pathologie chronique au cours de la saison [15].
Pluim et al. ont prospectivement suivi une cohorte de 73 joueurs de tennis junior élite (âgés de 11-14 ans) dans le programme national de haute performance néerlandais pendant 32 semaines [16]. Les joueurs ont accumulé en moyenne 9,1 heures d’entrainement et 2,2 heures de match par semaine.
Les auteurs ont rapporté 187 problèmes de santé signalés par 67 joueurs. La surutilisation était le problème de santé le plus courant (47%), suivi de maladies diverses (36%, les plus fréquentes étant les infections des voies respiratoires et gastro-intestinales) et des blessures aiguës (13%). L'incidence des blessures aiguës était de 1,2 blessures par 1000 h de tennis. Cependant, si l'on considère les données dans leur intégralité, environ un joueur sur huit jouait avec la douleur chaque semaine, ce qui est un sujet de préoccupation compte tenu de cette cohorte d'enfants d'âge scolaire.
Kovacs et al. ont sondé 861 joueurs de tennis junior d'élite concernant l'incidence des blessures au cours de l'année précédant l’enquête [17]. Ils ont constaté que 41% des répondants ont déclaré au moins une blessure. Fait à noter, parmi ce sous-ensemble, 33% des joueurs ont déclaré avoir subi une deuxième blessure cette année-là.
De plus, il y avait une corrélation entre l'âge et l'incidence des blessures, puisque les taux de blessures étaient de 11% chez les 12 ans et moins, de 28% chez les 14 ans et moins et de 36% chez les 16 ans et moins.
En termes de région corporelle, le dos, l'épaule, la cheville, le genou et le poignet étaient les régions de blessures les plus fréquemment rapportées parmi les 861 joueurs de tennis junior d'élite étudiés.
 
Surface de jeu :
Le tennis est également unique de par la diversité des surfaces de jeu. Un terrain dur présente le plus haut coefficient de frottement et la plus basse capacité d’absorption de choc, ce qui rend le glissement beaucoup plus difficile, ce qui conduit à des distances d'arrêt plus courtes et à des charges théoriquement plus élevées [18]. D'après les données de la Coupe Davis, 75% de toutes les blessures se sont produites sur des terrains en dur [10]. Des vitesses de balle plus élevées sur les terrains durs peuvent également entraîner l'application de forces plus élevées sur les membres supérieurs [7].
Inversement, l'argile est considérée comme une surface plus lente en raison de l'absorption accrue des chocs et de la perte de vitesse de balle. Cependant, le plus faible coefficient de friction entre la surface en argile et le joueur signifie que le glissement devient une partie intégrante du jeu sur l'argile, ce qui pourrait entraîner un ensemble de contraintes totalement différent [19].
Parmi les joueurs récréatifs, une étude de 3656 membres récréatifs de la Royal Dutch Lawn Tennis Association n'a trouvé aucune association entre les surfaces de jeu et les taux de blessures chez les joueurs qui jouaient principalement sur une surface de cour particulière [18]. Cependant, un taux plus élevé de blessures dues au surmenage a été observé chez les joueurs qui ont joué sur plusieurs surfaces par rapport aux joueurs qui ont joué principalement sur une surface.
Cette commutation entre les surfaces de jeu peut également être un facteur de risque de blessure chez les joueurs d'élite. Par exemple, l'Open de France (joué sur terre battue) et les Championnats de Wimbledon (disputés sur gazon) sont tenus à environ un mois d'intervalle, et les données sur les blessures de Wimbledon ont montré que 61% des blessures étaient initialement supportées avant le tournoi. [11].
 
Conclusion
Alors que le tennis est un sport globalement sûr et à faible risque, il est néanmoins associé à son propre lot de blessures aiguës et chroniques. Au cours des dernières années, il y a eu plusieurs études longitudinales sur l'épidémiologie des blessures chez les joueurs de tennis à différents niveaux, allant du tennis junior aux tournois du Grand Chelem. Conformément à la littérature antérieure, les blessures aiguës ont tendance à se produire dans les membres inférieurs, alors que les blessures chroniques de surmenage affectent plus souvent les membres supérieurs et le tronc.
Bien que les comparaisons directes des taux de blessures soient difficiles en raison de l'hétérogénéité des dénominateurs d'incidence des blessures, les niveaux élites du tennis semblent être associés à une incidence accrue des blessures aiguës comparativement au tennis collégial et junior.
 
Article de référence :
Fu, M. C., Ellenbecker, T. S., Renstrom, P. A., Windler, G. S., & Dines, D. M. (2018). Epidemiology of injuries in tennis players. Current reviews in musculoskeletal medicine, 1-5.
 
Références :
1. Tennis Industry Association. Tennis participation in the U.S. grows to 17.9 million players. 2017 [August 13, 2017]; Available from: http://www.tennisindustry.org/cms/index.cfm/news/tennisparticipation- - in-the-us-grows-to-179-million-players/.
2. Kovacs MS. Applied physiology of tennis performance. Br J Sports Med. 2006;40(5):381–5. https://doi.org/10.1136/bjsm.2005. 023309.
3. Elliott B. Biomechanics and tennis. Br J Sports Med. 2006;40(5): 392–6. https://doi.org/10.1136/bjsm.2005.023150.
4. Perkins RH, Davis D.Musculoskeletal injuries in tennis. Phys Med Rehabil Clin N Am. 2006;17(3):609–31. https://doi.org/10.1016/j. pmr.2006.05.005.
5. Eygendaal D, Rahussen FT, Diercks RL. Biomechanics of the elbow joint in tennis players and relation to pathology. Br J Sports Med. 2007;41(11):820–3. https://doi.org/10.1136/bjsm.2007. 038307.
6. Elliott B, Fleisig G, Nicholls R, Escamilia R. Technique effects on upper limb loading in the tennis serve. J Sci Med Sport. 2003;6(1): 76–87. https://doi.org/10.1016/S1440-2440(03)80011-7.
7. Dines JS, Bedi A, Williams PN, Dodson CC, Ellenbecker TS, AltchekDW, et al. Tennis injuries: epidemiology, pathophysiology, and treatment. The Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons. 2015;23(3):181–9. https://doi.org/10.5435/ JAAOS-D-13-00148.
8.•• Pluim BM, Fuller CW, Batt ME, Chase L, Hainline B, Miller S, et al. Consensus statement on epidemiological studies of medical conditions in tennis, April 2009. Br J Sports Med. 2009;43(12): 893–897. Consensus statement on standardized injury documentation and reporting in tennis. https://doi.org/10.1136/ bjsm.2009.064915.
9.•• Gescheit DT, Cormack SJ, Duffield R, Kovalchik S, Wood TO, Omizzolo M, et al. Injury epidemiology of tennis players at the 2011–2016 Australian Open Grand Slam. British journal of sports medicine. 2017 07. Describes the epidemiology of all in-event injuries requiring treatment at the Australian Open from 2011–2016.
10.•• Maquirriain J, Baglione R. Epidemiology of tennis injuries: an eight-year review of Davis Cup retirements. European journal of sport science. 2016;16(2):266–270. Report of all uncompleted matches at the Davis Cup from 2006–2013 due to injury or medical illness. https://doi.org/10.1080/17461391.2015.1009493.
11.•• McCurdie I, Smith S, Bell PH, Batt ME. Tennis injury data from The Championships, Wimbledon, from 2003 to 2012. Br J Sports Med. 2017;51(7):607–611. Describes the injury profile among players at Wimbledon over a 10-year period from 2003–2012. https://doi.org/10.1136/bjsports-2015-095552.
12.•• Sell K, Hainline B, Yorio M, Kovacs M. Injury trend analysis from the US Open Tennis Championships between 1994 and 2009. Br J Sports Med. 2014;48(7):546–551. Injury trends at the US Open from 1994–2009. https://doi.org/10.1136/bjsports-2012-091175.
13. Kovacs M, Ellenbecker T. An 8-stage model for evaluating the tennis serve: implications for performance enhancement and injury prevention. Sports health. 2011;3(6):504–13. https://doi.org/10. 1177/1941738111414175.
14. Lynall RC, Kerr ZY, Djoko A, Pluim BM, Hainline B, Dompier TP. Epidemiology of National Collegiate Athletic Association men’s and women’s tennis injuries, 2009/2010–2014/2015. Br J Sports Med. 2016;50(19):1211–6. https://doi.org/10.1136/bjsports-2015- - 095360.
15. Colberg R, Aune K, Choi A, Fleisig G. Incidence and prevalence of musculoskeletal conditions in collegiate tennis athletes. J Med Sci Tennis. 2015;20(3):137–44.
16.•• Pluim BM, Loeffen FG, Clarsen B, Bahr R, Verhagen EA. A oneseason prospective study of injuries and illness in elite junior tennis. Scand JMed Sci Sports. 2016;26(5):564–571.Aprospective study of injury trends among elite junior tennis players (aged 11–14 years) in the Netherlands. https://doi.org/10.1111/sms.12471.
17. Kovacs M, Ellenbecker T, Kibler W, Roetert E, Lubbers P. Injury trends in American competitive junior tennis players. J Med Sci Tennis. 2014;19(1):19–23.
18. Pluim BM, Clarsen B, Verhagen E. Injury rates in recreational tennis players do not differ between different playing surfaces. British journal of sports medicine. 2017; https://doi.org/10.1136/bjsports- - 2016-097050.
19. Dragoo JL, Braun HJ. The effect of playing surface on injury rate: a review of the current literature. Sports Med. 2010;40(11):981–90. https://doi.org/10.2165/11535910-000000000-00000.
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales