KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon


Cupping Therapy (Thérapie par les ventouses)



Les Anglo-saxons utilisent le terme Cupping Therapy pour désigner la thérapie par les ventouses. Cette médecine traditionnelle, peut-être apparu en Macédonie (3330 av J.C.), est utilisée dès l’Egypte Antique (1536 Av JC), puis dans la médecine asiatique, arabe et occidentale, et ce jusqu’à nos jours. « Rien ne se créer, rien ne se perd, tout se transforme ». Dans la littérature, on retrouve une infinité d’application et de possibles vertus.  Cependant les fondements scientifiques sont limités. Dans ce présent article, nous resterons focalisés sur son utilisation en kinésithérapie notamment sportive.

1. Présentation théorique et description de la technique : [1] [2]
 
a. Champ d’application de la technique :
Dans notre cas, nous utilisons les ventouses pour le traitement des restrictions de mobilité des tissus myo-fasciaux. Cette technique peut être utilisée sur les cicatrices cutanées, les zones d’adhérence myo-fasciales, les triggers points, les tendinopathies, la cicatrisation ligamentaire, les lésions myo-aponévrotique (LMA), donc les troubles musculo-squelettiques (TMS).
Contre-Indications : cancer, insuffisance organique (rein, foie, cœur), pacemaker, hémophilie, plaie ouverte, brûlure, suture non cicatrisée, thrombose veineuse profonde, infection cutanée, traumatisme récent, fractures instables, grossesse, varices, ostéoporose, anticoagulant.
 
b. Description pratique :
En kinésithérapie du sport, la technique de ventouse sèche (sans saignée), généralement en matière plastique, avec une pompe d’aspiration manuelle (serait plus efficace sur le débit sanguin) est privilégiée.
Il existe de très nombreuses classifications. Voici celle que nous vous proposons (synthèse pratique).

Cupping Therapy (Thérapie par les ventouses)

La fréquence d’application est variable dans la littérature : d’une fois /jour à une fois /semaine avec une durée d’une à 8 semaines. Il est intéressant d’observer la sphéricité du bombement. Une cassure de la courbe permet de repérer une zone d’hypo-mobilité tissulaire. Les ventouses peuvent être combinées, de façon intéressante, avec le dry needling (aiguille sèche), des mobilisations passives/actives et le viscéral.

c. Effets escomptés de la technique :
Les effets de la ventouse pourraient être liés à une restriction du débit sanguin et une hypoxie relative localisée pendant l’application (↑concentration en lactate sous-cutané). Cette acidose métabolique aiguë modérée aboutit à une vasodilatation locale et à une microcirculation améliorée à moyen-long terme. Il est intéressant de noter aussi une diminution du taux de créatine kinase (marqueur indirect des dommages musculaires) consécutive au dry cupping.  Ceci permettrait donc d’améliorer la régénération musculaire et une aptitude ultérieure à la performance (récupération). Les ventouses aboutissent également à une diminution de la douleur (↑du seuil de sensibilité), une modification des propriétés mécaniques de la peau, une possible amélioration de l’inflammation, de l’amplitude de mouvement et in finé de la fonctionnalité. 

2. Retour scientifique sur la technique (3 études)
 
A. Une étude, certe ancienne (2005), mais intéressante, a analysé d’un point de vue biomécanique l’effet des ventouses.
Ils ont modélisé les aspects visco-élastiques des tissus mous ainsi que la matière, forme, taille de la ventouse. La contrainte en traction est maximale au niveau de la superficie du dôme, de l’axe central et d’une zone en forme de bulbe à une profondeur (p) de 0.4 fois le diamètre (d) de la ventouse (Ex : si d=5cm, p=2cm)(cf.photos). Autour, la contrainte diminue, excepté sous le bord de la ventouse où l’on note une compression importante. L’effet est plus important dans une grosse ventouse. La tension importante sur la couche superficielle explique la dilatation (et parfois rupture) des capillaires sanguins cutanés et donc des ecchymoses. Plus la succion augmente plus il y a de contrainte, néanmoins l’effet ne s’étend pas au-delà d’une zone délimitée allant de la ventouse à deux fois son diamètre. Plus on aspire vite, plus la contrainte est forte pendant les deux premières secondes. La tension de la ventouse  diminue progressivement avec le temps. Les contraintes au niveau des interfaces (cutanée, graisse , muscle, etc) ne varient quasiment pas en fonction du coefficient de frottement (niveau de rugosité des couches) sauf pour les ventouses dynamiques. Ce traitement étant localisé au tissu à l’intérieur et juste en dessous de la ventouse, il est important d’être précisément sur son tissu cible.
 
B. Une revue systémique (haut niveau scientifique) [3], publiée fin 2017, a eu pour objectif de résumer les preuves d’essais cliniques de la thérapie par les ventouses sur des sportifs amateurs à professionnels, tous sports, âges, sexes et pays confondus. A partir de 5 bases de données, sur 20ans, ils ont au final conservé 13 articles (11essais contrôlés randomisés, n=498), sans distinction de classification et de méthodologie d’application des ventouses. Les effets sur la performance sportive et la santé ont été analysés. Il en résulte des effets bénéfiques chez les athlètes par rapport à l'absence d'intervention, notamment un intérêt pour les TMS (cou, bas du dos, hanches et talon), l’arthrose, l’amplitude de mouvement, la régénération musculaire et l’aptitude ultérieure à la performance. Néanmoins, le risque de biais est non clair ou élevé et aucune des études n’a apporté de sécurité. Par conséquent, aucune recommandation explicite pour ou contre l'utilisation de ventouses pour les athlètes ne peut être faite.
 
C. Une thèse écrite en 2014 par Lacross Z. [4], incluant son étude, porte sur le traitement de pathologie des ischio-jambiers chez des athlètes par technique de décompression myo-fascial (ventouse). Bien que cette étude semble limitée quant à sa valeur scientifique, elle reste intéressante par rapport au protocole expérimental mis en place. En effet, l’auteur décrit une phase de ventouse statique de 3 min, puis de 10 mouvements talon-fesse et 10 levées de jambe tendue, puis une mobilisation passive tout en gardant les ventouses sur les ischios. Il finit ensuite par l’utilisation de ventouse mobile/dynamique. Cette étude conclue à un possible effet bénéfique sur l’amplitude de mouvement et la perception fonctionnelle.
 

3. Conclusion 
 
La problématique principale est de développer une classification et une méthodologie d’application en lien avec le sport afin de constituer une base solide pour de futurs études scientifiques nécessaires.
Toutefois, le dry cupping est un outil supplémentaire et complémentaire pour le traitement local des restrictions de mobilité des tissus mous. Technique peu onéreuse à l’investissement, facile à réaliser, elle convient bien à la pratique en cabinet libéral mais aussi en structure médico-sportive.
L’intérêt majeur est le travail en traction des tissus mous par rapport aux autres techniques kinés.

Bibliographie
[1] Cupping Therapy: An Overview from a Modern Medicine Perspective ; Tamer S. Aboushanab and Saud AlSanad ; Journal of Acupuncture and Meridian Studies 7 February 2018 ; DOI: 10.1016/j.jams.2018.02.001
[2] Classification of Cupping Therapy: A Tool for Modernization and Standardization; Al-Bedah and al. 2016; DOI:10.9734/JOCAMR/2016/27222
[3] Effects of Cupping Therapy in Amateur and Professional Athletes: Systematic Review of Randomized Controlled Trials. ; Bridgett R, Klose P, Duffield R, Mydock S, Lauche R. ; J Altern Complement Med. 2018 Mar;24(3):208-219. DOI: 10.1089/acm.2017.0191. Epub 2017 Nov 29             
[4] LaCross Z. Treatment outcomes of myofascial decompression on hamstring pathology (Doctoral dissertation, Oklahoma University); 2014
[5]Cupping: from a biomechanical perspective ; Tham LM1, Lee HP, Lu C ; J Biomech. 2006 ; Epub 2005 Aug ;DOI:10.1016/j.jbiomech.2005.06.027



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter