KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Déficit de l'attention et Micronutrition



Déficit de l'attention et Micronutrition

Par Dr Olivier COUDRON
UNE PRÉOCCUPATION CROISSANTE 


L'attention et la concentration sont des facultés psychiques nécessaires pour un épanouissement intellectuel et social. Chaque jour, nous utilisons cette ressource mentale pour sélectionner les informations externes ou internes qui affluent à notre cerveau. Le manque d'attention, s’il est pathologique, est un phénomène préoccupant qui lèse l'individu dans son développement cognitif, affectif, personnel et social. De l'inattention passagère à laquelle nous sommes tous soumis aux troubles de l'attention, il existe une grande diversité

de cas cliniques.

Depuis une décennie, certains troubles de l'attention pathologiques sont mieux identifiés tout particulièrement

chez l'enfant. La reconnaissance récente d'un syndrome particulier chez l'enfant conduit un grand nombre de parents à consulter médecins, psychologues et pédiatres pour une évaluation précise.

Aujourd'hui, 50 % des parents pensent que leur enfant manque de concentration ou d'attention. En réalité, la prévalence de réels troubles pathologiques semble se situer entre 4 % et 11 % des enfants (un enfant atteint par classe primaire, trois garçons pour une fille). Toutefois, si l'on se réfère à la prescription des médicaments les plus utilisés dans cette indication, force est de constater une multiplication des prescriptions par 25 en France, par 150 au Royaume-Uni, par 10 au Canada qui en prescrit déjà  100 fois plus qu'en France ! Dans certains états Outre-Atlantique, certaines classes d'enfants entre 7 et 12 ans comportent plus de 50 % d'enfants traités.

 

Pourquoi un tel engouement ?

Les troubles de l'attention pathologiques ont de réelles conséquences sur

la qualité de vie. D'une part, ils affectent l'estime de soi, perturbent le développement émotionnel et relationnel et entraînent parfois de graves difficultés familiales et sociales.

D'autre part, ils s'accompagnent de difficultés d'apprentissage scolaire parfois majeures conduisant à des situations d'échec. En France, le signalement d'enfants présentant des critères de troubles de l'attention devient de plus en plus fréquent de la part des éducateurs.

L'amélioration parfois spectaculaire des capacités d'apprentissage et des résultats scolaires chez les enfants souffrant de déficit de l'attention et prises en charge sur un plan pharmacologique adapté peut parfois sembler miraculeuse. Une certaine dérive de dopage par un abus des indications semble se profiler du fait d’une demande croissante de parents. La pilule miracle qui prendrait en charge les enfants agités ou turbulents, parfois tout simplement “trop vivants” encore mieux que la télévision ou les jeux vidéo et qui, de surcroît, améliorerait les capacités d'apprentissage est une dérive à laquelle les thérapeutes doivent être vigilants.

Enfin, le trouble de l'attention de l'enfant s'accompagne d'une co-morbidité importante telle que anxiété, troubles compulsifs, risque majoré d'addiction...




Définitions



Il existe plusieurs appellations en France pour évoquer ces problèmes d’attention chez l’enfant : hyperactivité,

instabilité psychomotrice, hyperkinésie, troubles de l'attention avec hyperactivité, troubles déficitaires de l'attention...

 

La nouvelle nomenclature psychiatrique parle de “troubles déficitaires de l'attention avec ou sans hyperactivité”.


L'hyperactivité est définie comme l'ensemble de trois symptômes :


- agitation motrice anormale

- troubles de l'attention

- impulsivité exagérée.

 






Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter