KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Déformations cam et limitation d’amplitude de hanche sont en lien avec les modifications arthrosiques précoces chez l’athlète adolescent : une étude de cohorte prospective



Cody C. Wyles, MD, Germán A. Norambuena, MD, Benjamin M. Howe, MD,
Dirk R. Larson, MS, Bruce A. Levy, MD, Brandon J. Yuan, MD, Robert T. Trousdale, MD, Rafael J. Sierra, MD
 
 

Contexte


 
L’histoire du femoro acetabular impingement (FAI) n’est pas compris complétement. En particulier, il y a peu de documentation sur les dommages articulaires chez les adolescents avec une amplitude de hanche limitée, qui est couramment associé le FAI.
 

But


 
Il s’agit d’évaluer les changements lors des bilans IRM, radiographiques et cliniques, durant 5 ans dans un groupe d’athlète provenant d’une large variété de sport, avec une amplitude de hanche limitée mais asymptomatique, par rapport à un groupe contrôle.
 

Type d’étude


 
Étude de cohorte. Niveau de preuve : 2.
 

Méthodes


 
Les auteurs ont filtré 226 athlètes (homme et femme), âgés en 12 et 18 ans se présentant pour les examens physiques préalables. En utilisant un goniomètre, ils ont identifié 13 participants avec au moins une hanche ayant une rotation interne <10°, la hanche étant à 90°. Globalement, 21 des 26 hanches (81%) ont une rotation interne <10°. Ces participants ont été associé (en se basant sur le sexe et l’âge) à 13 sujets contrôles avec une rotation de hanche >10°. Au moment du recrutement, tous les participants étaient asymptomatiques et ont subi un examen complet de la hanche avec radiographie (vue antéro-postérieure et vue de Von Rosen) et IRM.
Les participants sont revenus pour un suivi après 5 ans et ont subis à nouveau un examen de la hanche, des imageries (radio vue antéro-post et latéral et IRM), et un questionnaire fonctionnel de la hanche. Les IRM ont été classées normales ou anormales en fonction de la présence ou non d’une des 13 anomalies référencées, chondrale osseuse ou du labrum.
La comparaison entre le groupe « limitation d’amplitude » et le groupe contrôle s’est faite en utilisant des modèles linéaires générales, avec des équations d’estimation générale pour prendre en considération les patients ayant les deux hanches inclus. Le risque relatif (RR)…
 

Résultats 


 
Au moment du recrutement, 16 des 26 hanches (62%) dans le groupe « limitation d’amplitude » avaient des IRM anormales au niveau du labrum ou du cartilage, comparé au 8 des 26 hanches (31%) dans le groupe contrôle (RR,2.0 ;95%CI, 0.95-4.2 ; P= .067). L’angle alpha mesuré à partir de séquences radiales de l’IRM était de 58° dans le groupe « limitation d’amplitude » contre 44° dans le groupe contrôle (P< .0001). Dans le groupe limitation d’amplitude, 13 des 26 hanches (50%) ont un signe positif de conflit antérieur, contre 0 sur 26 (0%) pour le groupe contrôle.
Au rendez-vous de suivi après 5 ans, 18 des 19 (95%) hanches du groupe limitation d’amplitude avaient des résultats d’IRM anormaux, contre 14 sur 26 (54%) pour le groupe contrôle (RR, 1.7 ;95% CI, 1.1-2.7 ; P= .014). De nouveaux résultants, ou en progression, ont été répertorié à l’IRM pour 15 des 20 hanches du groupe limitation d’amplitude contre 8 pour 26 hanches dans le groupe contrôle (RR, 2.4; 95% CI, 1.2-4.8; P = .011). Six des 22 hanches (27%) dans le groupe limitation d’amplitude ont évolué d’un grade Tönnis 0 à grade Tönnis 1 au niveau dégénératif, alors que les 26 hanches du groupe contrôle sont restées à un grade Tönnis 0. Dans le groupe limitation d’amplitude, 11 des 22 hanches (50%) ont un signe de conflit antérieur positif, contre 1 sur 26 (4%)pour le groupe contrôle. Une déformation came (angle alpha >55° sur radio latérale) a été retrouvée chez 20 sur 22 hanches (91%) dans le groupe limitation d’amplitude, contre 12 sur 26 (46%) dans le groupe contrôle (P= .0165). Les variables suivantes ont été associées à une augmentation du risque de changement dégénératif après un suivi à 5 ans pour l’ensemble de la cohorte : diminution de la rotation interne, signe de conflit antérieur positif, diminution de flexion de hanche, augmentation de l’angle alpha, et présence de lésion type came.
 

Conclusion


 
À 5 ans, les jeunes athlètes avec limitation d’amplitude de hanche ont montré une augmentation de changement dégénératif à l’IRM et sur les radiographies, comparé à un groupe contrôle. Alors que la majorité des participants sont restés asymptomatiques, ceux ayant un femoro acetabular impingement ont eu des radiographies avec de l’arthrose précoce. Ces résultats suggèrent que des évaluations et des conseils plus accrus des jeunes athlètes peuvent être utile pour prévenir l’arthrose précoce chez ceux présentant un femoro acetabular impingement.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter