KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers



Dans cet article nous allons faire un focus sur une zone devenue siège d’une blessure reconnue chez l’athlète : les tendons d’origine des ischio-jambiers (IJ). L’avulsion de ces tendons de l’ischion peut être traitée. Le mécanisme de blessure est en général une contraction excentrique forcée avec le genou tendu et la hanche fléchie [1]. De nombreuses séries de cas détaillent les excellents résultats ainsi que la récupération complète de la force après une réparation chirurgicale [2-10]. Cependant, il existe très peu de littérature sur l’anatomie topographique de la région en ce qui concerne la réparation des tendons, en particulier concernant la localisation sur l’ischion sur lesquels les tendons avulsés sont réparés.
 
La plainte post-opératoire la plus commune, la douleur en position assise, atteint les 61% des cas [2]. Cette plainte peut être le résultat d’une réparation non anatomique de l’avulsion sur la tubérosité ischiatique plutôt que sur l’empreinte anatomique. Il existe une technique simple pour définir les insertions tendineuses et ligamentaires sur l’os en utilisant une tomodensitométrie [14]. Cette technique résulte en un modèle digital en 3D sur lequel la topographie de l’empreinte du tendon peut être décrite.
 
Nous allons voir ci-dessous la définition de l’anatomie topographique de l’empreinte de l’origine des IJ sur l’ischion.
 

Méthodes


Une dissection de l’insertion des IJ sur 6 cadavres a été effectuée. L’origine des IJ a été isolée et le nerf sciatique a été identifié. Il a été précisé si le semi-membraneux avait une attache séparée ou si un tendon conjoint sur l’empreinte.
Le tendon commun des IJ a ensuite été disséquée de l’ischion, et l’empreinte a été délimitée avec un marqueur chirurgical suivi d’une peinture radio-opaque (fig.1 et 2). Après application de la peinture, une tomodensitométrie était réalisée (fig.3).
Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Résultats


Les cadavres de 3 hommes et 3 femmes, d’âge de décès moyen de 79.7 ± 2.8 ans, ont été utilisés. 5 des 6 spécimens avaient un tendon commun pour les IJ (fig.4), alors que le dernier présentait une attache séparée du semi-membraneux (SM). Le SM rejoignait le tendon commun des IJ à 2.33 ± 0.61 cm de l’insertion. L’aire moyenne de la surface de l’empreinte des IJ mesurait 10.19 ± 0.75 cm² (fig.5), et était de forme ovalaire chez l’ensemble des sujets. La distance entre la pointe de la tubérosité ischiatique et le centre de l’empreinte des IJ était de 3.73 ± 0.22 cm (fig.6). L’épaisseur moyenne de l’empreinte, mesurée dans un plan perpendiculaire au centre de la facette, était de 3.77 ± 0.9 cm (fig.7).

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers

Discussion


 
Le tendon commun des IJ prend son origine sur une surface de forme ovalaire située environ à 4 cm de la pointe de la tubérosité ischiatique. Cette surface est assez large : environ 10 cm². La longue portion du biceps fémoral, le semi-tendineux et le SM formaient un tendon commun alors qu’un des spécimens avaient un tendon du SM séparé. Cette zone d’insertion est assez épaisse, ce qui rend la méthode de réparation par ancre sur l’os assez sécurisée.
 
La douleur à la position assise, communément ressentie après réparation des IJ [2], peut être le résultat d’une suture non anatomique du tendon commun des IJ sur la tubérosité ischiatique plutôt que sur l’empreinte anatomique, qui se trouve en fait à 3 ou 4 cm en proximal de la tubérosité ischiatique (fig.8).

Description anatomique du tendon conjoint des ischio-jambiers
Cette étude aide à établir la localisation de l’empreinte anatomique, ce qui est très utile aux chirurgiens intéressés par la réparation anatomique des ruptures des tendons des IJ. Cela est similaire à l’intérêt porté, par exemple, à la reconstruction anatomique du ligament croisé antérieur sur son empreinte anatomique.
 

Limites


Cette technique d’imagerie de l’empreinte du tendon est réalisable assez facilement par tomodensitométrie et utilisation d’une peinture à base de barium.
La précision de cette technique dépend de la précision avec laquelle les empreintes ligamentaires sont peintes à la main, car la tomodensitométrie se base sur des portions de haute résolution de 0.5 mm.
L’une des sources de biais potentielle dépend de l’investigateur, ainsi que du logiciel informatique utilisé.
Enfin, une autre limite se trouve dans l’échantillon de l’étude, car il peut exister un grand spectre de variations anatomiques, pas forcément présentes dans cet échantillon.
 

Conclusion


Cette étude apporte une description topographique de l’origine des IJ et peut aider les chirurgiens mais aussi les kinésithérapeutes à comprendre la suture du tendon sur cette zone.
 

Et en bref !

 
  • Le ligament sacro-tubéral présent une continuité à la fois avec l’ischion et avec le tendon commun biceps fémoral (BF) / semi-tendineux (ST), mais pas avec le tendon du semi-membraneux. Lors de la rupture des IJ, la rétraction du tendon est significativement moindre lorsque le ligament sacro-tubéral reste attaché au tendon du BF-ST [Bierry G, Simeone FJ, Borg-Stein JP, Clavert P, Palmer WE. Sacrotuberous ligament: relationship to normal, torn, and retracted hamstring tendons on MR images. Radiology. 2014 Apr;271(1):162–71].
 
  • Bien que les atteintes des IJ soient communes chez les footballeurs professionnels, les avulsions du tendon proximal sont relativement rares. Il a été montré que la plupart des joueurs de la National Football League ayant bénéficié d’une réparation chirurgicale des ruptures complètes proximales des IJ sont capables de retourner sur le terrain, mais les résultats sont mitigés si l’on regarde la participation au long terme. Ceci indique que cette atteinte des IJ peut être un paramètre de détérioration physique chez les joueurs d’élite [Mansour AA, Genuario JW, Young JP, Murphy TP, Boublik M, Schlegel TF. National Football League athletes’ return to play after surgical reattachment of complete proximal hamstring ruptures. Am J Orthop. 2013 Jun;42(6):E38-41].
 
 
Article de référence
 
Neuschwander TB, Benke MT, Gerhardt MB. Anatomic Description of the Origin of the Proximal Hamstring. Arthroscopy. 2015 Aug;31(8):1518–21.
 
 
Références
 
1. Cohen SB, Bradley JP. Acute proximal hamstring rupture. J Am Acad Orthop Surg 2007;15:350-355.
2. Birmingham P, Muller M, Wickiewicz T, Cavanaugh J, Rodeo S, Warren R. Functional outcome after repair of proximal hamstring avulsions. J Bone Joint Surg Am 2011;93:1819-1826.
3. Cohen SB, Rangavajjula A, Vyas D, Bradley JP. Functional results and outcomes after repair of proximal hamstring avulsions. Am J Sports Med 2012;40:2092-2098.
4. Klingele KE, Sallay PI. Surgical repair of complete proximal hamstring tendon rupture. Am J Sports Med 2002;30: 742-747.
5. Konan S, Haddad F. Successful return to high level sports following early surgical repair of complete tears of the proximal hamstring tendons. Int Orthop 2010;34: 119-123.
6. Lempainen L, Sarimo J, Heikkilä J, Mattila K, Orava S. Surgical treatment of partial tears of the proximal origin of the hamstring muscles. Br J Sports Med 2006;40: 688-691.
7. Orava S, Kujala UM. Rupture of the ischial origin of the hamstring muscles. Am J Sports Med 1995;23:702-705.
8. Sallay PI, Ballard G, Hamersly S, Schrader M. Subjective and functional outcomes following surgical repair of complete ruptures of the proximal hamstring complex. Orthopedics 2008;31:1092.
9. Sarimo J, Lempainen L, Mattila K, Orava S. Complete proximal hamstring avulsions: A series of 41 patients with operative treatment. Am J Sports Med 2008;36: 1110-1115.
10. Wood DG, Packham I, Trikha SP, Linklater J. Avulsion of the proximal hamstring origin. J Bone Joint Surg Am 2008;90:2365-2374.
11. Miller SL, Gill J, Webb GR. The proximal origin of the hamstrings and surrounding anatomy encountered during repair. A cadaveric study. J Bone Joint Surg Am 2007;89:44-48.
12. Miller SL, Webb GR. The proximal origin of the hamstrings and surrounding anatomy encountered during repair. Surgical technique. J Bone Joint Surg Am 2008;90: 108-116 (suppl 2 pt 1).
13. Dierckman BD, Guanche CA. Endoscopic proximal hamstring repair and ischial bursectomy. Arthrosc Tech 2012;1:e201-207.
14. Neuschwander TB, Indresano AA, Hughes TH, Smith BW. Footprint of the lateral ligament complex of the ankle.Foot Ankle Int 2013;34:582-586.
15. Forsythe B, Harner C, Martins CA, Shen W, Lopes OV Jr, Fu FH. Topography of the femoral attachment of the posterior cruciate ligament. Surgical technique. J Bone Joint Surg Am 2009;91:89-100 (suppl 2 pt 1).
16. Lopes OV Jr, Ferretti M, Shen W, Ekdahl M, Smolinski P, Fu FH. Topography of the femoral attachment of the posterior cruciate ligament. J Bone Joint Surg Am 2008;90: 249-255.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter