KINESPORT KINESPORT







Déterminants de la longueur du fascicule des ischio-jambiers chez les rugbymen professionnels.



Dans le cadre de la prévention des lésions musculaires des muscles ischio-jambiers (HSI) il a été relevé un certain nombre de facteurs de risque, modifiables et non modifiables. Ces derniers sont entre autres l'augmentation de l'âge et des blessures antérieures. Un accent important a été mis sur les facteurs de risque modifiables et les interventions appropriées, qui peuvent conduire à une réduction du risque d'un athlète de HSI.

Parmi ces facteurs de risque modifiables, la force excentrique des ischio-jambiers a reçu une attention significative et reste encore très discutée.  Par ailleurs, et en accord général aujourd’hui, l’architecture musculaire est déterminée aujourd’hui comme facteurs de risques modifiables. Par exemple, il a été signalé que les footballeurs d'élite avec des fascicules musculaires du BFlh de moins de 10,56 cm étaient environ 4 fois plus susceptibles de souffrir d'une blessure aux ischio-jambiers au cours de la saison suivante que les athlètes avec fascicules plus longs. Ces données suggèrent que les interventions visant à augmenter la longueur des fascicules BFlh et la force excentrique du fléchisseur du genou devraient être prioritaires dans les programmes de prévention des blessures aux ischio-jambiers. 
 
En outre, il a été signalé que, comme troisième possible facteur de risques modifiables, l'angle de « point de rupture » atteint pendant le Nordic Hamstring est d’une part positivement corrélé à la force des ischio-jambiers excentriques et, d’autre part, peut être utilisé comme une évaluation sur le terrain de la force des ischio-jambiers excentriques. Cependant, l'applicabilité de cette mesure au sport d'élite est encore inconnue.
 
Le quatrième facteur discuté est le pic de volume de course à grande vitesse (> 24 km / h), qui sont relatifs aux performances régulières de chaque athlète. Selon les auteurs, la surexposition et la sous-exposition à la vitesse maximale (> 85% de la vitesse maximale), aux efforts et au volume (c'est-à-dire la distance parcourue) sont associées au plus grand risque de blessure sans contact des membres inférieurs chez les footballeurs australiens professionnels. 
 
Bien qu'il puisse exister une association entre l'exposition à la course et le risque de HSI, l'utilisation indépendante de variables de course pour prédire la future HSI peut avoir une valeur clinique limitée, où plusieurs facteurs (y compris la force excentrique et la longueur du fascicule) peuvent être nécessaires pour déterminer la probabilité d'une future HSI.
 
En tant que tel, l’équipe de Timmins a réalisé une étude encore au stade de pre-proof, acceptée en décembre 2019 par Journal of Science and Medicine in Sport. Leur objectif était d'évaluer l'influence des facteurs modifiables précités. Ils ont ainsi évalué l’aspect de l'entraînement physique d'élite sur les changements de longueur des fascicules chez les joueurs de ligue de rugby professionnels, y compris l'influence de l'entraînement de force excentrique par Nordic et son angle de rupture, ainsi que l'historique de l'exposition à la vitesse de course, l'âge et les blessures au cours d'une même saison chez les joueurs de ligue de rugby professionnels.

COMMENT
  • 33 joueurs de rugby d'élite 
  • Batterie de test à trois reprises, séparés de minimum 56 jours (décembre 2017 (pré-saison précoce), février 2018 (pré-saison tardive) et mai 2018 (en saison)) : 
  • Peak Force pendant 1 single-leg nordic hamstring à l'aide d'un Nordbord
  • Analyse de mouvement du point de rupture au cours d'un single-leg  nordic hamstring avec une caméra. 
  • Mesure de la longueur du fascicule BFlh. 
  • Analyse par GPS des distances parcourues > 80% et 90% de la vitesse de pointe individuelle de chaque athlète au cours des 28 jours (charge chronique de 28 jours) et 56 (charge chronique de 56 jours) avant chaque test 
  • Données anthropométriques et les antécédents de blessures ont également été enregistrés par des physiothérapeutes qualifiés.
  • Des charges supérieures à 80 et 90% de la vitesse maximale de chaque joueur ont été rassemblées à partir des 28 précédents et 56 jours avant chaque test respectif.

 Résultats
  • 33 athlètes : arrières extérieurs (n = 16), des joueurs de bord (n = 6) et des joueurs intermédiaires (n = 11). 
  • Longueur de fascicule :  10,11 cm lors du test 1 (pré-saison), de 10,65 cm lors du test 2 (fin de pré-saison) et de 10,52 cm lors du test 3 (en saison). 
  • Nordbord : 407,3 N / 4,16 N /kg, 623 millisecondes, angle de genou= 37,7 degrés au moment du pic de vitesse angulaire.
  • Vitesse maximale moyenne = 8,74 ms-1
  • Une charge chronique moyenne supérieure à 80% de la vitesse maximale mesurée à 76,8 m et 58,9 m pour les périodes précédentes de 28 et 56 jours. 
  • Une charge chronique moyenne supérieure à 90% de la vitesse maximale mesurée = 14 m et 9,7 m pour 28 et 56 jours.
  • 50,6% de la variabilité de la longueur du fascicule s’explique par :
  • Le facteur le plus important était le volume de course (mesuré en mètres)> 80%. 
  • Les 2 autres les plus importants correspondent au peak de force au nordic (27%) et le temps écoulé sous charge à de longues longueurs (17%).
  • La vitesse de pointe (13%), les blessures antérieures (8%) et l'âge (5%) étaient d'autres contributeurs statistiquement significatifs à la variabilité observée de la longueur du fascicule dans cet ensemble de données. 
  • Les volumes de course supérieurs à 90% et les vitesses angulaires et l'angle de vitesse angulaire maximale n'étaient pas des déterminants statistiquement significatifs.

Quels sont les déterminants de la longueur du fascicule BFlh ?
  • Des charges de course chroniques relatives> 80% de la vitesse maximale expliquent  43% de la variabilité de la longueur du fascicule, 
  • Le seuil supérieur à 90% n'était pas significatif. 
  • La force excentrique maximale des ischio-jambiers = 27% de la variance de la longueur du fascicule BFlh. 
  • Combinés à un temps excentrique prolongé sous tension à de longues longueurs musculaires (17%), ces deux facteurs décrivent environ 44% de la variabilité expliquée de la longueur du fascicule. 
 
Collectivement, ces résultats peuvent aider à orienter les stratégies de conditionnement et de prévention pour les athlètes à l'avenir. Si les praticiens ne sont pas en mesure de surveiller les changements de longueur du fascicule, la gestion des charges de course chroniques> 80% de la vitesse maximale ainsi que l'entraînement en force excentrique peuvent aider à estimer environ 90% des déterminants contrôlables de la longueur du fascicule BFlh chez leurs athlètes.
 
Le volume courant chronique supérieur à 80% de la vitesse maximale au cours de la période de 56 jours précédente a été le plus grand contributeur à la variabilité de la longueur du fascicule (30%). 
 
Cependant, bien qu'une exposition régulière au-dessus de 90% de la vitesse maximale mesurée soit souvent recommandée dans les environnements à hautes performances pour la prévention des HSI, les résultats de cette étude suggèrent que si l'objectif est d'améliorer la longueur du fascicule, cette cible peut ne pas être nécessaire.
 
Bien que des recherches futures soient nécessaires dans ce domaine, cette étude suggère qu'une exposition régulière au-dessus de 80% de la vitesse maximale d'un athlète pourrait être suffisante pour optimiser la longueur du fascicule chez les athlètes professionnels
 
La force excentrique maximale était le deuxième contributeur le plus important à la variabilité expliquée de la longueur du fascicule (27%). Des recherches antérieures ont confirmé les avantages de l'entraînement excentrique dans l'optimisation de l'adaptation de la longueur du fascicule. L'étude actuelle a également révélé que le temps sous charge à des longueurs plus longues (17% de la variabilité expliquée de la longueur du fascicule), et non l'angle de «point de rupture» de l'exercice, ont été des influences significatives sur l'adaptation de la longueur du fascicule. 
 
La littérature précédente a exploré le concept de l'angle de rupture comme mesure du risque potentiel de HSI. Les résultats de la présente étude suggèrent que l'angle de rupture à 20°/sec, 60°/sec ou l'angle de la vitesse angulaire maximale de la cuisse a eu un effet minimal sur les modifications de la longueur du fascicule BFlh. 
 Il semblerait que ce soit la capacité combinée de maintenir un temps écoulé sous une charge supramaximale qui ait l'influence la plus importante sur les adaptations de la longueur du fascicule. Cela peut représenter un ajout utile aux programmes d'entraînement en force dans la prévention des HSI.
 
L'âge (5%) et les blessures antérieures (8%) étaient les derniers contributeurs à la variabilité expliquée de la longueur du fascicule dans l'ensemble de données. Un antécédent de HSI et une augmentation de l'âge ont été largement signalés pour augmenter la probabilité de survenue d'une blessure.
 
 Bien que les résultats de cette étude réaffirment l'importance de ces facteurs, il est quelque peu rassurant que la majorité du modèle s'explique par des facteurs qui peuvent être modifiés par diverses interventions, permettant aux praticiens de gérer le risque d'un athlète.


Conclusions

Des déterminants significatifs de la longueur du fascicule des ischio-jambiers ont été observés au cours d'une seule saison de ligue professionnelle de rugby. 
  • La charge de course chronique> 80% de la vitesse maximale (28 jours et 56 jours combinés).
  • La vitesse maximale globale explique 43% de la variabilité observée de la longueur du fascicule
  • Les variables liées à la force contribuent collectivement à 44% supplémentaires. 
  • Les facteurs de risque non modifiables (âge et blessures antérieures) ont collectivement contribué aux 13% restants. 

L’étude :
McGrath TM, Hulin BT, Pickworth N, Clarke A, Timmins R, Determinants of hamstring fascicle length in professional rugby league athletes, Journal of Science and Medicine in Sport (2019), doi: https://doi.org/10.1016/j.jsams.2019.12.006




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique