KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Diagnostic et traitement du syndrome de la côte glissante



Foley CM et al.
 
Objectif
(1) Etudier la présentation clinique, le diagnostic et le traitement du syndrome de la côte glissant (syndrome de Cyriax) chez les athlètes ; (2) d'enquêter sur la manœuvre d'accroche (hooking manoeurvre) pour le diagnostic.
 
Méthode
La costochondrite, le syndrome de Tietze, les fractures et les diagnostics peu clairs ont été exclus. Des athlètes qui présentaient une subluxation palpable des côtes, une manœuvre d'accroche positive ou une résolution de la douleur après la résection d'un segment de côte glissant ont été inclus.
 
Résultats
Cinquante-quatre athlètes ont reçu un diagnostic de syndrome de la côte glissante, dont 38 (70%) étaient des femmes. L'âge moyen à la présentation était de 19,1 ans (extrêmes 4-40 ans). Le nombre moyen de consultations spécialisées précédentes était de 2,3 et le délai moyen entre l'apparition des symptômes et le diagnostic était de 15,4 mois. La manœuvre d'accroche a été tenté 21 fois (38,9%). Les symptômes étaient unilatéraux chez 49 athlètes (90,7%). La côte la plus symptomatique était la 10e, touchant 24 athlètes (44,4%), la huitième et la neuvième sur 17 athlètes (31,5%). La plupart, 39 (72,2%), ont signalé un début insidieux des symptômes.
La course à pied, l'aviron, la crosse et le hockey sur gazon sont des activités fréquemment associées. Douze athlètes avaient des diagnostics psychiatriques (22,2%), 10 (19,2%) étaient hypermobiles. Soixante-six études d'imagerie totales ont été réalisé. Les options de traitement les plus réussies comprenaient : traitement ostéopathique manipulatif (71,4%), résection chirurgicale (70%) et l’application locale de diclofénac (60%).
 
Conclusion
La plupart des athlètes atteints du syndrome de la côte glissante étaient des femmes actives avec un début insidieux de douleur unilatérale, une prévalence élevée d'hypermobilité et une douleur prolongée. La manœuvre d'accroche était sous-utilisée.
 
Article de référence
Foley CM et al. Diagnosis and Treatment of Slipping Rib Syndrome.
Clin J Sport Med.  2017 Oct 6. doi: 10.1097/JSM.0000000000000506



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter