KINESPORT KINESPORT







Effet du massage sportif sur la performance et la récupération : une nouvelle étude systématique et la méta-analyse



Le massage sportif est omniprésent dans le sport d'élite et de plus en plus courant au niveau des groupes d'âge et des amateurs, générant une industrie commerciale de thérapeutes professionnels et d'appareils de massage. Les bienfaits proposés du massage sportif comprennent l'amélioration de la récupération, des performances et de la prévention des blessures. Il est important de délimiter la base de données probantes à l'appui d'une telle intervention. 

Une précédente méta-analyse de 22 études randomisées a révélé un bénéfice faible et irrégulier du massage sur la récupération des performances après l'exercice (Hemmings). Cependant Il s’agissait d'études utilisant des techniques non manuelles telles que les vibrations ou le massage à jet d'eau qui ne sont pas couramment disponibles, et des résultats tels que la souplesse ou les douleurs musculaires DOMS n'ont pas été examinés. Une autre méta-analyse a examiné l'effet de plusieurs interventions, dont le massage, sur les DOMS, mais n'a inclus que quatre études sur l'effet du massage, ne constatant aucune amélioration significative des DOMS par le massage (Guo). 

Louisa Davis et al. (2020) viennent de publier une nouvelle revue systématique et une méta-analyse complètes visant à examiner les avantages du massage sportif manuel sur une série de résultats, notamment la performance, la force ou la récupération, afin de mieux savoir si le massage justifie son inclusion dans l'entraînement ou la compétition. 
Pour les besoins de cette méta-analyse, les auteurs ont défini le massage sportif comme la manipulation manuelle des muscles et des tissus mous par un professionnel qualifié, dans le but d'améliorer les performances ou la récupération dans le sport. Ils ont réalisé des méta-analyses distinctes examinant l'effet du massage sur les mesures de la performance sportive (force, saut, sprint, endurance et souplesse) et de la récupération (fatigue et DOMS). Ils ont également éviter les biais en incluant les mêmes participants plusieurs fois dans la même catégorie (pseudo-réplication) selon les études , ce qui était une limitation potentielle de la plus grande méta-analyse précédente de Hemmings.  Lorsque les études incluaient plus de deux groupes (par exemple en comparant le massage, le contrôle et un type d'intervention différent), ont été analysées uniquement les données des groupes de massage et de contrôle. 

Louisa Davis et al. ont identifié 29 études répondant aux critères d'éligibilité ; 12 essais contrôlés randomisés (ECR) et 17 études croisées randomisées. Un total de 1012 participants a été inclus, dépassant largement les 270 participants de la plus grande méta-analyse précédente. 



L'effet du massage sportif sur les performances de force 

Douze études ont examiné si le massage sportif influence la récupération de la force après l'exercice.  La méta-analyse de ces études a révélé que le massage n'avait pas d'effet global sur la force avec une faible hétérogénéité d'étude (SMD 0,17, 95% CI -0,08 à 0,42 ; participants=346 ; études=12, I2=23% 

L'effet du massage sportif sur les performances de saut 

Cinq études ont examiné si le massage sportif affecte les performances de saut. La méta-analyse de ces études a montré que le massage n'avait pas d'effet global sur les performances de saut avec une très faible hétérogénéité (SMD 0,16, 95%CI -0,20 à 0,51 ; particip- pants=132 ; études=5 ; I2=5%).

L'effet du massage sportif sur la performance de sprint 

Sept études ont examiné l'effet du massage sportif sur le sprint. La méta-analyse a révélé que le massage n'avait pas d'effet global sur les performances en sprint, avec une grande hétérogénéité des études (SMD -0,35, 95%CI -0,98 à 0,28 ; participants=257 ; études=7 ; I2=82%). 

L'effet du massage sportif sur les performances d'endurance 

Trois études examinant les effets du massage sur l'endurance ont été identifiées. La méta-analyse de ces études a montré que le massage n'avait pas d'effet global sur l'endurance, avec une très grande hétérogénéité des études (SMD 0,21, 95%CI -3,45 à 3,87 ; participants=96 ; études=3 ; I2=97%).

L'effet du massage sportif sur la fatigue musculaire 

La fatigue musculaire est définie comme une perte de puissance musculaire due à une diminution de la force et de la vitesse, qui est à la fois mesurable et réversible par le repos, ce qui distingue la fatigue musculaire de la faiblesse ou des dommages musculaires. La fatigue musculaire perçue est une évaluation subjective. La méta-analyse n'a révélé aucun effet significatif du massage sur la fatigue, avec une grande hétérogénéité des études (SMD 0,47, 95 % IC -0,28 à 1,22 ; participants=171 ; études=5 ; I2=86 %).

L'effet du massage sportif sur la souplesse 

La flexibilité est définie comme l'amplitude de mouvement disponible pour une articulation ou une série d'articulations. Certains sports bénéficient d'une extrême souplesse, comme le ballet et la gymnastique, tandis que pour des sports comme la course à pied, une trop grande souplesse peut être préjudiciable et augmenter le risque de blessure.  Sept études ont examiné l'effet du massage sur la flexibilité. La méta-analyse de ces études a révélé que le massage augmentait significativement les scores de flexibilité de 7 %, avec une très grande hétérogénéité (p=0,01, SMD 1,07, 95 % IC 0,21 à 1,93 ; participants=246 ; études=7 ; I2=90 %). 

L'effet du massage sportif sur l'apparition retardée de douleurs musculaires

10 études examinant l'effet du massage sur le DOMS ont été identifiées. Toutes les études se sont appuyées sur des échelles de notation subjectives pour évaluer le DOMS. La méta-analyse de ces études a révélé que le massage était associé à une amélioration statistiquement significative de 13 % des mesures de DOMS après l'exercice, avec une hétérogénéité élevée (SMD 1,13, 95 % IC 0,44 à 1,82 ; participants = 311 ; études = 10 ; I2 = 86 %).

Les athlètes et les entraîneurs pensent souvent que le massage sportif améliore les performances. Cependant, cette méta-analyse ne trouve aucune preuve concluante des avantages sur les résultats des performances examinées. Elle souligne la difficulté de définir de tels bénéfices ; la plupart des études ont recruté un petit nombre de participants et l'ampleur de l'effet du massage (s'il existe) peut être trop faible pour être facilement détectée avec de faibles nombres, en particulier s'il y a une variabilité des résultats. L'éventail des différents protocoles de massage décrit rend la définition des protocoles de traitement optimal très complexe. Les auteurs n’ont trouvé aucune preuve d'amélioration des mesures de performance (force, saut, sprint ou endurance).  
  • Cette publication ne trouve donc aucun élément justifiant l'inclusion du massage dans l'attente d'une amélioration directe des performances en matière de force, de sprint ou d'endurance. 
  • Par ailleurs les auteurs ont constaté que le massage induisait une amélioration faible mais statistiquement significative de la flexibilité, bien que la grande hétérogénéité des résultats de ces études (I2=90 %) reflète le fait que cette amélioration a été influencée par une seule étude, d'autres études montrant un bénéfice systématiquement moindre. Les athlètes qui ont besoin de souplesse peuvent donc bénéficier d'un massage sur la base de ces résultats, bien que des recherches supplémentaires dans des sports spécifiques soient nécessaires pour le confirmer. Il convient de noter que les études incluses ont comparé le massage à l'absence d'intervention, plutôt qu'à d'autres interventions telles que les étirements passifs, qui ont également le potentiel d'améliorer la flexibilité. 
  • Les auteurs ont également constaté que le massage réduisait la douleur/DOMS de 13 % de manière statistiquement significative, bien que, là encore, ces études soient très hétérogènes (I2=86 %) et qu'elles soient motivées par une seule valeur, de sorte que l'ampleur réelle de tout bénéfice reste incertaine. Ces conclusions impliquent que les sports les plus susceptibles d'induire des DOMS ont plus à gagner de l'inclusion du massage, en particulier lorsqu'il faut répéter la performance avant que le DOMS ne soit rétabli, comme dans le cas d'événements de plusieurs jours. Ce bénéfice pourrait être plus important dans les sports où l'utilisation d'analgésiques est limitée. Il est important de reconnaître que les études sur les DOMS utilisent des évaluations subjectives qui sont susceptibles d'avoir des effets placebo. 

Cette méta-analyse laisse à nouveau de nombreuses questions sans réponse. Parmi celles-ci figurent l'incertitude quant à la durée optimale du massage et l'absence d'études testant l'effet de massages répétés réguliers, qui pourraient être plus bénéfiques. Étant donné le nombre énorme de type de massage et de moments d’application potentiels, il est impossible de conclure que le massage ne peut pas améliorer les performances si le moment et l'indication corrects ne peuvent être définis. Toutefois, leurs conclusions devraient inciter à la prudence face aux affirmations selon lesquelles le massage apporterait des bienfaits pour lesquels il n'existe que peu ou pas de preuves. 

L'article : en openacess 
Davis HL, Alabed S, Chico TJA. Effect of sports massage on performance and recovery: a systematic review and meta-analysis. BMJ Open Sport & Exercise Medicine 2020;6:e000614. doi:10.1136/ bmjsem-2019-000614




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique