KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Effets de l’entrainement par stimulation neuromusculaire électrique de hautes et basses fréquences dans la physiologie et la pathologie



Effets de l’entrainement par stimulation neuromusculaire électrique de hautes et basses fréquences dans la physiologie et la pathologie
Menno P. Veldman et Al.
 

Introduction


La stimulation neuromusculaire électrique (SNME) correspond à une application transcutanée d’un courant électrique permettant de cibler un groupe musculaire avec l’objectif de dépolariser le motoneurone et de générer ainsi une contraction musculaire d’intensité importante (allant de 10 à 60% de la contraction maximale volontaire).
La SNME est généralement utilisée pour le renforcement chez des sujets en bonnes santé et des athlètes mais également comme outils de réhabilitation pour améliorer ou préserver la fonction et la masse musculaire chez des patients ne pouvant pas réaliser de contraction musculaire volontaire. L’entrainement par SNME peut également améliorer les capacités oxydatives et entrainer la transformation des fibres musculaire de rapides à lentes ce qui pourrait potentiellement améliorer les performances en endurance.
Malheureusement, la littérature se focalisant à la fois sur les résultats mécaniques et cliniques est inexistante.
 

Objectif


Cette étude a pour but de confronter les résultats de littérature et de discuter de l’impact de l’entrainement par SNME haute fréquence et basse fréquence sur l’endurance musculaire et l’endurance fonctionnelle chez des patients en bonne santé comparés à une population clinique.
 

Méthode


Les auteurs se sont focalisés sur des études menées pendant au moins 3 semaines avec une utilisation journalière de la SNME, chez des patients en bonne santé et des patients cliniques. Il a été souhaité que les études permettent de distinguer l’efficacité de :
  • La SNME basse fréquence non tétanique : fréquences continues proches de 10Hz en général.
  • La SNME tétanique haute fréquence : fréquences intermittente proche de 50Hz
Les auteurs ont déterminé l’endurance musculaire comme étant une diminution de la force induite par la contraction volontaire ou induite par la stimulation électrique et le temps de maintiens de la contraction mono-articulaire.
D’autre part, l’endurance fonctionnelle correspond à la consommation maximale d’oxygène ou charge maximale, à la distance parcourue en un temps donné ou le temps d’endurance concernant des exercices impliquant le corps dans sa globalité comme la marche ou le vélo.
 

Résultats

 
  • Effets de la SNME sur l’endurance de la performance chez des sujets sains
La SNME à haute fréquence augmente la force musculaire mais n’affecterais pas ou même diminuerais l’endurance musculaire. Elle semble également avoir un effet négligeable sur l’endurance fonctionnelle (Fig1A).
Ces résultats semblent surprenant dans la mesure où une session unique de SNME haute fréquence induit un stress métabolique et cardiovasculaire important comparé à une contraction volontaire et un niveau élevé de fatigue musculaire principalement dû au fait que le SNME recrute un nombre accru d’unité motrice par rapport à la contraction volontaire.
D’autre part, cette SNME haute fréquence induit un changement dans la nature de la fibre (rapide à lente) avec une augmentation de la capacité oxydative et de la capillarisation des muscles stimulés. Ces adaptations correspondent à celles que l’on retrouve lors de l’entrainement d’endurance. Cependant, les limitations méthodologiques compliquent l’interprétation des données recueillies.
 
Les données concernant les effets de la SNME de basse fréquence sur le muscle et l’endurance fonctionnelle chez les patients en bonne santé sont relativement rares. Trois études mettent en évidence une amélioration de l’endurance fonctionnelle (amélioration de la capacité de travail, de la consommation d’oxygène au seuil anabolique) potentiellement dues à des adaptations du métabolisme aérobie oxydatif et à l’augmentation de la capillarisation.
Malgré des données limitées, les effets de la SNME basse intensité sur l’endurance fonctionnelle semblent plus importants que ceux de la SNME haute intensité malgré la transition subie par les fibres musculaires (rapide à lente) présente dans les deux modes.
 
De telles différences sont probablement dues à des différences méthodologiques : la haute fréquence est généralement appliquée de façon intermittente et à des intensités plus élevées. De ce fait, la basse fréquence est mieux tolérée et les séances sont généralement plus longues pouvant aller jusqu’à 240 minutes de courant continu par jour (contre 20 à 30 minutes pour la haute fréquence).
 
En résumé, nous avons peu de connaissance en ce qui concerne l’impact de la SNME sur l’endurance musculaire et fonctionnelle chez des individus sains. La haute intensité aurait peu d’influence, voir un impact négatif sur l’endurance musculaire alors que pour l’endurance fonctionnelle, la basse fréquence semble bénéfique, probablement parce que les sessions réalisées sont plus longues. Les études menées sur les sujets sains ont généralement ciblé des muscles souffrant de l’effet limite. Les auteurs émettent l’hypothèse qu’en choisissant des muscles moins sollicités et en utilisant des protocoles d’études plus stricts il serait plus simple de fournir de réelles preuves concernant l’efficacité de la SNME
 
  • Effets de la SNME sur l’endurance de la performance dans une population de patients
L’hypothèse proposée précédemment que les muscles moins sollicités sont plus enclins à l’amélioration est confirmée par les résultats obtenus chez des patients souffrant de pathologies affectant la fonction musculaire, pulmonaire et cardiovasculaire. Les protocoles de SNME sont plus efficaces chez les patients que chez les individus sains, également en ce qui concerne l’endurance fonctionnelle.
En général, dans les groupes de patients souffrant de Bronchopathie Obstructive Chronique (BPCO) ou de troubles cardiaques chroniques (CHF), la SNME augmente la force musculaire et la fonction respiratoire et de ce fait, améliore l’endurance fonctionnelle ((augmentation de l’absorption d’oxygène, de la charge de travail, des temps d’endurance et des distances parcourues généralement indexée grâce au test des 6 minutes de marche).
 
Il y a cependant peu de données concernant l’endurance musculaire après SNME de basse ou haute intensité dans les populations de patients. Seulement 3 études rapporteraient des améliorations de l’endurance musculaire. Les études cliniques appliquant la SNME de haute et basse fréquence se concentrent généralement sur l’endurance fonctionnelle en raison de leur pertinence clinique.
 
La figure 1A qui contient les données recueillis dans 14 études cliniques montrent plus d’effets favorables dans la SNME haute fréquence que dans la SNME basse fréquence au niveau de l’endurance fonctionnelle. Ces résultats sont assez inattendus et surtout dus aux diverses définitions de l’endurance fonctionnelle, à l’absence de répartition en fonction de la condition physique et à l’hétérogénéité des paramètres de la SNME.
Cinq études, menées chez des patients souffrant de BPCO, utilisant uniquement la SNME haute fréquence ont montré de meilleures améliorations de l’endurance fonctionnelle (43%) en comparaison à 9 autres études réalisées chez des patients souffrant de troubles cardiaques chroniques auxquels ont dispensé uniquement la SNME basse fréquence (12% d’amélioration de l’endurance fonctionnelle).
Quoiqu’il en soit, le taux d’amélioration pourrait aussi dépendre de la sévérité de la pathologie. La durée totale des traitements par SNME de 8 études différents menées sur des patients souffrant de troubles cardiaques chroniques semblent être reliés à l’amélioration de la performance d’endurance (Figure 1B).
 
En résumé, que ce soit de la haute ou de la basse fréquence, le SNME améliore l’endurance fonctionnelle dans les populations de patients, même si son influence reste encore méconnue sur l’endurance musculaire. L’impact des protocoles de SNME sur l’endurance de la performance apparaissent comme nettement dépendant du type de pathologie, de la sévérité et de l’exposition au traitement.

Effets de l’entrainement par stimulation neuromusculaire électrique de hautes et basses fréquences dans la physiologie et la pathologie

Conclusion


Que ce soit par haute ou basse fréquence, la SNME peut améliorer l’endurance fonctionnelle dépendamment des conditions initiales. Les patients inactifs souffrant de pathologies avancées sont plus à même de tirer des bénéfices de la SNME que les patients actifs.
La SNME basse fréquence semble être particulièrement efficace chez les patients souffrant de troubles cardiaques chroniques avec des durées de traitement plus important entrainant de plus grandes améliorations de l’endurance fonctionnelle, alors que chez les patient BPCO, il est difficile de fournir des recommandations quant au choix de la haute ou de la basse fréquence pour l’utilisation de la SNME.
La SNME de haute ou de basse fréquence semble être efficace en ce qui concerne l’amélioration de la performance d’endurance. Même si les effets physiologiques semblent être relativement bien connus chez les patients sains, il serait nécessaire de fournir d’autres études basées sur des preuves afin d’optimiser les traitements chez différentes populations de patients.
 

Article original


Effects of neuromuscular electrical stimulation training on endurance performance, Veldman et AL. Frontiers in Physiology, Nov 2016, doi: 10.3389/fphys.2016.00544

Références
Alon, G., McCombe, S. A., Koutsantonis, S., Stumphauzer, L. J., Burgwin, K. C., Parent, M. M., et al. (1987). Comparison of the effects of electrical stimulation and exercise on abdominal musculature. J. Orthop. Sport. Phys. Ther. 8, 567–573. doi: 10.2519/jospt.1987.8.12.567
Banerjee, P., Caulfield, B., Crowe, L., and Clark, A. (2005). Prolonged electrical muscle stimulation exercise improves strength and aerobic capacity in healthy sedentary adults. J. Appl. Physiol. 99, 2307–2311. doi: 10.1152/japplphysiol.00891.2004
Bickel, C. S., Gregory, C. M., and Dean, J. C. (2011). Motor unit recruitment during neuromuscular electrical stimulation: a critical appraisal. Eur. J. Appl. Physiol. 111, 2399–2407. doi: 10.1007/s00421-011-2128-4
Bourjeily-Habr, G., Rochester, C. L., Palermo, F., Snyder, P., and Mohsenin, V. (2002). Randomised controlled trial of transcutaneous electrical muscle stimulation of the lower extremities in patients with chronic obstructive pulmonary disease. Thorax 57, 1045–1049. doi: 10.1136/thorax.57.12.1045
Burke, D., Gorman, E., Stokes, D., and Lennon, O. (2016). An evaluation of neuromuscular electrical stimulation in critical care using the ICF framework: a systematic review and meta-analysis. Clin. Respir. J. 10, 407–420. doi: 10.1111/crj.12234
Dal Corso, S., Nápolis, L., Malaguti, C., Gimenes, A. C., Albuquerque, A., Nogueira, C. R., et al. (2007). Skeletal muscle structure and function in response to electrical stimulation in moderately impaired COPD patients. Respir. Med. 101, 1236–1243. doi: 10.1016/j.rmed.2006.10.023
Deley, G., Kervio, G., Verges, B., Hannequin, A., Petitdant, M.-F., Salmi- Belmihoub, S., et al. (2005). Comparison of low-frequency electrical myostimulation and conventional aerobic exercise training in patients with chronic heart failure. Eur. J. Cardiovasc. Prev. Rehabil. 12, 226–233. doi: 10.1097/00149831-200506000-00007
Dobsák, P., Nováková, M., Fiser, B., Siegelová, J., Balcárková, P., Spinarová, L., et al. (2006). Electrical stimulation of skeletal muscles: an alternative to aerobic exercise training in patients with chronic heart failure? Int. Heart J. 47, 441–453. doi: 10.1536/ihj.47.441
Doucet, B. M., and Griffin, L. (2013). High-versus low-frequency stimulation effects on fine motor control in chronic hemiplegia: a Pilot Study. Top. Stroke Rehabil. 20, 299–307. doi: 10.1310/tsr2004-299
Duchateau, J., and Hainaut, K. (1988). Training effects of sub-maximal electrostimulation in a human muscle. Med. Sci. Sport. Exerc. 20, 99–104. doi: 10.1249/00005768-198802000-00015
Eicher, J. C., Dobsak, P., Berteau, O., Walker, P., Verges, B., Maillefert, J. F., et al. (2004). Rehabilitation in chronic congestive heart failure: comparison of bicycle training and muscle electrical stimulation. Scr. Medica Fac. Medicae Univ. Brun. Masaryk. 77, 261–270. Available online at: http://www.med.muni. cz/biomedjournal/pdf/2004/05/261- 270.pdf
Erickson, M. L., Ryan, T. E., Backus, D., and McCully, K. K. (2016). Endurance neuromuscular electrical stimulation training improves skeletal muscle oxidative capacity in individuals with motor-complete spinal cord injury. Muscle Nerve. doi: 10.1002/mus.25393. [Epub ahead of print].
Gondin, J., Brocca, L., Bellinzona, E., D’Antona, G., Maffiuletti, N. A., Miotti, D., et al. (2011a). Neuromuscular electrical stimulation training induces atypical adaptations of the human skeletal muscle phenotype: a functional and proteomic analysis. J. Appl. Physiol. 110, 433–450. doi: 10.1152/japplphysiol.00914.2010
Gondin, J., Cozzone, P. J., and Bendahan, D. (2011b). Is high-frequency neuromuscular electrical stimulation a suitable tool for muscle performance improvement in both healthy humans and athletes? Eur. J. Appl. Physiol. 111, 2473–2487. doi: 10.1007/s00421-011-2101-2
Gondin, J., Guette, M., Jubeau, M., Ballay, Y., and Martin, A. (2006). Central and peripheral contributions to fatigue after electrostimulation training.
Med. Sci. Sports Exerc. 38, 1147–1156. doi: 10.1249/01.mss.0000222843.
04510.ca Harris, S., LeMaitre, J. P., Mackenzie, G., Fox, K. A. A., and Denvir, M. A. (2003).
A randomised study of home-based electrical stimulation of the legs and conventional bicycle exercise training for patients with chronic heart failure. Eur. Heart J. 24, 871–878. doi: 10.1016/S0195-668X(02)00822-9
Karavidas, A. I., Raisakis, K. G., Parissis, J. T., Tsekoura, D. K., Adamopoulos, S., and Korres, D. A., et al. (2006). Functional electrical stimulation improves endothelial function and reduces peripheral immune responses in patients with chronic heart failure. Eur. J. Cardiovasc. Prev. Rehabil. 13, 592–597. doi: 10.1097/01.hjr.0000219111.02544.ff
Kim, C. K., Takala, T. E. S., Seger, J., and Karpakka, J. (1995). Training effects of electrically induced dynamic contractions in human quadriceps muscle. Aviat. Sp. Environ. Med. 66, 251–255.
LeMaitre, J. P., Harris, S., Hannan, J., Fox, K. A. A., and Denvir, M. A. (2006). Maximum oxygen uptake corrected for skeletal muscle mass accurately predicts functional improvements following exercise training in chronic heart failure. Eur. J. Heart Fail. 8, 243–248. doi: 10.1016/j.ejheart.2005.07.011
Maddocks, M., Gao, W., Higginson, I. J., and Wilcock, A. (2011). Neuromuscular electrical stimulation for muscle weakness in adults with advanced disease. Cochrane Database Syst. Rev. 31:CD009419. doi: 10.1002/14651858.CD009419
Maffiuletti, N. A., Minetto, M. A., Farina, D., and Bottinelli, R. (2011). Electrical stimulation for neuromuscular testing and training: state-of-the art and unresolved issues. Eur. J. Appl. Physiol. 111, 2391–2397. doi: 10.1007/s00421- 011-2133-7
McNeil, C. J., Murray, B. J., and Rice, C. L. (2006). Differential changes in muscle oxygenation between voluntary and stimulated isometric fatigue of human dorsiflexors. J. Appl. Physiol. 100, 890–895. doi: 10.1152/japplphysiol.00921.2005
Miyamoto, T., Kamada, H., Tamaki, A., and Moritani, T. (2016). Low- intensity electrical muscle stimulation induces significant increases in muscle strength and cardiorespiratory fitness. Eur. J. Sport Sci. 16, 1104–1110. doi: 10.1080/17461391.2016.1151944
Neder, J. A., Sword, D., Ward, S. A., Mackay, E., Cochrane, L. M., and Clark, C. J. (2002). Home based neuromuscular electrical stimulation as a new rehabilitative strategy for severely disabled patients with chronic obstructive pulmonary disease (COPD). Thorax 57, 333–337. doi: 10.1136/thorax.57.4.333
Nuhr, M., Crevenna, R., Gohlsch, B., Bittner, C., Pleiner, J., Wiesinger, G., et al. (2003). Functional and biochemical properties of chronically stimulated human skeletal muscle. Eur. J. Appl. Physiol. 89, 202–208. doi: 10.1007/s00421-003- 0792-8
Pérez, M., Lucia, A., Rivero, J. L. L., Serrano, A. L., Calbet, J. A. L., Delgado, M. A., et al. (2002). Effects of transcutaneous short-term electrical stimulation on M. vastus lateralis characteristics of healthy young men. Pflugers Arch. Eur. J. Physiol. 443, 866–874. doi: 10.1007/s00424-001-0769-6
Porcelli, S., Marzorati, M., Pugliese, L., Adamo, S., Gondin, J., Bottinelli, R., et al. (2012). Lack of functional effects of neuromuscular electrical stimulation on skeletal muscle oxidative metabolism in healthy humans. J. Appl. Physiol. 113, 1101–1109. doi: 10.1152/japplphysiol.01627.2011
Quittan, M., Wiesinger, G. F., Sturm, B., Puig, S., Mayr, W., Sochor, A., et al. (2001). Improvement of thigh muscles by neuromuscular electrical stimulation in patients with refractory heart failure: a single-blind, randomized, controlled trial. Am. J. Phys. Med. Rehabil. 80, 206–214. quiz: 215–216, 224.
doi:10.1097/00002060-200103000-00011
Roig, M., and Reid, W. D. (2009). Electrical stimulation and peripheral muscle
function in COPD: a systematic review. Respir. Med. 103, 485–495. doi:
10.1016/j.rmed.2008.11.008
Sbruzzi, G., Ribeiro, R. A., Schaan, B. D., Signori, L. U., Silva, A. M. V., Irigoyen,
M. C., et al. (2010). Functional electrical stimulation in the treatment of patients with chronic heart failure: a meta-analysis of randomized controlled trials. Eur. J. Cardiovasc. Prev. Rehabil. 17, 254–260. doi: 10.1097/hjr.0b013e328339b5a2
Sillen, M. J. H., Speksnijder, C. M., Eterman, R. M. A., Janssen, P. P., Wagers, S. S., Wouters, E. F. M., et al. (2009). Effects of neuromuscular electrical stimulation of muscles of ambulation in patients with chronic heart failure or COPD: a systematic review of the english-language literature. Chest 136, 44–61. doi: 10.1378/chest.08-2481
Sillen, M. J. H., Wouters, E. F. M., Franssen, F. M. E., Meijer, K., Stakenborg, K. H. P., and Spruit, M. A. (2011). Oxygen uptake, ventilation, and symptoms during low-frequency versus high-frequency NMES in COPD: a pilot study. Lung 189, 21–26. doi: 10.1007/s00408-010-9265-0
Smart, N. A., Dieberg, G., and Giallauria, F. (2013). Functional electrical stimulation for chronic heart failure: a meta-analysis. Int. J. Cardiol. 167, 80–86. doi: 10.1016/j.ijcard.2011.12.019
Thériault R., Boulay M. R., Thériault G., Simoneau J. A. (1996). Electrical stimulation-induced changes in performance and fiber type proportion of human knee extensor muscles. Eur. J. Appl. Physiol. Occup. Physiol. 74, 311–317. doi: 10.1007/BF02226926
Theurel, J., Lepers, R., Pardon, L., and Maffiuletti, N. A. (2007). Differences in cardiorespiratory and neuromuscular responses between voluntary and stimulated contractions of the quadriceps femoris muscle. Respir. Physiol. Neurobiol. 157, 341–347. doi: 10.1016/j.resp.2006.12.002
Vaquero, A. F., Chicharro, J. L., Gil, L., Ruiz, M. P., Sánchez, V., Lucia, A., et al. (1998). Effects of muscle electrical stimulation on peak VO2 in cardiac transplant patients. Int. J. Sports Med. 19, 317–322. doi: 10.1055/s-2007- 971924
Vivodtzev, I., Debigaré, R., Gagnon, P., Mainguy, V., Saey, D., Dubé, A., et al. (2012). Functional and muscular effects of neuromuscular electrical stimulation in patients with severe COPD: a randomized clinical trial. Chest 141, 716–725. doi: 10.1378/chest.11-0839
Vivodtzev, I., Pépin, J. L., Vottero, G., Mayer, V., Porsin, B., Lévy, P., et al. (2006). Improvement in quadriceps strenght and dyspnea in daily tasks after 1 month of electrical stimulation in severely deconditioned and malnourished COPD. Chest 129, 1540–1548. doi: 10.1378/chest.129.6.1540 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter