KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Effets de l’utilisation des Voodoo Floss Bands sur l’amplitude de dorsiflexion de la cheville



Steven Ross et Al.
 

Introduction


Le pied et la cheville constituent l'une des zones les plus complexes du système musculo-squelettique. L'un des principaux mouvements est la dorsiflexion (DF). Elle est nécessaire à la réalisation de nombreuses activités de la vie quotidienne (AVQ). Pour certains auteurs, cette limitation de DF au niveau de la cheville pourrait être un facteur de risque de lésion du ligament croisé antérieur (LCA). On pense qu'un minimum de 10° de DF est requis pour une marche normale et que des amplitudes de 20° à 30° de DF sont requises pour la descente des escaliers, et des activités sportives telles que l'installation sur des blocs pour un sprint.

Dans la mesure où la cheville joue un rôle si important dans la mécanique des membres inférieurs et où la relation entre diminution de l’amplitude de DF et lésions des ligaments latéraux de la cheville est évidente, il n’est pas étonnant que de nombreux thérapeutes s'efforcent de fournir des solutions thérapeutiques efficaces pour augmenter cette amplitude de DF.
 

Objectif



La présente étude vise à évaluer l’utilisation du Voodoo Floss Band ou 'tack and floss' comme traitement émergent et présente des preuves de l’intérêt d’un tel traitement comme une méthode alternative d'augmentation de l’amplitude de la DF de cheville.
 

Méthodes



Participants : ils devaient être exempts de lésion des membres inférieurs depuis trois mois et être capables d'atteindre 10 cm ou moins de DF active par le biais de la mise en charge en fente. Les participant(e)s ont été exclu(e)s de la recherche s'il y avait une possibilité qu'ils soient enceintes ou souffrant de toute forme de problème circulatoire. Les auteurs ont recruté 10 participants pour l'étude (M = 5, F = 5). La taille (cm), la masse (kg) et l'âge (années) des participants étaient de : 171,4 cm ± 11,52 cm, 72 kg ± 8,94 kg et 23,8 ans ± 4,66 ans respectivement.

Évaluation : l’amplitude de DF a été mesurée sur des positions d’étirement en charge, afin de simuler les AVQ comme la marche, la course ou l’accroupissement (figure 1). Tous les participants ont subi une évaluation de l’amplitude DF sur leur côté droit ou gauche (sélection faite au hasard) et ont ensuite réalisé le protocole d'intervention de ce côté-là. Tous les participants ont ensuite été invités à revenir 72 heures plus tard pour faire évaluer leur cheville opposée et pour réaliser le protocole d'intervention.

Immédiatement après l'évaluation de l’amplitude, chaque sujet a réalisé 150 secondes de Voodoo Floss. Starrett (2013) recommande entre 2 et 3 minutes d'utilisation de la Voodoo Floss, de sorte que les chercheurs ont décidé de choisir 150 secondes comme point à mi-chemin entre le délai supérieur et inférieur recommandé. La technique de Voodoo Floss est composée d'exercices en amplitudes complètes tels que le squat complet et la flexion dorsale active du pied jusqu'à la DF complète.

La bande Voodoo a été appliquée à partir du point d'insertion calcanéen du tendon d'Achille en commençant par une tension d'environ 50% à l'arrière du membre inférieur et une tension élevée à sa partie antérieure, sans compression circonférentielle élevée. La bande est ensuite enroulée en direction céphalique. La tension de bande a été augmentée entre 70-75% au niveau du corps principal du tendon d'Achille à environ 2 cm de son insertion calcanéenne en direction du ventre musculaire du triceps surale (figure 2). Pour compléter l'application de la bande, la tension a été réduite à environ 50%, légèrement au-dessus du début du ventre musculaire, et environ 5 cm de la bande n'avait aucune tension, afin de tenir le montage.

Une fois que les participants ont terminé leur traitement avec le Voodoo Floss, la bande a été retiré et l’amplitude de DF a été testé à nouveau du côté droit et du côté gauche. Les participants ont été prié de ne prendre part à aucune autre forme d'exercice que les AVQ pendant les 7 heures suivant l’expérience. Les participants ont dû revenir à ce moment-là afin d’évaluer si des changements de DF avaient eu lieu depuis le test réalisé immédiatement après le traitement.

Effets de l’utilisation des Voodoo Floss Bands sur l’amplitude de dorsiflexion de la cheville

Résultats


Pour la jambe droite, le changement moyen de la DF de cheville entre le pré-test (7 cm ± 1,5 cm) et le test à 0 heure (8,15 cm ± 1,5 cm) a été mesuré à 1,2 cm (90% CI 0,5 cm-1,8 cm). Le changement moyen entre la jambe droite à 7 heures (9cm ± 1.4) et 0 heure a été mesuré à 0.9cm (90 & CI 0.5cm - 1.2cm).
Les scores moyens de changement au niveau de la jambe gauche ont été calculés entre le pré-test (6.7cm ± 2.07cm) et à 0 heure (8.65cm ± 2.03cm) à 1.9cm (90% CI 1.7cm - 2.1cm). La variation moyenne entre 0 heure et 7 heures a été calculée à 0,1 cm (IC à 90%: 0,0 cm - 0,2 cm).
 

Discussion


Sur la base des suggestions de Tabrizi et al (2000) un minimum de 10° à 30° de DF de cheville est nécessaire pour réaliser des AVQ simples comme la montée ou la descente d’escaliers.
D'autres suggestions (Fong et al, 2011) ont été faites sur la possibilité d'augmentation du risque de lésion du ligament collatéral médial (LCM) et augmentation du risque de lésion du ligament croisé antérieur (LCA) sans contact, particulièrement dans la population féminine lors de limitation de la DF (Zahradnik, Uchytil, Farana et Jandacka, 2014).
Comme certains chercheurs préconisent l'utilisation de programmes d'étirement (Radford et al, 2006) ou l'utilisation de techniques de mobilisation articulaire telles que celles de Maitland (Green et al, 2001) ou Mulligan (Collins et al, 2004) ; les techniques alternatives telles que les Voodoo Floss semblent gagner en popularité. Cependant, des recherches limitées ont été menées sur leur utilisation.

A partir d'une taille d'échantillon de 10 participants (M = 5, F = 5) d'âges différents, mais tous incapables d'atteindre l’amplitude recommandée de DF cheville, il a été constaté que l'utilisation de Voodoo Floss entraîne un effet bénéfique modéré sur les jambes droites et gauches.

Il était important pour le chercheur de calculer l'ampleur des effets car l'un des problèmes majeurs retrouvé dans la bibliographie disponible concernant l’augmentation de la DF de cheville est que de nombreux articles utilisent des degrés de mouvement comme unité de mesure de résultat, alors que d'autres utilisent des centimètres. De ce fait, il est difficile de comparer les résultats de différents articles traitant de différentes unités de mesure.

Ce qui ressort clairement des résultats de la recherche actuelle, c'est que le Voodoo Floss peut entraîner des augmentations intéressantes de la DF de cheville, immédiatement après le traitement, et que ces augmentations peuvent encore être observées 7 heures après 150 secondes de traitement.

Il est intéressant de noter que la DF de la jambe droite a continué d'augmenter de 0 heure à 7 heures après le traitement alors que les scores moyens de la jambe gauche n’ont que légèrement augmenté de 0 heure à 7 heures après le traitement ; ces augmentations ont été jugées insignifiantes.

Une autre observation intéressante à partir des résultats actuels est que bien que la gauche ne semble pas continuer à s'améliorer de 0 heure à 7 heures après le traitement, le côté gauche semblait bien mieux réagir au traitement que le côté droit de façon immédiate. Cela peut être observé en regardant les scores de changement moyen à 0 heure après le traitement pour les deux groupes. Le côté droit a répondu avec un score de changement de 1,2 cm (90% CI 0,5 cm - 1,8 cm), où le côté gauche a répondu avec un score de changement de 1,9 cm (90% CI 1,8 cm - 2,2 cm).

Là réside une autre faille possible dans la recherche actuelle : le probable manque d’informations fournies par le questionnaire de base. Des études futures pourraient fournir d'autres analyses biomécaniques sur les participants avant qu’ils ne prennent part à l'étude. D'autres informations générales telles que l’analyse de mouvements lors du saut et de la réception pourraient aider les chercheurs à évaluer certains aspects du participant (raideur des tendons par exemple). Les personnes ayant des raideurs tendineuses plus élevées comme les sprinters ou les athlètes dont le sport est basé sur la plyométrie peuvent réagir différemment à la compression et à l'allongement du tendon lors du traitement, car une plus grande rigidité fournit une plus grande résistance au traitement, particulièrement étant donné la nature extrêmement robuste du tendon d'Achille.
 

Conclusion



L’amplitude de dorsiflexion de la cheville peut être augmentée par des programmes réalisés à domicile. Cependant, la recherche soutient l'ajout d'un élément compressif lors de l'auto-mobilisation et de l'étirement des tissus mous du groupe triceps surale par utilisation de bandes Voodoo Floss. Par conséquent, les recherches actuelles corroborent les affirmations de Starrett & Cardoza (2013) selon lesquelles cette méthode est une technique efficace pour augmenter la dorsiflexion de cheville et que la Voodoo Floss pourrait être un outil efficace que les patients peuvent utiliser eux-mêmes sans besoin continu du thérapeute.

Cependant, il serait intéressant d'avoir des directives plus strictes concernant l'utilisation de ces bandes Voodoo Floss car actuellement, il n'y a que de brèves directives concernant la durée d’utilisation. Il n'y a pas non plus de recommandations sur le nombre de répétitions de l’exercice. D'autres limitations à l'application de la Voodoo Floss sont liées à la tension appliquée à la bande. En effet, les recommandations vont de 50% à 75% mais ces valeurs peuvent être considérées comme subjectives.

Il n'y a pas non plus de consignes pour l'utilisation de ces bandes dans les populations présentant des problèmes circulatoires ou des problèmes tels que la polyarthrite rhumatoïde, et donc, à ce stade, les auteurs considèrent ces conditions comme contre-indiquées.

Il serait intéressant de savoir si le traitement est adapté ou non à l'ensemble de la population. En raison de la petite taille de l'échantillon et donc de l'échec de cet échantillon à fournir une représentation précise de la population ; d'autres recherches sont nécessaires en utilisant un échantillon plus large. Elles pourraient également comprendre une analyse biomécanique plus détaillée des participants ainsi que d'autres recherches sur les améliorations de la DF apportées pour les Voodoo Floss. En effet, on ne sait toujours pas si c'est le tissu musculaire, le fascia, le tissu tendineux ou l'articulation elle-même qui répondent le mieux au traitement, ou même une combinaison de tous ces éléments.

En outre, la recherche actuelle ne fournit pas d'informations sur les effets plus durables du traitement au-delà de 7 heures, ou les adaptations à plus long terme de l'utilisation continue du Voodoo Floss. Il semble donc nécessaire d'effectuer des recherches plus approfondies dans ce domaine afin d'établir des comparaisons directes entre l’utilisation de Voodoo floss et les interventions plus conservatrices sur une période prolongée afin de fournir aux thérapeutes et aux patients des preuves plus concluantes.
 

Article original



The effects of « tack and floss » active joint mobilisation on ankle dorsiflexion range of motion using the voodoo floss band, Steven Ross et Al.

Références
Batterham, A. M., and Hopkins, W. G., (2006) Making Meaningful Inferences About Magnitudes. International Journal of Sports Physiology and Performance. 1, pp. 50- 57
Baumbach, S. F., Brumann, M., Binder, J., Mutschlier, W., Regauer, M., and Polzer, H. (2014) The influence of Knee Position on Ankle Dorsiflexion – a Biometric Study. BMC Musculoskeletal Disorders. 15, pp, 246-253
Collins, N., Teys, P., and Vincenzino, B. (2004) The Initial Effects of a Mulligan’s Mobilization with Movement Technique on Dorsiflexion and Pain in Subacute Ankle Sprains. Manual Therapy, 9, pp. 77-82.
Cook, C., Turney, L., Ramirez, L., Miles, A., Haas, S., and Karakostas, T. (2002) Predictive Factors in Poor Inter-Rater Reliability Among Physical Therapists. The Journal of Manual & Manipulative Therapy, 10 (4), pp. 200-205.
Cosby, N. L., and Grindstaff, T. L. (2012) Restricted Ankle Dorsiflexion Self- Mobilization. National Strength and Conditioning Association Strength and Conditioning Journal, 34 (3), pp. 58-60.
Exelby, L. (1996) Peripheral Mobilisations with Movement. Manual Therapy, 1, pp.118-126.
Fong, C. M., Blackburn, J. T., Norcross, M. F, McGarth, M., and Padua, D. A. (2011) Ankle-Dorsiflexion Range of Motion and Landing Biomechanics. Journal of Athletic Training, 46 (1), pp. 5-10.
Green, T., Refshauge, K., Crosbie, J., and Adams, R. (2001) A Ramdomized Controlled Trial of a Passive Accessory Joint Mobilization on Acute Ankle Inversion Sprains. Journal of Physical Therapy, 81 (4), pp. 984-994.
Hopkins, W. G (2006) Spreadsheets for analysis of controlled trials with adjustment for a predictor. Sportscience 10, 46-50 (sportsci.org/2006/wghcontrial.htm
Konor, M. M., Morton, S., Eckerson, J. M., and Grindstaff, T. L. (2012) Reliability of Three Measures of Ankle Dorsiflexion Range of Motion. International Journal of Sports Physical Therapy. 7(3), pp. 278-287
MacDonald, G. Z., Penney, M. D. H., Mullaley, M. E., Cuconato, A. L., Drake, C. D. L., Behm, D. C., and Button, D. C. (2013) An Acute Bout of Self-Myofascial Release Increases Range of Motion Without a Subsequent Decrease in Muscle Activation or Force. Journal of Strength and Conditioning Research. 27(3), pp. 812-821
Mahendran, J., Sundaresan, A. N., Potturi, G., and Karthikeyan, P. D. (2014) Efficacy of Ultrasound with Maitland Mobilization Over Short Wave Diathermy with Maitland Mobilization in Improving the Functional Performance of Patients with Periarthritis Shoulder. International Journal of Physiotherapy Research., 2 (4), pp. 621-625.
Mohr, A. R., Long, B. C., and Goad, C. L. (2014) Effect of Foam Rolling and Static Stretching on Passive Hip Flexion Range of Motion. Journal of Sport Rehabilitation. 23(4), pp. 296-299.
Mulligan, B. R. (1993) Mobilisations with Movement (MWM’S). The Journal of Manual and Manipulative Therapy, 1 (4), pp. 154-156.
Peltonen, J., Cronin, N., Stenroth, L., Finni, T., and Avela, J. (2012) Achilles Tendon Stiffness is Unchanged one hour after a Marathon. Journal of Experimental Biology. 215, pp 3665-3671
Radford, J. A., Burns, J., Buchbinder, R., Landorf, K. B., and Cook, C. (2006) Does stretching increase ankle dorsiflexion range of motion? A systematic review. British Journal of Sports Medicine, 40, pp. 870-875.
Starrett, K., and Cordoza, G. (2013) Becoming a Supple Leopard: The Ultimate Guide to Resolving Pain, Preventing Injury and Optimizing Athletic Performance. Riverside, NJ, Victory Belt Publishing.
Starrett, K., and Murphy, T. J. (2014) Ready to Run. Riverside, NJ. Victory Belt Publishing.
Tabrizi, P., McIntyre, W. M. J., Quesnel, M. B., and Howard, A. W. (2000) Limited Dorsiflexion Predisposes to Injuries of the Ankle in Children. The Journal of Bone and Joint Surgery, 82-B (8), pp. 1103-1106.
Terada, M., Pietrosimone, B. G., and Gribble, P. A. (2013) Therapeutic Interventions for Increasing Ankle Dorsiflexion After Ankle Sprain: A Systematic Review. Journal of Athletic Training, 48 (5), pp. 696-709.
Thalheimer, W, and Cook, S. (2002) How to Calculate Effect Sizes from Published Research: A Simplified Methodology. Work –Learning Research, pp. 2-9
Van Schaik, P., and Weston, M. (2016) Magnitude-based inference and its application in user research. International Journal of Human-Computer Studies. 88, pp. 38-50.
Wesch, N., Hall, C., Prapavessis, H., Maddison, R., Bassett, S., Foley, L., Brooks, S., and Forwell, L. (2012) Self-efficacy, imagery use and adherence during injury rehabilitation. British Journal of Science & Medicine in Sports, 22, pp. 695-703.
Whiting, W. C., and Zernicke, R. F. (2008) Biomechanics of Musculoskeletal Injury. 2nd Ed. Champaign, IL, Human Kinetics.
Zahradnik, D., Uchytil, J., Farana, R., and Jandacka, D., (2014) Ground Reaction Force and Valgus Knee Loading during Landing after a Block in Female Volleyball Players. Journal of Human Kinetics. 40, pp. 67-75



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter