KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion



K Sahoo et al.
 

Introduction



Le genou est l’une des articulations les plus fortes du corps et participe activement à un nombre considérable d’activités.
De par sa grande capacité à produire des images de haute résolution avec un contraste exquis des tissus mous, l’IRM est la modalité de choix dans l’évaluation de la moelle osseuse. L’augmentation de la teneur en eau et l’hyperperfusion contribuent à la formation d’œdèmes de la moelle osseuse.
Ces lésions également appelées « contusions osseuses » sont probablement le résultat de microfractures de l’os trabéculaire sous-chondral avec hémorragie, œdème et hyperémie (5). Sur l’IRM, ces lésions apparaissent comme une région mal définie, sous chondrale, réticulée ou stellaire avec un signal de faible intensité en T1 et une intensité élevée sur les images en T2(6), alors que l’examen radiographique conventionnel présentait une ostéopénie non spécifique ou des observations normales.
Bien que l’œdème osseux soit non spécifique et ait une apparence similaire dans les troubles inflammatoires et néoplasiques, une cause traumatique est habituellement mise en évidence à l’examen clinique. En plus de la douleur et de l’influence fonctionnelle de ce type d’atteinte, celles-ci peut conduire à des changements dégénératifs précoces (7).
Une compréhension approfondie de ces lésions et de leurs mécanismes peut permettre d’aboutir à une évaluation plus précise (8).
Le diagnostic d’œdème osseux suite à un événement traumatique entraine une inspection plus approfondie d’éventuelles lésions, ligamentaires et méniscales, associées. La présence d’une contusion peut également affecter la prise en charge des lésions associées car elle nécessite souvent une phase de repos prolongée afin d’éviter d’éventuelles complications à court, moyen ou long terme.
L’objectif principal de cette étude était d’identifier les caractéristiques d’imagerie dans l’œdème osseux du genou et de les corréler avec le type de blessure.
 

Matériel et méthode



Une étude transversale a été réalisé incluant 200 patients (32 femmes et 168 hommes) ayant des antécédents traumatiques récent au niveau du genou (< 6 semaines) et dont l’examen radiographique standard ne rapporta aucun signe de pathologie.
L’analyse de l’œdème a été effectué par un seul observateur sur base des clichés IRM (9). A partir de ceux-ci, le type de mécanisme lésionnel possible a été déterminé avant d’élucider l’histoire du patient. Le type d’œdème et le type présumé de blessure ont ensuite été corrélé avec l’historique détaillé du patient.
 

Résultats



Sur les 200 patients examinés, 138 (69%) contusions osseuses ont été diagnostiquées. Parmi celles-ci, 5 profils de contusion ont été observé.
  • Clip injury (Fig 1) : contrainte en valgus pure avec le genou en légère flexion de 10 à 30° (n=39 ; 28,3%).
  • Pivot shift injury (Fig 2). Valgus et rotation externe sans contact (n=78 ; 56,5%).
  • Dashboard injury = syndrome du tableau de bord (Fig 3) : traumatisme antéro-postérieur du tibia avec le genou fléchi (n= 8 ; 5,8%).
  • Hyper extension (Fig 4) (n=4 ; 2,9%).
  • Luxation externe de rotule (Fig 5) (n=3 ; 2,2%).
Pour 6 sujets (4,3%), aucun mécanisme ne put être mis en cause.
Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion

Parmi les différents types de clip lésion, le mécanisme le plus souvent rencontré était l’accident en deux roues qui a été observé dans 26 des 39 cas (66,6%).
Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion

Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion
La localisation la plus courante de l’œdème dans les atteintes de type pivot shift était la partie postérolatérale du plateau tibial, les condyles fémoraux et le condyle tibial externe dans 31 cas. Cinquante-neuf pourcent des blessures par pivot shift ont été contractées lors de la pratique du sport, et le football était le sport présentant la plus forte incidence.

Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion

Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion
Dans les lésions par hyper extension, la contusion était localisée à la face antérieure du tibia proximal et du fémur et des condyles médiaux. Deux cas de lésions ont été contractés lors de la pratique du football.
 
La contusion engendrée par la luxation rotulienne externe était localisée à la partie antérieure du condyle fémoral externe et à la partie inféro-médiale de la rotule dans tous les cas.

Les résultats de la présente étude rapportent que la clip lésion était significativement élevée lors de chute en deux roues et l’atteinte de type pivot shift était significativement plus élevée dans le sport.

Etude du profil d’imagerie IRM dans l’œdème osseux récent et sa corrélation avec le type de lésion

Discussion



L’IRM permet d’investiguer avec précision l’intégrité osseuse. Dans de nombreux cas de douleurs post-traumatiques, l’IRM a permis d’objectiver une contusion osseuse alors que la radiographie conventionnelle n’avait constaté aucune anomalie.
La présence d’un œdème dans l’espace extracellulaire de la moelle osseuse montre des caractéristiques de dégradation avec un signal de faible intensité en T1 et une intensité élevée sur les images en T2. Bien que l’œdème osseux soit non spécifique et ait une apparence similaire dans les troubles inflammatoires et néoplasiques, une cause traumatique est habituellement évidente sur la base de l’historique lésionnel, de l’emplacement de l’œdème et de la présence d’autres signes de traumatisme.
Les caractéristique IRM des contusions osseuse reflètent l’augmentation de la teneur en eau dans la cavité médullaire résultant d’une hémorragie.
La compression et la traction sont deux contraintes qui agissent communément sur le genou.
Lors d’une contrainte en compression importante, les os entre en collision produisant une contusion et, si la force est suffisamment importante, une fracture par tassement de la corticale peut survenir. Les tissus interposés peuvent également être endommagés.
En impaction, la force agit directement sur l’os et se dissipe dans l’os trabéculaire (4).
 
Lors d’une contrainte en traction, il se produit une distraction de l’articulation avec traction sur les structures stabilisatrices pouvant conduire à des atteintes ligamentaire ou tendineuse ainsi que des fractures par avulsion.
 
La magnitude de la force est un déterminant majeur des résultats de l’imagerie. Une charge trop faible pour provoquer une fracture corticale peut suffire à perturber l’os trabéculaire et à produire une contusion. Dans les lésions par distraction, une tension excessive peut endommager les structures stabilisatrices ainsi que leurs sites de fixation (4).
 
Les œdèmes osseux se résolvent généralement après 6 à 8 semaines (6).
Boks et al. ont mené une étude sur l’évolution des contusions osseuses du genou post-traumatique et ont conclu que le temps moyen de cicatrisation est de 42,1 semaines (5).
Le pronostic étant influencé en cas d’arthrose. L’âge, le type de contusion, et l’étendue de l’atteinte ont également une influence sur l’évolution. Plus le nombre de contusions est élevé, plus le processus de cicatrisation sera long.
Les résultats de la présente étude sont comparables avec ceux d’Arndt et al. qui ont mené une étude sur le diagnostic de contusion récente du genou qu’ils ont observé dans 23 cas sur 51 (45,1%) (12).
Kapelov et al. ont mené une étude pour démontrer que les images d’écho de spin rapide pondéré T2 avec saturation spectroscopique des graisses augmentent la conspicuité entre la moelle normale et lésée. Ils ont rapporté une prévalence lésionnelle de 27,6%, soit moins que la présente étude (69%) (11). Cependant, cette étude ne prenait pas en considération l’écart de temps entre la blessure et l’IRM, il est donc possible que certaines contusions aient pu être résolue au moment de l’IRM.
Trezidis et coll. ont mené une étude sur 255 athlètes souffrant de lésions aiguës du genou, 219 IRM ont été effectué dans le premier mois suivant la blessure et 36 dans les 2 à 4 mois suivant le traumatisme (13). La contusion de moelle osseuse a été observée dans 71 cas (27,8%).
 
Sanders a répertorié les contusions en 5 types : La clip lésion, le pivot shift, le dashboard, l’hyper extension et la luxation rotulienne externe (8).
 
  • La clip lésion correspond à une lésion de contact qui se produit suite à un mécanisme de valgus pure avec une articulation en légère flexion (10-30°).
    L’œdème est généralement important au niveau du condyle fémoral externe (n=15 ; 38,5%), tandis qu’une deuxième zone lésionnelle plus petite au niveau du condyle interne (n=24 ; 6,5%) peut être constaté suite à la contrainte engendrée par le ligament collatéral médial. Une atteinte du LCA a été constaté chez l’ensembles des sujets, le ménisque médial fut touché dans 89,7% des cas, le ligament collatéral médial dans 79,5% suivi du ménisque latéral (23,1%) et LCP (7,6%) et du LCL (7,6%).

    Dans la présente étude, ce profil lésionnel a été constaté chez 39 sujets (28,6%), et cette situation a été souvent rapportée suite à un accident en deux roues (n=26 ; 66,7%).
 
  • Lors d’un pathomécanisme en pivot shift, la contusion résultante sera présente à la partie postérieure du plateau tibial externe et du condyle correspondant près du sillon condyllopatellaire. Des contusions au niveau des structures composant le compartiment interne peuvent également être constatées (7,8). Ce mécanisme lésionnel implique également d’autres structures comme la capsule postérieure, le ligament arqué, le ligament collatéral médial et les ménisques.

    Dans la présente étude ce mécanisme a été constaté dans 78 cas (56,5%).
    Une contusion de la lèvre postérieure du condyle tibial interne a été observé dans 59 cas. Ces résultats sont comparables avec ceux de Kaplan et al qui ont rapporté 25 cas sur 215 étudiés (11,6%), dont 24 étaient associées à une atteinte du compartiment latéral (96%) (7).
 
  • Le syndrome du tableau du bord survient lors d’un traumatisme antéro-postérieur appliqué à la partie proximale du tibia avec une articulation en flexion. Comme son nom l’indique, cette lésion est fréquemment rencontrée dans les accidents de la voie publique ou lors de chutes en flexion de genou. Un œdème est constaté à la partie proximale antérieur du tibia et, occasionnellement, à la face postérieure de la rotule (8). La lésion fréquemment associée, est la rupture du LCP.

    Dans cette étude, 8 cas (5,7%) ont été constaté (4 AVP et 4 chutes). Une atteinte du LCP y était associé dans tous les cas. Le LCA a lui été touché dans 87,5%, le ménisque médial dans 50% et le ménisque latéral dans 75% des cas.
 
  • Dans les traumatismes en hyper extension, l’œdème se situe à la partie antérieure du fémur et du tibia ou au niveau des condyles interne lorsque le mécanisme est associé à une contrainte en valgus. D’autres structures peuvent également être atteintes dont les ligaments croisés, les ménisques, le complexe postéro-externe, l’artère poplité et les gastrocnémiens (8).

    Dans cette étude, 4 cas d’hyper extension ont été notés (2,9%). Deux cas correspondaient à des AVP par traumatisme d’un véhicule à la partie antérieure du genou. Les 2 autres cas sont survenus lors de la pratique du fooball.
    Selon l’étude menée par Terzidis et al. La contusion par pincement antérieure a été constatée dans 16 cas sur 225 (7,1%) dont 2 (12,5%) présentaient également une atteinte du compartiment interne (13).
 
  • Un mouvement de torsion combiné à une flexion de genou peut conduire à une luxation rotulienne transitoire. Cela survient généralement chez les jeunes (8,14).
    L’œdème affecte classiquement la partie antéro-latérale du condyle fémoral latéral et la partie infério-médiale de la rotule. L’œdème est rarement observé au niveau du tubercule des adducteurs par avulsion du ligament patello-fémoral médial. Le rétinaculum médial, le ligament fémoro-patellaire médial et le ligament patello-tibial médial peuvent y être associés (9).

    Dans cette étude, une luxation de la rotule a été observée dans 3 cas (2,2%).
    Celle-ci est comparable à l’étude de Kirsch et al qui a signalé une dislocation latérale transitoire de la patella dans 2 % des cas dont une contusion du condyle fémoral latéral était présente dans 81% et une contusion patellaire dans 19% des cas (15).
 
Cette étude a également rapporté 6 cas dont les lésions étaient inclassables. Les mécanismes lésionnels sont parfois trop complexes ou mal compris pour pouvoir être interprété (4).
 

Conclusion



Le pivot shift est le mécanisme lésionnel le plus courant et il est majoritairement observé dans le domaine du sport. L’analyse du type de contusion osseuse permet la plupart du temps de déterminer le mécanisme de survenue. La mise en corrélation de la biomécanique lésionnelle et des clichés IRM est une aide précieuse dans l’évaluation des œdèmes osseux.
 

Article original



Study of Imaging Pattern in Bone Marrow Oedema in MRI in Recent Knee Injuries and its Correlation with Type of Knee Injury. K Sahoo et al. J Clin Diagn Res.  2016 Apr;10(4):TC06-11. doi: 10.7860/JCDR/2016/18843.7704. Epub 2016 Apr 1.

 
 
Références :
  1. Ciuffreda P, Lelario M, Milillo P, Vinci R, et al. Mechanism of traumatic knee [1]injuries and MR findings. Musculoskeletal Surg. 2013;97:S127-35.
  2. Kung JW, Yablon CM, Eisenberg RL. Bone Marrow Signal Alteration in the Extremities. AJR. 2011;196:W492–510. 
  3. Kessler R, Campbell S, Wong D, Mansfield LB. Magnetic Resonance Imaging [3] of Bone Marrow: A Review – Part II. J Am Osteopath Coll Radiol. 2012;1(2):13- 24. 
  4. MacMahon PJ, Palmer WE. Biomechanical Approach to MRI of Acute Knee [4] Injuries. AJR. 2011;197:568-77. 
  5. Boks SS, Vroegindeweij D, Koes BW, Bernsen R, Hunink MGM, Zeinstra SM. [5] MRI follow-up of posttraumatic bone bruises of the knee in general practice. AJR. 2007;189:556–62. 
  6. Haaga JR, Droga VS, et al. CT and MRI of whole body. 5th edition Bone Bruise Mosby Elsevier 2009 : 2152.
  7. Kaplan PA, Gehl RH, Dussault RG, Anderson MW, Diduch DR. Bone contusion of the posterior lip of the medial tibial plateau (contrecoup injury) and associated internal derangements of the knee. Radiology. 1999;211(3):747-53. 
  8. Hayes CW, Brigido MK, Jamadar DA, Propeck Tim. Mechanism-based pattern [8] approach to classification of complex injuries of the knee depicted at mr imaging. Radio Graphics. 2000;20:S121–34. 
  9. Sanders TG, Medynski MA, Feller JF, Lawhorn KW. Bone contusion patterns of the knee at MR imaging: footprint of the mechanism of injury. Radio Graphics. 2000;20:S135–51. 
  10. Lim YS, Peh WC. Magnetic Resonance Imaging of Sports injuries of knee. A[10] nnals Academy of Medicine. 2008;37(4):354-61. 
  11. Kapelov RS, Terris LM, Bradley WG, Bucciarelli NR, Murakami DM, Mullin WJ, [11] et al. Bone contusion of knee: Increase lesion detection with fast spin echo MR Imaging with spectroscopic Fat saturation. Radiology. 1993;189(3):901-04. 
  12. Arndt WA, Traux AL, Baranett FM, Simmon GE, Brown DC. MR diagnosis of [12] Bone contusion of the knee: Comparison of coronal T2 weighted Fast spin echo with fat saturation and fast spin echo STIR images with conventional STIR images. American Roentegen Ray Society. 1996;166(1):119-24. 
  13. Terzidis IP, Christodoulou AG, Ploumis AL, Metsovitis SR, Koimtzis M, Givissis P. [13] The appearance of kissing contusion in the acutely injured knee in the athletes. Br J Sports Med. 2004;38:592–96. 
  14. Rodriguez W, Vinson EN, Helms AC, Toth PA. MRI appearance of posterior [14] cruciate ligament tears. AJR. 2008;191(4):W155-59. 
  15. Kirsch MD, Fitzgerald SW, Friedman H, Rogers LF. Transient lateral patellar [15] dislocation: diagnosis with MR imaging. AJR. 1993;161:109–13. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter