KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Facteurs de risque modifiables de la tendinopathie patellaire chez les sportifs : revue systématique et méta-analyse

Sprague L et al



Il y avait des preuves limitées ou contradictoires indiquant une diminution de l'amplitude de dorsiflexion de cheville, une diminution de la souplesse des ischio-jambiers et du quadriceps, un plus grand volume de sauts, plus de jeu par semaine, une plus grande hauteur de CMJ. Cependant, ces preuves reposent sur quelques études prospectives de qualité moyenne ou faible.
 
Introduction
La tendinopathie rotulienne est un diagnostic clinique caractérisé par une douleur focale au pôle inférieur de la rotule et des symptômes liés à la charge, avec une augmentation des charges entraînant un plus grand degré de douleur (1).
Cela affecte le plus souvent les athlètes qui pratiquent des sports de saut, où le système extenseur présente des charges répétitives et élevées (2). La prévalence de la tendinopathie rotulienne est élevée, avec 11,8% à 14,4% des joueurs de volleyball et de basketball déclarant des symptômes. Chez les joueurs d'élite, la prévalence est encore plus élevée avec 32% et 45% respectivement (2).
Ces joueurs présentent des performances sportives réduites (2) et une indisponibilité prolongée (4). Parmi eux, 49% présenteront des symptômes récurrents (4) et plus de 50% peuvent prendre leur retraite en raison de douleurs persistantes (5).
Par conséquent, il est intéressant d'identifier les moyens de prévenir la tendinopathie patellaire afin que les athlètes n'entrent jamais dans ce cycle de douleur récurrente et de limitation fonctionnelle.
Dans ce contexte, l'identification des facteurs de risque est essentielle à l'élaboration de programmes de prévention appropriés.
Le but de la présente étude était double :
1. Identifier systématiquement les facteurs de risque modifiables potentiels de la tendinopathie patellaire chez les athlètes en utilisant des études prospectives longitudinales.
2. Identifier systématiquement les facteurs modifiables associés chez les athlètes, qui manquent de soutien prospectif en tant que facteurs de risque potentiels modifiables, en utilisant des études transversales.
 
Méthode :
Une revue systématique et une méta-analyse ont été menées. Le risque de biais a été évalué à l'aide de l'échelle de Newcastle-Ottawa (NOS) et regroupé en fonction de la conception de l'étude. Des statistiques méta-analytiques ont été effectuées pour les éléments signalés par cinq études ou plus. Une évaluation du niveau de preuve est fournie pour les éléments non appropriés à la méta-analyse.
 
Les facteurs de risque potentiels ou les facteurs associés à la tendinopathie patellaire ont été classés en six groupes :
      • Anthropométrie.
      • Amplitude articulaire et longueur des muscles.
      • Activités sportives et physiques.
      • Performances des tests fonctionnels.
      • Performances musculaires.
      • Exigences professionnelles.
 
Un système de notation, adapté par Mallows et al (11) du Cochrane Collaboration Back Review Group (23), a été utilisé pour évaluer le niveau de preuve de chaque facteur d'intérêt, en tenant compte de la qualité et de la quantité des preuves (tableau 1).
Facteurs de risque modifiables de la tendinopathie patellaire chez les sportifs : revue systématique et méta-analyse

La recherche initiale a abouti à 862 études (figure 1). Après élimination des doublons, 768 travaux ont été sélectionnés pour les critères d'inclusion et d'exclusion. Après lecture intégrale, 31 articles ont été sélectionné pour une revue qualitative (figure 1). Parmi ces articles, 28 contenaient des facteurs inclus dans la synthèse quantitative (figure 1).
Facteurs de risque modifiables de la tendinopathie patellaire chez les sportifs : revue systématique et méta-analyse

Sur les 31 études considérées, 6 étaient prospectives. Tous les six comprenaient de jeunes athlètes, âgés en moyenne de moins de 30 ans. La majorité (83%, 5/6) jouaient au volleyball ou au basketball et étaient des athlètes d’élite en compétition au niveau professionnel, national ou international (67%, 4/6). Vingt-cinq études étaient transversales et, de même, 88% (22/25) avaient un âge moyen inférieur à 30 ans. La majorité des athlètes étaient des joueurs de volleyball et de basketball (80%, 20/25) ; toutefois, seuls 32% (8/25) comprenaient des athlètes de haut niveau.
La majorité des études prospectives (86%, 6/7) et transversales (56%, 14/25) incluaient les deux sexes, bien que 40% (10/25) des études transversales ne comprenaient que des hommes
 
Résultats et discussion :
Principales constatations :
    • Il y avait des preuves limitées ou contradictoires indiquant une diminution de l'amplitude de dorsiflexion de cheville, une diminution de la souplesse des ischio-jambiers et des quadriceps, un plus grand volume de sauts, une plus grande hauteur au CMJ et un plus grand volume d'activité sont des facteurs de risque potentiels modifiables pour la tendinopathie patellaire.
    • Des preuves modérées à contradictoires ont soutenu un plus grand volume d'entraînement musculaire, de meilleures performances de saut, un couple d'extension de la hanche moins normalisé, un ratio de fatigue d'extension du genou réduit et une altération de l'excitabilité cortico-spinale du quadriceps en tant que facteurs modifiables associés.
    • Il n’existe pas de preuve solide de la possibilité de facteurs de risque modifiables ou de facteurs modifiables associés pour la tendinopathie patellaire, soulignant la nécessité d’études prospectives de haute qualité sur les facteurs de risque de la tendinopathie patellaire.
 
Mesures anthropométriques
Une revue systématique menée par Gaida et al (53) a révélé que l’adiposité est souvent associée à une tendinopathie et peut constituer un facteur de risque potentiel. En revanche, cette étude n'a trouvé aucune preuve appuyant les mesures anthropométriques en tant que facteurs de risque de tendinopathie patellaire.
Bien qu'un faible effet positif ait été trouvé sur le poids corporel dans les études transversales, celui-ci n'a pas été significativement associé à un risque accru de tendinopathie patellaire dans les études prospectives.
La tendinopathie rotulienne est la plus fréquente chez les jeunes sportifs (3) et la majorité des études incluses dans cette revue ont été menées chez des athlètes d'élite.
Par conséquent, il est peu probable que les athlètes participant à ces études aient un IMC élevé.
 
Amplitude articulaire et souplesse.
Des études prospectives individuelles de qualité modérée ont identifié une diminution de la dorsiflexion de cheville, de la flexibilité des ischio-jambiers et du quadriceps en tant que facteurs de risque potentiels de tendinopathie patellaire. Dans une étude prospective et une étude transversale, les athlètes présentaient un risque plus élevé de tendinopathie patellaire si leur amplitude de dorsiflexion était inférieure à 36,5 ° (25) ou 45,0 ° (46) respectivement.
Lors d’un saut, il est important d'avoir une amplitude articulaire de cheville optimale, car la cheville absorbe 37 à 50% de l'énergie cinétique totale pendant la phase d'atterrissage.
De plus, la diminution de la dorsiflexion est modérément corrélée a des forces de réaction au sol plus élevées pendant une tâche d’atterrissage (56).
Cette augmentation de la force de réaction du sol, associée à une capacité potentiellement altérée à absorber l'énergie cinétique au niveau de la cheville, peut augmenter les charges sur le tendon rotulien. De plus, la diminution de l'amplitude des mouvements de dorsiflexion entraîne une modification de la cinématique du genou, ce qui peut augmenter les charges sur le tendon rotulien pendant les activités sportives (15).
On suppose qu'une diminution de la flexibilité des ischio-jambiers peut contribuer à une surcharge du tendon rotulien en diminuant les avantages mécaniques du système extenseur et augmenter les exigences imposées aux quadriceps lors de l'extension du genou (44). De même, une diminution de la flexibilité du quadriceps peut entraîner une surcharge en augmentant la tension passive dans le tendon rotulien (37).
 
Facteurs liés au sport et à l'activité.
La tendinopathie rotulienne est considérée comme une lésion due à une surutilisation. On peut donc s'attendre à une association entre des niveaux d'activité plus élevés et une lésion (58). Par conséquent, les preuves limitées ou contradictoires tirées d'études prospectives concernant le volume d'activité ou l'entraînement par sauts et le faible effet des études transversales sur le volume d'activité sont surprenants.
Cela peut s'expliquer en partie par la composition des études et la définition de l'activité.
La pluralité des études était composée d'athlètes d'élite, de sorte que les participants effectuent probablement un volume d'entraînement important et que la variabilité entre les groupes est minime.
De plus, l'activité était généralement rapportée sous forme de durée, sans indication de l'intensité, du type d'activité ou du changement d'activité.
La durée de l'activité seule peut ne pas décrire avec précision la charge placée sur le tendon rotulien ou la capacité du tendon à s'adapter à ces charges.
Ainsi, les études futures devraient examiner la charge du tendon rotulien au cours de l'activité et la relation entre le niveau d'activité actuel et le niveau d'activité antérieur afin d'obtenir une image plus complète de la contribution de l'activité à la tendinopathie patellaire.
Bien que la seule étude prospective portant sur le volume hebdomadaire de musculation n'ait fourni aucune preuve, deux études transversales ont montré que des volumes hebdomadaires plus élevés pouvaient être un facteur modifiable associé.
Par la mise en place de programmes de prévention ou de réadaptation, les cliniciens peuvent envisager de modifier le volume d'activité ou l'entraînement pour réduire la charge tendineuse. En outre, d'autres paramètres, tels que l'intensité, le type d'activité et le niveau d'activité antérieur, et leur relation avec la récupération doivent être pris en compte.
 
Evaluation fonctionnelle.
Bien qu'une plus grande hauteur au CMJ soit la seule mesure avec un support prospectif, des preuves limitées ou contradictoires suggèrent que les athlètes avec une plus grande capacité de saut sont plus à risque de développer une tendinopathie patellaire.
Avec une plus grande capacité de saut, les athlètes génèrent probablement des forces plus importantes à l’impulsion (59) et doivent dissiper de plus grandes forces de réaction au sol à l’atterrissage (60).
En conséquence, ils subissent une charge cumulative plus élevée sur l'appareil extenseur pour un saut donné. Ces athlètes peuvent également effectuer une plus grande quantité ou fréquence de sauts, car ils ont probablement plus d'occasions de jouer et sont plus impliqués dans le jeu. Une revue systématique récente de la relation entre la biomécanique des sauts et la tendinopathie patellaire a mis en évidence un schéma d'atterrissage « raide » en tant que facteur de risque potentiel de tendinopathie patellaire (15).
Les auteurs ont également souligné que la flexibilité des membres inférieurs et l'amplitude des mouvements sont nécessaires pour utiliser un schéma d'atterrissage plus souple, ce qui peut protéger contre la tendinopathie patellaire.
Ces résultats suggèrent que les cliniciens devraient envisager de modifier la biomécanique de l'atterrissage et la flexibilité et l'amplitude des membres inférieurs afin de réduire le risque de blessure.
Facteurs de risque modifiables de la tendinopathie patellaire chez les sportifs : revue systématique et méta-analyse

Performance musculaire.
Aucune étude prospective ou méta-analyse d’études transversales n’a montré que la production de force d’extension du genou était associée à une tendinopathie rotulienne. Cependant, il existe des preuves modérées à limitées provenant d'études transversales individuelles selon lesquelles une excitabilité cortico-spinale altérée du quadriceps et une diminution du taux de fatigue de l'extension du genou peuvent être des facteurs modifiables associés. Cela suggère que la performance musculaire du quadriceps peut être altérée dans la tendinopathie patellaire, mais cette altération peut ne pas être objectivé par la seule production de force. La participation à des sports de saut nécessite un développement rapide de la force, des niveaux élevés de puissance des membres inférieurs et une coordination multi-segmentaire.
De plus, ces tests de performance musculaire sont généralement effectués dans un état de repos et n'évaluent pas comment ces mesures peuvent changer avec la fatigue. Il convient de noter que le couple de force d'extension du genou était la seule mesure de la performance musculaire liée au quadriceps étudiée de manière prospective. Ainsi, d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer si d'autres mesures de la performance musculaire du quadriceps, telles que la résistance à la fatigue, l'endurance, la puissance et l'activation musculaire, sont liées au développement d'une tendinopathie patellaire.
Il y avait également des preuves limitées en faveur de la réduction de la force d’extension de la hanche en tant que facteur modifiable associé. Pendant les tâches d’atterrissage, les extenseurs de la hanche sont responsables de la dissipation de 20% à 25% de l'énergie cinétique absorbée par les membres inférieurs (55).
Par conséquent, une diminution de la force des extenseurs de hanche peut augmenter les exigences imposées aux extenseurs du genou. De plus, la contribution des extenseurs de la hanche à la dissipation d'énergie augmente lorsque la stratégie d'atterrissage est plus souple (55,62).
Pour compenser la diminution de la force d'extension de hanche, les individus peuvent adopter une stratégie d'atterrissage plus rigide, qui a déjà été identifiée comme facteur de risque potentiel de tendinopathie patellaire (15).
Les cliniciens devraient évaluer les déficits de force de l'extension de la hanche dans les programmes de prévention, bien que des études prospectives soient nécessaires pour confirmer si ce déficit est un facteur de risque de tendinopathie patellaire.

Tendinopathie rotulienne et charge tendineuse.
La tendinopathie rotulienne est considérée comme une lésion due à une sollicitation répétée du tendon rotulien avec une récupération insuffisante (63).
Ceci est corroboré par les résultats de la présente étude, car chacun des facteurs de risque modifiables potentiels soutenus par des études prospectives peut augmenter directement ou indirectement les charges exercées sur le tendon rotulien.
Cependant, certains de ces facteurs de risque, tels que la capacité à sauter, peuvent être bénéfiques pour la performance sportive et indésirables de changer.
Par conséquent, les cliniciens devront peut-être manipuler d'autres paramètres d'entraînement pour réduire la charge cumulative sur le tendon ou augmenter le temps de récupération entre les activités.

Conclusion :
Il y avait des preuves limitées ou contradictoires indiquant une diminution de l'amplitude de dorsiflexion de cheville, une diminution de la souplesse des ischio-jambiers et du quadriceps, un plus grand volume de sauts, plus de jeu par semaine, une plus grande hauteur de CMJ. Cependant, ces preuves reposent sur quelques études prospectives de qualité moyenne ou faible.

Article de référence :
Sprague, A. L., Smith, A. H., Knox, P., Pohlig, R. T., & Silbernagel, K. G. (2018). Modifiable risk factors for patellar tendinopathy in athletes: a systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med, bjsports-2017.

Références :
1 Malliaras P, Cook J, Purdam C, et al. Patellar tendinopathy: clinical diagnosis, load management, and advice for challenging case presentations. J Orthop Sports Phys Ther 2015;45:887–98.
2 Lian Ø, Refsnes P-E, Engebretsen L, et al. Prevalence of jumper’s knee among elite athletes from different sports. Am J Sports Med 2005;31:408–13.
3 Zwerver J, Bredeweg SW, van den Akker-Scheek I. Prevalence of Jumper’s knee among nonelite athletes from different sports: a cross-sectional survey. Am J Sports Med 2011;39:1984–8.
4 Cook JL, Khan KM, Harcourt PR, et al. A cross sectional study of 100 athletes with jumper’s knee managed conservatively and surgically. The Victorian Institute of Sport Tendon Study Group. Br J Sports Med 1997;31:332–6.
5 Kettunen JA, Kvist M, Alanen E, et al. Long-term prognosis for jumper’s knee in male athletes. A prospective follow-up study. Am J Sports Med 2002;30:689–92.
6 van der Worp H, van Ark M, Roerink S, et al. Risk factors for patellar tendinopathy: a systematic review of the literature. Br J Sports Med 2011;45:446–52.
7 Liberati A, Altman DG, Tetzlaff J, et al. The PRISMA statement for reporting systematic reviews and meta-analyses of studies that evaluate health care interventions: explanation and elaboration. J Clin Epidemiol 2009;62:e1–34.
8 Ferretti A, Puddu G, Mariani PP, et al. Jumper’s knee: an epidemiological study of volleyball players. Phys Sportsmed 1984;12:97–106.
9 Cook JL, Khan KM, Kiss ZS, et al. Asymptomatic hypoechoic regions on patellar tendon ultrasound: a 4-year clinical and ultrasound followup of 46 tendons. Scand J Med Sci Sports 2001;11:321–7.
10 Wells GA, Shea B, O’Connell D, et al. The Newcastle-Ottawa Scale (NOS) for assessing the quality of nonrandomized studies in meta-analyses. Ottawa Hosp Res Inst 2013:1–4.
11 Mallows A, Debenham J, Walker T, et al. Association of psychological variables and outcome in tendinopathy: a systematic review. Br J Sports Med 2017;51:743–8.
12 Toohey LA, Drew MK, Cook JL, et al. Is subsequent lower limb injury associated with previous injury? A systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med 2017;51:1670–8.
13 Deeks JJ, Dinnes J, D’Amico R, et al. Evaluating non-randomised intervention studies. Health Technol Assess 2003;7:1–173.
14 McAuliffe S, McCreesh K, Culloty F, et al. Can ultrasound imaging predict the development of Achilles and patellar tendinopathy? A systematic review and metaanalysis. Br J Sports Med 2016;50:1516–23.
15 Van der Worp H, de Poel HJ, Diercks RL, et al. Jumper’s knee or lander’s knee? A systematic review of the relation between jump biomechanics and patellar tendinopathy. Int J Sports Med 2014;35:714–22.
16 Cohen J. A coefficient of agreement for nominal scales. Educ Psychol Meas 1960;20:37–46.
17 Landis JR, Koch GG. The measurement of observer agreement for categorical data. Biometrics 1977;33:159–74.
18 Cohen J. Statistical power analysis for the behavioral sciences. Stat. Power Anal. Behav 1988;2:567.
19 Szumilas M. Explaining odds ratios. J Can Acad Child Adolesc Psychiatry 2010;19:227–9.
20 Higgins JP, Thompson SG. Quantifying heterogeneity in a meta-analysis. Stat Med 2002;21:1539–58.
21 Egger M, Davey Smith G, Schneider M, et al. Bias in meta-analysis detected by a simple, graphical test. BMJ 1997;315:629–34.
22 Duval S, Tweedie R. Trim and fill: a simple funnel-plot-based method of testing and adjusting for publication bias in meta-analysis. Biometrics 2000;56:455–63.
23 van Tulder M, Furlan A, Bombardier C, et al. Updated method guidelines for systematic reviews in the cochrane collaboration back review group. Spine 2003;28:1290–9.
24 de Vries AJ, van der Worp H, Diercks RL, et al. Risk factors for patellar tendinopathy in volleyball and basketball players: a survey-based prospective cohort study. Scand J Med Sci Sports 2015;25:678–84.
25 Backman LJ, Danielson P. Low range of ankle dorsiflexion predisposes for patellar tendinopathy in junior elite basketball players: a 1-year prospective study. Am J SportsMed 2011;39:2626–33.
26 Visnes H, Aandahl HÅ, Bahr R. Jumper’s knee paradox–jumping ability is a risk factor for developing jumper’s knee: a 5-year prospective study. Br J Sports Med 2013;47:503–7.
27 Hägglund M, Zwerver J, Ekstrand J. Epidemiology of patellar tendinopathy in elite male soccer players. Am J Sports Med 2011;39:1906–11.
28 Witvrouw E, Bellemans J, Lysens R, et al. Intrinsic risk factors for the development of patellar tendinitis in an athletic population. A two-year prospective study. Am J Sports Med 2001;29:190–5.
29 Visnes H, Bahr R. Training volume and body composition as risk factors for developing jumper’s knee among young elite volleyball players. Scand J Med Sci Sports 2013;23:607–13.
30 Crossley KM, Thancanamootoo K, Metcalf BR, et al. Clinical features of patellar tendinopathy and their implications for rehabilitation. J Orthop Res 2007;25:1164–75.
31 Groot HE, van der Worp H, Nijenbanning L, et al. Is proprioception diminished in patients with patellar tendinopathy? Gait Posture 2016;45:224–8.
32 Morton S, Williams S, Valle X, et al. Patellar tendinopathy and potential risk factors: an international database of cases and controls. Clin J Sport Med 2017;27:468–74.
33 Rio E, Kidgell D, Moseley GL, et al. Elevated corticospinal excitability in patellar tendinopathy compared with other anterior knee pain or no pain. Scand J Med Sci Sports 2016;26:1072–9.
34 Torres R, Ferreira J, Silva D, et al. Impact of patellar tendinopathy on knee proprioception. Clinical Journal of Sport Medicine 2017;27:31–6.
35 van der Worp H, van Ark M, Zwerver J, et al. Risk factors for patellar tendinopathy in basketball and volleyball players: a cross-sectional study. Scand J Med Sci Sports 2012;22:783–90.
36 van Wilgen CP, Konopka KH, Keizer D, et al. Do patients with chronic patellar tendinopathy have an altered somatosensory profile? A Quantitative Sensory Testing (QST) study. Scand J Med Sci Sports 2013;23:149–55.
37 Zhang ZJ, Ng GYF, Lee WC, et al. Increase in passive muscle tension of the quadriceps muscle heads in jumping athletes with patellar tendinopathy. Scand J Med Sci Sports 2017;27:1099–104.
38 Bisseling RW, Hof AL, Bredeweg SW, et al. Relationship between landing strategy and patellar tendinopathy in volleyball. Br J Sports Med 2007;41:e8.
39 Cassel M, Baur H, Hirschmüller A, et al. Prevalence of Achilles and patellar tendinopathy and their association to intratendinous changes in adolescent athletes. Scand J Med Sci Sports 2015;25:e310–8.
40 Dauty M, Dupre M, Potiron-Josse M, et al. Identification of mechanical consequences of jumper’s knee by isokinetic concentric torque measurement in elite basketball players. Isokinet Exerc Sci 2007;15:37–41.
41 Kujala UM, Osterman K, Kvist M, et al. Factors predisposing to patellar chondropathy and patellar apicitis in athletes. Int Orthop 1986;10:195–200.
42 Lian Ø, Refsnes PE, Engebretsen L, et al. Performance characteristics of volleyball players with patellar tendinopathy. Am J Sports Med 2003;31:408–13.
43 Longo UG, Rittweger J, Garau G, et al. Patellar tendinopathy in master track and field athletes: influence of impact profile, weight, height, age and gender. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2011;19:508–12.
44 Scattone Silva R, Nakagawa TH, Ferreira AL, et al. Lower limb strength and flexibility in athletes with and without patellar tendinopathy. Phys Ther Sport 2016;20:19–25.
45 Bode G, Hammer T, Karvouniaris N, et al. Patellar tendinopathy in young elite soccer- clinical and sonographical analysis of a German elite soccer academy. BMC Musculoskelet Disord 2017;18:344.
46 Malliaras P, Cook JL, Kent P. Reduced ankle dorsiflexion range may increase the risk of patellar tendon injury among volleyball players. J Sci Med Sport 2006;9:304–9.
47 Harman EA, Rosenstein MT, Frykman PN, et al. The effects of arms and countermovement on vertical jumping. Med Sci Sports Exerc 1990;22:825–33.
48 Lian O, Engebretsen L, Ovrebø RV, et al. Characteristics of the leg extensors in male volleyball players with jumper’s knee. Am J Sports Med 1996;24:380–5.
49 Rosen AB, Ko J, Simpson KJ, et al. Lower extremity kinematics during a drop jump in individuals with patellar tendinopathy. Orthop J Sports Med 2015;3:23.
50 Siegmund JA, Huxel KC, Swanik CB. Compensatory mechanisms in basketball players with jumper’s knee. J Sport Rehabil 2008;17:358–71.
51 Krauss I, Grau S, Rombach S, et al. Association of strength with patellar tendinopathy in female runners. Isokinet Exerc Sci 2007;15:217–23.
52 van der Worp H, Zwerver J, Kuijer PP, et al. The impact of physically demanding work of basketball and volleyball players on the risk for patellar tendinopathy and on work limitations. J Back Musculoskelet Rehabil 2011;24:49–55.
53 Gaida JE, Ashe MC, Bass SL, et al. Is adiposity an under-recognized risk factor for tendinopathy? A systematic review. Arthritis Rheum 2009;61:840–9.
54 Peña J, Moreno-Doutres D, Coma J, et al. Anthropometric and fitness profile of highlevel basketball, handball and volleyball players. Rev Andaluza Med del Deport 2015.
55 Devita P, Skelly WA. Effect of landing stiffness on joint kinetics and energetics in the lower extremity. Med Sci Sports Exerc 1992;24:108–15.
56 Hoch MC, Farwell KE, Gaven SL, et al. Weight-bearing dorsiflexion range of motion and landing biomechanics in individuals with chronic ankle instability. J Athl Train 2015;50:833–9.
57 Dill KE, Begalle RL, Frank BS, et al. Altered knee and ankle kinematics during squatting in those with limited weight-bearing-lunge ankle-dorsiflexion range of motion. J Athl Train 2014;49:723–32.
58 Khan KM, Cook JL, Kannus P, et al. Time to abandon the ’tendinitis’ myth. BMJ 2002;324:626–7.
59 Tomioka M, Owings TM, Grabiner MD. Lower extremity strength and coordination are independent contributors to maximum vertical jump height. J Appl Biomech 2001;17:181–7.
60 McNitt-Gray JL. Kinetics of the lower extremities during drop landings from three heights. J Biomech 1993;26:1037–46.
61 Vanezis A, Lees A. A biomechanical analysis of good and poor performers of the vertical jump. Ergonomics 2005;48:1594–603.
62 Zhang SN, Bates BT, Dufek JS. Contributions of lower extremity joints to energy dissipation during landings. Med Sci Sports Exerc 2000;32:812–9.
63 Magnusson SP, Langberg H, Kjaer M. The pathogenesis of tendinopathy: balancing the response to loading. Nat Rev Rheumatol 2010;6:262–8.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales