KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Nouvelle formation Kinésithérapie Echo-assistée
  • Kinesport partenaire et affilié au football élite
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales

Jonas Bloch Thorlund et Al.



Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales
Titre de présentation
Facteurs de risques, diagnostic et traitement non chirurgical des lésions méniscales traumatiques et dégénératives : preuves et recommandations, un état des lieux dressé par la société Danoise de Kinésithérapie du sport
 
 
Introduction
Les lésions méniscales sont communes et la chirurgie méniscale est la procédure orthopédique la plus fréquemment réalisée. De nombreuses études récentes ont secoué les dogmes actuels donnant la chirurgie comme traitement de choix pour les patients de 40 ans et plus avec lésion méniscale. Les lésions méniscales sont catégorisées en lésions traumatiques et lésion dégénératives en fonction de leur étiologie. La plupart des lésions traumatiques ont lieu chez les sujets jeunes et actifs sur un ménisque à priori en bon état. Les lésions dégénératives sont plus communes chez les sujets d’âge moyen ou plus âgés et sont considérées comme étant les premiers signes de l’arthrose du genou.
Le premier challenge en clinique est le diagnostic de la lésion méniscales, cependant il existe de nombreux test dont les valeurs prédictives sont aléatoires. Le deuxième challenge est de différencier les lésions traumatiques et dégénératives. Comprendre les facteurs de risques pourrait aider à comprendre les mécanismes lésionnels en fonction des groupes d’âges et distinguer les deux types de lésions.
 
Objectif
Le but de cet article est de déterminer les facteurs de risques principaux de la lésion méniscale, d’évaluer les valeurs diagnostique des différents tests cliniques et d’étudier le rôle du traitement non–chirurgical chez des patients avec lésions traumatiques et lésions dégénératives.
 
Méthode
Facteurs de risques : sur les 20 études retenues, 8 facteurs de risque potentiels ont été identifiés : le surpoids, le sexe masculin, l’âge, le type traumatique, la participation à un sport, le temps écoulé entre la lésion du LCA et la reconstruction, l’hyperlaxité articulaire généralisée, certaines activités professionnelles.
En résumé, les preuves donnant le surpoids, l’activité professionnelle incluant des positions de squat ou accroupies fréquente, ou encore les activités professionnelles incluant des montées d’escaliers fréquentes sont de faible qualité. Cependant le facteur de risque « sexe masculin » est associé à un risque plus important. L’âge reste un facteur de risque incertain. Des preuves de faible qualité indiquent que les lésions méniscales traumatiques sont plus fréquentes dans les sports de contact ou ceux impliquant des pivots.
 

Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales
Diagnostic des lésions méniscales à l’aide de tests cliniques : les 15 études retenues, les valeurs prédictives positive (PPV) et négative (NPV) pour les différents tests cliniques et les combinaisons de tests sont regroupées en tableau 2 et 3. Dans la mesure ou la PPV et la NPV varient en fonction de l’âge, les résultats sont présentés d’un côté pour les patients de moins de 60 ans et de l’autre pour les patients de plus de 60 ans. Les tests évalués sont le Tessaly test à 5 et 20°, le test de McMurray, le test d’Apley et une combinaison de ces tests.
 

Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales

Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales
Traitement :
Thérapie par l’exercice : sept essais randomisés, publiés dans 10 papiers ont été inclus. Deux études comparaient le traitement conservateur à l’arthroscopie, cinq études ont comparé l’effet de l’arthroscopie associée aux exercices, et les exercices seuls. Toutes les études incluaient des patients souffrant de lésions dégénératives. Dans les études comparant l’exercice et l’arthroscopie, des niveaux de preuve modérés n’indiquaient pas de différences entre les deux méthodes pour la douleur autoévaluée, la fonction et la performance fonctionnelle (à savoir : maximum de flexion de genou sur une jambe en 30 secondes). Cependant, des niveaux de preuves de qualité modérée ont été trouvée pour une meilleure force maximale d’extension du genou lors du traitement par les exercices en comparaison à l’arthroscopie seule. D’autre part, aucune différence n’a été trouvé entre exercices et arthroscopie dans une étude à faible échantillon (n=17) pour 5 répétitions maximal sur une machine de leg extension. En raison du manque d’aveuglement des participants dans toutes les études et des faibles tailles d’échantillon, la qualité des preuves a été rétrogradée de haute à moyenne. Il y avait des preuves de haute qualité pour le manque de bénéfices cliniques additionnel pour l’arthroscopie associée aux exercices en opposition aux exercices seuls en ce qui concerne la douleur rapportée et les activités fonctionnelles.
 
Traitements passifs de physiothérapie : il existait des preuves de faible qualité en ce qui concerne l’utilité de la thérapie laser dans la diminution de la douleur et l’améliorations de niveaux fonctionnels des patients présentant des lésions méniscales dégénératives.

Facteurs de risques, diagnostic et traitement des lésions méniscales
Discussion
Les facteurs de risques : la qualité globale des preuves concernant les facteurs de risque était faible dans la mesure où la plupart des études n'ont pas suffisamment ajusté les facteurs de confusion et / ou l'évaluation aveugle des résultats.
Le surpoids a été pointé du doigt pour être un facteur de risque de lésion méniscale dégénérative (preuves de faible qualité). Cependant des preuves contradictoires ont été trouvées concernant l’âge comme facteur de risque. Englund et Al. ont trouvé une prévalence plus importantes pour les lésions méniscales avec l’avancement de l’âge dans une population de patients plus âgés avec ou sans arthrose de genou. Ces résultats sont cohérents avec le fait que les données enregistrées indiquent que la majorité des patients ayant recours à la chirurgie arthroscopique sont âgés de plus de 45 ans. Cela contraste avec les résultats d’une étude comparant les risques de lésions méniscales chez des carreleurs et des graphic designers n’observant pas d’augmentation de la prévalence avec l’avancement de l’âge et ceux d’une étude comparant des données suédoises trouvant que l’incidence de la lésion méniscale diminuait après 40 ans autant chez les hommes que chez les femmes.
Les pratiquent professionnelles impliquant des squats et des positions d’accroupissement fréquentes, ou les celles entrainant de nombreuses montées d’escaliers pourraient augmenter le risque de lésion méniscale (preuves de faible qualité), mais les résultats concernant les charges lourdes sont conflictuels et les preuves considérant la course comme facteur de risque sont insuffisantes.
Un délai prolongé entre la lésion du LCA et la reconstruction est souvent considéré pour facteur de risque cependant les résultats des études sont conflictuels.
 
Les tests diagnostiques : il n’existe actuellement pas de consensus concernant le diagnostic clinique de la lésion méniscale rendant souvent la différenciation entre lésion du ménisque ou d’une autre structure du genou assez difficile. Les auteurs ont examiné 4 tests diagnostic. L'évaluation de la sensibilité au niveau de l’interligne articulaire médiale et latérale peut être utilisée pour exclure une déchirure méniscale chez les patients de moins de 60 ans (NPV élevée, preuves de qualité faible à modérée) et pour diagnostiquer une déchirure méniscale latérale avec une sensibilité articulaire latérale (PPV modérée à haute, preuves de qualité faible à modérée). Comme la sensibilité de la ligne articulaire est également fréquente dans d'autres troubles du genou (exemple : Arthrose) le test doit être associé à l'anamnèse et aux symptômes cliniques lors du diagnostic des déchirures méniscales.
Il semblerait que le Thessaly test à 20 ° de flexion du genou, le test de McMurray et le test d'Apley puissent être utilisés pour écarter une déchirure méniscale chez les patients de moins de 60 ans (NPV élevée, preuves de très faible qualité). Cependant, aucun d'entre eux ne peut être recommandé en tant que test autonome pour diagnostiquer une lésion méniscale en raison des PPV modérées à faibles (preuves de très faible qualité). Étant donné que seulement quelques études ont combiné plusieurs tests, aucune recommandation ne peut être donnée lorsqu'il s'agit d'une combinaison spécifique de tests. Les PPV étaient plus élevés avec une prévalence plus élevée de déchirures méniscales dans la population, tandis que les NPV étaient plus élevées avec une prévalence plus faible des lésions méniscales.
 
Importance du type de déchirure : Aucun des tests examinés n'était un test autonome, le diagnostic est généralement basé sur une combinaison des antécédents médicaux, de l'examen physique et de l’imagerie si nécessaire. L'apparition soudaine ou progressive de la douleur au genou accompagnée d'une sensation de blocage ou d'accrochage du genou, de claquement, de dérobement, de gonflement répété du genou et de douleur ou sensibilité à l’interligne articulaire médiale ou latérale indiquent une déchirure méniscale, mais les symptômes sont également associés à d'autres troubles du genou, comme l'arthrose. Les lésions méniscales traumatiques sont le plus souvent observées chez les sujets jeunes et actifs (moins de 40 ans) suite à un traumatisme de haute énergie, par exemple lors de la pratique du sport, alors que les lésions méniscales dégénératives sont plus fréquentes chez les personnes âgées de 40 ans et plus et sont considérées comme faisant partie du stade initial de l'arthrose du genou. Certains considèrent un patient âgé de 40 ans ou plus avec une déchirure méniscale causée par un traumatisme ou un incident mineur, comme un agenouillement, un glissement et ou une torsion du genou comme ayant subi une déchirure traumatique. D'autres considèreraient une telle déchirure comme dégénérative dans la mesure où un ménisque sain résisterait aux tensions crées par de tels incidents mineurs. Le type de lésion méniscale diffère également entre les lésions traumatiques et les lésions méniscales dégénératives. Les lésions horizontales complexes et horizontales en lambeaux sont habituellement considérées comme d'origine dégénérative, tandis que les déchirures longitudinales verticales sont considérées comme traumatiques. Toutefois, cette distinction est moins utile pour les cliniciens, car le schéma de déchirure spécifique est généralement établi à l'arthroscopie du genou.
 
Rôle de l’imagerie dans le diagnostic de la lésion méniscale : l’historique médical et l’examen physique sont indispensables pour chaque patient avec suspicion de lésion méniscale. Le diagnostic par l’imagerie telle que l’échographie, l’IRM ou la radiographie ne devrait pas être utilisé de façon routinière. L’échographie garde une utilité limitée dans la mesure où elle ne permet pas d’évaluer le ménisque entier et les autres pathologies intra articulaires. Malgré une grande précision de diagnostic, l’IRM ne devrait pas être utilisée systématiquement dans le diagnostic de la lésion méniscale dans la mesure où une étude a montré que 61% des patients présentant une lésion méniscale à l’IRM étaient asymptomatiques durant les mois précédents. La radiographie n’est pas conseillée excepté si le patient présente une arthrose de genou en plus de la lésion méniscale.
De ce fait, l’élaboration du diagnostic de lésion méniscale est basée sur la combinaison de l’historique médical, de l’examen clinique et de l’imagerie diagnostic. 

Le traitement : Le traitement des lésions méniscales dégénératives devrait être non chirurgical, la thérapie par l'exercice étant le composant principal (preuve de qualité modérée). L'ajout de la chirurgie arthroscopique du genou à l'exercice physique (preuves de haute qualité) n'a pas d'effet cliniqueme.
La thérapie au laser à faible niveau peut être efficace pour améliorer les symptômes (preuves de faible qualité) mais d'autres essais de confirmation sont nécessaires avant de pouvoir recommander une thérapie au laser à bas niveau ou d'autres traitements de physiothérapie passive comme traitement cliniquement pertinent pour les lésions méniscales dégénératives.
Il n’y pas d’essai randomisé indiquant le meilleur traitement (chirurgical ou non chirurgical) pour les patients de moins de 40 ans ou avec une déchirure traumatique. Les conclusions des précédents essais sur le traitement des déchirures méniscales chez les personnes d'âge moyen ou plus âgées atteints d'une lésion méniscale dégénérative ne peuvent être généralisés à cette population. Traditionnellement, les patients plus jeunes ou les patients avec une lésion traumatique sont traités par réparation méniscale ou résection, et sont considérés comme répondant mieux à la chirurgie que les patients atteints de lésions dégénératives. Cependant, les patients souffrant de lésions traumatiques et dégénératives sont considérés comme ayant des améliorations similaires jusqu’à 52 semaines après une méniscectomie partielle réalisée sous arthroscopique.
Le traitement recommandé pour les patients souffrant de lésions traumatiques correspond à des exercices et d'autres traitements non chirurgicaux, à moins que le genou ne soit bloqué (autodéclaré par le patient et confirmé par le clinicien). Le blocage du genou peut être causé par des fragments méniscaux ou par une en anse de seau déplacée. Étant donné le manque de preuves, il est nécessaire que des essais randomisés de haute qualité comparant les traitements chirurgicaux et non chirurgicaux des déchirures méniscales chez les patients plus jeunes et chez les patients présentant une déchirure traumatique soient réalisées.
 
Conclusion
Il n’existe pas de recommandations claires concernant les patients de moins de 40 ans ou ceux souffrant de lésions traumatiques.
 
Article original
Rsik factors, diagnosis and non-surgical treatment for meniscal tears : evidence and recommandation : a statement papaer commissioned by the Danish Society of Sport Physical Therapy, Jonas Bloch Thorlund et Al. BJSM February 2018, doi:10.1136/bjsports-2017-098429
 
Références
1 Cullen K, Hall M. Golosinskiya A: Ambulatory surgery in the United States, 2006. Natl Health Stat Report 2009;11:1–25.
2 Khan M, Evaniew N, Bedi A, et al. Arthroscopic surgery for degenerative tears of the meniscus: a systematic review and meta-analysis. CMAJ 2014;186:1057–64.
3 Thorlund JB, Juhl CB, Roos EM, et al. Arthroscopic surgery for degenerative knee: systematic review and meta-analysis of bene ts and harms. BMJ 2015;350:h2747.
4 Poehling GG, Ruch DS, Chabon SJ. The landscape of meniscal injuries. Clin Sports Med 1990;9:539–49.
5 Englund M. The role of the meniscus in osteoarthritis genesis. Rheum Dis Clin North Am 2008;34:573–9.
6 Thorlund JB, Hare KB, Lohmander LS. Large increase in arthroscopic meniscus surgery in the middle-aged and older population in Denmark from 2000 to 2011. Acta Orthop 2014;85:287–92.
7 Englund M, Guermazi A, Gale D, et al. Incidental meniscal ndings on knee MRI in middle-aged and elderly persons. N Engl J Med 2008;359:1108–15.
8 Shea BJ, Grimshaw JM, Wells GA, et al. Development of AMSTAR: a measurement tool to assess the methodological quality of systematic reviews. BMC Med Res Methodol 2007;7:10.
9 Scottish Intercollegiate Guidelines Network (SIGN). SIGN 50: A guideline developer ́s handbook. Edinburgh 2015.
10 Schünemann H, Brozek J, Guyatt G, et al; Handbook for grading the quality of evidence and the strength of recommendations using the GRADE approach, 2013.
11 Buchbinder R, Harris IA, Sprowson A. Management of degenerative meniscal tears and the role of surgery. BMJ 2015;350:h2212.

12 Sundhedsstyrelsen. National Klinisk Retningslinje for Meniskpatologi i Knæet. Sundhedsstyrelsen: København, Danmark, 2016.

13 Whiting PF, Rutjes AW, Westwood ME, et al. QUADAS-2: a revised tool for the quality assessment of diagnostic accuracy studies. Ann Intern Med 2011;155:529–36.
14 Higgins JP, Green S. Cochrane handbook for systematic reviews of interventions, version 5.1.0 (updated March 2011): The Cochrane Collaboration, 2011.

15 Hedges LV, Olkin I. Statistical methods for meta-analysis. New York: Academic Press, 1985.

16 Higgins JP, Thompson SG. Quantifying heterogeneity in a meta-analysis. Stat Med 2002;21:1539–58.

17 Higgins JP, Thompson SG, Deeks JJ, et al. Measuring inconsistency in meta-analyses. BMJ 2003;327:557–60.

18 Snoeker BA, Bakker EW, Kegel CA, et al. Risk factors for meniscal tears: a systematic review including meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther 2013;43:352–67.

19 Knol MJ, Le Cessie S, Algra A, et al. Overestimation of risk ratios by odds ratios in trials and cohort studies: alternatives to logistic regression. CMAJ 2012;184:895–9.
20 Baker P, Coggon D, Reading I, et al. Sports injury, occupational physical activity, joint laxity, and meniscal damage. J Rheumatol 2002;29:557–63.

21 Kuikka PI, Pihlajamäki HK, Mattila VM. Knee injuries related to sports in young adult males during military service - incidence and risk factors. Scand J Med Sci Sports 2013;23:281–7.

22 Bhattacharyya T, Gale D, Dewire P, et al. The clinical importance of meniscal tears demonstrated by magnetic resonance imaging in osteoarthritis of the knee. J Bone Joint Surg Am 2003;85-A:4–9.

23 Peat G, Bergknut C, Frobell R, et al. Population-wide incidence estimates for soft tissue knee injuries presenting to healthcare in southern Sweden: data from the Skåne Healthcare Register. Arthritis Res Ther 2014;16:R162.
 
24  Taunton JE, Ryan MB, Clement DB, et al. A retrospective case-control analysis of 2002 running injuries. Br J Sports Med 2002;36:95–101. 

25  Rytter S, Jensen LK, Bonde JP, et al. Occupational kneeling and meniscal tears: a magnetic resonance imaging study in oor layers. J Rheumatol 2009;36:1512–9. 

26  Fridén T, Erlandsson T, Zätterström R, et al. Compression or distraction of the anterior cruciate injured knee. Variations in injury pattern in contact sports and downhill skiing. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 1995;3:144–7. 

27  Mitchell J, Graham W, Best TM, et al. Epidemiology of meniscal injuries in US high school athletes between 2007 and 2013. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2016;24:715–22. 

28  Baker P, Reading I, Cooper C, et al. Knee disorders in the general population and their relation to occupation. Occup Environ Med 2003;60:794–7. 

29  Hoessly ML, Wildi LM. Magnetic Resonance Imaging Findings in the Knee Before and After Long-Distance Running-Documentation of Irreversible Structural Damage? A Systematic Review. Am J Sports Med 2017;45:1206–17. 

30  Church S, Keating JF. Reconstruction of the anterior cruciate ligament: timing of surgery and the incidence of meniscal tears and degenerative change. J Bone Joint Surg Br 2005;87:1639–42. 

31  Kaeding CC, Pedroza AD, Parker RD, et al. Intra-articular ndings in the reconstructed multiligament-injured knee. Arthroscopy 2005;21:424–30. 

32  Yüksel HY, Erkan S, Uzun M. The evaluation of intraarticular lesions accompanying ACL ruptures in military personnel who elected not to restrict their daily activities: the effect of age and time from injury. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2006;14:1139–47. 

33  Arastu MH, Grange S, Twyman R. Prevalence and consequences of delayed diagnosis of anterior cruciate ligament ruptures. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2015;23:1201–5. 

34  Brambilla L, Pulici L, Carimati G, et al. Prevalence of Associated Lesions in Anterior Cruciate Ligament Reconstruction: Correlation With Surgical Timing and With Patient Age, Sex, and Body Mass Index. Am J Sports Med 2015;43:2966–73. 

35  Chen G, Tang X, Li Q, et al. The evaluation of patient-speci c factors associated with meniscal and chondral injuries accompanying ACL rupture in young adult patients. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2015;23:792–8. 

36  Kluczynski MA, Marzo JM, Bisson LJ. Factors associated with meniscal tears and chondral lesions in patients undergoing anterior cruciate ligament reconstruction: a prospective study. Am J Sports Med 2013;41:2759–65. 

37  Krutsch W, Zellner J, Baumann F, et al. Timing of anterior cruciate ligament reconstruction within the rst year after trauma and its in uence on treatment of cartilage and meniscus pathology. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2017;25:418–25. 

38  Frobell RB, Roos HP, Roos EM, et al. Treatment for acute anterior cruciate ligament tear: ve year outcome of randomised trial. BMJ 2013;346:f232. 

39  Smith BE, Thacker D, Crewesmith A, et al. Special tests for assessing meniscal tears within the knee: a systematic review and meta-analysis. Evid Based Med 2015;20:88–97. 

40  Galli M, Ciriello V, Menghi A, et al. Joint line tenderness and McMurray tests for the detection of meniscal lesions: what is their real diagnostic value? Arch Phys Med Rehabil 2013;94:1126–31. 

41  Karachalios T, Hantes M, Zibis AH, et al. Diagnostic accuracy of a new clinical test (the Thessaly test) for early detection of meniscal tears. J Bone Joint Surg Am 2005;87:955–62. 

42  Konan S, Rayan F, Haddad FS. Do physical diagnostic tests accurately detect meniscal tears? Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2009;17:806–11. 

43  Rinonapoli G, Carraro A, Delcogliano A. The clinical diagnosis of meniscal tear is not easy. Reliability of two clinical meniscal tests and magnetic resonance imaging. Int J Immunopathol Pharmacol 2011;24:39–44. 

44  Dzoleva-Tolevska R, Poposka A, Samardziski M, et al. Comparative analysis of diagnostic methods in meniscal lesions. Pril 2013;34:79–83. 

45  Ercin E, Kaya I, Sungur I, et al. History, clinical ndings, magnetic resonance imaging, and arthroscopic correlation in meniscal lesions. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2012;20:851–6. 

46  Goossens P, Keijsers E, van Geenen RJ, et al. Validity of the Thessaly test in evaluating meniscal tears compared with arthroscopy: a diagnostic accuracy study. J Orthop Sports Phys Ther 2015;45:18–24. 

47  Harrison BK, Abell BE, Gibson TW. The Thessaly test for detection of meniscal tears: validation of a new physical examination technique for primary care medicine. Clin J Sport Med 2009;19:9–12. 

48  Jaddue DAK, Taw q FH, Sayed-Noor AS. The utility of clinical examination in the diagnosis of medial meniscus injury in comparison with arthroscopic ndings. Eur J Orthop Surg Traumatol 2010;20:389–92. 

49  Mohan BR, Gosal HS. Reliability of clinical diagnosis in meniscal tears. Int Orthop 2007;31:57–60. 

50  Rose RE. The accuracy of joint line tenderness in the diagnosis of meniscal tears. West Indian Med J 2006;55:323–6. 

51  Wadey VM, Mohtadi NG, Bray RC, et al. Positive predictive value of maximal posterior joint-line tenderness in diagnosing meniscal pathology: a pilot study. Can J Surg 2007;50:96–100. 

52 Syal A, Chudasama CH. Clinical examination, magnetic resonance imaging and arthroscopic correlations of ligament and menisci injuries of knee joint. J Arthrosc J Surg 2015;2:3–8.
53 Gupta Y, Mahara D, Lamichhane A. McMurray’s Test and Joint Line Tenderness for Medial Meniscus Tear: Are They Accurate? Ethiop J Health Sci 2016;26:567–72.
54 Haviv B, Bronak S, Kosashvili Y, et al. Gender differences in the accuracy of joint line tenderness for arthroscopically con rmed meniscal tears. Arch Orthop Trauma Surg 2015;135:1567–70.
55 Herrlin S, Hållander M, Wange P, et al. Arthroscopic or conservative treatment of degenerative medial meniscal tears: a prospective randomised trial. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2007;15:393–401.
56 Herrlin SV, Wange PO, Lapidus G, et al. Is arthroscopic surgery bene cial in treating non-traumatic, degenerative medial meniscal tears? A ve year follow-up. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2013;21:358–64.
57 Kirkley A, Birmingham TB, Litch eld RB, et al. A randomized trial of arthroscopic surgery for osteoarthritis of the knee. N Engl J Med 2008;359:1097–107.
58 Østerås H, Østerås B, Torstensen TA. Medical exercise therapy, and not arthroscopic surgery, resulted in decreased depression and anxiety in patients with degenerative meniscus injury. J Bodyw Mov Ther 2012;16:456–63.
59 Katz JN, Brophy RH, Chaisson CE, et al. Surgery versus physical therapy for a meniscal tear and osteoarthritis. N Engl J Med 2013;368:1675–84.
60 Yim JH, Seon JK, Song EK, et al. A comparative study of meniscectomy and nonoperative treatment for degenerative horizontal tears of the medial meniscus. Am J Sports Med 2013;41:1565–70.
61 Gauf n H, Tagesson S, Meunier A, et al. Knee arthroscopic surgery is bene cial to middle-aged patients with meniscal symptoms: a prospective, randomised, single- blinded study. Osteoarthritis Cartilage 2014;22:1808–16.
62 Kise NJ, Risberg MA, Stensrud S, et al. Exercise therapy versus arthroscopic partial meniscectomy for degenerative meniscal tear in middle aged patients: randomised controlled trial with two year follow-up. BMJ 2016;354:i3740.
63 Stensrud S, Risberg MA, Roos EM. Effect of exercise therapy compared with arthroscopic surgery on knee muscle strength and functional performance in middle- aged patients with degenerative meniscus tears: a 3-mo follow-up of a randomized controlled trial. Am J Phys Med Rehabil 2015;94:460–73.
64 Gauf n H, Sonesson S, Meunier A, et al. Knee Arthroscopic Surgery in Middle-Aged Patients With Meniscal Symptoms: A 3-Year Follow-up of a Prospective, Randomized Study. Am J Sports Med 2017;45:2077–84.
65 Malliaropoulos N, Kiritsi O, Tsitas K, et al. Low-level laser therapy in meniscal pathology: a double-blinded placebo-controlled trial. Lasers Med Sci 2013;28:1183–8.
66 Abhishek A, Doherty M. Diagnosis and clinical presentation of osteoarthritis. Rheum Dis Clin North Am 2013;39:45–66.
67 Hare KB, Stefan Lohmander L, Kise NJ, et al. Middle-aged patients with an MRI- veri ed medial meniscal tear report symptoms commonly associated with knee osteoarthritis. Acta Orthop 2017;88:664–9.
68 Englund M, Roemer FW, Hayashi D, et al. Meniscus pathology, osteoarthritis and the treatment controversy. Nat Rev Rheumatol 2012;8:412–9.
69 Camanho GL, Hernandez AJ, Bitar AC, et al. Results of meniscectomy for treatment of isolated meniscal injuries: correlation between results and etiology of injury. Clinics 2006;61:133–8.
70 Thorlund JB, Englund M, Christensen R, et al. Patient reported outcomes in patients undergoing arthroscopic partial meniscectomy for traumatic or degenerative meniscal tears: comparative prospective cohort study. BMJ 2017;356:j356.
71 Alizadeh A, Babaei Jandaghi A, Keshavarz Zirak A, et al. Knee sonography as a diagnostic test for medial meniscal tears in young patients. Eur J Orthop Surg Traumatol 2013;23:927–31.
72 Azzoni R, Cabitza P. Is there a role for sonography in the diagnosis of tears of the knee menisci? J Clin Ultrasound 2002;30:472–6.
73 Subhas N, Sakamoto FA, Mariscalco MW, et al. Accuracy of MRI in the diagnosis of meniscal tears in older patients. AJR Am J Roentgenol 2012;198:W575–W580.
74 Zhang W, Nuki G, Moskowitz RW, et al. OARSI recommendations for the management of hip and knee osteoarthritis: part III: Changes in evidence following systematic cumulative update of research published through January 2009. Osteoarthritis Cartilage 2010;18:476–99.
75 Skou ST, Thomsen H, Simonsen OH. The value of routine radiography in patients with knee osteoarthritis consulting primary health care: A study of agreement. Eur J Gen Pract 2014;20:10–16.
76 Juhl C, Christensen R, Roos EM, et al. Impact of exercise type and dose on pain and disability in knee osteoarthritis: a systematic review and meta-regression analysis of randomized controlled trials. Arthritis Rheumatol 2014;66:622–36.
77 Skou ST, Derosche CA, Andersen MM, et al. Simonsen O: Nonoperative treatment improves pain irrespective of radiographic severity. A cohort study of 1,414 patients with knee osteoarthritis. Acta Orthop 2015;86:599–604.
78 Skou ST, Lind M, Hölmich P, et al. Study protocol for a randomised controlled trial of meniscal surgery compared with exercise and patient education for treatment of meniscal tears in young adults. BMJ Open 2017;7:e017439.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales