KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Nouvelle formation Kinésithérapie Echo-assistée
  • Kinesport partenaire et affilié au football élite
  • Formation Ki-Dos
  • Formation Ekman
  • Ekman Thérapie
  • Récupération dans le Sport
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Fiabilité intra et inter-évaluateur de trois classifications évaluant la dyskinésie scapulaire



Fiabilité intra et inter-évaluateur de trois classifications évaluant la dyskinésie scapulaire
Denis Martinelli Rossi et Al.
 

Introduction


La dyskinésie scapulaire (DS) peut être cliniquement caractérisée par la proéminence de la bordure médiale ou inféro-médiale, une élévation scapulaire précoce ou haussement de l’épaule lors de l'élévation du bras ou une rotation rapide vers le bas pendant l'abaissement des bras. Il existe des preuves de DS chez les patients présentant des affections de l'épaule, comme une lésion de la coiffe des rotateurs, une lésion labrale et une instabilité multidirectionnelle. Cependant, la relation entre les symptômes de l'épaule et DS n'est toujours pas claire. Une évaluation clinique complète de l'omoplate est donc nécessaire pour comprendre son rôle dans la douleur et servir de mesure de la déficience pour guider les programmes d'intervention appropriés.
Un grand nombre de méthodes d'évaluation clinique de la position et du mouvement de la scapula avec différentes définitions opérationnelles et méthodologiques ont été rapportées dans la littérature.
 
Trois études de l'évaluation dynamique visuelle de la DS sont suggérées dans la littérature :
1) classification de type 4 proposée par Kibler et al. (2002) basée sur la cinématique spécifique du mouvement tridimensionnel de l'omoplate (Tableau 1)
2) classification Oui / Non proposée par Uhl et al. (2009) considère tous les types d'asymétrie scapulaire suggérés par Kibler et al. (2002) dans la catégorie «Oui» et le mouvement scapulaire symétrique dans la catégorie «Non» (Tableau 1).
3) test de dyskinésie scapulaire (TDS) proposé par McClure et al. (2009) qui ont suggéré que le TDS classe le DS en fonction de la sévérité du trouble du mouvement scapulaire, c'est-à-dire évidente, subtile et normale (Tableau 1).
 

Objectif


Le consensus «Scapular Summit» actuel recommande l'évaluation de la DS par des méthodes dynamiques visuelles, mais une amélioration de la fiabilité est nécessaire. A la lumière des améliorations méthodologiques suggérées par les trois études principales, évaluées dans la présente étude et considérant l'absence potentielle de consensus concernant les mesures appropriées et les valeurs de fiabilité réduites, cette étude a pour objectif d’évaluer la fiabilité intra- et inter-évaluateur des trois principales méthodes de classification SD, type 4, Oui / Non et TSD, en utilisant les améliorations méthodologiques suggérées par les auteurs originaux.
 

Méthodes


-          Participants
Cette étude a inclu 75 jeunes athlètes (45 hommes). Les participants ont été recrutés par invitation verbale dans un gymnase lors d'un événement sportif réunissant des athlètes de divers sports. Un physiothérapeute à l'aveugle a recueilli les données anthropométriques et démographiques, le nombre d'années passées à pratiquer le sport actuel, la dominance de la main et la présence de douleur à l'épaule au moyen d'une entrevue verbale. L'échantillon comprenait des athlètes pratiquant les sports suivants : baseball (n = 11), judo (n = 5), taekwondo (n = 6), volleyball (n = 8), basketball (n = 21), jiu-jitsu (n = 23), et natation (n = 1). Les athlètes ont déclaré pratiquer à des niveaux professionnels (n = 9), amateurs (n = 57) et récréatifs (n = 9). Tous avaient une amplitude complète d'élévation et d'abaissement de bras. Huit volontaires ont déclaré une intensité de douleur à l'épaule dans le membre supérieur dominant entre 1 et 4 sur l'échelle de douleur numérique. Les participants ont été exclus lorsqu'ils ont signalé des antécédents de chirurgie de l'épaule, de fracture scapulaire, humérale ou claviculaire, de désalignement visuellement détectable dans la colonne thoracique et de maladies systémiques.

-          Procédures
Les physiothérapeutes ont, indépendamment et à l’aveugle, réalisé l'évaluation de la DS.

Au cours de l'évaluation, les participants se sont d'abord tenus dans une position détendue avec les bras sur les côtés, les coudes droits et l'épaule en rotation neutre. Par la suite, les participants ont été invités à lever les deux bras au-dessus de leur tête simultanément autant que possible dans une période de 2 s, puis à baisser les bras pendant 2 s. Les participants ont effectué une série de 8-10 cycles (au moins huit et au maximum dix) d'élévation et d'abaissement des bras avec des charges pondérées en fonction de leur masse corporelle. Les participants pesant moins de 68,1 kg utilisant des haltères de 1,5kg et ceux de plus de 68,1 kg, des haltères de 2,5 kg. Les évaluateurs ont effectué l'évaluation simultanément, et de manière indépendante.

Tout d'abord, les évaluateurs ont défini le DS selon la classification Oui / Non. Deuxièmement, ils ont choisi le mouvement spécifique modifié de l'omoplate (Type 1, 2 ou 3) si SD a été classé comme «Oui». Enfin, les évaluateurs ont jugé le degré de mouvements anormaux observés (évidents ou subtils). Si classé comme "Non", il a été classé en conséquence comme Type 4 et normal pour la classification TDS. Les évaluateurs ont évalué les deux côtés, mais seules les données du membre supérieur dominant ont été prises en compte dans cette étude pour la réduction des données. Au bout de 3 heures, le protocole d'évaluation a été répété pour déterminer l'accord et la fiabilité au niveau intra-évaluateur.

-Analyses statistiques
Les fiabilités intra- et inter-évaluateurs ont été déterminées en utilisant le coefficient de Cohen Kappa, avec son intervalle de confiance (IC) de 95% défini par la valeur du coefficient Kappa ± 1,96 multiplié par l'erreur-type du coefficient Kappa. L'amplitude du coefficient Kappa était de 0 à 1, dans laquelle la force d'accord suivait ces valeurs : <0, médiocre ; 0,01-0,20, légère ; 0,21-0,40, juste ; 0,41-0,60, modéré ; 0.61-0.80, substantiel ; et 0,81-1, presque parfait.

L'ampleur du coefficient de Kappa peut être influencée d’une part, par l'indice de prévalence qui reflète la prévalence d'un attribut et d’autre part, par le biais qui est la mesure dans laquelle les évaluateurs sont en désaccord sur la proportion de cas positifs (ou négatifs).
 

Résultats


L'accord intra-évaluateur et la fiabilité étaient basés sur des analyses de 57 participants parce que 18 participants ne pouvaient pas revenir pour la deuxième évaluation. Le tableau 3 montre le nombre de participants classés avec le DS par chaque examinateur et chaque catégorie. Sur 75 participants, 39% à 53% ont été catégorisés avec une position altérée ou un mouvement de l'omoplate pendant les mouvements du bras.

Le tableau 4 présente l'accord inter-évaluateur et la fiabilité. Les trois classifications de DS présentaient des valeurs d'accord allant de 80% à 95,9%. De plus, toutes les classifications ont présenté une fiabilité presque parfaite (k> 0,81), à l'exception des classifications de type 4 et TDS obtenues dans le mouvement d'abduction, qui a montré une fiabilité substantielle.

Pour l'accord intra-évaluateur, les évaluateurs PTA et PTB ont présenté des pourcentages d'accord relativement élevés entre les deux mesures pour les trois classifications de SD, allant de 82,1% à 89,3% et de 80,7% à 88,9%, respectivement (Tableau 5). La fiabilité intra-évaluateur pour les deux évaluateurs, sur les trois classifications, était substantielle (0,67-0,81).
 

Discussion


Dans cette étude, la fiabilité inter- et intra-évaluateur était presque parfaite et substantielle pour les trois méthodes de classification de la DS.
La présente étude a utilisé la suggestion de Uhl et al. (2009) pour augmenter le nombre de cycles d'élévation et d'abaissement du bras utilisés pour observer la DS et la suggestion de McClure et al. (2009) pour ajouter de la résistance (charge externe) au mouvement. De plus, comme Kibler et al. (2002), nos évaluateurs ont été préalablement formés en utilisant les définitions opérationnelles originales des auteurs et les photos et vidéos compilées par McClure et al. (2009) qui ont mis en évidence un positionnement scapulaire et des mouvements scapulo-thoraciques normaux et anormaux.

En comparant les trois méthodes de classification évaluées dans la présente étude, seule la classification Oui / Non a montré une fiabilité inter-évaluateur quasi parfaite au repos, en flexion et en abduction. Cette constatation peut être due au fait que la note «Oui» est plus inclusive et ne limite pas l'évaluateur à la sélection d'un seul plan pour observer le changement. Uhl et al. (2009) ont examiné la validité de la classification Oui / Non où ils ont trouvé que la sensibilité et la spécificité variaient de 74% à 78% et de 31% à 38% pour l’abduction et la flexion de l'épaule, respectivement. Cette classification identifie donc mieux la véritable présence de la DS mais est moins spécifique et suggère un risque de diagnostic de DS en l'absence de DS.

Nos résultats suggèrent que la classification TDS et la classification de type 4 présentaient une fiabilité inter-évaluateur légèrement inférieure au cours du test d'abduction par rapport au repos et à la flexion de l'épaule.

Plusieurs facteurs rendent le diagnostic de la DS difficile dans le contexte clinique, comme la variabilité élevée des mouvements scapulaires, la possibilité de stratégies adaptatives, la difficulté d'une définition «normale», la mauvaise qualité méthodologique et le manque de clarté concernant la mise en évidence d’une DS et la présence de symptômes.
 

Conclusion


Sur la base des résultats de la présente étude, les auteurs recommandent d'ajouter au moins huit répétitions de mouvements d'épaule avec une charge externe basée sur la masse corporelle (1,5 kg ou 2,5 kg) et une formation à l’évaluation de la DS (étude de description de la DS, photos et vidéos analysées et évaluation pilote) des physiothérapeutes qui n'ont pas besoin d'être des experts dans le domaine. La présente étude a ajouté la charge pendant les mouvements de bras basés sur l’étude de McClure et al. (2009). Une méthode modifiée proposée par Struyf et al. (2009) a présenté une meilleure fiabilité au cours de l'abduction de l'épaule sans charge par rapport au mouvement chargé en utilisant une méthode de classification différente. L'ajout de charge au mouvement semble améliorer la fiabilité de la classification DS en fonction de la méthode d'évaluation. Plus d'informations sont nécessaires concernant l'ajout de la charge au mouvement ainsi que la recherche de nouvelles approches concernant l'évaluation scapulaire basée sur l'ensemble du système et du contexte au lieu de la scapula seule.

Les méthodes de classification TDS, Oui / Non et SD de type 4 étudiées dans la présente étude ont montré des valeurs de fiabilité élevées en ce qui concerne les évaluations intra- et inter-évaluateurs tout au long du protocole, à condition que les évaluateurs soient formés, les répétitions des mouvements multiples et une charge externe ajoutée.
 

Article original


Intra rater and interrater reliability of three classifications for scapular dsykinesis in athletes, Denise Martinelli Rossi et Al. Plos ONE 12(7) :e0181518, 2017
 
 
Références
  • Kibler WB, Sciascia A. Current concepts: scapular dyskinesis. Br J Sports Med. 2010; 44: 300–305. https://doi.org/10.1136/bjsm.2009.058834 PMID: 19996329 Kibler WB, Sciascia A, Wilkes T. Scapular dyskinesis and its relation to shoulder injury. J Am Acad Orthop Surg. 2012; 20: 364–72. https://doi.org/10.5435/JAAOS-20-06-364 PMID: 22661566 
  • Kebaetse M, McClure P, Pratt NA. Thoracic position effect on shoulder range of motion, strength, and three-dimensional scapular kinematics. Arch Phys Med Rehabil. 1999; 80: 945–50. PMID: 10453773 
  • Kibler WB. Scapular Dysfunction. J Athl Train. 2006; 11: 6–9. 
  • Kibler WB, Ludewig PM, McClure PW, Michener LA, Bak K, Sciascia AD. Clinical implications of scapu- lar dyskinesis in shoulder injury: the 2013 consensus statement from the “Scapular Summit”. Br J Sports Med. 2013; 47: 877–85. https://doi.org/10.1136/bjsports-2013-092425 PMID: 23580420 
  • Wright AA, Wassinger CA, Frank M, Michener LA, Hegedus EJ. Diagnostic accuracy of scapular physi- cal examination tests for shoulder disorders: a systematic review. Br J Sorts Med. 2013; 47: 886–892. 
  • Struyf F, Nijs J, Mottram S, Roussel NA, Cools AM, Meeusen R. Clinical assessment of the scapula: a review of the literature. Br J Sports Med. 2014; 48: 883–890. https://doi.org/10.1136/bjsports-2012- 091059 PMID: 22821720 
  • Larsen CM, Juul-Kristensen B, Lund H, Sogaard K. Measurement properties of existing clinical assess- ment methods evaluating scapular positioning and function. A systematic review. Physiother Therory Pract. 2014; 30: 452–482. 
  • D’hondt NE, Kiers H, Pool JJ, Hacquebord ST, Terwee CB, Veeger DH. Reliability of performance- based clinical measurements to assess shoulder girdle kinematic and positioning: A systematic review. Phys Ther. 2016; 96. 
  • Kibler WB, Uhl TL, Maddux JW, Brooks PV, Zeller B, McMullen J. Qualitative clinical evaluation of scap- ular dysfunction: a reliability study. J Shoulder Elb Surg. 2002; 11: 550–556. 
  • Uhl TL, Kibler WB, Gecewich B, Tripp BL. Evaluation of clinical assessment methods for scapular dys- kinesis. Arthroscopy. 2009; 25: 1240–1248. https://doi.org/10.1016/j.arthro.2009.06.007 PMID: 19896045 
  • McClure P, Tate AR, Kareha S, Irwin D, Zlupko E. A clinical method for identifying scapular dyskinesis, part 1: reliability. J Athl Train. 2009; 44: 160–164. https://doi.org/10.4085/1062-6050-44.2.160 PMID: 19295960 
  • Tate AR, McClure P, Kareha S, Irwin D, Barbe MF. A clinical method for identifying scapular dyskinesis, Part 2: Validity. J Athl Train. 2009; 44: 160–164. https://doi.org/10.4085/1062-6050-44.2.160 PMID: 19295960 
  • Struyf F, Nijs J, Coninck KD, Giunta M, Mottram S, Meeusen R. Clinical assessment of scapular posi- tioning in musicians: An intertester reliability study. J Athl Train. 2009; 44: 519–526. https://doi.org/10. 4085/1062-6050-44.5.519 PMID: 19771291 
  • Dworkin RH, Turk DC, Farrar JT, Haythornthwaite JA, Jensen MP, Katz NP, et al. Core outcome mea- sures for chronic pain clinical trials: IMMPACT recommendations. Pain. 2005; 113: 9–19. https://doi. org/10.1016/j.pain.2004.09.012 PMID: 15621359 
  • Kottner J, Audige ́ L, Brorson S, Donner A, Gajewski BJ, Hro ́ bjartsson A, et al. Guidelines for Reporting Reliability and Agreement Studies (GRRAS) were proposed. J Clin Epidemiol. 2011; 64: 96–106. https://doi.org/10.1016/j.jclinepi.2010.03.002 PMID: 21130355 
  • Sim J, Wright CC. The kappa statistic in reliability studies: use, interpretation, and sample size require- ments. Phys Ther. 2005; 85: 257–68. PMID: 15733050 
  • Byrt T, Bishop J, Carlin JB. Bias, prevalence and kappa. J Clin Epidemiol. 1993; 46: 234–429. 
  • Huang T , Huang H, Wang T , T sai Y , Lin J. Comprehensive classification test of scapular dyskinesis: A reliability study. Manual Therapy. 2015; 20: 427–432. https://doi.org/10.1016/j.math.2014.10.017 PMID: 25435131 
  • Huang T, Ou H, Huang C, Lin J. Specific kinematics and associated muscle activation in individuals with scapular dyskinesis. J Shoulder Surg. 2015; 24: 1227–1234. 
  • Willmore EG, Smith MJ. Scapular dyskinesia: evolution towards a systems-based approach. Shoulder & Elbow. 2016; 8: 61–70. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales