KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Floss Band / Voodoo Band



La Floss Band, aussi appelé Voodoo Band est une bande élastique en caoutchouc initialement utilisé dans les salles de CrossFit. Son utilisation a été popularisé par Kelly Starrett dans son livre Supple Leopard publié en 2013. Elle commence aujourd’hui à faire son apparition dans d’autres sports mais aussi dans certains cabinets de kinésithérapie. 
Floss Band / Voodoo Band

 

  1. 1-Présentation théorique et description de la technique 

 

  1. a-Champ d’application de la technique 

 

L’utilisation du flossing a aujourd’hui plusieurs visées : initialement utilisé pour le traitement des restrictions de mobilité, son application s’est étendue à d’autres champs tel que l’amélioration de la performance de saut, de sprint, réduire le risque de douleur, réduire le risque d’œdème, défibroser un tissu après une lésion ou encore pour la récupération musculaire.  

Méthode encore peu répandue, il n’existe pas de réelles recommandations pour l’utilisation de ses bandes chez les patients présentant des problèmes circulatoires, rhumatismaux, dermatologique ou encore chez les femmes enceintes. Il faut donc mieux à ce stade les considérer comme contre indiqués. 

 

  1. b-Description pratique 

 

La technique consiste en l’enroulement de la bande élastique autour du muscle ou de l’articulation à traiter, en recouvrant 50% de la bande posée au tour précédent. L’élastique est préalablement étiré pour effectuer une contention. Une fois la Floss Band posée, l’articulation et/ou le muscle traités vont être mobilisés passivement ou activement selon les protocoles (dans toutes les directions et la totalité de l’amplitude articulaire). Il n’existe pas de recommandation claire concernant la tension à appliquer à la bande (entre 50 et 75% selon les auteurs, la valeur 70% revenant le plus régulièrement). Il n’existe que des brèves directives concernant la durée d’application (entre une et trois minutes) et le nombre de mobilisation à réaliser. Il n’y a pas non plus de directive concernant le sens d’application (centripète vs centrifuge). 

 

  1. c-Effets escomptés par la technique 

 

Selon Kelly Starrett la mobilisation provoquerait des cisaillements sur les tissus mous (en particulier des fascias) entourant l’articulation et permettrait donc leurs relâchements. Il y aurait aussi un afflux sanguin lors du retrait de la bande et celui-ci provoquerait un décollement des tissus conjonctifs. 


  1. 2-Retour Scientifique sur la technique 

 

  1. a-Effet sur la récupération 

 

Grony et Stöggl (2018) [1] ont été les premiers et seuls à évaluer l’intérêt des floss bands sur la récupération, et plus précisément sur la réduction des DOMS (Delayed Onset Muscle Soreness), douleurs d’apparition retardé aussi appelés courbatures. 42 sujets ont effectué un programme d’endurance de force à trois reprise (65% de 1RM) à une jambe sur presse jusqu’à épuisement total. Le groupe Floss Band a reçu trois traitements de deux minutes en tant qu’outil de récupération. Chaque participant a complété une échelle numérique de la douleur (0-10) et le questionnaire « Likert scale muscle soreness » à 12, 24, 36, 48, 60 et 72h post exercice. Aucun effet n'a été trouvé pour le questionnaire. L’échelle de la douleur n’a été amélioré qu’a 36h post effort (p=0,044) mais pas à 12, 24, 48, 60 et 72h. 

 

  1. b-Effet sur l’amplitude articulaire de cheville, la hauteur et la vitesse de saut 

 

Driller et al (2016) [2] ont évalué l’effet de la Floss Band sur la mobilité de cheville, la vitesse de saut et la hauteur de saut. 52 athlètes récréatifs ont participé à cette étude. Ils ont réalisé des auto-mobilisations de cheville en position assise avec une cheville sans Floss Band et une cheville avec Floss Band durant 2 minutes. Les patients ont effectué un contre mouvement jump unilatéral ainsi que des mesures d’amplitudes de cheville avant et après traitement. La dorsiflexion et la vitesse maximale durant le saut ont été significativement améliorés (p<0,05), tandis que la hauteur de saut et la flexion plantaire ont été améliorés mais de manière non significative (p>0,05). 

 

  1. c-Effet sur le sprint et la durée d’amélioration des résultats 

 

L’année suivant Driller et al (2017) [3] ont voulu voir si les effets constatés lors de leur première étude se maintenaient dans le temps et si les Floss Bands permettaient également d’améliorer la vitesse lors du sprint. 69 athlètes récréatifs ont été divisés en deux groupes. Le groupe témoin ne recevait aucun traitement et le groupe test bénéficiait de l’application de Floss Bands. La flexion dorsale de cheville, la force développée lors du contre mouvement jump et le temps sur 15 mètres sprint ont été évalués avant et 45 minutes après le traitement. Une amélioration significative (p<0,05) a été constaté sur l’amélioration de l’amplitude de dorsiflexion de cheville. Des petits bénéfices mais non significatifs (p>0,05) ont été constatés pour l’amélioration de la force lors du saut, ainsi que la vitesse de sprint. 


 

  1. 3-Conclusion 

 

L’utilisation de Floss Bands n’a pas montré d’intérêt pour la récupération plus particulièrement sur la réduction des DOMS. 

L’utilisation de Floss Bands bien qu’ayant montré un intérêt sur la mobilité sur le court terme (45 minutes) et le très court terme (5 minutes) ainsi que sur la vitesse de saut sur le très court terme mérite d’être encore étudié notamment sur le plus long terme. Il existe aujourd’hui encore beaucoup trop peu d’études sur le sujet. Ses modalités d’utilisation, indications et contre-indications doivent elles aussi être mieux définis pour devenir une technique à part entière du kinésithérapeute. 

Floss Band / Voodoo Band

Bibliographie 

 [1] Gorny V, Stöggl T.Tissue flossing as a recovery tool for the lower extremity after strength endurance intervals. Sportverletz Sportschaden. 2018 Mar;32(1):55-60. doi: 10. 1055/s-0043-122782. Epub 2018 Feb 5 

[2] Driller MW, Overmayer RG. The effects of tissue flossing on ankle range of motion and jump performance. Phys Ther Sport. 2017 May;25:20-24. doi: 10.1016/j.ptsp.2016.12.004. Epub 2016 Dec 12. 

[3] Driller M, Mackay K, Mills B3, Tavares F3. Tissue flossing on ankle range of motion, jump and sprint performance: A follow-up study. Phys Ther Sport. 2017 Nov ;28:29-33. doi: 10.1016/j.ptsp.2017.08.081. Epub 2017 Aug 24 




Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter