KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


INTERVIEW D'ANTHONY MARTIN, MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE OSTÉOPATHE DU SPORT, FORMATEUR KINESPORT ET PERFORMANCE COACH 11 LEADER



Présentez-vous en quelques lignes:

Je m’appelle Anthony Martin, j’ai obtenu mon DE de kinésitherapie  à la Haute Ecole Robert Schuman de Libramont en Belgique. Parallèlement à mes études paramédicales, j’ai suivi un cursus en ostéopathie à la Belso.
Mon sport de prédilection est le football, j’ai intégré le noyau A de l’UR Namur (D2) au terme de ma première année d’étude en tant que bénévole. Cette expérience m’a permis de rejoindre le sporting de Charleroi (D1). J’ai ensuite passé 2 ans au Luxembourg en libéral dans le cabinet Daniel Reis et toujours dans le football à temps partiel au FC Fola d’Esch.
Je quitte ensuite le continent pour la Martinique. J’y exerce dans mon propre cabinet et en tant que référent du pôle gymnastique et du Tchimbé Raid. Après avoir suivi la formation Kinesport Expert aux Antilles je rejoins l’équipe 11Leader managée par d’Arnaud Bruchard.


1-Pourquoi avoir choisi de devenir kinésithérapeute spécialisé dans le sport de haut niveau ?
En tant que sportif, j’ai toujours souhaité mêler passion et travail. L’accompagnement du sportif est pour moi une super alternative. La kinésithérapie offre une myriade d’orientation, la mienne était celle du cœur.


2-Pouvez-vous décrire le rôle du kinésithérapeute auprès d’un sportif de haut niveau dans le cadre la team 11 Leader ?

Le management du sportif de haut niveau tel que nous le proposons avec 11Leader diffère de la prise en charge réalisée en club. Elle n’y est pas opposée mais complémentaire ! Elle propose au sportif un accompagnement supplémentaire individualisé. Notre rôle principal est prophylactique par la mise en évidence et l’amélioration des faiblesses ou déséquilibres de chacun pour pouvoir répondre au mieux aux contraintes que son activité sportive impose. Le second point concerne le management des blessures éventuelles imposant au kinésithérapeute une connaissance précise des différentes pathologies mais également du sport pratiqué afin de proposer une stratégie de réhabilitation orientée.


3-Quelle est votre spécialité ?

Je suis avant tout spécialisé dans la gestion du footballeur. Ma formation en kinésithérapie du sport et en ostéopathie m’a apporté une vision globale du sportif. Je ne pense pas être spécialisé dans un domaine précis mais j’essaie d’être polyvalent pour pouvoir répondre efficacement aux différents aspects rencontré dans ma pratique (thérapie manuelle, renforcement, travail spécifique,...).


4-Qu’est-ce que Kinesport a changé dans votre pratique avec les sportifs de haut niveau ?

Personnellement Kinesport a tout changé, la formation initiale en kinésithérapie m’a apporté les bases et Kinesport les a développé afin d’être plus précis, plus rigoureux et plus complet dans ma pratique. Aujourd’hui j’ai la chance de travailler avec des sportifs de haut niveau, dans ce milieu les approximations portent très vite à conséquence. Kinesport m’a donné les clés pour pouvoir réaliser des évaluations précises des différentes pathologies, de mettre en évidence les facteurs de risque, de proposer des stratégies de prévention et de réhabilitation de qualité découlant directement de l’actualité scientifique en médecine du sport.


5-Anthony, vous êtes intéressé par le Blood Flow Restriction, pouvez-vous expliquer en quelques lignes le rôle du BFR dans la kinésithérapie et le return to play ?

En tant que kinésithérapeute notre rôle est de permettre à chacun de pouvoir retrouver un niveau d’activité optimal dans les plus brefs délais. Nous connaissons l’importance d’un système musculaire de qualité mais également les difficultés inhérentes à son développement en particulier chez un sportif blessé ou chez un sujet déconditionné. Le travail à charge lourde est le gold standard du développement musculaire mais n’est pas toujours possible. L’intérêt majeur du BFR est de potentialiser les effets du renforcement à charge faible. Cette méthode présente donc un avantage de taille au cours de la réhabilitation. En termes de RTP, le BFR ne peut être présenté comme un outil permettant un retour plus rapide mais plutôt d’optimiser celui-ci en permettant de restaurer des capacités fonctionnelles de manière précoce sans être délétère sur la structure lésée.

INTERVIEW D'ANTHONY MARTIN, MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE OSTÉOPATHE  DU SPORT, FORMATEUR KINESPORT ET PERFORMANCE COACH 11 LEADER


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter