KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Kickoff
  • Masterclass


INTERVIEW DE GÉRARD DINE, PROFESSEUR EN BIOTECHNOLOGIE ET EXPERT EN INGÉNIERIE BIOMÉDICALE, GÉNOMIQUE ET DOPAGE



1/ Pouvez-vous vous présenter ?
Gérard Dine, résidant depuis peu en Bretagne, Docteur en Médecine et Diplômé en Ingénierie Biomédicale, Médecin Biologiste des Hôpitaux et Oncohématologue, Chef du Département d’Hématologie Biologique et Clinique de 1993 à 2016 au CH Simone Weil de Troyes, Professeur de Biotechnologies à l’Ecole Centrale de Paris à partir de 2001.
Depuis 2016, en retraite des activités médico-hospitalières mais toujours Professeur associé en Biotechnologies à l’Ecole Centrale de Paris et consultant auprès de nombreuses compagnies ou start- up biomédicales et biotechnologiques.
Sur le plan sportif, ancien joueur et entraineur de rugby, intégré en 1985 dans le staff de l’Equipe de France de rugby pour la préparation de la 1ère coupe du monde de rugby puis superviseur des préparations biologiques des Equipes de France de rugby en 1999 et 2011 pour les 2 coupes du monde.
Sur le plan médico-biologique, Directeur des laboratoires de biologie sportive lors des Jeux Olympiques d’Albertville et de Barcelone en 1992, concepteur à la demande du Ministère Français de la Jeunesse et des Sports du prototype de passeport biologique sportif à la suite du Tour de France 1998.
Expert auprès de plusieurs fédérations nationales et internationales depuis 1998 sur la problématique du dopage (FFR, IRB, FIS, IBU, FFT, IAAF, TAS, etc...).


2/ Qu’est-ce que la biotechnologie ?
La biologie est la science du vivant, les biotechnologies sont les différentes applications des sciences de l’ingénieur au domaine du vivant que ce soit à titre médical, environnemental, agroalimentaire, agroindustriel, et énergétique.


3/ Quel est le lien entre la biotechnologie et la kinésithérapie du sport ?
Les biotechnologies ont des applications biomédicales exponentielles depuis 30 ans. Les professions de santé et notamment les kinésithérapeutes sont concernés par les biotechnologies. En effet, tous les développements en relation avec l’appareil locomoteur sont des domaines biotechnologiques potentiels reliés donc à la kinésithérapie du sport.


4/ Comment s’articule la génomique autour du sport ?
La génomique est la mise en utilisation des outils bioinformatiques permettant l’optimisation des données biologiques en matière de génétique appliquée aux humains. Dans le domaine du sport la génomique permet aujourd’hui de façon rapide et précise d’identifier les caractéristiques génétiques pouvant avoir un intérêt dans la compréhension de la performance sportive mais également dans la mise en évidence préventive des prédispositions aux blessures provoquées par la pratique sportive intensive.


5/ Quels sont les enjeux de la biotechnologie de demain ?
Parmi les enjeux des biotechnologies de demain figurent de nombreuses solutions disponibles sur le plan énergétique, agroalimentaire, environnemental, agroindustriel, et biomédical.


6/ Quel est le rôle du conseil scientifique de KINESPORT ?
Le conseil scientifique de Kinesport est un organisme de vigilance vis-à-vis de la gouvernance scientifique des formations. Il valide ainsi les enseignements proposés. Il vérifie la cohérence de ces enseignements vis-à-vis des instances et des tutelles. Il assure aussi la relation avec d’autres organisations scientifiques. Il est associé également à la mise en place des nouveaux enseignements ou à la mise en place des activités de recherche.


7/ Comment s’organise un conseil scientifique ?
Un conseil scientifique est constitué de représentants nommés émanant de chaque composante de ce qui peut être l’objet de la médecine, de la chirurgie et de la kinésithérapie du sport. Cela sous entend des compétences différentes dans des exercices professionnels différents allant de l’activité de terrain à l’hyperspécialité parfois scientifique voir fondamentale. Vu le positionnement européen de Kinesport, ce conseil scientifique se doit de ne pas être que français mais européen avec la présence de membres représentatifs dans un souci de complémentarité et de cohérence.


8/ Quel est le but du prochain symposium sur la pubalgie et le LCA ?
Le symposium sur la pubalgie et le LCA ne vise pas seulement à définir la meilleure façon de diagnostiquer et de prendre en charge ces pathologies mais aussi à comprendre les mécanismes pathogéniques et à proposer d’éventuelles réponses préventives.


9/ Quel rôle avez-vous en tant que président du conseil scientifique et président du symposium Kinesport 2020 ?
En tant que Président du conseil scientifique de Kinesport, mon rôle essentiel est de veiller à la cohérence du fonctionnement à l’égard des différents membres afin qu’ils puissent optimiser et complémentariser leurs compétences au sein du conseil.
En tant que Président du symposium Kinesport 2020, mon rôle essentiel est d’assurer la cohérence des interventions et leurs complémentarités vis-à-vis des sujets traités afin que l’auditoire puisse en retirer un enseignement élargi visant à l’exhaustivité.
      

10/ Quelle est votre vision de la médecine dans les 10 prochaines années à venir ?
 Les 10 prochaines années en terme de médecine peuvent être source de révolutions appliquées aux diagnostics et aux traitements mais également permettre de franchir des frontières pour l’instant délicates par exemple l’introspection du fonctionnement cérébral. Pour ce qui est du domaine des médecins et des kinésithérapeutes du sport, la confrontation avec les outils de l’ingénieur va bouleverser leur paysage et va amener ces professionnels à une nécessaire réflexion éthique vis-à-vis des exigences de surhumanité provoquées par l’économie du sport sur le corps des sportifs eux- mêmes.


11/ Pourquoi avoir accepté d’enseigner chez Kinesport ?
La relation avec Kinesport est d’abord personnelle c’est-à-dire avec son actuel directeur Arnaud Bruchard rencontré alors que Kinesport passait du stade associatif au stade entreprise. En acceptant de faire les cours portant sur le dopage, cela me permet d’avertir les kinésithérapeutes du sport sur une réalité qui n’est pas uniquement académique mais qu’il faut appréhender sur le terrain tous les jours. Parallèlement, il m’arrive d’assurer quelques cours en relation avec la nutrition sportive. 


 

INTERVIEW DE GÉRARD DINE, PROFESSEUR EN BIOTECHNOLOGIE ET EXPERT EN INGÉNIERIE BIOMÉDICALE, GÉNOMIQUE ET DOPAGE
Merci au Professeur Gérard Dine de nous avoir accordé cet interview. 


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter