KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • BFR
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • KSP_Toulouse
  • Masterclass
  • Genou
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Interview Arnaud Tixier, formateur Kinesport et ex-kinésithérapeute/ostéopathe de l’équipe de France de Natation (FFN)



 

 Je m’appelle Arnaud TIXIER, j’ai 33 ans. Après le DE de kinésithérapeute, j’ai d’abord travaillé en centre de rééducation dans des services tournés vers la rééducation du sportif. Puis je me suis installé en libéral à Toulouse où je pratique la kinésithérapie du sport et l’ostéopathie.
 
La natation a toujours été le fil conducteur dans ma vie. Nageur depuis mes plus jeunes années, j’ai expérimenté à regret des blessures d’épaule qui m’ont souvent éloigné des bassins et dont il n’y avait pas de compréhension et de prise en charge spécifique au sein de mon club. C’est suite à ces constatations que j’ai mené après mon DE des travaux de recherches sur la rééducation des blessures d’épaule en natation et les moyens de les prévenir. Ceci m’a amené à créer une association de prévention (PhysioSwim) qui m’a permis de sillonner le sud de la France pour mener des campagnes préventives. J’ai pu intégrer le staff de mon club formateur en 2009 puis la FFN (Fédération Française de Natation) entre 2012 et 2016 jusqu’aux JO de Rio. J’ai depuis limité mes activités fédérales pour me consacrer à des missions plus locales (natation, triathlon, sauvetage sportif) et intensifier mon action au sein de Kinésport où je suis formateur en thérapie manuelle depuis 2014.
 

1-Quelles sont les pathologies les plus courantes que tu es amené a traiter dans la natation ? 
Sans hésiter le fléau numéro un dans la natation ce sont les tendinopathies de la coiffe des rotateurs et les arthropathies acromio-claviculaires. Viennent ensuite les troubles méniscaux et tendinopathies de la patte d’oie, les pubalgies, les conflits de hanche et enfin les troubles rachidiens notamment lombaires.

 
2- Quelles stratégies de prévention des lésions articulaires d’épaule as-tu mis en place et comment ?

 
Tout dépend du niveau de structuration des clubs. Dans ceux dits « structurés » nous pouvons avoir une prise en charge multidisciplinaire notamment avec les préparateurs physiques (PP) et entraineurs avec lesquels nous pouvons mettre en place une quantification du stress mécanique (côté entraineur / PP) couplée à une correction des déséquilibres du système musculo-squelettique (côté kinésithérapie/ostéopathie). 
La spécificité de la natation réside dans le fait que l’on se déplace dans un milieu aquatique où la propulsion est principalement assurée par les membres supérieurs, ces derniers prenant appui sur l’eau, fonctionnant donc en chaine fermée. Il faut donc tenir compte de tout cela pour équilibrer et développer le système musculo-squelettique de manière adaptée. Une routine quotidienne personnalisée (à l’aide de foam-roller, balle d’auto-massage, élastiques de renforcement etc) est donc fortement recommandée.

3- Peux-tu nous expliquer en quelques lignes ta pratique au quotidien lors des rassemblements ?
 
En principe lors des rassemblements, les athlètes sont en bonnes formes ! Le travail consiste donc beaucoup dans de la récupération avec du massage, de la cryothérapie, de circulation de retour avec bottes de presso-thérapie, libération des cloisons musculaires avec techniques instrumento-assistées etc. Néanmoins il est très fréquent de poursuivre des traitements de rééducation initiés dans les clubs (transmissions inter-staff obligatoires) ou de corriger des déséquilibres dans l’urgence (TM/ostéo/tape) ou encore de faire des bilans  et de traiter les blessures lors du rassemblement (LMA, entorses etc). Ces dernières sont finalement fréquentes car la part de travail hors de l’eau est de plus en plus importante dans la vie du nageur. Aujourd’hui, dans la plupart des sports les athlètes sont capables de pousser de la fonte, de courir vite, de sauter haut, d’avoir un aiguisement proprioceptif etc.
A chaque fin de rassemblement je dois faire un compte-rendu à l’ensemble du staff médical et technique afin d’avoir une continuité de soins adaptés.

4- Quel type de contention utilises-tu ? Pourquoi ? Comment les adaptes-tu en milieu aquatique ? 
 
Le milieu aquatique complexifie l’abord de la rééducation, notamment le retour « terrain » qui n’est donc pas classique. C’est très difficile de nager à moitié, c’est impossible même. On doit donc ruser. Les contentions que j’utilise sont principalement du  tape dynamique type DOKINAMIC et du tape classique, principalement en mode facilitation. Ceci nous permet de poursuivre l’action de la rééducation de manière simple, efficace et adaptée à l’élément. Il m’arrive quand même d’utiliser du strapp classique notamment lors d’entorses de cheville. Un bon strapp peut tenir un entrainement sans problème.
 

5- Que t’a apporté Kinesport dans ton évolution professionnelle ?
 
Kinesport me permet de grandir au contact de professionnels du sport de grande qualité. Nous avons tous des parcours différents et apprenons tous les uns des autres, ce qui permet une remise en question permanente et nécessaire dans un métier qui ne cesse de progresser. Cela me permet aussi de partager l’enseignement de Kinesport avec exigence afin que nos collègues puissent se réaliser dans leurs projets personnels et professionnels dans le milieu du sport.


Merci à Arnaud Tixier d'avoir répondu à notre interview!
Interview Arnaud Tixier, formateur Kinesport et ex-kinésithérapeute/ostéopathe de l’équipe de France de Natation (FFN)


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter