KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Interview d'Elodie Beltrame - Masseur - Kinésithérapeute DE

Elodie Beltrame, Masseur-Kinésithérapeute DE et ancienne stagiaire de la formation en kinésithérapie du sport expert de Kinesport s'exprime sur la place des femmes dans le milieu sportif - Plus précisément, au sein de la kinésithérapie du sport.



Pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ?
 
Diplômée de l'IFMK de Marseille en 2011, j'ai obtenu un DU de préparateur physique l'année suivante avant d'enchaîner sur Kinesport et d'autres formations diverses notamment en thérapies manuelles. J'exerce depuis bientôt 7 ans dans un cabinet libéral sur Beausoleil/Monaco orienté traumatologie/kiné du sport. En plus de cette activité, je travaille sur des tournois de tennis et avec les sélections régionales de football de la ligue Méditerranée, entre autres.   
 
 D’où vous est venue l’envie de vous spécialiser en Kinésithérapie du sport ?
 
Le sport a toujours fait partie de ma vie, c’est une passion. Tout comme les sciences à l'école. Donc, quand il a fallu trouver un métier, j'ai pensé que la kinésithérapie était un bon moyen de concilier les deux. Rechercher l'optimisation du corps d'un athlète c'est on ne peut plus stimulant ! Et même plus généralement, qu'un patient aille mieux dans un laps de temps le plus court possible est un sacré challenge ! 
 
 Pourquoi avoir choisi Kinesport ?
 
J'avais eu l'opportunité de réaliser 2 formations (contentions et Physiotaping) dans cet organisme auparavant. Satisfaite de ces dernières, ceci m'a donné envie d'approfondir en passant sur le cursus kinésithérapie du sport expert. 
 
  En tant que femme, avez-vous connu des difficultés pour intégrer le sport de haut niveau ?
 
Non pas vraiment, j'ai surtout compris qu'il fallait beaucoup de travail dans tous les cas. Ne pas avoir peur de taper aux portes, saisir les opportunités quand elles se présentent et faire ses preuves. Il faut un peu de chance aussi mais pour cela il faut la provoquer. On n'a rien sans rien !  
 
 
 Comment les femmes sont-elles perçues à ce jour dans la Kinésithérapie du sport ? Ressentez-vous une évolution des mentalités ?
 
Il est vrai que dans certains sports, on a du mal à concevoir que des kinés femmes peuvent être autant, voire plus, compétentes que des hommes. Personnellement, je n'ai jamais eu ce sentiment puisque j'ai également travaillé dans le milieu du rugby masculin au sein du stade Niçois en fédérale 2 où j'ai été bien accueillie. Ce fut une super expérience tout comme avec l'équipe du HTV en proA au basket dès ma sortie de l'école. 
 
 
 Diriez-vous que les femmes apportent sensibilité différente dans l’accompagnement des sportifs ?
 
Peut-être que dans l'approche on accorde plus de place à la psychologie ? A vrai dire, le principal : kiné homme ou femme dans ce milieu : c'est que le sportif se sente prêt et qu'on lui apporte les ressources nécessaires pour l'être. Rien de mieux que la confiance !
 
 
 
Que voulez-vous dire à des femmes qui souhaitent se spécialiser en Kinésithérapie du Sport ?
 
Si c'est ce qui les motive dans leur pratique professionnelle il ne faut pas hésiter ceci permet de vivre des expériences à part. Il faut juste ne pas avoir peur de travailler et accepter parfois de faire quelques concessions. Mais la kiné du sport apporte aussi de belles satisfactions dans le travail quotidien avec des patients moins sportifs car cela amène de l'exigence et de la rigueur dans notre approche et cela peut être tout aussi bénéfique et non négligeable.    
 
Je tiens à remercier l'ensemble des formateurs rencontrés au cours de cette formation et la KS09 pour tous ces bons moments, ainsi que toutes les personnes qui m'ont permis de progresser dans ma pratique et me motivent encore à essayer d'être meilleure avec une pensée toute particulière pour Patrick Bordier, ancien kiné de l'équipe de France de Fed Cup, décédé aux JO et qui aura marqué mon parcours par son humilité, sa compétence et sa bonne humeur permanente


Un grand merci à toi Elodie de nous avoir accordé cette interview!
 


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter