KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Interview de Pierre Bourliaud, formateur chez Kinesport et kinésithérapeute pour l'équipe de France de Kayak



Je m’appelle Pierre Bourliaud, j’ai 34 ans. Je suis diplômé de l’IFMK de Toulouse. J’ai terminé ma formation de kinésithérapeute du sport au sein de Kinesport. Je suis actuellement en 2ème année d’ostéopathie à l’IFSO de Rennes. Je travaille en libéral dans un cabinet proche de Pau. 
J’ai eu un parcours un peu particulier car avant de m’orienter dans le domaine de la santé, j’ai obtenu en 2010 mon diplôme d’ingénieur Genie Civil à l’INSA de Toulouse. J’ai préféré laisser tomber la précontrainte du béton armé au profit de la « biotenségrité » qui me passionnait. 
En parallèle de mes études, j’ai pratiqué le kayak slalom à haut niveau pendant presque 20 ans. J’ai eu la chance de faire partie de l’Equipe de France de 2002 à 2013 en tant qu’athlète. J’ai maintenant l’honneur d’être thérapeute au sein de cette équipe. Cela me permet de partager mes expériences personnelles avec les collectifs Tokyo 2020 et Paris 2024. 

1-Pouvez-vous décrire les pathologies les plus courantes dans votre sport ?

Le kayak est un sport « macro-traumatique » avec un risque élevé de survenue de luxations d’épaules. Mais c’est aussi et surtout un sport « micro-traumatique » dans lequel les épaules, le bassin, les lombaires et les cervicales sont mis à rude épreuve. Le travail de prévention est donc primordial pour aller au bout des longues saisons de compétitions (de Janvier à Octobre) et surtout pour pouvoir perdurer au plus haut niveau tout au long de sa carrière. 

2- Quel est votre rôle auprès des sportifs avant, pendant et après une compétition ou un match ?

Il me semble qu’un sportif de haut niveau doit avant tout être en BONNE SANTE pour être performant. Toutes mes interventions vont dans le sens de la performance, et sont donc orientées vers l’optimisation de l’état de santé des sportifs. 
Je suis amené à intervenir bien en amont des compétitions pour faire des bilans de reprise, rééquilibrer la posture, améliorer la coordination. Ce travail est réalisé en lien avec les entraîneurs et les préparateurs physique. 
Juste avant une compétition je participe aux réveils musculaires et à l’échauffement. 
Arrive ensuite la phase de récupération qui est primordiale pour un athlète. Certains sportifs enchainent 4 manches dans une journée et ce pendant 4 jours. Il est donc nécessaire de rapidement les aider à se mettre dans le meilleur état de récupération qu’il soit. Le massage et plus globalement toute la thérapie manuelle sont les outils qui sont à mon sens les plus efficaces pour optimiser la récupération. 

3- Quels sont les moments les plus intenses vécus depuis le début de votre carrière de kinésithérapeute du sport ?

 Je n’ai pas un, mais une multitude de moments intenses vécus depuis le début de mon intervention au sein de l’Equipe de France de kayak. Cela va du sportif incapable de monter dans son bateau à la veille des sélections que l’on aide à remettre sur pied et à obtenir son ticket pour les championnats du Monde, à toutes les émotions fortes, positives ou négatives que l’on peut ressentir et partager avec les sportifs lors d’évènements majeurs. 

4    Avez-vous des conseils à donner aux jeunes diplômés de kinesport ?

Jetez-vous à l’eau ! Notre point de vue de kinésithérapeute est parfaitement adapté à l’accompagnement de sportifs de très haut niveau. Une chose est certaine, il faut avant tout vous intéresser aux spécificités du sport que vous aurez l’occasion de suivre. Il ne faut pas hésiter à le pratiquer pour mieux se rendre compte des contraintes subies et des schémas moteurs recrutés.  

5    Qu’est-ce que Kinesport a changé dans votre pratique avec les sportifs de haut niveau ?

J’ai suivi la formation de kinésithérapeute du sport expert chez kinesport rapidement après mon diplôme. Je ne disposais donc pas des bagages nécessaires au suivi en compétition de sportifs. A mon sens, j’étais donc en quelque sorte capable de « faire la vidange de ma voiture, mais pas de m’occuper d’une Formule 1 ».  Kinesport m’a permis de côtoyer des formateurs experts étant au contact de sportifs de très haut niveau au quotidien. Ils ont su me transmettre leurs passions à travers leurs expériences diverses. 
J’ai trouvé chez Kinesport un contenu très pertinent qui correspond parfaitement à ma vision du sport de haut niveau. Tout cela m’a permis d’aborder le traitement des sportifs avec plus de confiance et de sérénité. 

Interview de Pierre Bourliaud, formateur chez Kinesport et kinésithérapeute pour l'équipe de France de Kayak
Merci Pierre pour cet interview !


Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter