KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


L’efficacité d’une réhabilitation assistée par réalité virtuelle comparée à une réhabilitation traditionnelle chez des individus avec instabilité fonctionnelle de cheville : un essai contrôlé randomisé pilote.



Introduction 

L’instabilité chronique de cheville a été décrite au fur et à mesure des années comme l’expérience récurrente d’entorse de cheville, et une sensation d’instabilité où la cheville « cède », résultant d’un déficit proprioceptif et neuromusculaire de la cheville. 

D’un point de vue osseux, quand l’articulation subtalaire et talocrurale sont associées à ces conditions, les individus avec une instabilité de cheville peuvent avoir des difficultés à faire des rotations de jambe sur le membre portant. Cela influencerait le moment de force de même que la force de réaction au sol sur l’articulation subtalaire et les ajustements de la posture debout ou la marche. D’un point de vue musculaire, les muscles éverseurs ont un rôle primordial pour supporter le poids du corps et de créer une mise en charge externe au niveau de la cheville durant la phase portante. Quand n’importe quelle condition brise la mise en charge stable au-delà de cette limite, le couple d’inversion agissant sur les muscles monte rapidement, ce qui par la suite est propice à ce que la cheville « cède ». 

L’instabilité de cheville apparait comme une condition pathologique multifactorielle, avec des facteurs mécaniques et neuromusculaires complexes. Tropp et al décrivent dans leur étude que les facteurs de risques primaires sont un trouble de l’équilibre et une faiblesse musculaire. De même, les facteurs de risques secondaires sont un déficit dans le contrôle de la posture et de la coordination des mouvements. 

Face à cette atteinte multifactorielle, le clinicien doit être au fait des différentes possibilités de réhabilitation mis à sa disposition, pour les meilleurs résultats. L’intervention assistée par réalité virtuelle (VRAI) a été considérée comme favorisant l’apprentissage moteur en ajoutant des fonctionnalités interactives, ludiques et créant un environnement imaginaire similaire au monde réel, tout en fournissant un feedback immédiat aux patients. Dû à ses avantages ou ses résultats équivalents, de nombreuses publications suggèrent l’utilisation de la VRAI en remplacement potentiel d’intervention de réhabilitation traditionnelle (TRI). 

On trouve déjà des applications avantageuses de la VRAI sur les gains de fonction des membres supérieurs et inférieurs chez les patients ayant fait un AVC, ainsi qu’une amélioration fonctionnelle dans les activités physiques, l’équilibre et la qualité de vie chez des patients atteints de la maladie de Parkinson.
L’efficacité d’une réhabilitation assistée par réalité virtuelle comparée à une réhabilitation traditionnelle chez des individus avec instabilité fonctionnelle de cheville : un essai contrôlé randomisé pilote.

Objectif

Le but de cette étude est d’investiguer l’efficacité d’un programme d’intervention assistée par réalité virtuelle (VRAI) chez des individus avec une instabilité fonctionnelle de cheville (IFC), comparée à une intervention de réhabilitation traditionnelle (TRI).

Méthode

Concernant le recrutement : Initialement, 25 sujets avec IFC ont été recrutés. Après l’enrôlement initial, 5 sujets ont été exclus du groupe, soit car ils ne remplissaient plus les critères (n=1), soit pour avoir décliné l’enrôlement (n=4). En conséquence, 20 sujets ont participé à l’étude. Le schéma de l’étude est résumé dans la figure ci-dessous.
 
Les critères d’inclusion de participation étaient les suivants :
  • Des antécédents de 2 entorses de cheville ou plus au cours des 3 derniers mois
  • Une sensation d’instabilité de cheville
  • Pas de symptôme d’autre traumatisme aigue d’entorse ou d’autre pathologie orthopédique
  • Un score de 24 points ou moins au « Cumberland Ankle Instability Tool ».
 
Concernant l’intervention : Après un échauffement de 5 minutes, chaque groupe devait réaliser leur programme de 20 minutes, 3 fois par semaines pendant 4 semaines.
 
Pour le groupe VRAI (n=10) : exercices de renforcement sur Nintendo Wii Fit Plus, incluant des fentes, des single leg extensions, des élévations latérales de jambe, et des singles leg twist, ainsi que des exercices d’équilibre de rowing squat, ski slalom, tight rope walk, table tilt et du snowboard slalom.
                                     
Pour le groupe TRI (n=10) : renforcement en flexion plantaire et dorsale, inversion et éversion, en utilisant des theraband, ainsi que des exercices d’équilibre sur step ou de marche sur Posturomed.
 
Concernant les mesures : un dynamomètre Biodex isocinétique a été utilisé pour mesurer la force de la cheville. La vitesse angulaire était réglée à 60°/s, permettant une mesure optimale de la force. Les peak torques en flexion plantaire, dorsale et en éversion, inversion ont aussi été mesurés. Les mesures ont été réalisées avant puis après l’intervention dans chaque groupe.
 
L’efficacité d’une réhabilitation assistée par réalité virtuelle comparée à une réhabilitation traditionnelle chez des individus avec instabilité fonctionnelle de cheville : un essai contrôlé randomisé pilote.

L’efficacité d’une réhabilitation assistée par réalité virtuelle comparée à une réhabilitation traditionnelle chez des individus avec instabilité fonctionnelle de cheville : un essai contrôlé randomisé pilote.
Résultat
 
Le groupe VRAI a montré moins de gain de force musculaire que le groupe TRI, après intervention. Néanmoins, cela n’était pas statistiquement significatif, comme déterminé par le t-test indépendant.
Le groupe VRAI a eu une plus grande amélioration de la force musculaire des fléchisseurs plantaires que les autres mouvements. Le groupe TRI a lui eut une amélioration de la force musculaire sur l’ensemble des mouvements.
 
 
Conclusion
 
Les résultats ne concordent pas avec les résultats des études précédentes. Néanmoins, ces études étaient basées sur des déficits neurologiques, et les résultats ce cette étude, sur une condition orthopédique, ils ne peuvent donc pas être directement comparés.
Les limitations de l’étude sont d’abord d’ordre méthodologique. En effet, les interventions n’ont duré au final que 2 semaines. Une si courte période d’intervention ne peut suffire à observer des effets des programmes d’intervention. Plusieurs études indiquent que dans le cadre d’une IFC, le protocole d’entrainement devrait durer au moins 2 mois pour obtenir des résultats cohérents. Il n’existe donc pas de preuve ressortant de cette étude sur le bénéfice de la VRAI par rapport à une intervention traditionnelle pour la réhabilitation d’individus avec instabilité fonctionnelle de cheville.
 
Article original : Kijong Kim, Bongsam Choi & Wootaek Lim (2018): The efficacy of virtual reality assisted versus traditional rehabilitation intervention on individuals with functional ankle instability: a pilot randomized controlled trial, Disability and Rehabilitation: Assistive Technology, DOI: 10.1080/17483107.2018.1429501

Référence :
  • [1] Freeman MA. Instability of the foot after injuries to the lat- eral ligament of the ankle. J Bone Joint Surg Br. 1965;47:669–677.
  • [2] Freeman MA, Dean MR, Hanham IW. The etiology and pre- vention of functional instability of the foot. J Bone Joint Surg Br. 1965;47:678–685.
  • [3] Birmingham TB, Chesworth BM, Hartsell HD, et al. Peak pas- sive resistive torque at maximum inversion range of motion in subjects with recurrent ankle inversion sprains. J Orthop Sports Phys Ther. 1997;25:342–348.
  • [4] Kaminski TW, Hartsell HD. Factors contributing to chronic ankle instability: a strength perspective. J Athl Train. 2002;37:394–405.
  • [5] Willems TM, Witvrouw E, Verstuyft J, et al. Proprioception and muscle strength in subjects with a history of ankle sprains and chronic instability. J Athl Train. 2002;37: 487–493.
  • [6] Ross SE, Guskiewicz KM. Examination of static and dynamic postural stability in individuals with functionally stable and unstable ankles. Clin J Sport Med. 2004;14:332–338.
  • [7]  Tropp H. Commentary: functional ankle instability revited. J Athl Train. 2002;37:512–515. 

  • [8]  Tropp H, Odenrick P, Gillquist J. Stabilometry recordings in functional and mechanical instability of the ankle joint. Int J Sports Med. 1985;6:180–182. 

  • [9]  Tropp H. Pronator muscle weakness in functional instability of the ankle joint. Int J Sports Med. 1986;7:291–294. 

  • [10]  Fu AS, Hui-Chan CW. Ankle joint proprioception and pos- tural control in basketball players with bilateral ankle sprains. Am J Sports Med. 2005;33:1174–1182. 

  • [11]  Lentell G, Baas B, Lopez D, et al. The contributions of pro- prioceptive deficits, muscle function, and anatomic laxity to functional instability of the ankle. J Orthop Sports Phys Ther. 1995;21:206–215. 

  • [12]  Refshauge KM, Kilbreath SL, Raymond J. Deficits in detec- tion of inversion and eversion movements among subjects with recurrent ankle sprains. J Orthop Sports Phys Ther. 2003;33:166–173. 

  • [13]  Rizzo AA, Kim GJ. A SWOT analysis of the field of virtual reality rehabilitation and therapy. Presence. 2005;14: 119–146. 

  • [14]  Bryanton C, Bosse J, Brien M, et al. Feasibility, motivation, and selective motor control: virtual reality compared to conventional home exercise in children with cerebral palsy. Cyberpsychol Behav. 2006;9:123–128. 

  • [15]  Corbetta D, Imeri F, Gatti R. Rehabilitation that incorporates virtual reality is more effective than standard rehabilitation for improving walking speed, balance and mobility after stroke: a systematic review. J Physiother. 2015;61:117–124. 

  • [16]  Sveistrup H. Motor rehabilitation using virtual reality. J Neuroeng Rehabil. 2004;1:10. 

  • [17]  Lohse KR, Hilderman CG, Cheung KL, et al. Virtual reality therapy for adults post-stroke: a systematic review and meta-analysis exploring virtual environments and commer- cial games in therapy. PLoS One. 2014;9:e93318. 

  • [18]  Herz NB, Mehta SH, Sethi KD, et al. Nintendo Wii rehabilita- tion (“Wii-hab”) provides benefits in Parkinson’s disease. Parkinsonism Relat Disord. 2013;19:1039–1042. 

  • [19]  Liao YY, Yang YR, Wu YR, et al. Virtual reality-based Wii fit training in improving muscle strength, sensory integration 
ability, and walking abilities in patients with Parkinson’s disease: a randomized control trial. Int J Gerontol. 2015; 9:190–195.

  • [20] Morone G, Tramontano M, Iosa M, et al. The efficacy of balance training with video game-based therapy in subacute stroke patients: a randomized controlled trial. Biomed Res Int. 2014;2014:580861.
  • [21] Kang HK, Kim Y, Chung Y, et al. Effects of treadmill training with optic flow on balance and gait in individuals following stroke: randomized controlled trials. Clin Rehabil. 2012;26: 246–255.
  • [22] Llorens R, Gil-Gomez JA, Alcaniz M, et al. Improvement in balance using a virtual reality-based stepping exercise: a randomized controlled trial involving individuals with chronic stroke. Clin Rehabil. 2015;29:261–268.
  • [23] Jaffe DL, Brown DA, Pierson-Carey CD, et al. Stepping over obstacles to improve walking in individuals with poststroke hemiplegia. J Rehabil Res Dev. 2004;41:283–292.
  • [24] Barcala L, Grecco LA, Colella F, et al. Visual biofeedback bal- ance training using Wii fit after stroke: a randomized con- trolled trial. J Phys Ther Sci. 2013;25:1027–1032.
  • [25] Rajaratnam BS, Gui Kaien J, Lee Jialin K, et al. Does the inclusion of virtual reality games within conventional rehabilitation enhance balance retraining after a recent epi- sode of stroke? Rehabil Res Pract. 2013;2013:649561.
  • [26] Mirelman A, Bonato P, Deutsch JE. Effects of training with a robot-virtual reality system compared with a robot alone on the gait of individuals after stroke. Stroke. 2009;40: 169–174.
  • [27] Tsekleves E, Paraskevopoulos IT, Warland A, et al. Development and preliminary evaluation of a novel low cost VR-based upper limb stroke rehabilitation platform using Wii technology. Disabil Rehabil Assist Technol. 2016;11:413–422.
  • [28] Santos MJ, Liu W. Possible factors related to functional ankle instability. J Ortho Sports Phys Ther. 2008;38:150–157. [29] Kim KJ, Jun HJ, Heo M. Effects of Nintendo Wii Fit Plus training on ankle strength with functional ankle instability.J Phys Ther Sci. 2015;27:3381–3385.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter