KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


L’étirement prophylactique ne réduit pas la susceptibilité aux crampes

Effet prophylactique de l’étirements statique et de la PNF sur les crampes musculaires associées à l’exercice physique



L’étirement prophylactique ne réduit pas la susceptibilité aux crampes
Introduction
Les crampes musculaires associées à l’exercice (CMAE) sont relativement communes mais n’en restent pas moins des phénomènes douloureux et récurrents. Les causes de ces CMAE restent controversées. Certaines études indiquent qu’elles seraient plus associées à des altérations dans le système neurologique qu’à des phénomènes de déshydratations ou des déséquilibres électrolytiques. Les étirements sont utilisés afin de prévenir la survenue de ces CMAE. Les techniques d’étirements les plus utilisés sont l’étirement statique et la PNF (facilitation neuromusculaire proprioceptive). Même si ces deux méthodes permettent d’augmenter l’amplitude de mouvement, la PNF l’augmenterait de façon plus importante dans la mesure où cette technique utilise l’inhibition auto génique et réciproque. Plusieurs observations sont compatibles avec l'hypothèse selon laquelle l'étirement pourrait empêcher les crampes. Tout d'abord, l’activation de l’organe tendineux de Golgi (OTG) contribuerait à la genèse de la crampe et certains auteurs pensent que l’étirement musculaire soulage les CMAE aiguës en augmentant l’activation de l’OTG. De plus, l'inhibition de l’OTG est plus forte lorsque les muscles sont dans une position d’allongement, et les crampes ne peuvent pas être induite lorsque les muscles sont incapables de se raccourcir. Enfin, l'étirement abaisse l’activité électromyographique musculaire (EMG) et l’amplitude du réflexe de Hoffman (H-Reflex) suggérant ainsi qu’il pourrait affecter l'excitabilité des motoneurones. 
La fréquence seuil des crampes (FSC) est la fréquence minimale du signal électrique nécessaire pour provoquer une crampe et cette fréquence représente une mesure valide et reproductible permettant d’évaluer la susceptibilité aux crampes d’un sujet.

Objectif
Le but de cette étude est d’examiner si une seule application ponctuelle d’étirement statique ou de PNF augmente le FCS et l’amplitude de mouvement (ROM).
 
Méthodes
Les auteurs ont sélectionné une population de patients présentant un historique de CMAE du membre inférieur. Les participants se sont abstenus de réaliser de l’exercice, de consommer des suppléments alimentaires, des aliments ou des médicaments pouvant affecter l’activité du tonus neuromusculaire durant les 48h précédent l’étude.
Familiarisation : les mesures ont été réalisées sur la ROM de flexion passive de l’hallux, la ROM d’extension passive de l’hallux et la FCS. L’amplitude d’EMG post-stimulation de crampe a également été mesurée. Les auteurs induisaient ensuite une crampe au niveau du court fléchisseur de l’hallux à l’aide d’une stimulation électrique tolérable par le sujet. Ensuite les sujets ont reçu 2 stimulations à une fréquence initiale de 4Hz. Si une crampe a été induite, les auteurs laissaient 1 minutes de repos et lesfréquence augmentait ensuite de 2Hz. La fréquence a été augmentée jusqu’a 40Hz.
Quatre critères permettent de définir une crampe :
  • L’hallux présentait une flexion involontaire persistant au moins 5 secondes après la fin de la stimulation électrique
  • Les participants confirmaient la crampe
  • La racine carré moyenne de l’activité EMG à 5 secondes post-stimulation représentait deux écarts standard plus importants que l’activité EMG de base à 1 seconde.
  • L’observateur a vu la crampe
Tests : Les auteurs ont mesuré des ROM passives de l’hallux et ont fixé des électrodes d’enregistrement EMG de surface sur les sites précédemment marqués. Les participants ont ensuite effectué l’une des trois interventions. Pour la condition d'étirement statique, les auteurs ont doucement, lentement et passivement étendu l'hallux jusqu'au point de gêne (rétroaction par sujet et détection de la sensation de fermeté dans l'articulation). Cette position a été maintenue pendant 60 secondes, puis l’hallux a été remis dans une position neutre. Pour l’étirement PNF, les auteurs ont effectué deux cycles de 30 s (pas de repos entre les cycles) de maintien. Chaque cycle de 30 sec de PNF consistait à amener passivement l'hallux jusqu'au point d'inconfort et à le maintenir pendant 10 s. Ensuite, les participants ont contracté au maximum leur court fléchisseur d'hallux de façon isométrique alors qu'ils étaient en position étendue pendant 10 s. Enfin, le sujet a activement étendu l'hallux tandis que l'observateur l'a poussé simultanément dans une extension supplémentaire pendant encore 10 secondes. Pour les conditions contrôles, les participants ont maintenu une position de repos pendant 1 min. Immédiatement après la dernière application d'étirement, les ROM de l’hallux ont été remesurées. Ensuite, les électrodes de stimulation électrique ont été placées sur les emplacements précédemment marqués et la FCS a été mesurée. Après l'induction des crampes, les auteurs ont retiré les électrodes et repéré leur emplacement. Les jours de test ont été séparés par au moins 48 h. Il semble que 48 heures entre les séances de test soient suffisamment longues pour permettre aux sujets de récupérer des douleurs causées par la technique d'induction des crampes, tout en garantissant une rétention minimale de l'élasticité musculaire ou des modifications de la plasticité découlant des protocoles d'étirement.

Résultats
Quinze participants ont terminé l'étude (13 hommes : âgés de 26 ± 4 ans, masse 71,5 ± 6,0 kg, taille 181,5 ±  7,7 cm; 2 femmes: âgés de 24 ± 1 ans, masse 69,5 ± 4,9 kg, taille 176,5 ± 12,6 cm). La FCS n'a pas été affecté par l’étirement (tableau 1). La racine carré moyenne de l’activité EMG à 5 secondes post-stimulation était similaire à chaque jour de test. De ce fait, les crampes induites étaient d'intensité similaire chaque jour. Les auteurs ont observé une interaction entre les conditions d'étirement et le temps nécessaire pour l'extension de l'hallux (tableau 1). La ROM d’extension d’hallux était plus élevée après étirement qu’avant dans les conditions de PNF et d’étirement statique. Les mesures d'extension post-étirement hallux dans les conditions PNF et d'étirement statique étaient également plus élevées que les mesures post-étirement dans les conditions d'absence d'étirement. Aucune différence entre PNF ou étirement statique ne s'est produite pour l'extension hallux à aucun moment.
Aucune interaction entre la condition d'étirement et le temps ne s'est produite pour la ROM de flexion Hallux. De même, aucun effet principal des conditions d’étirement ou du temps n’ont été observé.
L’étirement prophylactique ne réduit pas la susceptibilité aux crampes

Discussion
La principale observation de l’étude est qu’une seule application ponctuelle d’étirement statique ou de PNF a augmenté le ROM de l’hallux, mais pas la FCS. Bien que l'étirement soit une stratégie efficace pour soulager une crampe musculaire active, ni la PNF ni l’étirement statique ne se sont avérés être des stratégies de prévention efficace. Ces résultats sont cohérents avec certaines recherches et observations mais contradictoires avec d'autres. Les auteurs proposent 3 raisons pour lesquelles le FCS n'a pas été affecté par les étirements statiques ou par les PNF.
Tout d'abord, c’est la sensibilité aux crampes du court fléchisseur de l’hallux qui a été évaluée, un muscle relativement petit situé au bas du premier orteil. En raison de la taille relative du muscle, le nombre d’OTG est probablement beaucoup plus bas que dans d'autres muscles plus gros comme le triceps sural. En plus de ne pas avoir autant d’OTG à activer, l’étirement statique passif ne provoque pas la décharge de l’OTG d’un muscle. Deuxièmement, les auteurs ont provoqué des crampes musculaires alors que l’hallux était dans une position neutre. Khan et Burne ont découvert que l'inhibition de l’OTG était maximale lorsqu'un muscle était complètement allongé et la plus faible dans des positions plus neutres. Ainsi, il est possible que toute activité accrue d’un OTG résultant de l'étirement revienne à la normale peu de temps après le retour de l'articulation en position neutre. Troisièmement, l'activité du système nerveux revient très rapidement à la normale après l'activation de l’OTG (<200 ms). Bien que les étirements passifs de faible et de grande amplitude aient considérablement réduit (de 25% à 54%) le rapport réflexe H / onde M, ces réductions étant revenues au niveau pré-étirement en l'espace de quelques secondes, tous les participants ayant nécessité de multiples tentatives de stimulation électrique avant la survenue d'une crampe, il est probable que tout changement pré ou post-synaptique se produisant au cours de l'étirement transitoire, et qu’aucune altération clinique bénéfique ne dure après l’arrêt des étirements. Cliniquement, cela signifie qu'il est peu probable que des étirements ponctuels offrent un bénéfice prophylactique contre les crampes. Cependant, l’effet des étirements chroniques sur la FCS n’est pas connu et pourrait mériter d’être étudié ultérieurement.
Comme attendu, aucune amélioration du ROM de flexion de l’hallux n’a été observé dans la mesure ou les étirements ont été réalisés sur les muscles du dos du pied. Cependant, les étirements statiques et PNF ont montré des augmentations similaires d'extension de hallux (10% et 11%, respectivement). Bien que l’étirement du PNF soit souvent présenté comme une méthode d’étirement supérieure en raison de ses effets neurologiques, les auteurs n’ont trouvé aucun avantage supplémentaire à l’étirement PNF. Quoi qu’il en soit, les deux techniques d’étirement ont permis d’augmenter le ROM mais pas le FCS. Ainsi, il est possible que les propriétés mécaniques du muscle (par exemple, la plasticité) restent après l’étirement, mais que le contrôle du motoneurone revienne à la normale peu de temps après l’arrêt de l’étirement.
Les effets d’autres types d’étirements de PNF (par exemple, maintien – relâchement ou contraction – relâchement) sur la FCS sont inconnus et méritent d’être étudiés ultérieurement.
 
Conclusion
Les étirements statiques et la PNF ont augmenté l’amplitude d’extension de l’hallux, mais aucun des deux types d’étirements n’a fourni une prophylaxie durable contre les crampes musculaires, mesurée par FCS. L’effet des étirements chroniques ou d’autres types d’étirements PNF en tant que traitement prophylactique contre les crampes mérite d’être approfondi, étant donné le faible risque et le coût minimal des interventions d’étirement.

Article original
Prophylactic stretching does not reduce cramp susceptibility, Kevin C miller et Al. School of rehabilitation and medical sciences, March 2018. Doi : 10.1002/mus.25762
 
Références
1. Sulzer N, Schwellnus M, Noakes T. Serum electrolytes in Ironman tri- athletes with exercise associated muscle cramping. Med Sci Sports Exerc 2005;37:1081–1085.
  1. Cooper E, Ferrara M, Broglio S. Exertional heat illness and environ- mental conditions during a single football season in the Southeast. J Athl Train 2006;41:332–336.
  2. Norris F, Gasteiger E, Chatfield P. An electromyographic study of induced and spontaneous muscle cramps. Electroencephalogr Clin Neurophysiol 1956;9:139–147.
  3. Bergeron M. Muscle cramps during exercise—is it fatigue or electro- lyte deficit? Curr Sports Med Rep 2008;7(suppl):S50–S55.
  4. Schwellnus M. Cause of exercise associated muscle cramps (EAMC)—altered neuromuscular control, dehydration, or electrolyte depletion? Br J Sports Med 2009;43:401–408.
  5. Miller KC. Rethinking the cause of exercise-associated muscle cramp- ing: moving beyond dehydration and electrolyte losses. Curr Sports Med Rep 2015;14:353–354.
  6. Miller KC, Knight KL, Mack GW, Hopkins JT, Draper DO, Fields PJ, et al. Three percent hypohydration does not affect the threshold fre- quency of electrically-induced muscle cramps. Med Sci Sports Exerc 2010;42:2056–2063.
  7. Braulick K, Miller K, Albrecht J, Tucker J, Deal J. Significant and seri- ous dehydration does not affect skeletal muscle cramp threshold fre- quency. Br J Sports Med 2012;47:710–714.
  8. Minetto M, Holobar A, Botter A, Ravenni R, Farina D. Mechanisms of cramp contractions: peripheral or central generation. J Physiol 2011;23:5759–5773.
  9. Ross B. Muscle cramp and the Hoffmann reflex. XXth World Con- gress in Sports Medicine Handbook, Melbourne, Australia; 1974. p 67–70.
  10. Khan S, Burne J. Reflex inhibition of normal cramp following electri- cal stimulation of the muscle tendon. J Neurophysiol 2007;98:1102– 1107.
  11. Schwellnus M, Drew N, Collins M. Increased running speed and pre- vious cramps rather than dehydration or serum sodium changes pre- dict exercise associated muscle cramping: a prospective cohort study in 210 Ironman triathletes. Br J Sports Med 2011;45:650–656.
  12. Schwellnus M, Nicol J, Laubscher R, Noakes T. Serum electrolyte concentrations and hydration status are not associated with exercise associated muscle cramping (EAMC) in distance runners. Br J Sports Med 2004;38:488–492.
  13. Summers KM, Snodgrass SJ, Callister R. Predictors of calf cramping in rugby league. J Strength Cond Res 2014;28:774–783.
  14. Wagner T, Behnia N, Ancheta W, Shen R, Farrokhi S, Powers C. Strengthening and neuromuscular reeducation of the gluteus maxi- mus in a triathlete with exercise associated cramping of the ham- strings. J Orthop Sports Phys Ther 2010;40:112–119.
  15. Dickhuth H, Rocker K, Niess A, Horstmann T, Mayer F, Striegel H. Exercise-induced, persistent and generalized muscle cramps. J Sports Med Phys Fitness 2002;42:92–94.
  16. Hoffman M, Fogard K. Factors related to successful completion of a 161-km ultramarathon. Int J Sports Physiol Perform 2011;6:25–37.
  17. Stone MB, Edwards JE, Stemmans CL, Ingersoll CD, Palmieri RM,
Krause BA. Certified athletic trainers’ perceptions of exercise associ-
ated muscle cramps. J Sport Rehabil 2003;12:333–342.
  1. Daniell H, Pentrack J. A revised stretch for preventing nocturnal cramps and a plausible mechanism for its benefit. J Physiother 2013;
59:138.
  1. Konrad A, Stafilidis S, Tilp M. Effects of acute static, ballistic, and
PNF stretching exercise on the muscle and tendon tissue properties.
Scand J Med Sports [Epub ahead of print].
  1. Sharman M, Cresswell A, Riek S. Proprioceptive neuromuscular facili-
tation stretching. Sports Med 2006;36:929–939.
  1. Behm DG, Blazevich AJ, Kay AD, McHugh M. Acute effects of muscle
stretching on physical performance, range of motion, and injury inci- dence in healthy active individuals: a systematic review. Appl Physiol Nutr Metab 2016;41:1–11
23. Schwellnus M, Derman E, Noakes T. Aetiology of skeletal muscle ‘cramps’ during exercise: a novel hypothesis. J Sports Sci 1997;15: 277–285.
24. Bertolasi L, De Grandis D, Bongiovanni L, Zanette G, Gasperini M. The influence of muscular lengthening on cramps. Ann Neurol 1993;33:176–180.
25. Helin P. Physiotherapy and electromyography in muscle cramp. Br J Sports Med 1985;19:230–231.
26. Guissard N, Duchateau J. Effect of static stretch training on neural and mechanical properties of the human plantar-flexor muscles. Muscle Nerve 2004;29:248–255.
27. Guissard N, Duchateau J, Hainaut K. Mechanisms of decreased moto- neurone excitation during passive muscle stretching. Exp Brain Res 2001;137:163–169.
28. Hallegraeff J, van der Schans C, de Ruiter R, de Greef M. Stretching before sleep reduces the frequency and severity of nocturnal leg cramps in older adults: a randomised trial. J Physiol 2013;58:17–22.
29. Stone M, Edwards J, Babington J, Ingersoll C, Palmieri R. Reliability of an electrical method to induce muscle cramp. Muscle Nerve 2003; 27:122–123.
30. Miller KC, Knight KL. Electrical stimulation cramp threshold fre- quency correlates well with the occurrence of skeletal muscle cramps. Muscle Nerve 2009;39:364–368.
31. Serrao M, Arendt-Nielsen L, Ge H, Pierelli F, Sandrini G, Farina D. Experimental muscle pain decreases the frequency threshold of elec- trically elicited muscle cramps. Exp Brain Res 2007;182:301–308.
32. Miller KC, Knight KL, Wilding SW, Stone MB. Duration of electri- cally induced muscle cramp increased by increasing stimulation fre- quency. J Sport Rehabil 2012;21:182–185.
33. Miller KC, Knight KL. Initial electrical stimulation frequency’s effect on cramp threshold frequency and force. J Athl Train 2012;47:643– 647.
34. Stone M, Edwards J, Huxel K, Cordova M, Ingersoll C, Babington J. Threshold frequency of an electrically induced cramp increases fol- lowing a repeated, localized fatiguing exercise. J Sports Sci 2010;28: 399–405.
35.Miller KC, Long BC, Edwards JE. Muscle cramp susceptibility increases following a volitionally-induced muscle cramp. Muscle Nerve [Epub ahead of print].
36. Miller KC, Knight KL. Pain and soreness associated with a percutane- ous electrical stimulation muscle cramping protocol. Muscle Nerve 2007;36:711–714.
37. Ross B, Thomas C. Human motor unit activity during induced mus- cle cramp. Brain 1995;118:983–993.
38. Miller KC, Burne JA. Golgi tendon organ reflex inhibition following manually-applied acute static stretching J Sports Sci 2014;32:1491– 1497.
39. Shang G, Collins M, Schwellnus M. Factors associated with a self- reported history of exercise-associated muscle cramps in Ironman tri- athletes: a case-control study. Clin J Sport Med 2011;21:204–210.
40. Blyton F, Chuter V, Burns J. Unknotting night-time muscle cramp: a survey of patient experience, help-seeking behaviour and perceived treatment effectiveness. J Foot Ankle Res 2012;5:1–8.
41. Houk J, Singer J, Henneman E. Adequate stimulus for tendon organs with observations on mechanics of ankle joint. J Neurophysiol 1971; 34:1051–1065.
42. Khan S, Burne J. Afferents contributing to autogenic inhibition of gastrocnemius following electrical stimulation of its tendon. Brain Res 2009;1282:28–37.
43. Burne J, Lippold O. Reflex inhibition following electrical stimulation over muscle tendons in man. Brain 1996;119:1107–1114.
44. Guissard N, Duchateau J. Neural aspects of muscle stretching. Exerc Sport Sci Rev 2006;34:154–158.
 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter