KINESPORT KINESPORT







L’exercice isométrique pour soulager la douleur aiguë : est-il pertinent dans la gestion des tendinopathies?



LA FIFA vient de publier un rappel sur un éditorial de novembre 2019 du British Journal of Sport Medicine écrit par Karin Gravare Silbernagel, Bill T Vicenzino, Michael Skovdal Rathleff et Kristian Thorborg, afin de réinsister sur le fait que les données sur l'efficacité de l'exercice isométrique  sont mitigées et impliquent généralement des petits échantillons. 

Nous vous proposons la traduction de cet éditorial qui est téléchargeable ci-dessous.
1330_full.pdf 1330.full.pdf  (148.32 Ko)

L'exercice isométrique en tant que traitement initial et de gestion de la douleur pendant la saison pour les tendinopathies est devenu la dernière tendance, mais il manque des preuves claires à l'appui de cette approche. Cette nouvelle approche est basée sur une petite étude croisée (n = 6) et un petit essai témoin randomisé (n = 20) comparant la contraction musculaire isométrique et isotonique par le Dr Ebonie Rio et ses collègues. Ils ont signalé des effets importants et aigus de l'exercice isométrique sur la douleur chez les patients atteints de tendinopathie rotulienne, qui était plus importants que ceux observés avec l'exercice isotonique. Alors que la réponse analgésique des exercices isométriques dans le premier essai était spectaculaire et homogène, la réponse analgésique du deuxième essai était beaucoup plus hétérogène. Sur la base de ces résultats, une approche de gestion isométrique a été rapidement extrapolée à d'autres tendons, comme en témoigne un manuel de médecine du sport récemment mis à jour. Nous soutenons que trois questions importantes doivent être résolues avant que l'exercice isométrique ne soit largement adopté comme première étape standard valide dans la gestion des tendinopathies.
 
QUESTION 1. QUELLE EST LA FORCE DES PREUVES POUR L'ADOPTION D' EXERCICES ISOMÉTRIQUES POUR LA TENDINOPATHIE?
 
La contraction isométrique fournit-elle le soulagement initial le plus fort de la douleur pour la tendinopathie ?

Quatre études récentes ont abordé cette question. Le Dr Seth O’Neill et al du Royaume-Uni a testé le protocole isométrique sur 16 patients atteints de tendinopathie d'Achille et n'a pas observé d'effet significatif du groupe sur la douleur ou le recrutement musculaire. Certains patients ont signalé une augmentation de la douleur avec les contractions isométriques. De même, un essai croisé randomisé chez 20 patients atteints de fasciopathie plantaire a montré que l'exercice isométrique n'était pas meilleur que l'exercice isotonique ou la marche pour réduire la douleur. Des résultats comparables ont été rapportés dans une étude portant sur 24 patients présentant une tendinopathie latérale du coude, sans changement sur le test Pain Free Grip et avec augmentation de la douleur au repos immédiatement après l'intervention. Mais le plus important, l'étude originale de Rio et al, n'a pas pu être reproduite dans une étude de réplication préenregistrée utilisant les mêmes méthodes et résultats chez 20 personnes souffrant de tendinopathie rotulienne.
 
QUESTION 2 : EST-IL BÉNÉFIQUE D'OBTENIR UN SOULAGEMENT DE LA DOULEUR AIGUË CHEZ DES PATIENTS AYANT UNE TENDINOPATHIE DE LONGUE DATE ?
 
L'argument en faveur de l'exercice isométrique est qu'il provoque un soulagement immédiat de la douleur et la recommandation est que la progression vers un autre exercice ne doit pas être poursuivie tant que la douleur ne s'est pas calmée et que le patient n'est pas compétent en isométrie. Cela ignore les preuves antérieures à l'appui de l'utilisation de l'exercice isotonique comme le stade initial du traitement des tendinopathies. La douleur pendant l'exercice n'avait pas été jugée nuisible à la récupération et, au contraire, pourrait même être bénéfique. Un changement d'orientation, de l'amélioration de la résilience à se concentrer sur le soulagement de la douleur aiguë, peut probablement mal guider les patients et les cliniciens à penser qu'il existe une solution rapide, soulignant cette prémisse, la preuve de déficits fonctionnels continus et d'une activation musculaire altérée en l'absence de douleur mais sans récupération complète des tendons. La promotion des exercices isométriques pour un soulagement immédiat de la douleur ne prend pas en compte la lente guérison de la pathologie sous-jacente. Nous proposons que l'accent mis sur le soulagement de la douleur aiguë détourne l'attention du message éducatif important que la tendinopathie est une atteinte de longue date qui prend plusieurs mois à se résoudre et justifie une surveillance et une gestion continues. La récupération d'une tendinopathie n'est pas mieux mesurée par la réduction immédiate de la douleur et 45 minutes après le traitement. De plus, l'effet néfaste potentiel de la charge aiguë d'un tendon douloureux dans les activités sportives après une réduction importante et soudaine des symptômes n'est toujours pas clair.
 
QUESTION 3 : LES EXERCICES ISOMÉTRIQUES SONT-ILS SUPÉRIEURS EN GESTION DE LA TENDINOPATHIE ?
 
En ce qui concerne la prise en charge en cours de saison, il a été suggéré de soulager immédiatement la douleur après les exercices isométriques et les exercices isotoniques chez les athlètes souffrant de tendinopathie rotulienne (n = 20-29), sans aucune différence entre les groupes. Cela est cohérent avec la constatation d'aucune supériorité de l'isométrie sur l'isotonie pour le soulagement de la douleur aiguë du tendon rotulien. Des études récentes à grande échelle avec des échantillons supérieurs à 600 personnes suggèrent que le renforcement et le conditionnement pré-saison et en cours de saison maintenus sans aucun biais spécifique vers les modes concentriques, isométriques ou excentriques réduisent la prévalence en saison des problèmes d'épaule et d'aine (environ 30% –40%). De plus, il est prouvé que l'utilisation d'un modèle de surveillance de la douleur et de périodes d'adaptation adéquates pendant la réadaptation permet de poursuivre le sport sans effet négatif sur la récupération.
 
GESTION DE LA TENDINOPATHIE À RETENIR 
 
Le message principal est que l'adoption de nouvelles approches de gestion sans preuve adéquate est problématique, en particulier lorsque cela est incompatible avec les preuves existantes comme quoi les tendons ont besoin de temps pour s'adapter à une charge adéquate et appropriée. La mise en œuvre précipitée de nouvelles tendances sans preuves solides se traduit potentiellement par un temps et des efforts prolongés pour mettre en œuvre des approches de gestion inefficaces. Nous ne devons pas ignorer l'exercice isométrique, mais étudier de manière approfondie si et comment il facilite la prise en charge des patients atteints de tendinopathies. Jusqu'à ce que de nouvelles preuves apparaissent, les cliniciens devraient se sentir à l'aise et confiants de prescrire un renforcement progressif qui convient à chaque athlète et à ses progrès en suivant les evidence-based principes actuels de la charge et de la progression de l'exercice fondés sur des preuves.




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique