KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


L'injection locale de plasma riche en plaquettes est-elle cliniquement supérieure à l'acide hyaluronique pour le traitement de l'arthrose du genou ? Une revue systématique d'essais contrôlés randomisés



Introduction
L'arthrose (OA) est une maladie multifactorielle chronique, des os et des articulations, caractérisée par une dégénérescence du cartilage articulaire, elle a un impact négatif sur la mobilité et la qualité de vie des patients. On estime que l'OA touche 27 millions de personnes aux États-Unis. De plus, dans cet état, le cartilage est avasculaire et les cellules ont une faible activité mitotique. Le potentiel de guérison est limité une fois que le cartilage est lésé, pouvant entraîner des dommages irréversibles. La prévalence de l'arthrose du genou est de 50% chez les patients âgés de plus de 65 ans, et ses principaux symptômes sont la douleur du genou, le gonflement et une mobilité limitée.
L'objectif du traitement de l'arthrose du genou est de soulager la douleur, d'améliorer la fonction, la qualité de vie et de réduire l'invalidité.
L‘injection intra-articulaire d'acide hyaluronique (HA), de corticostéroïdes, de plasma riche en plaquettes (PRP), de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux et la thérapie physique sont des options importantes de traitement non chirurgicaux pour l'arthrose du genou.
Le PRP est un produit sanguin autologue produit par centrifugation de sang qui donne une concentration de plaquettes supérieure à la valeur initiale.
Il a été démontré que l’injection locale de PRP autologue dans des modèles animaux améliorait considérablement le comportement biomécanique de la prolifération des cartilages, des chondrocytes et réparait les lésions du cartilage. Des études comparatives, conduites sur l'utilisation d'une injection intra-articulaire de PRP par rapport à une HA pour une arthrose légère ou modérée du genou, ont montré un résultat clinique plus élevé avec le PRP qu'avec ce dernier. Par conséquent, l'objectif de cette revue systématique était d'analyser les essais contrôlés randomisés (ECR) du PRP et de l'HA afin de déterminer si le PRP est supérieur à l'HA dans le traitement de l'arthrose du genou.
 
Méthodes
Les critères d'inclusion pour cette étude étaient les suivants :
-les ECR dans lesquels une arthrose du genou était identifiée
-Des études comparant l'utilisation de PRP autologue avec HA
-Les études impliquant l'injection intra-articulaire de PRP et d'HA
-Des essais comparatifs randomisés originaux, en anglais
 
Les critères d’exclusion étaient les suivants :
Les études avec des données et des méthodologies inconnues et celles conduites sur des patients présentant une arthrose du genou. Et présentant d’autres maladies, telles que des douleurs ou un gonflement associé à une maladie de l’articulation du genou, à une lésion du ligament ou du ménisque, à l’arthrite, à des maladies cardiovasculaires, ou infection ou ceux recevant un traitement immunosuppresseur ou anticoagulant.
 
Les principaux résultats de l'efficacité et de la réponse au traitement de récupération utilisés dans cette revue systématique ont été l'indice d'arthrose des universités des universités Western Ontario et McMaster (WOMAC), le Comité international de documentation sur le genou (IKDC), le score de lésion de genou et d'arthrose. (KOOS), l’échelle visuelle analogique EuroQol (EQ VAS) et le score de Tegner.
 
Sur la base des critères d’inclusion et d’exclusion de l’étude, deux examinateurs ont indépendamment examiné les titres et les résumés des études. Les études sélectionnées ont été incluses dans la revue systématique.
 
Deux examinateurs indépendants ont évalué la qualité des études incluses à l'aide de l'outil de risque de biais de la Collaboration Cochrane.
 
Résultats
Sur les 242 citations non dupliquées identifiées dans la littérature, 17 essais cliniques ont été sélectionnés pour déterminer leur éligibilité. Au total, sept articles (908 patients, 908 genoux) ont été analysés, et la population de l'étude comprenait 44% d'hommes et 56% de femmes d'âge moyen 59,8 ans.
 
Quelles que soient les mesures de résultats, toutes les études démontrent de manière constante l'efficacité du PRP dans l'amélioration de la fonction, de la qualité de vie et la réduction de la douleur chez les patients atteints d'arthrose du genou. Cinq études ont montré que le PRP était supérieur à l'AH dans le traitement de l'arthrose du genou et deux études (des mêmes auteurs) n'ont montré aucune différence entre les deux traitements.
 
  • Dans une étude, les deux groupes ayant atteint la différence minimale cliniquement importante ont également montré une différence statistiquement significative dans les scores WOMAC, avec un effet plus important dans le groupe PRP.
  • Deux études ont montré que les deux groupes présentaient une amélioration clinique lors de l'évaluation de suivi, mais la comparaison entre les deux groupes ne montrait pas de différence statistiquement significative dans tous les scores évalués.
  • Dans l'étude de Sanchez et al., le taux de réponse à la PRGF-Endoret® (Institut de biotechnologie BTI, Blue Bell, PA, États-Unis) était supérieur de 14,1% à celui de HA (IC à 95%, 0,5–27,6; P = 0,044). En ce qui concerne les critères de jugement secondaires, le taux de réponse à la FRPC-Endoret® était supérieur à celui à l'HA dans tous les cas, bien que la différence n'ait pas atteint la signification statistique.
  • Une étude a montré qu'à 24 et 48 semaines, le taux de réponse à la PRGF-Endoret® était significativement supérieur à celui de l'HA pour tous les paramètres, y compris la douleur, la raideur et la fonction physique, sur WOMAC, l'indice de Lequesne et les échelles de OMERACT-OARSI.
  • Au suivi de 12 mois, Raeissadat et al. ont rapporté une amélioration significative du score de douleur WOMAC dans les groupes PRP et HA. Bien que tous aient atteint la différence minimale cliniquement importante, les résultats étaient significativement meilleurs dans le groupe PRP (ES, 1,1) que dans le groupe HA (ES, 0,5) ( P < 0,001) [ 13 ].
  • Montañez-Heredia et al. ont rapporté qu'à 3 et 6 mois après la fin du traitement, les résultats du groupe PRP étaient supérieurs à ceux du groupe HA en termes de scores VAS et KOOS.
 
Certaines études ont montré que le PRP n'était pas bénéfique pour tous les participants et était associé au degré d'arthrose du genou.
 
Discussion
L'objectif principal de la présente étude était d'étudier une nouvelle approche biologique du traitement de l'arthrose du genou.
Ces dernières années, il y a une augmentation de la prévalence de l'utilisation de produits sanguins autologues, pouvant augmenter les capacités cellulaires et les médiateurs humoraux (facteurs de croissance sanguine) pour la guérison des tissus. Le PRP est un produit sanguin qui offre une alternative simple, peu coûteuse et peu invasive pour obtenir la concentration de plusieurs de ces facteurs de croissance.
Cette revue systématique montre que l'injection intra-articulaire de PRP a un effet modeste sur le traitement de l'arthrose du genou et est supérieure à l'HA. Toutes les études sauf deux ont montré que le PRP était particulièrement efficace chez les patients atteints de gonarthrose bénigne.
Les principales conclusions de cette revue systématique sont que plusieurs injections séquentielles intra-articulaires de genou sous PRP (deux à quatre injections) ont amélioré les scores de résultat fonctionnel (WOMAC) à un minimum de 24 semaines. Cependant, aucun bénéfice du PRP n'a été observé par rapport au traitement de contrôle en termes d'autres mesures de la douleur telles que IKDC, KOOS et VAS.
En ce qui concerne le protocole d’injection dans toutes les études, la présente analyse a évalué l’efficacité d’une injection de PRP intra-articulaire une fois par semaine, administrée au moins 3 fois, 2 à 3 mois après la première injection.
La sécurité est un aspect important de l’évaluation du PRP en tant que traitement conservateur. Dans cette revue, nous n’avons trouvé aucune réaction indésirable grave, locale ou systémique, pendant et après l’injection, à court et à long terme.
 
Conclusion
L'injection intra-articulaire du genou par le PRP peut constituer un traitement alternatif efficace contre l'arthrose du genou, en particulier chez les patients atteints d'arthrose bénigne du genou. Cependant, certaines études suggèrent que le PRP n’est pas plus efficace que l’HA.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter