KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • BFR
  • KSP_Belgique
  • KSP_Toulouse
  • Masterclass
  • Genou
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon


L'instabilité latérale chronique de la cheville augmente le risque de chirurgie chez les athlètes atteints du syndrome de l'os trigone

D’Hooghe P et al.



Introduction

Le syndrome de l’os trigone désigne une pathologie de conflit postérieur de cheville, souvent caractérisée par une douleur lors de la flexion plantaire pouvant survenir suite à un traumatisme direct ou à une hyper-sollicitation [15, 18, 21]. L'incidence du syndrome d'os trigone dans la population sportive varie de 1,7 à 50%. Il ne semble pas y avoir de prévalence accrue entre les hommes et les femmes, ni entre les différents groupes d'âge [15]. Les athlètes qui pratiquent des sports d’agilité dynamique, tels que le football, qui nécessitent un degré élevé de flexion plantaire sont plus susceptibles de présenter des symptômes [12, 15, 18, 19, 21].
L'étiologie chez le sportif professionnel est très variable. Le plus souvent, cette pathologie peut être attribué à un microtraumatisme répétitif en raison d'un conflit entre l'osselet, le calcanéum et la face postéro-inférieure du tibia [12, 15, 18, 19, 21].
Comprendre pourquoi certains athlètes évoluent vers la chirurgie et d’autres pas, a des conséquences importantes sur les stratégies de prévention, de diagnostic et de réhabilitation.
Le diagnostic du syndrome d'os trigone est réalisé via un certain nombre de procédures. Premièrement, un test clinique de flexion plantaire est considéré positif pour un conflit postérieur s’il provoque une douleur postérieure. Deuxièmement, une injection diagnostique guidée par échographie peut s'avérer utile pour identifier l'emplacement exact de la douleur [21]. Enfin, l'imagerie radiologique révèle souvent une cause osseuse typique qui, si elle entrave la participation sportive, est une indication claire de la résection chirurgicale arthroscopique [1, 4, 8, 15, 18, 21].
Le traitement arthroscopique donne d’excellents résultats [9] avec une reprise d’activité à partir de 5 semaines [3, 22].
L’objectif de la présente étude était de déterminer si l’instabilité chronique de la cheville était un facteur contributif prédisposant un athlète atteint du syndrome de l’os trigone à la chirurgie.
 

Méthode
 
Quatre-vingts athlètes professionnels présentant des signes cliniques et radiologiques de syndrome de l’os trigone ont été identifiés afin de déterminer l'incidence de lésions du complexe ligamentaire latéral (aiguë et chronique) via imagerie par résonance magnétique (IRM). Cette cohorte a été subdivisée en 2 groupes ; une cohorte chirurgicale (n = 40) et une cohorte non chirurgicale (n = 40). La division chirurgicale a été décidée si (1) le test clinique de hyper-flexion plantaire était positif, (2) une injection diagnostique guidée par échographie était positive et (3) aucune amélioration après 6 semaines de rééducation conservatrice.

Résultats
 
Les quarante athlètes ayant subi une intervention chirurgicale présentaient une atteinte des ligaments latéraux de la cheville à l’IRM; 37 joueurs (94,1%) souffraient d’une lésion chronique du complexe latéral [Tableau 1]. Trois athlètes (5,9%) ayant subi une chirurgie ont subi une lésion aiguë du complexe ligamentaire externe. Le modèle linéaire logistique binaire a révélé que les athlètes professionnels atteints du syndrome de l'os trigone étaient 10 fois plus susceptibles de nécessiter une intervention chirurgicale s'ils présentaient une lésion chronique du complexe latéral de la cheville par rapport aux athlètes présentant une lésion aiguë (Tableau 2).

Discussion
 
La constatation la plus importante de cette étude est que les athlètes présentant une instabilité latérale chronique de la cheville et un syndrome de l'os trigone étaient dix fois plus susceptibles de subir une intervention chirurgicale. Bien que les microtraumatismes répétés (contact, flexion plantaire et supination) soient considérés comme des facteurs étiologiques primaires, il existe peu de données sur les raisons pour lesquelles certains athlètes évoluent vers la chirurgie alors que d'autres restent asymptomatiques [5, 6, 16, 17].
Le mécanisme de lésion est souvent décrit comme celui de la « noix et du casse-noix ».
Les deux structures osseuses impliquées dans le mécanisme de conflit sont la marge postérieure du tibia et la face supérieure du calcanéum [13, 14]. Les structures molles de cet intervalle anatomique comprennent la gaine synoviale du long fléchisseur propre de l’hallux (FHL) et la cavité synoviale postérieure des articulations tibio-talienne et sous-talienne. En fait, la prévalence rapportée de la ténosynovite du FHL est plus élevée chez les athlètes souffrant de douleurs postérieures à la cheville [6, 13, 16].
Le diagnostic différentiel du syndrome d'os trigone est considérable, l'instabilité latérale de la cheville étant considérée comme l'une des nombreuses conditions responsables de la douleur postérieure de la cheville [2]. Des rapports suggèrent toutefois que l'instabilité latérale de la cheville pourrait être liée à une augmentation du conflit osseux entre le tibia et le talus conduisant à un conflit postérieur de la cheville [13, 14,17].
Un certain nombre d'études ont démontré un lien entre l'instabilité latérale de la cheville et le conflit antérieur, mais le lien avec le conflit postérieur n'a pas été bien documenté [3, 10, 17, 21, 22]. Par conséquent, la différence entre l'instabilité latérale aiguë vs chronique et le conflit postérieur n'a jamais été complètement démontrée.
Des tests biomécaniques ont montré qu'une entorse grave de la cheville crée une translation antérieure pathologique de la cheville (Fig. 1), mais pas une translation postérieure [7].
L'instabilité latérale chronique de la cheville augmente le risque de chirurgie chez les athlètes atteints du syndrome de l'os trigone

L'implication de cela signifie que la position en hyper flexion plantaire pourrait créer un plus grand conflit mécanique postérieur en présence d'une instabilité latérale combinée. Ces deux découvertes pourraient expliquer pourquoi l’instabilité chronique est une variable clé du développement du syndrome de l’os trigone. Cela pourrait également expliquer pourquoi un conflit antérieur osseux est fréquemment observé en association avec une amplitude de mouvement de cheville restreinte, ce qui est rarement le cas dans le conflit postérieur.
Une étude par IRM chez des athlètes atteints du syndrome de l’os trigone a révélé une intensité de signal anormale dans le tubercule postéro-externe du talus et / ou de l’os trigone, compatible avec un œdème osseux [11]. Compte tenu des mécanismes de la lésion, cette intensité de signal anormale pourrait être le résultat d'une impaction osseuse représentant des fractures micro-trabéculaires, un œdème et / ou une hémorragie de la moelle osseuse sans perturbation du cortex.
Lorsque l'on considère les mouvements dynamiques répétitifs impliqués dans les sports d'agilité, cette position de cheville chez les athlètes avec un ligament latéral déficient pourrait expliquer pourquoi l'os trigone est soumis à une charge mécanique accrue. Ceci est corroboré par les observations par IRM d'un œdème de la moelle osseuse sur l'os trigone après une lésion de flexion hyper plantaire de la cheville (Fig. 2a, b).

Dans la présente étude, la chronicité de l'instabilité de la cheville est corrélée à une probabilité significativement plus élevée de chirurgie par rapport aux athlètes présentant une instabilité aiguë.
D'autres études sont nécessaires pour évaluer le rôle exact de l'instabilité de la cheville dans le syndrome de l'os trigone, en particulier chez les athlètes professionnels, et déterminer si le fait d'empêcher une blessure à la cheville aiguë de se transformer en syndrome chronique réduit le risque de chirurgie chez les athlètes atteints du syndrome de l'os trigone.
L'instabilité latérale chronique de la cheville augmente le risque de chirurgie chez les athlètes atteints du syndrome de l'os trigone

Conclusion
 
Les athlètes professionnels atteints du syndrome de l’os trigone et d'une instabilité latérale chronique de cheville courent un risque environ 10 fois plus élevé de subir une intervention chirurgicale que les athlètes atteints d'un syndrome de l’os trigone et d'une lésion aiguë du ligament latéral.

Article de référence

D’Hooghe, P., Alkhelaifi, K., Almusa, E., Tabben, M., Wilson, M. G., & Kaux, J. F. (2018). Chronic lateral ankle instability increases the likelihood for surgery in athletes with os trigonum syndrome. Knee Surgery, Sports Traumatology, Arthroscopy, 1-5.
 
Références

1. Brennan SA, Rahim F, Dowling J, Kearns SR (2012) Arthroscopic debridement for soft tissue ankle impingement. Ir J Med Sci 181(2):253–256
2. Bureau N, Cardinal E, Hobden R, Aubin B (2002) Posterior ankle impingement syndrome: MR imaging findings in seven patients. Radiology 215(2):497–503
3. Calder JD, Sexton SA, Pearce CJ (2010) Return to training and playing after posterior ankle arthroscopy for posterior impingement in elite professional soccer. Am J Sports Med 38(1):120–124
4. Galla M, Lobenhoffer P (2011) Technique and results of arthroscopic treatment of posterior ankle impingement. Foot Ankle Surg 17(2):79–84
5. Golano P, Mariani M, Niedenfuhr M, Mariani P, Ruano-Gil D (2002) Anatomy of the posterior ankle ligaments. Arthroscopy 18(4):353–358
6. Hamilton W (2008) Posterior ankle pain in dancers. Clin Sports Med 27:263–277
7. Hubbarda T, Olmsted-Kramera L, Hertel J, Sherbondya P (2005) Anterior–posterior mobility of the talus in subjects with chronic ankle instability. Physic Therapy Sport 6:146–152
8. Jerosch J, Fadel M (2006) Endoscopic resection of a symptomatic os trigonum. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 14(11):1188–1193
9. Lopez Valerio V, Seijas R, Alvarez P, Ares O, Steinbacher G, Sallent A, Cugat R (2015) Endoscopic repair of posterior ankle impingement syndrome due to os trigonum in soccer players. Foot Ankle Int 36(1):70–74
10. Mouhsine E, Crevoisier X, Leyvraz P, Akiki A, Dutoit M, Garofalo R (2004) Post-traumatic overload or acute syndrome of the os trigonum: a possible cause of posterior ankle impingement. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 12:250–253
11. Ogut T, Ayhan E, Irgit K, Sarikaya A (2011) Endoscopic treatment of posterior ankle pain. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 19:1355–1361
12. Reilingh ML, de Leeuw PAJ, van Dalen IV, van Dijk CN (2009) Ankle arthroscopy: indications, techniques and complications. SA Orthop J 8:51–58
13. Roche A, Calder J, Williams RL (2013) Posterior ankle impingement in dancers and athletes. Foot Ankle Clin N Am 18:301–318
14. Russel J, Kruse D, Koutedakis Y (2010) Pathoanatomy of posterior ankle impingement in ballet dancers. Clin Anat 23:613–621
15. Smyth N, Zwiers R, Wiegerinck JI, Hannon CP, Murawski CD, van Dijk CN, Kennedy JG (2014) Posterior hindfoot arthroscopy: a review. Am J Sports Med 42(1):225–234
16. Sofka C (2010) Posterior ankle impingement: clarification and confirmation of the pathoanatomy. HSSJ 6:99–101
17. van Dijk CN (2006) Anterior and posterior ankle inmpingment. Foot Ankle Clin N Am 11:663–683
18. van Dijk CN (2006) Hindfoot endoscopy for posterior ankle pain. Instr Course Lect 55:545–554
19. van Dijk CN, de Leeuw PA, Scholten PE (2009) Hindfoot endoscopy for posterior ankle impingement: surgical technique. J Bone Joint Surg Am 91(Suppl 2):287–298
20. van Dijk CN, Tol J, Verheyen C (1997) Study of prognostic factors concerning the outcome of arthroscopic surgery for anterior ankle impingement. Am J Sports Med 25(6):737–745
21. van Dijk CN, van Bergen CJ (2008) Advancements in ankle arthroscopy. J Am Acad Orthop Surg 16(11):635–646
22. van Dijk CN, Vuurberg G, Batista J, D’Hooghe P (2017) Posterior ankle arthroscopy—current state of the art. J ISAKOS (JISAKOS) 2:269–277



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter