KINESPORT KINESPORT







LA PALPATION DES ISCHIOS EST-ELLE FIABLE APRÈS LÉSION MUSCULAIRE ?



Le temps nécessaire pour reprendre le sport (RTS) après une blessure aux ischio-jambiers est très variable. Tyler et al (2017) ont montré un délai moyen de retour au sport de 11 semaines, chez des athlètes pratiquant plusieurs sports, mais l'écart type était de huit semaines, ce qui rend l'estimation basée sur le délai médian de retour au sport imprécise et peu pratique d'un point de vue pronostique. Le retour au jeu après une blessure aux ischio-jambiers varie également beaucoup en fonction du degré de la blessure, le grade 1 prenant 8±3 jours, et le quatrième, 73±60 jours en moyenne. Actuellement, il existe peu de preuves en faveur de l'utilisation de tests, de mesures ou d'imagerie objectifs pour aider à prédire le temps de retour au jeu après une blessure aux ischio-jambiers, ce qui rend difficile de répondre avec précision aux questions concernant l'estimation du temps de retour au jeu.  Dans cette idée, une équipe anglo-américaine a souhaité analysé l’influence de la sensibilité à la palpation sur les délais RTS. Schmitt et al. ont ainsi publié leurs résultats dans The International Journal of Sports Physical Therapy  en juin 2020.

L'objectif de cette étude est d'étudier la valeur prédictive de la sensibilité à la palpation (TTP) telle que mesurée par la surface et l'emplacement après une déformation des ischio-jambiers. 


MÉTHODES

Participants

  • Dix-neuf athlètes masculins (âgés de 28±9 ans) qui ont subi une tension aiguë des ischio-jambiers 
  • Afin de quantifier la zone de sensibilité, l'examen a d'abord identifié le point de sensibilité maximale, puis a déterminé l'extension proximo-distale de la sensibilité et l'extension médio-latérale de la sensibilité. C'est ce qui est appelé ci-après la cartographie des ischio-jambiers (figure 1). 
  • L'emplacement du pic de sensibilité a été calculé en pourcentage de la longueur et de la largeur de la partie postérieure de la cuisse. Les blessures ont été classées comme proximales, centrales ou distales en fonction du point de pic de sensibilité par rapport à la distance entre les plis fessiers et poplités (≤33% proximal, 34-66% central, ≥67% distal). De même, les blessures ont été classées dans la direction médio-latérale comme médiales (pic de sensibilité ≤33% à partir du bord médial de la cuisse), latérales (pic de sensibilité ≤33% à partir du bord latéral de la cuisse) ou centrales (pic de sensibilité entre 34-66% à partir du bord médial de la cuisse. 
  • La cartographie a été réalisée lors de l'évaluation initiale. Le remodelage a été effectué en plus deux fois à la fin de la première et de la deuxième étape de la réadaptation, une fois que le patient avait franchi les étapes nécessaires pour passer d'une étape à l'autre, ainsi qu'à fin si le patient avait encore des douleurs à ce moment-là. Tous les patients ont subi le même protocole de rééducation des ischio-jambiers.
LA PALPATION DES ISCHIOS EST-ELLE FIABLE APRÈS LÉSION MUSCULAIRE ?

RÉSULTATS


La sensibilité maximale a été observée sur la partie latérale de la cuisse chez cinq patients ; elle a été centrale chez huit patients et médiane chez six patients. Le pic de sensibilité se situait dans le tiers proximal chez neuf patients, central chez six patients et distal chez quatre patients. Sur les neuf blessures proximales, cinq étaient médiales, quatre centrales et aucune latérale. Sur les six blessures centrales (dans la direction proximale à distale), une était médiane, deux étaient centrales et trois étaient latérales. Sur les quatre blessures distales, une était centrale et trois étaient latérales. D'après la localisation du pic de sensibilité, les blessures proximales avaient tendance à être plus médiales et les blessures distales à être plus latérales.

 La sensibilité était de 22±12% de la longueur de la cuisse postérieure et de 26±11% de la largeur de la cuisse postérieure, couvrant une surface de 3±2% de la cuisse postérieure. 

En utilisant la cartographie de la sensibilité réalisée lors de l'évaluation initiale pour les 19 patients, le temps écoulé entre l'évaluation initiale et le RTS a été corrélé avec la longueur de la sensibilité, la zone de sensibilité et l'âge, mais pas avec la largeur de la sensibilité. Le délai avant la RTS n'était pas différent entre les blessures proximales (39±33 jours), centrales (38±39 jours) ou distales (59±42 jours) (p=0,62). De même, le délai RTS n'était pas différent entre les blessures médiales (38±6 jours), centrales (52±44 jours) ou latérales (35±41 jours). D'après la cartographie de la sensibilité réalisée lors de l'évaluation initiale, le meilleur indicateur de la durée était la longueur de la zone de la sensibilité. l'analyse de régression linéaire donnant l'équation prédictive suivante : 


Nombre de jours jusqu'au RTS = (% longueur de la zone sensible * 2,3) - 6,2 


L'ajout de l'âge du patient à l'équation de régression a amélioré la variance expliquée à 73%, ce qui donne l'équation prédictive suivante : 


Nombre de jours jusqu'au RTS = (% longueur de la zone sensible * 2,1) + (âge * 1,5) - 43,4 


Comme la durée de la sensibilité semble être un bon prédicteur du temps nécessaire à la RTS, il est important de savoir cliniquement si le moment où la cartographie de la sensibilité est effectuée dans le cadre de la réhabilitation. Des examens de cartographie ont été effectués à différents stades du processus de réadaptation et un total de 52 examens de cartographie ont été effectués parmi les 19 patients. La relation entre la longueur de la zone sensible et le nombre de jours nécessaires pour reprendre le sport est restée inchangée si l'on ajoute les multiples éléments de cartographie, ce qui donne l'équation prédictive suivante : 


Nombre de jours jusqu'au RTS = (% longueur de la zone sensible * 2,3) - 4,4 


L'ajout de l'âge du patient à l'équation de régression a amélioré la variance expliquée à 69%, ce qui donne l'équation prédictive suivante : 


Nombre de jours jusqu'au RTS = (% longueur de la zone sensible * 2.1) + (âge * 1.2) - 33.9 



L'objectif de cette étude était de déterminer si une seule variable, le TTP (tenderness to palpation= sensibilité à la palpation), a une valeur pronostique pour le RTS suite à une lésion aiguë des ischio-jambiers. Les résultats de l'étude actuelle indiquent que la longueur du TTP en pourcentage de la longueur postérieure de la cuisse dans les cas de lésion aiguë des ischio-jambiers était hautement prédictive du temps nécessaire pour atteindre le RTS. Les patients plus âgés ont mis plus de temps à reprendre le sport et l'ajout de l'âge à la régression a amélioré la valeur prédictive. 


  • Un patient de 20 ans présentant une sensibilité s'étendant sur 10 % de la longueur de la partie postérieure de la cuisse devrait pouvoir reprendre le sport en 11 jours, tandis qu'un patient de 30 ans présentant la même sensibilité devrait pouvoir reprendre le jeu en 23,1 jours et si le patient de 30 ans présentant une sensibilité s'étendant sur 20 % de la longueur de la partie postérieure de la cuisse devrait pouvoir reprendre le sport en 44 jours. 



La surface totale de la sensibilité n'était pas fortement corrélée avec le temps RTS. C'est la longueur de la sensibilité qui contribue à l'association entre la surface de la sensibilité et le temps pour le RTS. La corrélation avec la longueur, mais pas avec la largeur, s'explique probablement par la direction des fibres musculaires, qui s'étendent davantage dans une direction proximodistale. 


CONCLUSION

Les résultats de l'étude démontrent que l'utilisation de cette technique de palpation et de cartographie des ischio-jambiers permet d'obtenir un pronostic dans un délai acceptable après la déformation des ischio-jambiers, ce qui en fait un outil de prédiction cliniquement utile.


L'article ici  en libre accès. 




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique