KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


LES CHAUSSURES MINIMALISTES



Introduction 
L’ère moderne de la chaussure de running a initialement opté pour la mise au point de semelles permettant d’optimiser l’amorti lors de la course. Le marché a vu se développer des chaussures de running avec des semelles de plus en plus épaisses et de plus en plus rigides afin de diminuer la contrainte au niveau du pied en évitant la pronation dans un but de prévention de la blessure. Cependant, leur utilisation n’a pas vu diminuer la survenue de blessure chez le coureur et a, au contraire, entrainé des charges d’impact plus importante qu’avec l’utilisation de chaussures traditionnelles. Le design des chaussures de sport s’est petit à petit réorienté vers un style plus minimaliste notamment grâce aux études récentes mettant en avant l’intérêt de la course pieds nus. 

1-Présentation théorique et description 

a)Champs d’application 
La chaussure minimaliste est généralement utilisée par les sportifs pratiquant la course à pied. On lit cependant de plus en plus d’études concernant l’intérêt du port de chaussures minimalistes dans la vie de tous les jours afin de stimuler la musculature intrinsèque du pied. 

b)Définition 
On oppose généralement la chaussure minimaliste à la chaussure dite « maximaliste ». On considère comme étant une chaussure minimaliste toutes les chaussures de running dont le poids, l’épaisseur de la semelle au point de contact avec le sol, le drop (dénivelé entre les orteils et le talon), la rigidité et les moyens de contrôle de prono-supination du pied sont minimisés. De façon générale, toute chaussure dépourvue de talon haut avec amortis, de semelle rigide ou de support de l’arche interne est considérée comme chaussure minimaliste.  

c)Effets escomptés 
Les chaussures minimalistes génèrent une interférence minimale avec le mouvement naturel du pied associé à une absence totale du contrôle du mouvement du pied lors de la course. L’avantage majoritaire de l’utilisation de chaussure minimaliste est également l’économie en énergie. La littérature a mis en évidence que 100g supplémentaire par pied augmente la consommation d’oxygène de 1%. 

2-Retours scientifiques

a)Immediate and short-term adaptation to maximalist and minimalist running shoes, C. Agresta et al. 2018 
Le but de cette étude était d’identifier les effets immédiats de l’utilisation de chaussures de course soit maximalistes soit minimaliste sur la biomécanique de course. La différence entre les deux types de chaussures réside principalement dans la différence d’amorti.  
Les auteurs ont réparti 30 coureurs de façon aléatoire afin qu’ils poursuivent leur entrainement de course, soit avec un modèle de chaussure minimaliste soit un modèle de chaussure maximaliste ; chaque participant utilisant un modèle traditionnel auparavant. Ils ont évalué les changements biomécaniques à 10 minutes et à 4 semaines d’utilisation.  
Concernant l’exposition initiale, les chaussures minimalistes ont entrainé une diminution du temps de contact au sol et du temps de foulée, ainsi qu’une augmentation de la cadence de course. Ces changements ont également été observé à 4 semaines. Les forces de réaction au sol et l’accélération maximale linéaire augmentent lors de l’utilisation de chaussures minimalistes. Il est important de noter cependant que les adaptations biomécaniques se font en fonction des modifications de drop et en fonction du degré d’amorti de la chaussure. Les coureurs utilisant des modèles traditionnels de chaussures de running n’ont cependant pas modifié leur schéma de mouvement de foulée durant les 4 semaines d’exposition non encadrée à un autre type de chaussure.
 
b)Improving running economy by transitionning to minimalist footwear: a randomized controlled trial, K. Lindlein ,2018. 
L’économie de course est un facteur important dans l’évaluation et la prédiction de la performance à la course. Elle est influencée par la biomécanique de course et par la chaussure. Cet article a étudié les effets d’une transition structurée à l’utilisation de chaussures minimalistes sur l’économie de course, réalisant une transition de 8 semaines. L’hypothèse était que les participants ayant réalisé la transition présentaient des améliorations plus importantes de leur économie de course que les sujets contrôles. Les auteurs ont réparti les participants en deux groupes, l’un réalisant une transition à l’utilisation de chaussures minimalistes et l’autre réalisant une transition à l’utilisation de chaussures conventionnelles. Les mêmes tests ont été réalisés avant et après l’intervention (VO2max et VO2submax). Les résultats ont mis en évidence que 8 semaines d’entrainement ciblé n’entrainaient que des modifications faibles à modérées dans l’économie de course, et ce, de façon non-significative. D’autres études ont mise en évidence que des changements opéraient dans des labs de temps plus importants. 

c)Lower extremity stiffness when running in minimalist, traditional, and ultra-cushioning shoes, B. Borgia, 2018. 
Appliquée au corps humain, la raideur correspond à une mesure composite reflétant les interactions entre muscle, tendons, ligament, cartilage et os afin de s’opposer à une déformation du membre inférieur due à l’application de forces extérieures. La raideur a une implication dans la performance et dans la survenue de blessure, elle permet d’obtenir des informations sur le contrôle du mouvement par le système neuromusculaire. Une articulation peu raide permettra un changement de position plus important et permettra d’atténuer une charge plus importante, à l’inverse d’une articulation plus raide qui autorisera moins de mouvement et qui ne permettra pas d’atténuer une charge trop importante. L’objectif de l’étude ici est de mettre en évidence les changements de raideurs globaux au niveau du membre inférieur, au niveau de l’articulation et du travail appliqué à la cheville, le genou et la hanche dans différentes conditions de chaussage à la course (minimaliste : MIN, traditionnelle : TRAD, et ultra-amortie : ULTRA). Les résultats n’ont pas montré de différences significatives dans la raideur globale du membre inférieur. Cependant, la raideur de la cheville était significativement plus importante dans les conditions ULTRA par rapport aux conditions TRAD et MIN et la raideur au niveau du genou et de la hanche était plus importante dans les conditions TRAD et MIN que dans les conditions ULTRA. Cette étude montre que malgré une raideur globale équivalente entre les différentes conditions, les stratégies pour la maintenir diffèrent en fonction du type de chaussage 

 
Conclusion
Il est important de noter, au travers des études présentées ci-dessus que la transition entre l’utilisation de chaussures traditionnelles à des chaussures minimaliste ne permet pas de modifier à elle seule les paramètres biomécaniques. En effet, il faudra accompagner la transition afin que celle-ci soit d’abord réalisée de manière progressive mais qu’elle ait également un impact sur la cinématique de course propre du sportif. Si la transition est faite de manière raisonnée, le sportif pourra en retirer un bénéfice à la fois sur sa performance mais également sur la prévention des blessures. A l’inverse, de nombreuses études nous montrent l’augmentation de la survenue de blessure si cette transition est bâclée ou réalisée de façon non adaptée. La chaussure minimaliste est certainement un outil intéressant pour le coureur à pied, il est cependant indispensable de réfléchir à l’intérêt de son utilisation au cas par cas, et aux stratégies de transition à son utilisation. 

Références
Immediate and short-term adaptation to maximalist and minimalist running shoes, C. Agresta et al. 2018. Doi : 10.1080/19424280.2018.1460624 
Improving running economy by transitionning to minimalist footwear: a randomized controlled trial, K. Lindlein ,2018. Doi : 10.1016/j.sams.2018.05.012 
Lower extremity stiffness when running in minimalist, traditional, and ultra-cushioning shoes, B. Borgia, 2018. Doi : 10.1080/19424280.2018.1555860 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter