KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • SYMPOSIUM 2020
  • Upgrade Lésions musculaires
  • KSP
  • KSP
  • KSP
  • KSP


LES COURS DE THÉRAPIE MANUELLE EN KINÉSITHÉRAPIE DU SPORT EXPERT - 5 QUESTIONS À DAVID ROUGEMONT



1-Comment s’articulent les cours de Thérapie Manuelle ?

Les cours de thérapie manuelle s’articulent autour de 2 grands axes :
  1. Le 1er est la partie théorique qui reprend l’anatomie, la biomécanique mais aussi l’étude des tableaux  différentiels et les critères. d’exclusion.
  2. Le 2ème est tout ce qui se rapporte à la pratique : anatomie palpatoire, bilans et bien évidemment les techniques de thérapie manuelle (tests et normalisations).

2-Combien de techniques sont enseignées ?

Nous avons insisté sur la rigueur de l’organisation des cours en thérapie manuelle.
Cela se traduit par un ensemble de techniques qui découlent de bilans précis et de tests permettant de valider l’utilisation de cette discipline notamment dans l’encadrement des sportifs.
Nous abordons donc, outre les tests, une centaine de techniques de normalisation tout au long de l’enseignement de la thérapie manuelle en kinésithérapie sport. 
Mais nous insistons particulièrement sur le fait que ce n’est pas le nombre de techniques qui est primordial, mais la qualité et l’utilité de ces dernières.
C’est pourquoi les techniques enseignées sont le fruit d’un consensus collégial entre les différents formateurs, tous de terrain, et sont validées par notre conseil scientifique.

3-Quels sont les thèmes abordés en thérapie manuelle ?

Nous effectuons tout d’abord une présentation et une introduction de la thérapie manuelle lors du premier stage, en insistant sur différents points qui nous paraissent primordiaux (définitions, actions de la main, placement, intérêt, contre-indications..).
Puis nous étudions l’ensemble de l’appareil locomoteur.
 
4-Quels sont les objectifs des enseignements de thérapie manuelle ?

Le premier objectif général est que les stagiaires puissent pratiquer directement, sans danger et avec reproductibilité, dès leur retour en cabinet ou en club, les techniques apprises lors de la formation.

Le deuxième objectif est de saisir  la place thérapie manuelle dans la hiérarchisation à travers les différents protocoles de prise en charge du patient sportif.

Le troisième objectif est l’apprentissage méticuleux de l’ensemble des techniques qui nous ont semblé impondérables dans les tableaux cliniques rencontrés dans le quotidien d’un kinésithérapeute du sport.

Enfin,  nous attachons une grande importance au rapprochement du fondement scientifique, même si en la matière, les preuves restent encore modérées à l'heure actuelle dans certains segments de la thérapie manuelle. Nous suivons de très près les évolutions et publications en ce sens. 

5-Qu’est-ce qu’un Slow Skan ?

Le slow-skan a été créé en analogie au quick-skan qui rassemble un ensemble de tests cohérents, précis, organisés et rapides permettant d’évaluer l’intégrité ou non des différentes structures anatomiques (ligaments, tendons, muscles,...).
Le slow-skan est défini comme un test tissulaire qui nécessite lenteur et écoute permettant l’évaluation de  la qualité tissulaire. La logique et la réflexion sont donc différentes. 

Il se décompose en différents temps, allant de l’observation, à l’identification des positions, de la qualité et de la quantité de mouvement  jusqu’au ressenti d’une densité pour définir la présence ou non d’une dysfonction.
Ainsi à terme de ce bilan détaillé, nous disposons de la réponse la plus précise possible permettant le choix de la technique la plus adaptée à l’état du patient.


 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter