KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


La reconstruction du ligament antérolatéral associée à la réduction significative du taux de rechute après une opération du ligament croisé antérieur : étude comparative sur 2 ans



Introduction



Les ruptures de greffe sont une préoccupation majeure après la reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA). Les taux déclarés varient de 1,4% à 18%, [16,20,21,31,48,50] avec pour cause des rechutes, un phénomène multifactoriel. Le choix du greffon a été largement étudié comme un facteur potentiel, le plus utilisé était l’autogreffe [3,12,14,29,51]. Une revue systématique récente a démontré qu’en moyenne, seulement 65% des patients revenaient à leur niveau de sport et seulement 55% le sport en compétition [2]. Ces problèmes cliniques ont conduit à stopper les techniques chirurgicales utilisant le forage transtibial pour favoriser une position plus anatomique du tunnel fémoral en utilisant des techniques antéromédiales ou externes [40]. Cependant, cela n'a pas été associé à la réduction prévue de récidive [37]. L’opération du LCA utilisant la technique en double faisceau au lieu d'une technique à faisceau unique a également été étudiée. Bien qu'une revue systématique récente ait démontré certaines améliorations de la stabilité postopératoire, aucune différence dans les résultats cliniques ou le risque d'échec de la greffe n'a été observée entre les 2 techniques [26]. Il est donc évident que malgré les progrès des techniques chirurgicales, les ruptures de greffe et la baisse de performance restent un problème clinique important [2,14,16,20,21,31,48,50].

C'est pour cette raison qu'il existe actuellement un grand intérêt pour le rôle des structures antérolatérales du genou dans le contrôle de la laxité rotative et leur capacité à supporter des charges [5,18,39,44]. Des progrès récents dans la compréhension scientifique de l'anatomie, de l'histologie et de la biomécanique du genou a permis le développement des reconstructions anatomiques des ligaments antérolatéraux (ALL) [6,15,34,36,38,39,45]. À ce jour, seuls des résultats cliniques limités ont été publiés [30,41,45]. L'objectif de cette étude était de confronter les résultats cliniques de la reconstruction du LCA dans 3 types différents d'autogreffe : tendon osseuse-osseuse (B-PT-B), tendon ischio-jambier quadruplé (4HT) et tendon ischio-juvénile combiné à la reconstruction ALL (HT1ALL). L'hypothèse de l'étude était que la greffe HT1ALL serait associée à une diminution des taux de ruptures de greffe de LCA et a un taux de retour au sport plus précoce.
 

Méthodes



Cette étude est faite entre 2012 et 2014 sur 1346 patients ayant subi une reconstruction LCA. Un sous-groupe de cette population a été sélectionné comprenant des patients (âgés de 16 à 30 ans) qui participaient à des sports à pivotants avant les blessures. Cette population a été choisie car elle était considérée comme un risque élevé de ruptures de greffe [16, 20, 31]. Les patients atteints de blessures liées au ligament collatéral, avec des blessures multiples ou subissant d'autres procédures concomitantes majeures (ostéotomie tibiale) ont été exclus.

Les patients inclus ont subi une intervention chirurgicale avec 1 des 3 techniques chirurgicales différentes décrites ci-dessous : B-PT-B, 4HT ou HT1ALL. La décision d'utiliser un type particulier de greffe était basée sur le choix du patient et du chirurgien pour la reconstruction concomitante de l'ALL. Au cours de la période d'étude, il y avait une tendance vers plus fréquemment en utilisant des greffes HT1ALL [45] avec la progression du temps. Au cours de la chirurgie, des blessures concomitantes (par exemple, des lésions méniscales et chondrales) ont également été indiquées.

Les trois types d’opération sont illustrées figure 1 ci-dessous :
La reconstruction du ligament antérolatéral associée à la réduction significative du taux de rechute après une opération du ligament croisé antérieur : étude comparative sur 2 ans

Le suivi postopératoire

Les patients ont participé à un programme de réadaptation normalisé ; le même pour les 3 techniques de reconstruction. La rééducation précoce a été axée sur l'obtention de l'extension complète et l'activation du quadriceps. Un retour progressif aux activités sportives a été autorisé à partir de 4 mois pour les sports non-contacts, à 6 mois pour les sports à pivot sans contact et de 8 à 9 mois pour les sports à pivot avec contact. Les patients ont été évalués de façon préopératoire et post-opératoire avec le formulaire d'évaluation du Comité international de documentation du genou (IKDC) et post-opératoire avec les scores Lysholm et Tegner. Les examens physiques ont été effectués : en préopératoire, postopératoire, semaines 3 et 6, et les mois 3, 6 et 12. Cet examen comprenait une analyse des amplitudes, le test de Lachman, un test de laxité par Rolimètre. À 6 mois, tous les patients ont subi des tests isocinétiques avant la reprise terrain. Lorsque le test isocinétique a montré un déficit supérieur à 20% en ischio-bas excentrique ou concentrique ou tout déficit en quadriceps, le retour au sport a été différé et un nouveau test a été effectué 2 mois plus tard. A 12 mois, un entretien téléphonique est réalisé, ou une consultation si une nouvelle blessure avait eu lieu. Une rupture de greffe a été déterminée par l'examen clinique, une laxité supérieure à 4 mm avec le rolimètre et une évaluation par résonance magnétique (IRM). À la fin de la période d'étude, les patients sont suivis pour connaître le niveau de leur reprise sportive et en cas de blessure.
 

Résultats



Les patients : Sur 1346 patients qui ont subi une reconstruction LCA pendant la période d'étude, 541 ont répondu aux critères d'inclusion. 7,2% des patients ont été perdus lors du suivi malgré les tentatives de les contacter par téléphone, courrier et leur praticien général, laissant une population finale de 502 patients. La population finale comprenait 105 B-PT-B, 176 4HT et 221 greffes HT1ALL. Les caractéristiques sont résumées dans le tableau 1 ci-dessous :
La reconstruction du ligament antérolatéral associée à la réduction significative du taux de rechute après une opération du ligament croisé antérieur : étude comparative sur 2 ans

Il y avait des différences significatives entre les groupes par rapport au sexe et la participation sportive (sports de contact), et ces facteurs ont donc été pris en compte dans les analyses multivariées suivantes.

Résultats postopératoires : Les données sur les résultats postopératoires montrent aucune différence significative entre les groupes par rapport aux scores moyens IKDC subjectifs préopératoires et post-opératoires, laxité et résultats postopératoires Lysholm et Tegner.

Ruptures de greffe : Au dernier suivi, le taux général d'échec du greffon était de 8% (40/502). Une analyse multivariée a été réalisée pour identifier les facteurs prédictifs d'une rupture du greffe : tableau 3.

Les variables qui ont été démontrées comme étant des facteurs prédictifs importants de l'échec de la greffe, ont été, la technique de la reconstruction LCA utilisée, l'âge et la laxité préopératoire mesuré par le rolimètre. À un suivi moyen de 38,4 mois, les taux de rupture du greffon étaient de 10,77% pour le groupe 4HT, 16,77% pour le groupe B-PT-B, et 4,13% pour le groupe HT1ALL. Le taux d'échec de greffe dans le groupe HT1ALL était 3,1 fois inférieur au groupe et 2,5 fois moins que dans le groupe B-PT-B. Il n'y a pas eu de différence significative dans le taux d'échec du greffon entre les groupes 4HT et B-PT-B. D'autres facteurs ont démontré des associations importantes avec des ruptures de greffe comme l'âge < 25 ans (3,4 fois plus de risques de ruptures de greffe par rapport aux patients plus âgés) et la laxité préopératoire > 7 mm (3,2 fois plus de risques de ruptures de greffe par rapport à ceux avec une différence < 7 mm).

Reprise terrain : 93% des patients ont repris le sport. Le taux de reprise de la compétition au niveau préopératoire était de 64,6% (272/421). Dans la population d'athlètes professionnels (n = 39), 5 patients ont subi une rupture de greffe (3 B-PT-B, 1 4HT, 1 HT1ALL), 6 ont subi une lésion du LCA contro-latérale. Sur les 28 athlètes professionnels restants, tous sont retournés à leur niveau de sport avant blessure. L’âge <25 ans, sport de contact ou sans contact, reconstruction de LCA avant et après, ou la rechute n'avaient aucune influence sur le retour aux niveaux de pré-opératoire des sportifs. Une analyse multivariée a été effectuée pour identifier les facteurs prédictifs du retour aux niveaux de pré-opératoire du sport : tableau 5.
La reconstruction du ligament antérolatéral associée à la réduction significative du taux de rechute après une opération du ligament croisé antérieur : étude comparative sur 2 ans

Le sexe féminin a été associé à un taux nettement inférieur de retour aux niveaux de préopératoire ; la greffe HT1ALL a été associée à des chances plus élevées de retourner aux niveaux de pré-opératoire que le greffon 4HT mais pas comparé à la greffe B-PT-B ; et l'absence de lésion méniscale a été associée à une plus grande probabilité de retourner aux niveaux de préopératoire (par rapport à une lésion méniscale médiale). Une lésion méniscale médiale a montré être un facteur prédictif négatif par rapport à une lésion méniscale latérale.

Ré-opération : 180 patients (25,5%) ont subi une ré-opération, 40 des patients (8%) avaient une rupture du LCA, 51 patients (10,2%) ont subi une ré-opération pour rupture controlatérale, pas de différence significative entre les groupes. D’autres ont eu des atteintes méniscales secondaires avec 18 méniscectomies secondaires et 4 sutures méniscales.  Le syndrome du cyclope a touché 22 patients. Deux patients ont subi une mobilisation sous anesthésie pour la raideur à 1,7 et 2,5 mois après la reconstruction du LCA (une dans le groupe HT1ALL et l'autre dans le groupe 4HT). Il n'y avait pas d’augmentation du risque de raideur dans le groupe HT1ALL. Nous avons eu 5 autres complications : 1 lavage pour l'arthrite septique (1 mois après la reconstruction de l'ACL avec un greffon B-PT-B), 1 lavage pour hémarthrose (2 jours après la reconstruction du LCA avec un greffon HT1ALL) et 3 déplacements de vis tibiale (5, 19 et 26 mois après la reconstruction de l'ACL (1 patient dans chaque groupe).
 

Discussion



L'importance de cette étude est que c'est la première étude clinique à démontrer que la reconstruction anatomique ALL est associée à une réduction du taux de ruptures de greffe par rapport à d'autres choix de greffe. Cependant, ce n’est pas un nouveau concept : Engebretsen et al. [10], Noyes et Barber [32] avaient rapporté des résultats concluant sur une procédure extra-articulaire (tenodèse) qui soutenait la greffe du LCA par réduction des forces. Mais aussi Marcacci et al [23,24] ont signalé un taux de rupture de greffe de 2% à 5 ans de suivi en utilisant une reconstruction combinée intra et extra-articulaire ou encore Acquitter et al [1] dans une étude prospective randomisée, ont signalé un taux de rupture de greffe de 4% dans le groupe avec une reconstruction extra-articulaire comparativement à 12% avec la technique B-PT-B isolée. Malgré ces résultats prometteurs, d'autres auteurs ont signalé des inquiétudes concernant l'ajout latéral extra-articulaires comme : de la raideur, de la perte de mouvement, des crépitation fémoro-patellaire et une augmentation des dégénérescences dans le compartiment latéral [8,19,46]. Pour ces raisons, une technique HT1ALL combinée a été choisie en utilisant la technique B-PT-B1ALL car elle permet un seul tunnel fémoral et l'utilisation d’une greffe, ce qui minimise le risque de certaines complications potentielles. Il est donc rassurant que, dans cette grande série, il n'y ait pas eu de risque accru de complications avec la technique HT1ALL par rapport à d'autres techniques pour la reconstruction du l'LCA. Le taux de rechute de 10,4% est similaire aux autres données publiées (13,5% à 27,6%). 17,25. Plusieurs facteurs de risque après la reconstruction du LCA ont été identifiés. Parmi eux, un âge plus jeune et le retour au sport ont été mis en évidence [16]. La plupart des ré-opérations (69%) ont été réalisées dans un délai d'un an après la reconstruction du LCA.

Les indications : pour la compatibilité combinée LCA et ALL ne sont pas encore clairement définies. Cependant, les résultats de cette étude démontrent qu'il s'agit d'une procédure sûre qui réduit le taux d'échec de la greffe et augmente le taux de retour aux niveaux de pré-opératoire. Nous proposons donc que les indications pour la reconstitution combinée du LCA et de l'ALL soient développées. Nos indications actuelles incluent : un pivot shift grade III, une fracture de Segond associée, une rupture chronique de l'LCA, des activités sportives élevées, une participation à des sports à pivots (football, rugby, handball, basketball), les patients <25 ans, une laxité préopératoire >7 mm, un signe d'encoche fémorale latérale sur des radiographies simples et des patients avec rupture du LCA.

Limites : La principale limite correspond à la non randomisation et à nos indications pour chaque technique qui n'ont pas été délimitées avant la chirurgie. Cela a entraîné un nombre différent de patients dans chaque groupe. Par conséquent, en l'absence de randomisation aveugle aux différents groupes, nous ne pouvons pas exclure la possibilité de biais de sélection. Une autre limite est que les patients de moins de 16 ans et plus de 30 ans ont été exclus de l'étude, ce qui a réduit la validité externe de ces résultats à cette population. La limite d'âge inférieure a été sélectionnée pour refléter l'expérience selon laquelle la reconstruction d'LCA chez des sujets potentiellement squelettiques immatures est différente de celle des adultes. La limite d'âge supérieure a été déterminée sur la base empirique que les patients de plus de 30 ans étaient moins susceptibles de participer de manière régulière aux sports pivotants. Bien que l'âge n'ait pas influencé de manière significative le taux de rupture du greffe, il est possible que l'inclusion de patients ayant une plus large gamme d'âges aurait modifié nos résultats.
 

Conclusion



Dans une population jeune à risque élevé (sports à pivot), le taux d'échec de greffe du LCA avec greffes HT1ALL est 2,5 fois inférieur à celui d'autres choix de greffe du LCA. HT1ALL est également associé à une plus grande probabilité de retour aux niveaux de préopératoire par rapport aux greffes 4HT. Des études comparatives randomisées sur le long terme sont nécessaires pour déterminer plus objectivement les indications chirurgicales pour le LCA combiné et la reconstruction ALL.
 

Article original



Anterolateral Ligament Reconstruction Is Associated with Significantly Reduced ACL Graft Rupture Rates
at a Minimum Follow-up of 2 Years, A Prospective Comparative Study of 502 Patients from the SANTI Study Group, Bertrand Sonnery-Cottet et al, The American Journal of Sports Medicine, DOI:10.1177/0363546516686057,

Références :
1. Acquitter Y, Hulet C, Locker B, Delbarre JC, Jambou S, Vielpeau C. Patellar tendon-bone autograft reconstruction of the anterior cruciate ligament for advanced-stage chronic anterior laxity: is an extra-artic- ular plasty necessary? A prospective randomized study of 100 patients with five year follow-up. Rev Chir Orthop Reparatrice Appar Mot. 2003;89(5):413-422.
2. Ardern CL, Taylor NF, Feller JA, Webster KE. Fifty-five per cent return to competitive sport following anterior cruciate ligament reconstruc- tion surgery: an updated systematic review and meta-analysis includ- ing aspects of physical functioning and contextual factors. Br J Sports Med. 2014;48(21):1543-1552.
3. Bourke HE, Salmon LJ, Waller A, Patterson V, Pinczewski LA. Survival of the anterior cruciate ligament graft and the contralateral ACL at a minimum of 15 years. Am J Sports Med. 2012;40(9):1985-1992.
4. Brophy RH, Schmitz L, Wright RW, et al. Return to play and future ACL injury risk after ACL reconstruction in soccer athletes from the Multicenter Orthopaedic Outcomes Network (MOON) group. Am J Sports Med. 2012;40(11):2517-2522.
5. Claes S, Vereecke E, Maes M, Victor J, Verdonk P, Bellemans J. Anatomy of the anterolateral ligament of the knee. J Anat. 2013; 223(4):321-328.
6. Daggett M, Busch K, Sonnery-Cottet B. Surgical dissection of the anterolateral ligament. Arthrosc Tech. 2016;5(1):e185-e188.
7. Daggett M, Ockuly AC, Cullen M, et al. Femoral origin of the anterolat- eral ligament: an anatomic analysis. Arthroscopy. 2016;32(5):835-841.
8. Dodds AL, Gupte CM, Neyret P, Williams AM, Amis AA. Extra- articular techniques in anterior cruciate ligament reconstruction: a literature review. J Bone Joint Surg Br. 2011;93(11):1440-1448.
9. Draganich LF, Reider B, Ling M, Samuelson M. An in vitro study of an intraarticular and extraarticular reconstruction in the anterior cruciate ligament deficient knee. Am J Sports Med. 1990;18(3):262-266.
10 Engebretsen L, Lew WD, Lewis JL, Hunter RE. The effect of an ilioti- bial tenodesis on intraarticular graft forces and knee joint motion. Am J Sports Med. 1990;18(2):169-176. 
11 Ferretti A, Monaco E, Ponzo A, et al. Combined intra-articular and extra-articular reconstruction in anterior cruciate ligament deficient knee: 25 years later. Arthroscopy. 2016;32(10):2039-2047. 
12 Forster MC, Forster IW. Patellar tendon or four-strand hamstring? A systematic review of autografts for anterior cruciate ligament recon- struction. Knee. 2005;12(3):225-230. 
13 Garofalo R, Mouhsine E, Chambat P, Siegrist O. Anatomic anterior cruciate ligament reconstruction: the two-incision technique. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2006;14(6):510-516. 
14 Gifstad T, Sole A, Strand T, Uppheim G, Grontvedt T, Drogset JO. Long-term follow-up of patellar tendon grafts or hamstring tendon grafts in endoscopic ACL reconstructions. Knee Surg Sports Trau- matol Arthrosc. 2013;21(3):576-583. 
15 Helito CP, Demange MK, Bonadio MB, et al. Anatomy and histology of the knee anterolateral ligament. Orthop J Sports Med. 2013; 1(7):2325967113513546. 
16 Kamath GV, Murphy T, Creighton RA, Viradia N, Taft TN, Spang JT. Anterior cruciate ligament injury, return to play, and reinjury in the elite collegiate athlete: analysis of an NCAA division I cohort. Am J Sports Med. 2014;42(7):1638-1643. 
17 Kartus J, Magnusson L, Stener S, Brandsson S, Eriksson BI, Karlsson J. Complications following arthroscopic anterior cruciate ligament reconstruction: a 2-5-year follow-up of 604 patients with special emphasis on anterior knee pain. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 1999;7(1):2-8. 
18 LaPrade RF. Editorial commentary: it is all about how one defines the anatomy. Arthroscopy. 2016;32(5):849-850. 
19 Lemaire M. Ruptures anciennes du ligament croise ́ ante ́ rieur: fre ́ - quence-clinique-traitement. J Chir. 1967;93(3):311-320. 
20 Leys T, Salmon L, Waller A, Linklater J, Pinczewski L. Clinical results and risk factors for reinjury 15 years after anterior cruciate ligament reconstruction: a prospective study of hamstring and patellar tendon grafts. Am J Sports Med. 2012;40(3):595-605. 
21 Lind M, Menhert F, Pedersen AB. The first results from the Danish ACL reconstruction registry: epidemiologic and 2 year follow-up results from 5,818 knee ligament reconstructions. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2009;17(2):117-124. 
22 Magnussen RA, Reinke EK, Huston LJ, MARS Group, Hewett TE, Spindler KP. Effect of high-grade preoperative knee laxity on anterior cruciate ligament reconstruction outcomes. Am J Sports Med. 2016;44(12):3077-3082. 
23 Marcacci M, Zaffagnini S, Giordano G, Iacono F, Presti ML. Anterior cruciate ligament reconstruction associated with extra-articular tenodesis: a prospective clinical and radiographic evaluation with 10- to 13-year follow-up. Am J Sports Med. 2009;37(4):707-714. 
24 Marcacci M, Zaffagnini S, Iacono F, et al. Intra- and extra-articular anterior cruciate ligament reconstruction utilizing autogeneous semi- tendinosus and gracilis tendons: 5-year clinical results. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2003;11(1):2-8. 
25 MARS Group. Effect of graft choice on the outcome of revision ante- rior cruciate ligament reconstruction in the Multicenter ACL Revision Study (MARS) cohort. Am J Sports Med. 2014;42(10):2301-2310. 
26 Mascarenhas R, Cvetanovich GL, Sayegh ET, et al. Does double- bundle anterior cruciate ligament reconstruction improve postopera- tive knee stability compared with single-bundle techniques? A sys- tematic review of overlapping meta-analyses. Arthroscopy. 2015; 31(6):1185-1196. 
27 Mascarenhas R, Tranovich MJ, Kropf EJ, Fu FH, Harner CD. Bone- patellar tendon-bone autograft versus hamstring autograft anterior cruciate ligament reconstruction in the young athlete: a retrospective matched analysis with 2-10 year follow-up. Knee Surg Sports Trau- matol Arthrosc. 2012;20(8):1520-1527. 
28 McCullough KA, Phelps KD, Spindler KP, et al. Return to high school- and college-level football after anterior cruciate ligament reconstruction: a Multicenter Orthopaedic Outcomes Network (MOON) cohort study. Am J Sports Med. 2012;40(11):2523-2529. 
29. Mohtadi NG, Chan DS, Dainty KN, Whelan DB. Patellar tendon ver- sus hamstring tendon autograft for anterior cruciate ligament rupture in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2011;(9):CD005960.
30. Monaco E, Maestri B, Conteduca F, Mazza D, Iorio C, Ferretti A. Extra-articular ACL reconstruction and pivot shift: in vivo dynamic evaluation with navigation. Am J Sports Med. 2014;42(7):1669-1674.
31. Morgan MD, Salmon LJ, Waller A, Roe JP, Pinczewski LA. Fifteen- year survival of endoscopic anterior cruciate ligament reconstruction in patients aged 18 years and younger. Am J Sports Med. 2016; 44(2):384-392.
32. Noyes FR, Barber SD. The effect of an extra-articular procedure on allograft reconstructions for chronic ruptures of the anterior cruciate ligament. J Bone Joint Surg Am. 1991;73(6):882-892.
33. Papachristou G, Nikolaou V, Efstathopoulos N, et al. ACL reconstruc- tion with semitendinosus tendon autograft without detachment of its tibial insertion: a histologic study in a rabbit model. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2007;15(10):1175-1180.
34. Pearle A, Bergfeld J. Extra-articular Reconstruction in the Anterior Cruciate Ligament Deficient Knee. Champaign, Illinois: Human Kinet- ics; 1992.
35. Persson A, Fjeldsgaard K, Gjertsen JE, et al. Increased risk of revi- sion with hamstring tendon grafts compared with patellar tendon grafts after anterior cruciate ligament reconstruction: a study of 12,643 patients from the Norwegian Cruciate Ligament Registry, 2004-2012. Am J Sports Med. 2014;42(2):285-291.
36. Pomajzl R, Maerz T, Shams C, Guettler J, Bicos J. A review of the anterolateral ligament of the knee: current knowledge regarding its incidence, anatomy, biomechanics, and surgical dissection. Arthros- copy. 2015;31(3):583-591.
37. Rahr-Wagner L, Thillemann TM, Pedersen AB, Lind MC. Increased risk of revision after anteromedial compared with transtibial drilling of the femoral tunnel during primary anterior cruciate ligament recon- struction: results from the Danish Knee Ligament Reconstruction Register. Arthroscopy. 2013;29(1):98-105.
38. Rasmussen MT, Nitri M, Williams BT, et al. An in vitro robotic assess- ment of the anterolateral ligament, part 1: secondary role of the ante- rolateral ligament in the setting of an anterior cruciate ligament injury. Am J Sports Med. 2016;44(3):585-592.
39. Roessler PP, Schuttler KF, Heyse TJ, Wirtz DC, Efe T. The anterolat- eral ligament (ALL) and its role in rotational extra-articular stability of the knee joint: a review of anatomy and surgical concepts. Arch Orthop Trauma Surg. 2016;136(3):305-313.
40. Schurz M, Tiefenboeck TM, Winnisch M, et al. Clinical and functional outcome of all-inside anterior cruciate ligament reconstruction at a minimum of 2 years’ follow-up. Arthroscopy. 2016;32(2):332-337.
41. Song GY, Hong L, Zhang H, Zhang J, Li Y, Feng H. Clinical outcomes of combined lateral extra-articular tenodesis and intra-articular ante- rior cruciate ligament reconstruction in addressing high-grade pivot- shift phenomenon. Arthroscopy. 2016;32(5):898-905.
42. Sonnery-Cottet B, Daggett M, Helito CP, Fayard JM, Thaunat M. Combined anterior cruciate ligament and anterolateral ligament reconstruction. Arthrosc Tech. 2016;5(6):e1253-1259.
43. Sonnery-Cottet B, Lavoie F, Ogassawara R, Scussiato RG, Kidder JF, Chambat P. Selective anteromedial bundle reconstruction in par- tial ACL tears: a series of 36 patients with mean 24 months follow-up. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2010;18(1):47-51.
44. Sonnery-Cottet B, Lutz C, Daggett M, et al. The involvement of the anterolateral ligament in rotational control of the knee. Am J Sports Med. 2016;44(5):1209-1214.
45. Sonnery-Cottet B, Thaunat M, Freychet B, Pupim BH, Murphy CG, Claes S. Outcome of a combined anterior cruciate ligament and ante- rolateral ligament reconstruction technique with a minimum 2-year follow-up. Am J Sports Med. 2015;43(7):1598-1605.
46. Strum GM, Fox JM, Ferkel RD, et al. Intraarticular versus intraarticu- lar and extraarticular reconstruction for chronic anterior cruciate lig- ament instability. Clin Orthop Relat Res. 1989;245:188-198.
47. Trojani C, Beaufils P, Burdin G, et al. Revision ACL reconstruction: influence of a lateral tenodesis. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2012;20(8):1565-1570. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter