KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Le Copenhague squeeze test de 5 secondes : un indicateur valide de la fonction de la hanche et de l’aine dans le sport



Thorborg K et al.
 

Introduction



Les douleurs touchant la hanche et l’aine du sportif peuvent être très invalidante et longue à éradiquer (1,2). Leur présentation clinique complexe et les multiples symptômes entravent souvent la capacité des praticiens en médecine sportive à établir sa sévérité et à fournir des directives spécifiques pour une gestion optimale (3,4). Plusieurs tests, tel que des tests de résistance et de douleur ont été suggérés comme outils de dépistage et de critère d’aptitude à la reprise sportive (4). Cependant, ces tests requièrent des équipements spécifiques et des connaissances opérationnelles dont tous les praticiens ne disposent pas.
En 2011, le Copenhagen Hip and Groin Outcome Score (HAGOS) a été développé afin d’évaluer de manière simple le niveau de douleur et de fonction de la hanche et de l’aine liée aux sports comme le football (5). Ce questionnaire, ne nécessitant pas plus de 15 minutes, comprend 6 sous-échelles spécifiques et 37 questions (5).
Pour les joueurs de football, la partie la plus pertinente est la partie sportive (HAGOS-Sport), composée de 8 questions (5). Du fait de la diversité des scores existant dans ce domaine, il est recommandé aux patients d’y adjoindre une approche cliniquement plus simple et potentiellement plus unifiante (6,7).
Une approche simple et rapide est également très pertinente dans un contexte clinique lors de l’évaluation du niveau de douleur et de l’impact fonctionnel. A ce titre, différents types de tests de compression (squeeze test) ont été utilisés comme diagnostic (8,9). Des recherches récentes ont rapporté que le squeeze test des adducteurs de hanche en décubitus dorsal avec une résistance distale informe sur le moment d’adduction le plus grand en ciblant efficacement le long adducteur (9-13). Ce test semble donc être susceptible de provoquer efficacement la ou les structures autour de la symphyse pubienne d’une manière similaire à une activité sportive intense. Sa réalisation ne nécessite aucun matériel supplémentaire et ne dure que 5 secondes.
Le but principal de la présente étude était d’étudier si ce simple test (squeeze test) est en corrélation avec les résultats obtenus lors du questionnaire HAGOS-Sport dans le football. Le but secondaire était d’évaluer la sensibilité et la fiabilité de ce type de test.
 

Méthode



Au total, 40 équipes dont 700 joueurs issus des divisions 1 à 4 au Danemark ont participé à l’évaluation initiale réalisée en début de saison. Tous les participants devaient avoir minimum 18 ans. L’ensemble des joueurs ont dû répondre à deux questionnaires : (a) HAGOS et (b) un questionnaire concernant l’historique des blessures de la zone ciblé dans cette étude (5). Après avoir rempli les questionnaires, tous les joueurs ont effectué le squeeze test de 5 secondes. Les équipes ont été testées au cours des six premières semaines de reprise (juillet/ aout/ septembre 2011).
Le Copenhague squeeze test consiste en l’exécution d’une contraction isométrique de 5 secondes avec l’avant-bras du thérapeute positionné entre ses chevilles. En cas de douleur en cours de saison, un examen clinique secondaire a été réalisé par l’équipe de la présente étude. La douleur ressentie pendant le test a été interprétée sur une échelle numérique (EN) à 10 points.
Les résultats de l’EN ont été divisé en trois groupes selon le modèle de Thomee (24) :
  • Sain : EN = 0-2.
  • Acceptable : EN = 3-5.
  • Risque élevé : EN = 6-10.
Les tests ont été réalisés en début et en cours de saison si le joueur en formulait la demande.
Le Copenhague squeeze test de 5 secondes : un indicateur valide de la fonction de la hanche et de l’aine dans le sport

Résultats



Sur les 700 joueurs inclus dans l’étude, les données du squeeze test ont pu être recueillies auprès de 667 d’entre eux. Ces joueurs avaient un âge moyen de 24 ± 4 ans, une taille de 182 ± 7 cm et un poids de 79 ± 9 kg.
Un examen clinique a été réalisé en cours de saison chez 52 joueurs dont 39 ont été diagnostiqués avec au moins une entité clinique.
L’augmentation de l’intensité de la douleur au squeeze test a été significativement corrélée avec des scores plus faibles (HAGOS-Sport) (Rho de Spearman = -0,61, P<0,01). Il y avait également une corrélation significative avec les autres sous-échelles (symptômes, douleur, activité du quotidien, activité physique et qualité de vie), avec un rho de Spearman allant de -0,51 a -0,60, P<0,01.

L’augmentation de l’intensité de la douleur lors du squeeze test était corrélée de manière significative avec les scores HAGOS-Sport lors de l’évaluation initiale et de l’examen clinique réalisé en cours de saison (Rho de Spearman = -0,79 et -0,76, P<0,01, respectivement (n=52)).

La fiabilité test-retest pour les joueurs présentant un état stable (n=10) a montré un CCC de 0,90 (IC 95% 0,67 à 0,97).
Une analyse post hoc a révélé que les joueurs souffrant de douleurs inguinales liées aux adducteurs avaient des scores significativement plus élevés lors du squeeze test : moyenne (IQR) 6,5 (5,0-8,8) et que les joueurs dont la douleur est d’un autre type, la moyenne était de (IQR) 3 (1-7), P<0,01, avec des valeurs individuelles dépassant le plus souvent le niveau acceptable (EN>2).
Pour les joueurs ayant une douleur inguinale liée aux adducteurs (N=24), une corrélation de -0,56, P<0,01 a été constatée entre le squeeze test et le questionnaire HAGOS-Sport, alors que cette corrélation était de -0,64, P<0,05 chez ceux qui souffraient d’autres types de douleur (n=15).
 

Discussion



La présente étude visait à déterminer si un simple test de mise en contrainte au niveau de l’aine pouvait être corrélé avec le questionnaire HAGOS-Sport et s’il pouvait être considéré comme un indicateur valide de la fonction de cette structure chez des joueurs de football.

L’hypothèse de départ selon laquelle une forte corrélation négative de ≥ 0,5 existerait entre le squeeze test et le HAGOS-Sport a été confirmé.

Des différences importantes existaient entre les groupes (>20 points) pour les scores HAGOS-Sport en fonction de l’intensité de la douleur relatée par le sportif lors du squeeze test (EN = 0-2 ; 3-5 ; 6-10). La présente étude suggère que les subdivisions de l’intensité de la douleur peuvent fonctionner comme « feux de signalisation ».

-      Le rouge (EN=6-10) indique clairement l’arrêt de l’activité physique et la nécessité d’entamer une prise en charge adaptée. Ceci est illustré par ceux relatant un niveau de douleur ≥ à 6 et un score moyen inférieur à 50 points à l’HAGOS-Sport, ce qui indique une invalidité importante, loin des valeurs de référence des joueurs asymptomatiques (15,19,29,30).
 
  • Le jaune (EN=3-5) met en garde sur une situation qui impose une évaluation clinique par un professionnel de santé avant de prendre une décision quant à la suite de l’activité sportive, car le score moyen HAGOS-Sport de ce groupe se situe juste en dehors des valeurs de référence des joueurs asymptomatiques (15). Les sujets de ce groupe nécessitent une intervention appropriée sous forme d’une adaptation de la charge de travail et la prescription d’exercices spécifiques jusqu’à retrouver un niveau acceptable.
  • Le vert (EN=0-2) signifie que le joueur est apte à la pratique sportive. Ce groupe comprend les sportifs sains ou présentant peu de restrictions.
    Cette procédure peut cependant être trop réductrice pour couvrir l’ensemble des aspects de la prise de décision de laisser un sportif reprendre le jeu. Il est donc suggéré que le vert soit un des facteurs à prendre en compte lors d’une reprise sportive mais que ce test doit être complété par une examen physique plus élaborer avant de décider du niveau de participation réel.
 
La présente étude a montré que le squeeze test de 5 secondes présentait de bonnes qualités de mesure. Les données sur la sensibilité et la fiabilité se sont avérées prometteuses et aucun signe de valeurs plancher ou plafond n’a été constaté chez les joueurs asymptomatiques, suggérant que cet outil pourrait être utilisé dans le contexte clinique.
De plus, comme le squeeze test a présenté des corrélations négatives (supérieures à -0,4) pour l’HAGOS (Symptômes) et HAGOS-Sport, l’ampleur de ces corrélations suggère que le test est pertinent dans l’évaluation des douleurs de hanche et de l’aine.
Une limite au squeeze test peut évidemment être la sous-évaluation volontaire des joueurs lorsqu’ils ont conscience qu’un score supérieur à 6 implique l’arrêt de l’activité (partiel ou total). Ce problème est cependant bien connu, et pas différent des joueurs qui s’auto-déclarent aptes alors qu’ils ont conscience de leur blessure. Une adaptation possible consisterait à inclure une mesure objective de la force de compression par l’application d’un dynamomètre dans la même position.
Les analyses antérieures ont clairement montré que la position du squeeze test donne des valeurs de couple plus élevées que les autres positions utilisées fréquemment, ce qui peut expliquer pourquoi ce test est si utile et fortement corrélé à la fonction de la hanche et de l’aine (11). La combinaison d’une mesure objective de la force et subjective de la douleur, permettrait de pouvoir prendre des décisions rapides et fiables sur la capacité de reprise.
La fiabilité d’une mesure reposant sur une question unique est évidement difficile, car le souvenir de la réponse précédente dans une conception de test-retest classique avec un intervalle de 1 à 3 semaine est inévitable. Dix joueurs peuvent être inclus dans l’évaluation de la fiabilité test-retest. Comme ils ignoraient que les données seraient utilisées dans une analyse de fiabilité et que plusieurs semaines se sont écoulées entre les deux tests, le biais a été fortement limité. Compte tenu de la petite taille de l’échantillon, un CCC de 0,90 semble très prometteur en termes d’obtention d’informations précises par les joueurs.
L’analyse post-hoc indique que les joueurs souffrant de douleurs associées aux adducteurs ont des scores au squeeze test plus élevés que les joueurs présentant une symptomatologie dont l’origine est autre. Toutefois, lors de la mise en corrélation du squeeze test avec l’HAGOS-Sport concernant tous les types d’atteinte, une corrélation hautement significative a toujours été obtenue, ce qui suggère que le squeeze test se réfère à l’ensemble des problématiques affectant cette entité anatomique. Cependant, une attention particulière est nécessaire lors de l’interprétation de ces analyses, puisqu’elles ont été menées post-hoc et ne comprenaient que 24 joueurs dont la douleur était associée aux adducteurs et 15 avec d’autres entités cliniques.
Des recherches futures sur la validité prédictive des 3 groupes d’évaluation (vert, jaune et rouge) seraient pertinentes.
L’avantage clinique de cet outil est évident : il ne faut que 5 secondes pour l’effectuer, il apporte une information instantanée sur l’état actuel du sportif et ne nécessite aucun équipement spécifique.
 

Conclusion



Le squeeze test de Copenhague de 5 secondes est un indicateur rapide et fiable dans l’évaluation de l’état fonctionnel de la hanche et de l’aine dans le sport. Dans le cas d’un niveau de douleur ≥ à 6, ce test indique une invalidité importante du sportif dont une prise en charge appropriée est préconisée. Lors de la mise en corrélation du squeeze test avec l’HAGOS-Sport concernant tous les types d’atteinte, une corrélation hautement significative a toujours été obtenue, ce qui suggère que le squeeze test se réfère à l’ensemble des problématiques affectant cette entité anatomique.
 

Article original



Thorborg K et al. Copenhagen five-second squeeze: a valid indicator of sports-related hip and groin function. Br J Sports Med 2016;0:1–7. doi:10.1136/bjsports-2016-096675
 
Références :
1 Holmich P, Uhrskou P, Ulnits L, et al. Effectiveness of active physical training as treatment for long-standing adductor-related groin pain in athletes: randomised trial. Lancet 1999;353:439–43.
2 Walden M, Hagglund M, Ekstrand J. The epidemiology of groin injury in senior football: a systematic review of prospective studies. Br J Sports Med 2015;49:792–7.
3 Serner A, Tol JL, Jomaah N, et al. Diagnosis of acute groin injuries: a prospective study of 110 athletes. Am J Sports Med 2015;43:1857–64.
4 Ardern CL, Glasgow P, Schneiders A, et al. 2016 Consensus statement on return to sport from the First World Congress in Sports Physical Therapy, Bern. Br J Sports Med 2016;50:853–64.
5 Thorborg K, Holmich P, Christensen R, et al. The Copenhagen Hip and Groin Outcome Score (HAGOS): development and validation according to the COSMIN checklist. Br J Sports Med 2011;45:478–91.
6 Thorborg K, Tijssen M, Habets B, et al. Patient-Reported Outcome (PRO) questionnaires for young to middle-aged adults with hip and groin disability: a systematic review of the clinimetric evidence. Br J Sports Med 2015;49:812.
7 Lynch AD, Logerstedt DS, Grindem H, et al. Consensus criteria for defining‘successful outcome’ after ACL injury and reconstruction: a Delaware-Oslo ACL cohort investigation. Br J Sports Med 2015;49:335–42.
8 Drew MK, Osmotherly PG, Chiarelli PE. Imaging and clinical tests for the diagnosis of long-standing groin pain in athletes. A systematic review. Phys Ther Sport 2014;15:124–9.
9 Hölmich P, Holmich LR, Bjerg AM. Clinical examination of athletes with groin pain: an intraobserver and interobserver reliability study. Br J Sports Med 2004;38:446–51.
10 Holmich P. Long-standing groin pain in sportspeople falls into three primary patterns, a “clinical entity” approach: a prospective study of 207 patients. Br J Sports Med 2007;41:247–52.
11 Light N, Thorborg K. The precision and torque production of common hip adductor squeeze tests used in elite football. J Sci Med Sport 2016;19:888–92.
12 Drew MK, Palsson TS, Izumi M, et al. Resisted adduction in hip neutral is a superior provocation test to assess adductor longus pain: an experimental pain study. Scand J Med Sci Sports 2016;26:967–74.
13 Robertson BA, Barker PJ, Fahrer M, et al. The anatomy of the pubic region revisited: implications for the pathogenesis and clinical management
14 Thorborg K, Rathleff MS, Petersen P, et al. Prevalence and severity of hip and groin pain in sub-elite male football: a cross-sectional cohort study of 695 players. Scand J Med Sci Sports 2015. Published Online First.
15 Thorborg K, Branci S, Stensbirk F, et al. Copenhagen hip and groin outcome score (HAGOS) in Male soccer: reference values for hip and groin injury-free players. Br J Sports Med 2014;48:557–9.
16 Branci S, Thorborg K, Bech BH, et al. MRI findings in soccer players with long-standing adductor-related groin pain and asymptomatic controls. Br J Sports Med 2015;49:681–91.
17 Branci S, Thorborg K, Bech BH, et al. The Copenhagen Standardised MRI protocol to assess the pubic symphysis and adductor regions of athletes: outline and intratester and intertester reliability. Br J Sports Med 2015;49:692–9.
18 Rafn BS, Tang L, Nielsen MP, et al. Hip strength testing of soccer players with long-standing hip and groin pain: what are the clinical implications of pain during testing? Clin J Sport Med 2015;26:210–15.
19 Thorborg K, Branci S, Nielsen MP, et al. Eccentric and isometric hip adduction strength in male soccer players with and without adductor-related groin pain. An assessor-blinded comparison. Orthop J Sports Med 2014;2.
20 von Elm E, Altman DG, Egger M, et al. STROBE Initiative. The Strengthening the Reporting of Observational Studies in Epidemiology (STROBE) statement: guidelines for reporting observational studies. Epidemiology 2007;18:800–4.
21 Mokkink LB, Terwee CB, Patrick DL, et al. The COSMIN checklist for assessing the methodological quality of studies on measurement properties of health status measurement instruments: an international Delphi study. Qual Life Res 2010;19:539–49.
22 Mokkink LB, Terwee CB, Knol DL, et al. The COSMIN checklist for evaluating the methodological quality of studies on measurement properties: a clarification of its content. BMC Med Res Methodol 2010;10:22.
23 Mokkink LB, Terwee CB, Patrick DL, et al. The COSMIN study reached international consensus on taxonomy, terminology, and definitions of measurement properties for health-related patient-reported outcomes. J Clin Epidemiol 2010;63:737–45.
24 Thomee R. A comprehensive treatment approach for patellofemoral pain syndrome in young women. Phys Ther 1997;77:1690–703.
25 Terwee CB, Bot SDM, De Boer MR, et al. Quality criteria were proposed for measurement properties of health status questionnaires. J Clin Epidemiol 2007;60:34–42.
26 Cohen J. Statistical power analysis for the behavioral sciences. Hillsdale (NJ): Lawrence Erlbaum Associates, 1988.
27 Lin LI. A concordance correlation coefficient to evaluate reproducibility. Biometrics 1989;45:255–68.
28 Watson PF, Petrie A. Method agreement analysis: a review of correct methodology. Theriogenology 2010;73:1167–79.
29 Nevin F, Delahunt E. Adductor squeeze test values and hip joint range of motion in Gaelic football athletes with longstanding groin pain. J Sci Med Sport 2014;17:155–9.
30 Sansone M, Ahlden M, Jonasson P, et al. Can hip impingement be mistaken for tendon pain in the groin? A long-term follow-up of tenotomy for groin pain in athletes. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2014;22:786–92.
31 Sansone M, Ahlden M, Jonasson P, et al. Good results after hip arthroscopy for femoroacetabular impingement in top-level athletes. Orthop J Sports Med 2015;3.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter