KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates



Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates

Introduction


 
Ce n’est plus un secret, la lombalgie est une des affections les plus répandues dans nos sociétés modernes. Elle est même la cause d’incapacité numéro un dans le monde. Malgré sa prévalence, le traitement de la lombalgie n’en est pas moins un challenge tous les jours dans nos cabinets, en raison de la multiplicité des potentiels générateurs de douleurs, pas toujours évident à discerner en examen clinique.
 
Coté traitement, il est préféré les méthodes non interventionnistes. Et parmi celles-ci, le traitement non pharmacologique se base sur la rééducation et l’activité physique. Cette orientation est appréciée pour son coté non invasif, son faible coût, son faible taux d’effets secondaires, et est avantageuse pour la santé globale du patient.
 
Parmi les différents types d’activités physiques pour améliorer la qualité de vie de nos patients, on retrouve la méthode Pilates. Elle participe au renforcement musculaire global, notamment dans sa fonction de maintien ou gainage, à l’amélioration de la flexibilité, et incorpore le travail de la respiration.
 

La méthode Pilates


 
C’est une méthode qui peut paraître récente, étant donné qu’on en entend parler beaucoup ces dernières années. En réalité c’est une méthode créée au début du 20e siècle, par Joseph Pilates (1883-1967), basée sur son expérience avec les soldats après la 1er Guerre mondiale. Elle consiste en la pratique, en petit groupe, d’exercices qui se concentrent sur l’attention, le recrutement et le renforcement des muscles stabilisateurs du corps, pour améliorer le contrôle moteur et la posture. Dans les premières années, le « Pilates » était pratiqué par les sportifs élites et les danseuses souffrant régulièrement de blessures.
Aujourd’hui le Pilates a trouvé une bien plus grande audience depuis le développement du fitness.

Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates

La biomécanique du rachis


 
Pour comprendre comment le Pilates participe à l’amélioration de la lombalgie, quelques brefs rappels biomécaniques s’imposent.
On fait souvent référence au terme « stabilité » du rachis. Bien qu’il n’y ai pas de réel consensus sur la définition, la stabilité fait généralement référence à la capacité du rachis à rester dans une relative position neutre, durant des mouvements « statiques » ou dynamiques.
 
La stabilité rachidienne est le fruit d’interaction complexe entre trois systèmes interdépendants : le système ostéo-ligamentaire (stabilité passive), le système musculaire (stabilité active), et le système de contrôle neural. Lorsqu’un système est défaillant, les autres tentent de le suppléer. Néanmoins une blessure d’un de ses systèmes peut entraîner des amplitudes de mouvement anormales des segments rachidien : on parle d’instabilité. Cette instabilité peut empirer des douleurs articulaires ou nerveuses en provoquant un excès de contrainte sur certaines structures. Un manque de force musculaire, d’endurance ou de contrôle moteur peut donc conduire à des amplitudes excessives ou inappropriées, d’où l’importance du concept de contrôle neuromusculaire.
 
De part ce constat, il n’est pas étonnant de retrouver dans la littérature de nombreuses études qui associent la faiblesse musculaire du tronc, un déséquilibre de force ou un mauvais contrôle moteur et les douleurs de dos.

Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates

Les exercices de gainage


 
Contrairement au système ostéo-ligamentaire, les muscles du tronc et le contrôle neuromusculaire peuvent être modifiés grâce aux exercices et à la kinésithérapie. Les exercices renforçant le transverse de l’abdomen et le multifide sont particulièrement intéressants, car ils sont décrits comme participant grandement à la stabilité du tronc.
 
Une des clés pour différencier le recrutement du transverse des autres muscles stabilisateurs est la capacité à ressentir la différence de schéma entre le fait de rentrer le ventre (abdominal hollowing), qui recrute spécifiquement le muscle transverse, et le fait de serrer le ventre (abdominal bracing), manœuvre qui nécessite l’activation de plusieurs muscles. 

Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates
  • L’abdominal hollowing (gauche) se fait en plongeant le nombril en direction du rachis, comme pour refermer à la taille un jean bien moulant.
  • L’abdominal bracing (droite) nécessite l’activation de toutes les couches abdominales ainsi que des extenseurs du rachis. C’est un peu comme expirer lentement tout l’air des poumons, jusqu’à ce que le tronc se durcisse à la fin.
 
Pour différencier les deux, l’abdominal hollowing diminue la circonférence du bas du tronc, alors que l’abdominal bracing la maintient. 
 
La plupart des guidelines recommande au moins quelques exercices dans le traitment de la lombalgie. Néanmoins, la méthode Pilates semble unique comparativement à des exercices plus « traditionnels », en raison de sa forte concentration sur le renforcement du tronc, de la stabilité lombo-pelvienne, et en encourageant les schémas de mouvements fonctionnels.
Les instructeurs de Pilates utilisent volontiers des astuces comme citées plus haut pour aider leur « client » à correctement activer leurs muscles au cours d’exercice.
 
Herringtion et Davies (15) ont d’ailleurs étudié la capacité à activer le transverse de l’abdomen chez différents groupes de sujets asymptomatiques. Il en ressort que les sujets entraînés à la méthode Pilates arrivent de façon significative à mieux recruter leur transverse de l’abdomen sur un test d’abdominal hollowing.
 

La méthode Pilates et la lombalgie


 
Malgré une relative pauvreté des études sur le sujet, le Pilates entraîne des changements physiques qui peuvent aider à l’amélioration d’une lombalgie. Le Pilates affecte des facteurs biomécaniques, ce qui devrait améliorer la mécanique rachidienne et potentiellement réduire la douleur.

Le gainage dans les affections lombaires : le rôle de la méthode Pilates
D’un point de vue littérature, 10 revues systématiques entre 2011 et 2016 appuient dans le sens que le Pilates est un traitement plus efficace qu’une intervention à minima pour la douleur et l’incapacité. En revanche, l’efficacité du Pilates comparé à d’autres méthodes est beaucoup moins claire, et devrait faire l’objet d’étude plus approfondies.
 

Conclusion


 
La méthode Pilates semble toute indiquée pour faire partie de nos techniques de soins à mettre en place dans le cadre d’une prise en charge moderne et intelligente d’une lombalgie chronique. L’apprentissage du contrôle moteur et le renforcement des muscles du tronc en font un outil intéressant pour pallier aux instabilités rachidiennes. Il est néanmoins recommandé d’en maitriser les différents aspects en se formant à cette pratique, aussi bien pour le bien du patient que pour le nôtre.
 

Article original


Core Training in Low Back Disorders: Role of the Pilates Method
Andrew A. Joyce, MD and Dana H. Kotler, MD.

Bibliographie

1. Akuthota V, Nadler SF. Core strengthening. Arch. Phys. Med. Rehabil. 2004; 85:S86Y92.
2. Aladro-Gonzalvo AR, Araya-Vargas GA, Machado-Dı ́az M, Salazar-Rojas W. Pilates-based exercise for persistent, non-specific low back pain and associated functional disability: a meta-analysis with meta-regression. J. Bodyw. Mov. Ther. 2013; 17:125Y36.
3. Anderson BD, Spector A. Introduction to Pilates-based rehabilitation. Orthop. Phys. Ther. Clin. North Am. 2000; 9:395Y410.
4. Baerga-Varela L, Abre ́u Ramos AM. Core strengthening exercises for low back pain. Bol. Asoc. Med. P. R. 2006; 98:56Y61.
5. Battie ́ MC, Bigos SJ, Fisher LD, et al. Anthropometric and clinical measures as predictors of back pain complaints in industry: a prospective study. J. Spinal Disord. 1990; 3:195Y204.
6. Cho KH, Beom JW, Lee TS, et al. Trunk muscles strength as a risk factor for nonspecific low back pain: a pilot study. Ann. Rehabil. Med. 2014; 38:234Y40.
7. Cresswell A, Oddsson L, Thorstensson A. The influence of sudden pertur- bations on trunk muscle activity and intra-abdominal pressure while stand- ing. Exp. Brain Res. 1994; 98:336Y41.
  1. Curnow D, Cobbin D, Wyndham J, Choy SB. Altered motor control, posture and the Pilates method of exercise prescription. J. Bodyw. Mov. Ther. 2009; 13:104Y11. 
  2. da Luz MA Jr., Costa LO, Fuhro FF, et al. Effectiveness of mat Pilates or equipment-based Pilates exercises in patients with chronic nonspecific low back pain: a randomized controlled trial. Phys. Ther. 2014; 94:623Y31. 
  3. Delitto A, George SZ, Van Dillen LR, et al. Low back pain. J. Orthop. Sports Phys. Ther. 2012; 42:A1Y57. 
  4. Donzelli S, Di Domenica E, Cova AM, et al. Two different techniques in the rehabilitation treatment of low back pain: a randomized controlled trial. Eura. Medicophys. 2006; 42:205Y10. 
  5. Dorado C, Calbet J, Lopez-Gordillo A, et al. Marked effects of Pilates on the abdominal muscles: a longitudinal magnetic resonance imaging study. Med. Sci. Sports Exerc. 2012; 44:1589Y94. 
  6. Geweniger V, Bohlander A. PilatesVA Teachers’ Manual: Exercises with Mats and Equipment for Prevention and Rehabilitation. Springer, 2014. 
  7. GrenierSG,McGillSM.Quantificationoflumbarstabilitybyusing2different abdominal activation strategies. Arch. Phys. Med. Rehabil. 2007; 88:54Y62. 
  8. Herrington L, Davies R. The influence of Pilates training on the ability to contract the transversus abdominis muscle in asymptomatic individuals. J. Bodyw. Mov. Ther. 2005; 9:52Y7. 
  9. Hides JA, Stokes MJ, Saide M, et al. Evidence of lumbar multifidus muscle wasting ipsilateral to symptoms in patients with acute/subacute low back pain. Spine (Phila Pa 1976). 1994; 19:165Y72. 
  10. Hodges P. Transversus abdominis: a different view of the elephant. Br. J. Sports Med. 2008; 42:941Y4. 
  11. Hodges PW, Richardson CA. Inefficient muscular stabilization of the lumbar spine associated with low back pain: a motor control evaluation of transversus abdominis. Spine. 1996; 21:2640Y50. 
  12. Hodges PW, Richardson CA. Contraction of the abdominal muscles associ- ated with movement of the lower limb. Phys. Ther. 1997; 77:132Y42. 
  13. Hoy D, Brooks P, Blyth F, Buchbinder R. The epidemiology of low back pain. Best Pract. Res. Clin. Rheumatol. 2010; 24:769Y81. 
  14. Hoy D, March L, Brooks P, et al. The global burden of low back pain: esti- mates from the Global Burden of Disease 2010 study. Ann. Rheum. Dis. 2014; 73:968Y74; annrheumdis-2013-204428. 
  15. Irez GB, Ozdemir RA, Evin R, et al. Integrating Pilates exercise into an ex- ercise program for 65+ year-old women to reduce falls. J. Sports Sci. Med. 2011; 10:105Y11. 
  16. Izzo R, Guarnieri G, Guglielmi G, Muto M. Biomechanics of the spine. Part I: spinal stability. Eur. J. Radiol. 2013; 82:118Y26. 
  17. Kalichman L, Hodges P, Li L, et al. Changes in paraspinal muscles and their association with low back pain and spinal degeneration: CT study. Eur. Spine J. 2010; 19:1136Y44. 
  18. Kloubec JA. Pilates for improvement of muscle endurance, flexibility, bal- ance, and posture. J. Strength Cond. Res. 2010; 24:661Y7. 
  19. Kofotolis N, Kellis E, Vlachopoulos SP, et al. Effects of Pilates and trunk strengthening exercises on health-related quality of life in women with chronic low back pain. J. Back Musculoskelet. Rehabil. 2016; 29:649Y59; (Preprint):1Y11. 
  20. Ku ̈c ̧u ̈kc ̧akNr N, Altan L, Korkmaz N. Effects of Pilates exercises on pain, functional status and quality of life in women with postmenopausal osteo- porosis. J. Bodyw. Mov. Ther. 2013; 17:204Y11. 
  21. Kumar T, Kumar S, Nezamuddin M, Sharma V. Efficacy of core muscle strengthening exercise in chronic low back pain patients. J. Back Musculoskelet. Rehabil. 2015; 28:699Y707. 
  22. La Touche R, Escalante K, Linares MT. Treating non-specific chronic low back pain through the Pilates method. J. Bodyw. Mov. Ther. 2008; 12:364Y70. 
  23. LeeCW,HyunJ,KimSG.InfluenceofPilatesmatandapparatusexerciseson pain and balance of businesswomen with chronic low back pain. J. Phys. Ther. Sci. 2014; 26:475Y7. 
  24.  Lee JH, Hoshino Y, Nakamura K, et al. Trunk muscle weakness as a risk factor for low back pain. A 5-year prospective study. Spine (Phila Pa 1976). 1999; 24:54Y7.
  25. Lim EC, Poh RL, Low AY, Wong WP. Effects of Pilates-based exercises on pain and disability in individuals with persistent nonspecific low back pain: a systematic review with meta-analysis. J. Orthop. Sports Phys. Ther. 2011; 41:70Y80.
  26. Lin HT, Hung WC, Hung JL, et al. Effects of Pilates on patients with chronic non-specific low back pain: a systematic review. J. Phys. Ther. Sci. 2016; 28:2961Y9.
  27. Marshall PW, Kennedy S, Brooks C, Lonsdale C. Pilates exercise or station- ary cycling for chronic nonspecific low back pain: does it matter? A ran- domized controlled trial with 6-month follow-up. Spine (Phila Pa 1976). 2013; 38:E952Y9.
  28. Miyamoto GC, Costa LO, Cabral CM. Efficacy of the Pilates method for pain and disability in patients with chronic nonspecific low back pain: a systematic review with meta-analysis. Braz J Phys Ther. 2013; 17:517Y32.
  29. O’Sullivan PB, Phyty GD, Twomey LT, Allison GT. Evaluation of specific stabilizing exercise in the treatment of chronic low back pain with radiologic diagnosis of spondylolysis or spondylolisthesis. Spine (Phila Pa 1976). 1997; 22:2959Y67.
  30. O’Sullivan P, Twomey L, Allison G, et al. Altered patterns of abdominal muscle activation in patients with chronic low back pain. Aust. J. Physiother. 1997; 43:91Y8.
  31. Panjabi MM. The stabilizing system of the spine. Part I. Function, dysfunc- tion, adaptation, and enhancement. J. Spinal Disord. 1992; 5:383Y9.
  32. Patti A, Bianco A, Paoli A, et al. Effects of Pilates exercise programs in people with chronic low back pain: a systematic review. Medicine (Baltimore). 2015; 94:e383.
  33. Pereira LM, Obara K, Dias JM, et al. Comparing the Pilates method with no exercise or lumbar stabilization for pain and functionality in patients with chronic low back pain: systematic review and meta-analysis. Clin. Rehabil. 2012; 26:10Y20.
  34. Phrompaet S, Paungmali A, Pirunsan U, Sitilertpisan P. Effects of Pilates training on lumbo-pelvic stability and flexibility. Asian J Sports Med. 2011; 2:16Y22.
  35. Pilates Method Alliance [Internet]. Pilates Method Alliance; [cited 2016]. Available from: http://www.pilatesmethodalliance.org/i4a/pages/index.cfm?pageid=3278.
  36. Pope MH, Panjabi M. Biomechanical definitions of spinal instability. Spine (Phila Pa 1976). 1985; 10:255Y6.
  37. Reeves NP, Narendra KS, Cholewicki J. Spine stability: the six blind men and the elephant. Clin. Biomech. (Bristol, Avon). 2007; 22:266Y74.
  38. ValenzaMC,Rodrı ́guez-TorresJ,Cabrera-MartosI,etal.ResultsofaPilates exercise program in patients with chronic non-specific low back pain: a randomized controlled trial. Clin. Rehabil. 2016:0269215516651978.
  39. Wang XQ, Zheng JJ, Yu ZW, et al. A meta-analysis of core stability exer- cise versus general exercise for chronic low back pain. PLoS One. 2012; 7:e52082.
  40. Wells C, Kolt GS, Marshall P, Bialocerkowski A. The definition and appli- cation of Pilates exercise to treat people with chronic low back pain: a Delphi survey of Australian physical therapists. Phys. Ther. 2014; 94: 792Y805.
  41. WellsC,KoltGS,MarshallP,etal.EffectivenessofPilatesexerciseintreating people with chronic low back pain: a systematic review of systematic re- views. BMC Med. Res. Methodol. 2013; 13:7.
  42. Wells C, Kolt GS, Marshall P, et al. The effectiveness of Pilates exercise in people with chronic low back pain: a systematic review. Plos One. 2014; 9:e100402.
  43. Yamato TP, Maher CG, Saragiotto BT, et al. Pilates for low back pain. Cochrane Database Syst. Rev. 2015:CD010265. 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter