KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Le longus capitis et le longus colli stabilisent-ils la colonne cervicale? Etude de leur anatomie fasciculaire et de leur capacité de force maximale



Kennedy et Al.
 

Introduction



Le longus capitis et le longus colli sont sensés jouer un rôle dans la stabilisation de la colonne cervicale, et sont ciblés en clinique et en recherche pratique pour l’étude de la flexion cranio-cervicale. Cependant, il n’est pas évident que ces deux muscles soient anatomiquement et bio-mécaniquement efficaces dans leur rôle de stabilisation.
 

Objectifs



Cette étude a pour but de décrire la morphologie fasciculaire du longus capitis et du longus colli, et d’estimer leurs capacités à générer une force maximale dans les différents segments du mouvement cervicale. La modélisation de la force biomécanique est basée sur des données anatomiques
 

Méthodes



L’étude a été réalisée en 3 parties incluant, une dissection de cadavres (n=7), le calcul du volume musculaire in vivo à partir de coupes basées sur les IRM de jeunes volontaires sains (n=6), et de la modélisation biomécanique des capacités à générer une force maximale à partir d’image de tomographie du cou et de la tête.
 

Résultats



Le longus capiti et le longus colli sont de petits muscles couvrant une multitude de segments de mouvement cervicaux. Les estimations de couple de flexion maximale en bilatéral étaient plus élevées dans la partie haute du rachis cervicale (0,5Nm), et peu susceptibles d’affecter le mouvement en dessous de C5 (<0,2Nm). Les estimations du cisaillement maximal furent négligeables (<20N), et les estimations de la compression maximale furent réduites (<80N).
 

Conclusion



Ces données mettent en évidence l’anatomie complexe et la force limitée des muscles longus capiti et longus colli, et ont des implications en ce qui concerne leurs fonctions. En particulier, la faible valeur du pic de force de compression indique que la contribution de ces muscles dans la stabilisation de la colonne vertébrale est limitée via des mécanismes traditionnels. Cela implique que le(s) mécanisme(s) par l’intermédiaires desquels les exercices de flexion cranio-cervicales produisent des améliorations cliniques méritent d’être approfondis.
 

Articles original



Do longus capitis and colli really stabilise the cervical spine ? A study of their fascicular anatomy and peak force capabilities, Kennedy et Al. Musculoskeletal Science and Practice (2017)



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter