KINESPORT KINESPORT







Le microbiome intestinal a-t-il un impact sur les performances sportives ?



La santé de l'intestin, l'état des défenses gastro-intestinales et surtout le contenu et la composition du microbiome luminal sont susceptible d’avoir une influence significative sur les athlètes. Ces paramètres peuvent réduire les blessures chroniques tout en améliorant les performances. L’organe microbien de l’intestin régule la santé de l’hôte en influençant plus de 65% du tissu immunitaire du corps compris dans le tractus gastro-intestinal. La plupart des composants et médiateurs du système immunitaire sont contrôlés directement ou indirectement par le microbiote (Bischoff 2011). Les microbes vivant dans l'intestin influencent le métabolisme, l'absorption des nutriments, l'homéostasie et la fonction immunitaire de l'hôte. Ceci peut se refléter dans les réponses métaboliques d'un individu, le développement et la santé des organes y compris le cerveau, les os, le cœur et les poumons. Bien qu’il existe une composante génétique dans la composition du microbiome d’un individu, son mode de vie et ses habitudes alimentaires ainsi que les expositions exogènes exercent également un impact significatif (Pane 2018, El-Jurdi 207).
Une alimentation saine, riche en fibres et en aliments entiers, stimule la croissance de genres microbiens spécifiques comme Bifidobacterium et Lactobacillus ainsi que des métabolites comme les acides gras à chaîne courte (AGCC) qui ont un impact bénéfique sur la santé. Ces organismes et leurs métabolites pourraient servir de thérapie ciblée pour les athlètes afin d'améliorer la fonction de barrière métabolique, immunitaire et intestinale. La supplémentation en probiotiques et prébiotiques exerce un effet similaire. Les prébiotiques sont des glucides non digestibles et solubles qui fournissent une source de nutriments pour le microbiote intestinal. Les probiotiques, généralement constitués de levures et de bactéries, sont des micro-organismes vivants qui procurent des avantages à l'hôte s'ils sont administrés dans les bonnes quantités.

Par rapport à la population générale, les athlètes mangent beaucoup plus avec quatre à sept collations ou repas par jour. Cependant, en raison de l'entraînement intense et des dépenses caloriques que les athlètes encourent, certains entraîneurs et athlètes en passant par le personnel de soutien estiment que ce qu'un athlète mange n'a pas vraiment d'importance tant que l'apport alimentaire et hydrique est maximisé pour les besoins de performance. L'arène de la performance sportive maintient souvent une vision quelque peu étroite selon laquelle l'apport alimentaire et hydrique n'est que du carburant, c'est-à-dire des calories entrantes et sortant. L'apport alimentaire est principalement considéré en manipulant les pourcentages de macronutriments, l'apport calorique total et les boissons sportives concentrées pour optimiser les performances. L'élargissement des preuves scientifiques favorise une approche beaucoup plus approfondit de la performance en mettant en évidence le rôle du microbiome gastro-intestinal dans la production, le stockage et les dépenses énergétiques ainsi que dans les réactions d'inflammation, d'hydratation et d'oxydoréduction (Mach 2017). Les stratégies pour tirer le meilleur parti des aliments doivent être plus coûteuses et impliquer un processus en trois étapes. Les athlètes et les entraîneurs doivent comprendre que l'accent mis sur la préservation et la protection de l'athlète doit précéder tout accent sur le restockage et la performance. L'inflammation et la dégradation des tissus se produisent naturellement avec l'entraînement. Pourtant, avec plus de 35 h hebdomadaires consacrées à l'entraînement des athlètes académique et d'élite, la récupération est souvent inadéquate ce qui entraîne une immunité compromise des jours d'entraînement ou de compétition manqués et des blessures chroniques. Les athlètes ne doivent pas s'attendre à passer facilement d'un mode de protection (en raison du surentraînement ou de la récupération d'une blessure) à un mode de performance (où l'énergie et la consommation de carburant sont optimisées). Par conséquent, il est essentiel d’intégrer des stratégies pour promouvoir la santé des athlètes, minimiser les blessures, augmenter l'endurance et maximiser les adaptations d'entraînement spécifiques au sport. Protéger, Nourrir, Performer.


PROTECTION

Dans un intestin sain, les nutriments, les ions et l'eau traversant l'épithélium intestinal sont étroitement contrôlés. La translocation des antigènes alimentaires et des composants du microbiome est empêchée et la diaphonie active entre le microbiome et le système immunitaire maintient la défense de l'hôte.
Lorsque le microbiome humain est confronté à des changements de régime alimentaire, de stress ou d'antibiotiques, le microbiome change. En conséquence, une fonction de barrière altérée peut se produire, entraînant des anomalies dans l'expression des protéines de jonction serrée et une augmentation de la perméabilité intestinale. Des métabolites bactériens et des composants ou des morceaux de bactéries peuvent s'infiltrer à travers l'épithélium dans la sous-muqueuse provoquant une dysbiose, ce qui peut déclencher une réaction immunitaire et le développement d'un état inflammatoire de bas grade (Reading 2011).
La nature même du sport peut mettre en péril l'intégrité de l'épithélium gastro-intestinal. L'exercice à haute intensité entraîne le déplacement du flux sanguin des organes intestinaux vers les muscles actifs, ce qui peut provoquer une hypoperfusion splanchnique relative et un certain degré de lésion ischémique / reperfusion intestinale (Clarck 2016).
En conséquence, la détresse gastro-intestinale est un facteur limitant commun de la performance pendant la compétition et peut présenter des conséquences à long terme d'une activation inflammatoire dans l'intestin sans intervention alimentaire réparatrice.


SEQUELLES NEUROLOGIQUES

On estime que 20 à 60% des athlètes souffrent de fatigue, d'insomnie, de changements d'appétit, de perte de poids, de troubles de l'humeur et donc en fin de compte d'une altération des performances. Les symptômes peuvent se manifester sur le plan neurologique avec de l'irritabilité, de l'anxiété, une perte de motivation, une mauvaise concentration et une dépression. L'immunosuppression et l'inflammation systémique peuvent également survenir simplement en raison d'un stress causé par un surentraînement et une récupération insuffisante. Les conséquences ultérieures ont un impact sur la santé gastro-intestinale, neurale et musculo-squelettique de l'athlète (Clarck 2016).
D'un point de vue neurologique, certains sportifs s'inquiètent des affections aiguës telles que les commotions cérébrales (qui peuvent avoir un impact persistant) et des affections psychologiques plus chroniques telles que l'anxiété et la dépression.

Selon le Center for Disease Control (CDC), environ 1,6 à 3,8 millions de commotions cérébrales liées au sport surviennent aux États-Unis chaque année. Une étude épidémiologique descriptive a été menée par le National Collegiate Athletic Association Injury Surveillance Program pour regrouper les données sur les blessures et l'exposition recueillies auprès de sportif dans 13 sports (baseball, basketball, football, hockey sur glace, crosse, soccer, lutte, basketball, hockey sur glace). Au cours des années de 2011-2012 à 2014- 2015, 1485 commotions cérébrales ont été subies par 1410 étudiants athlètes dans ces sports (Zhu 2018). Avec la pression constante pour performer et exprimer sa force mentale, près de 25% des athlètes ont signalé des niveaux cliniquement significatifs de symptômes dépressifs selon une étude des universités Drexel et Kean en 2016 (rankin 2017). Les troubles dépressifs sont caractérisés à la fois par des anomalies neuroplasiques, des changements organisationnels et un dysfonctionnement neurochimique.
Un exercice d'intensité modérée à élevée déclenche une augmentation des taux de cortisol circulants, une hormone de stress connue qui agit comme un signal de rétroaction négatif dans le mécanisme de transduction du signal pro-inflammatoire, en raison d'une combinaison d'hémoconcentration et d’une stimulation de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA). L'hyperactivité, via un stress chronique, un exercice excessif ou une dérégulation de l'axe (HPA) est une cause principale de dépression et d'anxiété majeures.
L'axe HPA est également la principale voie neuroendocrinienne affectée par les microbes intestinaux. Des altérations intestinales ont également été observées à la suite de périodes prolongées de stress physique ou psychologique dans des conditions telles que le syndrome de fatigue chronique et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L'explication réside dans le mécanisme de la boucle de rétroaction entre le cerveau et le microbiome intestinal. Des modifications significatives du microbiome intestinal peuvent survenir dans les 2 h suivant un traumatisme crânien (TCC) modéré, avec une perte de biodiversité et le développement d'une dysbiose intestinale (Brenner 2017, Kerr 2017). Les changements phylogénétiques virulents dans le microbiote et la perte de biodiversité se sont révélés corrélés de manière significative avec le volume de la lésion observée en IRM. Il a été démontré que des taux sanguins élevés de cytokines facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-a) et de protéine chimioattractive monocyte (MCP) augmentent la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique entraînant la fuite de molécules indésirables de l'intestin perméable. Leur libération influence la fonction cérébrale et peut entraîner de l'anxiété, de la dépression et des pertes de mémoire. Par conséquent, la dysbiose et l'inflammation de l'intestin sont liées à des baisses de la santé mentale (Wolanin 2016).
Une thérapie interventionnelle avec des probiotiques a été utilisée en plus des médicaments ou comme traitement alternatif des traumatismes et troubles neurologiques dus à la capacité de supprimer les cytokines inflammatoires et de diminuer la production de TNF-a. Les probiotiques peuvent rétablir l'équilibre microbien normal et atténuer la réponse de l'axe HPA aux facteurs de stress chroniques. Cela peut entraîner la prévention ou l'inversion des dommages physiologiques et conférer un rôle neuroprotecteur au dysfonctionnement synaptique induit par le stress entre les neurones. Le genre Lactobacillus est essentiel dans la production d'acide gamma-aminobutyrique (GABA), un régulateur inhibiteur de diverses voies neurales. La principale voie neuronale afférente par laquelle les produits microbiens influencent le cerveau est le nerf vague, qui innerve directement l'intestin.
On pense que l'intervention avec la thérapie prébiotique, comme le fructo-oligo-saccharide (FOS) et le galacto-oligo-saccharide (GOS), agit par cette connexion pour moduler les facteurs de croissance neuronale (comme le facteur neurotrophique dérivé du cerveau), les neurotransmetteurs (comme la d-sérine) et les protéines synaptiques (y compris la synaptophysine et le récepteur N-méthyl-D-aspartate =NMDA, un récepteur du glutamate et une protéine de canal ionique dans les cellules nerveuses) (Clapp 2017).

SEQUELLES MUSCULO-SQUELETTIQUE

Dans la performance sportive, les fractures de stress sont une conséquence courante d'un entraînement à haut volume avec une récupération inadéquate. Les données du programme de surveillance des blessures de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) des années scolaires 2009-2010 à 2014-2015 ont révélé un total de 747 fractures de stress entraînant une perte de temps pendant 18 054 757 expositions sportives (AE), pour un taux global de fractures de 0,53 / 10 000 AE. Le taux pré-saison était plus élevé que le taux régulier post-saison. Les localisations les plus courants étaient les métatarsiens, le tibia et le bas du dos / colonne lombaire / bassin. Environ 22% des fractures de stress étaient récurrentes (Hill 2008). Après le diagnostic d'une fracture de stress, le temps du retour à la participation sportive totale sans restriction = RTS était en moyenne de 12 à 13 semaines indépendamment du site de la blessure (Rizzone 2015).
Il a été démontré que le microbiome intestinal a un effet régulateur sur la masse osseuse en modifiant le système immunitaire squelettique, la régulation hormonale du métabolisme osseux et la production de métabolites bactériens qui agissent comme des messagers cellulaires osseux. Dans un intestin sain, la protéine de la couche S de Lactobacillus crispatus (SlpA) interagit directement avec le collagène dans les cellules épithéliales. Les micro-organismes intestinaux peuvent perturber l'équilibre entre la formation osseuse et la réabsorption via une stimulation indirecte ou une inhibition des ostéoblastes et des ostéoclastes (Miller 2016). De plus, les micro-organismes intestinaux affectent le métabolisme osseux en régulant les facteurs de croissance ou en modifiant la fonction immunitaire dans la moelle osseuse. Le microbiote intestinal peut également altérer le métabolisme de la sérotonine, du cortisol et des hormones sexuelles, qui affectent tous la minéralisation osseuse (Zhang 2018). D'un point de vue interventionnel, la fourniture de fibres prébiotiques fermentescibles solubles peut avoir un rôle dans la santé osseuse grâce à la production de SCFA, qui régulent l'absorption des nutriments et la perméabilité intestinale. La recherche suggère d'utiliser des prébiotiques pour améliorer l'absorption du calcium et du magnésium de la lumière intestinale afin d'augmenter la régénération osseuse. Un mécanisme spécifique pour expliquer ce phénomène concerne la fermentation des fibres prébiotiques dans le côlon par des organismes comme Bifidobacterium, qui se traduisent par la libération de SCFA et une baisse subséquente du pH. Cet environnement acide induit par les AGCC, ainsi que l'ingestion de GOS, de lactulose et d'inuline en général, est associé à la régénération des entérocytes et à une amélioration de la surface colique, donc une plus grande capacité à absorber les minéraux (Collins 2016).

 SANTE GASTROINTESTINAL

Les preuves suggèrent que 30 à 50% des athlètes éprouvent divers symptômes gastro-intestinaux, tels que ballonnements, nausées, douleurs ou crampes abdominales, flatulences et diarrhée. Un microbiome intestinal malsain a été associé à des changements inflammatoires de bas grade dans la paroi intestinale et à une perméabilité accrue. Ce phénomène permet un passage accru des composants et produits bactériens à travers l'épithélium, ce qui peut contribuer à un dysfonctionnement immunitaire et métabolique systémique (Pane 2018).
Les athlètes utilisent également des antibiotiques oraux deux fois plus fréquemment que le groupe témoin (Bjarnason 2018). Dans un modèle animal, la pénicilline et l'érythromycine administrées par voie entérale ont contribué à la dysbiose microbienne intestinale, aux altérations du métabolisme lipidique, à l'initiation d'une réponse inflammatoire et à la régulation à la hausse des gènes invoquant des réponses immunitaires dans l'intestin, le foie et le tissu adipeux. Dans les essais cliniques, l'utilisation d'antibiotiques modifie le microbiote intestinal et peut provoquer une diarrhée associée aux antibiotiques (DAA). Une plus grande exposition accumulée aux antibiotiques au cours de la vie réduit la capacité d’un individu à se régénérer ou à refaunir sa flore intestinale à la suite d’une perte aiguë de biodiversité en cas de maladie grave par exemple.
La douleur est une plainte fréquente chez les athlètes et est associée à l'entraînement quotidien et les blessures qui interfèrent sur les performances. Par conséquent, l'utilisation d'analgésiques sur ordonnance et en vente libre pour soulager la douleur est devenue courante dans le sport. Cette pratique peut intrinsèquement blesser le tractus gastro-intestinal. Les agents analgésiques comprennent généralement les anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux / injectables (AINS), les analgésiques opioïdes et non opioïdes, les anesthésiques injectables / transdermiques et divers suppléments en vente libre (Hainline 2020). Les AINS peuvent altérer les défenses de la barrière gastro-intestinale en découplant la phosphorylation oxydative mitochondriale, qui interfère avec la production d'ATP et les membranes cellulaires. En conséquence, une augmentation de la perméabilité intestinale peut entraîner une inflammation de bas grade et des déficits énergétiques. L'inhibition par les AINS des enzymes cyclooxygénases (COX), ainsi que les agresseurs luminaux, peuvent rendre les individus sensibles aux érosions et aux ulcères avec des complications potentielles d'hémorragie, de perte de protéines, de sténose et même de perforation. Les mécanismes proposés pour endommager l'estomac impliquent une augmentation de la sécrétion d'acide gastrique médiée par les prostaglandines, une réduction de la sécrétion de mucus et de bicarbonate, une prolifération cellulaire altérée et une diminution du flux sanguin muqueux (Bjarnason 2018).
Par conséquent, il est impératif pour le domaine de la performance sportive de travailler à des stratégies alternatives de gestion de la douleur non médicamenteuses.
Les boissons pour sportifs peuvent également avoir un effet délétère sur l'intégrité intestinale et les réponses immunitaires intestinales par le biais de mécanismes liés à leur teneur en édulcorants artificiels, en colorants alimentaires et en émulsifiants. Cependant elles sont parfois plus courantes que l'eau dans le régime d'un athlète.
Des altérations dans les genres bactériens se sont produites par les effets du sucralose dans le microbiote intestinal et sa dynamique de développement. L’enrichissement des gènes bactériens pro-inflammatoires dans le foie et la perturbation des métabolites fécaux ont été observés après 6 mois de consommation de sucralose à la dose journalière acceptable (DJA) pour l’homme (Ruiz-Ojeda 2019, Bian 2017)
Les émulsifiants alimentaires comme la carraghénine, peuvent agir comme un agent inflammatoire, augmentant d’avantage toute inflammation chronique existante du tractus intestinal.
Même si le mécanisme exact par lequel le carraghénane induit l'inflammation n'a pas été défini, il a été observé que le carraghénane diminue le nombre de glycoprotéines épithéliales dans le côlon, peut inhiber l'interaction entre les macrophages et les lymphocytes et peut provoquer une cascade inflammatoire dans les cellules épithéliales du côlon. Dans les cellules humaines, le carraghénane a été observé pour déclencher des réponses immunitaires inflammatoires avec une régulation positive de la sécrétion de TNF-α (Martino 2017).
Bien que l'inflammation fasse partie de la réponse du corps sain à l'exercice afin de stimuler les adaptations physiques et d'obtenir des améliorations, l'inflammation chronique due à une récupération inadéquate entraîne une baisse des performances. Par conséquent, le soutien des systèmes de défense anti- inflammatoires et antioxydants maintien des réponses immunitaires appropriées et évite des réponses inflammatoires exagérées conduisant à des blessures. Le stress oxydatif se produit avec un entraînement physique intense, mais il a été démontré que la supplémentation en brins probiotiques L. rhamnosus et L. paracasei augmente les niveaux d'antioxydants plasmatiques neutralisant ainsi les dommages potentiels des espèces réactives de l'oxygène (Martarelli 2011).


LE CARBURANT

L'énergie provenant de l'apport alimentaire et hydrique est un objectif principal pour les athlètes. L'accent étant mis sur le moment précis, le type et la quantité. Le microbiote intestinal a été identifié comme ayant un rôle dans le stockage et la production d'énergie. Les microbes intestinaux contribuent à la récolte d'énergie des aliments, les acides gras à chaîne courte (AGCC) constituant les principaux produits de la fermentation bactérienne des glucides et des protéines (Pane 2018). Les génomes des espèces de Bifidobacterium reflètent une propension au métabolisme des glucides, à la dégradation des glucides complexes et à la santé des muqueuses en renforçant les jonctions serrées. Les espèces de Lactobacillus codent pour de nombreux transporteurs et ont une grande capacité d'absorption et de dégradation du sucre (Jang 2019). La composition en macronutriments de l'alimentation d'un athlète peut soutenir ou compromettre les défenses intestinales et le microbiome. Les glucides et les fibres alimentaires sont les principaux nutriments qui fournissent du carbone et de l'énergie aux micro-organismes intestinaux. Les fibres alimentaires ont le plus grand impact sur l'augmentation de la diversité du microbiote intestinal.
Une étude menée auprès de divers types d'athlètes a examiné la composition du régime alimentaire et le microbiote intestinal. Aucun des groupes désignés n'a consommé la quantité quotidienne recommandée de fibres alimentaires (> 25 g). En ce qui concerne le rapport fibres alimentaires / glucides, les témoins (non coureurs) étaient 1,4 fois plus élevés que les coureurs de fond (p <0,05). L'apport alimentaire d'un groupe de culturistes était deux fois le rapport protéines / glucides par rapport aux autres groupes (P <0,001). Ni l'entraînement d'endurance aérobie ni l'entraînement en résistance n'ont conduit à une diversité accrue du microbiote intestinal lorsque l'apport en macronutriments était déséquilibré et que les fibres alimentaires étaient faibles. Plus précisément, pour les coureurs de fond, une corrélation négative a été trouvée entre l'apport en protéines et les indices de diversité microbienne intestinale. Deuxièmement, la diversité du microbiote intestinal a diminué à mesure que l'apport en protéines augmentait. Par conséquent, un apport insuffisant en glucides et en fibres alimentaires par les athlètes a révélé une diminution de la diversité microbienne intestinale et provoqué une réduction des bactéries productrices d'acides gras à chaîne courte. Ceci semblerait s’opposer aux avantages présumés de l'exercice et d'un régime riche en protéines. Ces résultats suggèrent un impact négatif sur la diversité microbienne intestinale pour les athlètes de sports d'endurance qui consomment peu de glucides et de fibres alimentaires et les athlètes de sports de résistance qui ingèrent un régime riche en protéines, en glucides et en graisses (Jang 2019).
Le microbiote libère également des métabolites qui peuvent avoir un impact direct sur la chaîne respiratoire mitochondriale et la production d'ATP (adénosine triphosphate). Les acides gras à chaîne courte, produits dans l'intestin à partir de la fermentation de fibres alimentaires (butyrate, propionate) ont des effets bénéfiques sur l'activité mitochondriale et donc la production d'énergie. La santé intestinale, définie par la qualité et la diversité microbiennes, est liée à la fonction mitochondriale, la centrale énergétique de la cellule. La production mitochondriale d'espèces réactives de l'oxygène (ROS) joue un rôle important au cours de la réponse immunitaire et est souvent ciblée par des bactéries pathogènes dans l'intestin. Les données suggèrent qu'une production mitochondriale excessive de ROS peut affecter négativement la signalisation entre le microbiote et la barrière épithéliale intestinale (Saint-Georges- Chaumet 2017). Par conséquent, un intestin sain conduira à un athlète plus énergique. Ceci est essentiel dans les routines quotidiennes d'entraînement où de nombreux athlètes tentent de contrecarrer la fatigue avec la surutilisation de caféine, de sucre ou de boissons pré-entraînement hautement stimulantes. Malheureusement, ces fausses sources d'énergie sont de courte durée et l'accident qui en résulte peut-être préjudiciable à la récupération, au sommeil et aux performances.


HYDRATATION

Avec l'apport hydrique, l'objectif est d'avoir une approche systématique et individualisée pour prévenir les crampes et la fatigue, optimiser les performances et prévenir les complications graves. Avec l'exercice, une augmentation de la température corporelle modifie le flux sanguin et peut provoquer une déshydratation avec la libération d'adrénaline et de glucocorticoïdes pour rétablir l'homéostasie. Des périodes d’exercice prolongées et intenses augmentent le risque de déshydratation d’un athlète, en raison de l’augmentation de la perte de liquide et de la déplétion minérale due à la transpiration. Les performances sportives sont altérées lorsqu'un individu perd 2% de son poids corporel.
Une perte excessive de 5% du poids corporel peut diminuer les performances sportives de 30%. Cependant, avec tout l'argent dépensé par l'industrie du monde entier pour créer et fabriquer des produits d'hydratation sportive, les athlètes de tous les sports subissent régulièrement les conséquences négatives de la déshydratation.
Chaque équipe a généralement des athlètes ayant des « crampes chroniques », quelles que soient les interventions d'admission proposées. Une fonction physiologique principale d'un intestin sain est le transport des fluides et des électrolytes à travers les cellules épithéliales muqueuses. Il a été démontré que le microbiote humain, impliquant spécifiquement le phylum Bacteroidetes et le genre Clostridium, joue un rôle dans le maintien d'une bonne hydratation pendant l'effort (Mach 2017). Par conséquent, si lemicrobiote intestinal affecte le transport cellulaire des solutés à travers la muqueuse intestinale, les stratégies d'hydratation doivent se concentrer autant sur la santé intestinale que sur l'apport.

PERFOMANCE

Le le maintien des défenses intestinales, le soutien de la croissance du microbiote commensal et la prévention des blessures au tractus gastro-intestinal favorisent la performance sportive en gardant l'athlète en bonne santé, énergisé et sans blessure et en évitant les interruptions de l'entraînement.
Un microbiome intestinal sain peut améliorer les performances en influençant positivement la synthèse et la réparation musculaires grâce à un effet sur l'hormone de croissance (GH) et le facteur de croissance analogue à l'insuline I (IGF-I). Les schémas d'entraînement pour les athlètes sont conçus pour des résultats ciblés spécifiques, l'un des principaux englobant la stimulation hormonale. Dans les 15 minutes suivant le début de l'exercice, la GH plasmatique commence à augmenter. La GH et son principal médiateur en aval, l'IGF-I, jouent un rôle essentiel dans la formation, le maintien et la régénération du muscle squelettique. La GH exogène est également couramment utilisée comme médicament améliorant les performances, avec un effet impliquant des niveaux croissants d'IGF-I en circulation. Le microbiote intestinal est capable de moduler les taux d'IGF-1 circulant grâce à une influence significative sur la synthèse d'IGF-1. Les métabolites d'origine microbienne, tels que les acides gras à chaîne courte, peuvent être un facteur clé pour induire la libération d'IGF-1 (Kareem 2016, Yan 2018, Hughes 2020).
Il existe des preuves que la supplémentation en probiotiques peut indirectement améliorer les performances grâce à des effets sur la croissance et la fonction musculaires. Un essai récent a évalué les effets de deux souches de probiotiques, Bifidobacterium breve et Streptococcus thermophiles, sur les mesures de la performance des muscles squelettiques, ainsi que des signes de tension, de dommages et d'inflammation après un exercice intense (Jäger 2016). L'utilisation des probiotiques, grâce à un effet anti- inflammatoire, a minimisé la baisse des performances ultérieures après l'exercice de lésions musculaires par rapport au placebo. Dans un modèle animal, on a observé que la supplémentation du régime avec le probiotique L. plantarum couplé au prébiotique à inuline augmentait le poids corporel et améliorait l'expression de l'IGF-1 dans le foie.
Cela pourrait être une stratégie intéressante pour les athlètes qui luttent pour maintenir ou prendre du poids, ce qui est courant dans les sports comme le football, le basket-ball, le baseball et l’athlétisme.

​CONCLUSION

L'ampleur de l'effet de la défense de la barrière intestinale et du microbiome intestinal sur la santé et les performances de l'athlète d'élite est difficile à mesurer. De nombreux aspects de l'entraînement et de la compétition exposent l'athlète à des blessures.
Les choix alimentaires, l'automédication et l'utilisation de suppléments peuvent exercer un effet délétère sur l'intestin et le microbiome contribuant à un état d'inflammation systémique de bas grade, à une modification des réponses immunitaires et à une perturbation du processus de guérison.
Une alimentation saine, une supplémentation en organismes probiotiques et un apport en fibres solubles fermentescibles favorise la régénération des bactéries commensales, rétablit l'intégrité des défenses de la barrière intestinale et soutient la tolérance immunitaire. Ces facteurs aident l'athlète à se remettre d'une blessure, à continuer ses programmes d'entraînement et peuvent même améliorer ses performances en compétition. Des stratégies diététiques complètes pour le sport doivent comprendre trois éléments, en aidant l'athlète à se protéger, à alimenter et à performer.

L'ARTICLE

Does the Intestinal Microbiome Impact Athletic Performance?
Melissa M. Crowson et Stephen A. McClave ; Current Gastroenterology Reports (2020) ;
https://doi.org/10.1007/s11894-020-00790-2




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique