KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Les adaptations neuromusculaires à l’entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire



Les adaptations neuromusculaires à l’entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire
Introduction
 
Un entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire (BFR) a montré des adaptations favorables pour augmenter la force musculaire et l’aire de coupe transversale au niveau du quadriceps. Ces gains de force des extenseurs de genou (20-30%), et de volume de quadriceps (6-8%), sont comparables à ceux induits par un entrainement traditionnel à charge moyenne ou lourde. En revanche, le BFR permet l’utilisation de charge bien plus faible. Étant donné que certaines conditions pathologiques, comme les patients atteints d’arthrose, sont encouragées à éviter les charges lourdes, l’utilisation de l’entrainement BFR semble être une option viable pour promouvoir l’hypertrophie musculaire et augmenter la force.
 
Une des limites à cette modalité d’exercice est qu’il n’y a pas de consensus parmi les chercheurs et les cliniciens sur l’utilisation optimal de l’entrainement BFR. L’utilisation la plus fréquente du BFR inclus un garrot pneumatique appliqué à la partie proximale du membre. Plusieurs séries d’exercice sont réalisées avec un nombre défini de répétition ou jusqu’à l’échec musculaire. La charge équivaut à 20-40 % de la 1RM. Le BFR semble plus efficace si le brassard pneumatique reste gonflé lors des périodes de repos entre les séries.
 
Alors qu’il est bien établi que l’entrainement BFR peut augmenter la force et le volume musculaire, les mécanismes sous-jacents à ces adaptations demandent à être expliqués. Les gains de force de l’entrainement traditionnel à charge moyenne à lourde sont optimisés par une augmentation concomitante du volume musculaire, ainsi que la fonction et la coordination neurale. Étant donné que la magnitude du gain de force excède le gain hypertrophique, il est probable que les adaptations neurales contribuent au gain de force. Bien que l’hypertrophie, suivant un entrainement BFR, ait été observée dans de nombreuses études, il y a un manque considérable de données décrivant si les adaptations neurales mènent également à une augmentation des niveaux de force.

Objectif
 
Le but de l’étude est de comparer les adaptations neuromusculaires centrales et périphériques et le changement de CSA après 6 semaines d’entrainement à charge moyenne ou en entrainement BFR, sur les muscles extenseurs du genou. Il s’agit également d’évaluer l’impact de ces entrainements sur la force musculaire.
 
Méthode
  • L’étude regroupe 18 sujets non entrainés de 18 à 22 ans. Le tableau 1 regroupe les données concernant les sujets de l’étude.
Les adaptations neuromusculaires à l’entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire

  • La durée du protocole est de 8 semaines, avec des mesures pré et post protocole, réalisées chacune à une semaine avant et après le protocole de 6 semaines. Le protocole consiste en un entrainement utilisant l’exercice du Leg Extension (LE) et du Leg Press. Les participants ont été assignés de manière aléatoire à l’un des trois groupes suivant :
  • Le groupe à charge modérée (ML) : 70% de la 1RM pour 2 séries de 10 répétitions avec la 3e série jusqu’à échec.
  • Le groupe BFR : 2 séries de 25 répétitions et une 3e jusqu’à échec, à 20% de la 1RM. La pression du brassard pneumatique est comprise entre 180 et 200 mmHg. La durée de la séance n’excède pas 20 minutes pour des raisons de sûreté.
 
Les sujets des 2 groupes exécutent 3 séries de LE billatéral et de leg press dans un ordre aléatoire, avec 30 secondes de repos entre et 180 secondes entre chaque exercice.
 
  • Le groupe contrôle (CON) qui ne pratique pas d’exercice : il leur a été précisé de ne pas pratiquer d’activité physique pendant la durée de l’étude.
 
  • Les mesures : Les mesures prisent sont de deux ordres 
 
  • Les mesures neuromusculaires :
  • Le peak torque isométrique des extenseurs de genou : obtenu sur un dynamomètre HUMAC Norm.
  • Le torque « electrically evoked » : il est mesuré par stimulation transcutanée du nerf fémoral au niveau inguinal.
  • L’activation centrale, et les propriétés contractiles 
  • Les mesures physiologiques musculaires :
  • Le volume musculaire : la mesure est effectuée grâce à l’IRM.
  • La force musculaire : elle est mesurée via un test de 1 RM sur leg extension et sur leg press. 2 à 4 minutes de repos sont accordés entre chaque tentative. La formule de Brzycki est ensuite utilisée pour obtenir une donnée chiffrée.
 
Résultat
 
  • Le peak torque isométrique n’a pas changé après l’entrainement (p= 0.13), pour aucun des groupes. En revanche la 1 RM au Leg Extension a été améliorée pour le groupe ML et le groupe BFR, comparé au groupe contrôle.
  • Le volume musculaire a augmenté dans le groupe ML et le groupe BFR comparé au groupe contrôle où il n’y a pas eu de changement.
 
Les données concernant ces 3 paramètres sont regroupées dans le tableau 2 ci-dessous :
Les adaptations neuromusculaires à l’entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire

  • Il n’y a pas eu de changement significatif de l’activation centrale ou du torque évoqué dans les 3 groupes après le protocole d’entrainement. Les données sont regroupées dans le tableau 3 ci-dessous :
Les adaptations neuromusculaires à l’entrainement à charge faible avec restriction du flux vasculaire

Discussion
 
Les résultats principaux de cette étude sont que la force et le volume musculaire sont améliorés après entrainement à charge modérée ou en BFR, mais il n’a pas été retrouvé de modifications significatives dans les variables neuromusculaires centrales ou périphériques.
 
L’étude montre qu’il n’y a pas de différence statistique dans la magnitude du gain de force et de l’hypertrophie dans les programmes d’entrainement en ML ou en BFR. En revanche, la 1RM au Leg Extension était pratiquement 3 fois plus importantes après l’entrainement ML (34% d’augmentation) par rapport au groupe BFR (13% d’augmentation). Ces résultats sont retrouvés par de nombreux auteurs.
 
Les adaptations neuromusculaires centrales et périphériques, évaluées dans cette étude ont été obtenues à travers l’utilisation de la technique d’« interpolated twitch » et la mesure des torques évoqués. Il n’y a pas eu de différence significative dans l’activation centrale, le groupe ML ayant montré une augmentation de 3%, alors que le groupe BFR a montré une diminution de 2%. Ces valeurs sont numériquement similaires à celle de Kubo et al. (2006).
 
En conclusion, des recherches futures sur les variables neuromusculaires sont nécessaires, pour comprendre toute la mesure de l’utilisation et des effets de l’entrainement BFR.

Article original : Summer B. Cook, Brendan R. Scott , Katherine L. Hayes  and Bethany G. Murphy. Neuromuscular Adaptations to Low-Load Blood Flow Restricted Resistance
Training. Journal of Sports Science and Medicine (2018) 17, 66-73 http://www.jssm.org
Référence :
Abramoff, M.D., Magelhaes, P.J. and Ram, S.J. (2004) Image processing with ImageJ. Biophotonics International 11, 36-42.
Ainsworth, B.E., Jacobs, D.R. and Leon, A.S. (1993) Validity and relia- bility of self-reported physical activity status: the Lipids Re- search Clinics questionnaire. Medicine and Science in Sports and Exercise 25, 92-98.
Baechle, T.R. and Earle, R.W. (2008) Essentials of Strength Training and Conditioning. 3rd edition. Human Kinetics, Champaign, IL. p.396.
Brzycki, M. (1993) Strength testing: predicting a one-rep max from repe- titions to fatigue. Journal of Physical Education, Recreation and Dance 64, 88-90.
Brandner, C.R., Warmington, S.A. and Kidgell, D.J. (2015) Corticomotor excitability is increased following an acute bout of blood flow restriction resistance exercise. Frontiers in Human Neuroscience 9, 652.
Burd, N.A., Mitchell, C.J., Churchward-Venne, T.A. and Phillips S.M. (2012) Bigger weights may not beget bigger muscles: evidence from acute muscle protein responses after resistance exercise. Applied Physiology, Nutrition, Metabolism 37(3), 551-554.
Chilibeck, P.D., Vatanparast, H., Cornish, S.M. and Charlesworth, S. (2011) Evidence-based risk assessment and recommendations for physical activity: arthritis, osteoporosis, and low back pain. Applied Physiology, Nutrition, Metabolism 36(Suppl 1), S49-70.
Clark, B.C., Cook, S.B. and Ploutz-Snyder, L.L. (2007) Reliability of techniques to assess human neuromuscular function in vivo. Journal of Electromyography and Kinesiology 17, 90-101
Clark, B.C., Manini, T.M., Hoffman, R.L., Williams, P.S., Guiler, M.K., Knutson, M.J., McGlynn, M.L. and Kushnick, M.R. (2011) Rel- ative safety of 4 weeks of blood flow-restricted resistance exer- cise in young, healthy adults. Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports 21, 653-662.
Cohen, J. (1988) Statistical power analysis for the behavioral sciences. 2nd edition. New Jersey: Lawrence Erlbaum.
Cook, S.B., Clark, B.C. and Ploutz-Snyder, L.L. (2007) Effects of exer- cise load and blood flow restriction on skeletal muscle function. Medicine and Science in Sports and Exercise 39, 1708-1713.
Cook, S.B., Murphy, B.G. and Labarbera, K.E. (2013) Neuromuscular function following a bout of low-load blood flow restricted ex- ercise. Medicine and Science in Sports and Exercise 45(1), 67- 74.
Cook, S.B., Kanaley, J.A. and Ploutz-Snyder, L.L. (2014). Neuromuscu- lar function following unloading and blood flow restricted exer- cise. European Journal of Applied Physiology 114(7), 1357- 1365.
Ellefsen, S., Hammarström, D., Strand, T.A., Zacharoff, E., Whist, J.E., Rauk, I.,
Rønnestad, B.R. (2015) Blood flow-restricted strength training displays high functional and biological efficacy in women: a within-subject comparison with high-load strength training. American Journal of Physiology. Regulatory, Integrative and Comparative Physiology 309(7), R767-779.
Ishida, K., Moritani, T. and Itoh, K.(1990) Changes in voluntary and elec- trically induced contractions during strength training and de- training. European Journal of Applied Physiology 60, 244-248.
Karabulut, M., Abe, T., Sato, Y. and Bemben, M.G. (2010) The effects of low-intensity resistance training with vascular restriction on leg muscle strength in older men. European Journal of Applied Physiology 108(1), 147-155.
Knight, C.A. and Kamen. G. (2008) Relationships between voluntary ac- tivation and motor unit firing rate during maximal voluntary con- tractions in young and older adults. European Journal of Applied Physiology 103, 625-630.
Kraemer, W.J., Fleck, S.J. and Evans, W.J. (1996) Strength and power training: Physiological mechanisms of adaptation. Exercise and Sport Sciences Reviews 24, 363-397.
Kubo, K., Komuro, T., Ishiguro, N., Tsunoda, N., Sato, Y., Ishii, N., Kanehisa, H. and Fukunaga, T. (2006) Effects of low-load re- sistance training with vascular occlusion on the mechanical prop- erties of muscle and tendon. Journal of Applied Biomechanics 22, 112-119.
LaBarbera, K.E., Murphy, B.G., LaRoche, D.P. and Cook, S.B. (2013) Sex differences in blood flow restricted isotonic knee extensions
to fatigue. Journal of Sports Medicine and Physical Fitness
53(4), 444-452.
Laurentino, G.C., Ugrinowitsch, C., Roschel, H., Aoki, M.S., Soares,
A.G., Neves, M. Aihara, A.Y., Frenandes, A.R. and Tricoli, V. (2012) Strength training with blood flow restriction diminishes myostatin gene expression. Medicine and Science in Sports and Exercise 44, 406-412.
Martín-Hernández, J., Marín, P.J., Menéndez, H., Ferrero, C., Loenneke, J.P. and Herrero, A.J. (2013) Muscular adaptations after two dif- ferent volumes of blood flow-restricted training. Scand Journal of Medicine and Science in Sports 23, 114-120.
Moore, D.R., Burgomaster, K.A., Schofield, L.M., Gibala, M.J., Sale, D.G. and Phillips, S.M. (2004). Neuromuscular adaptations in human muscle following low intensity resistance training with vascular occlusion. European Journal of Applied Physiology 92, 399-406.
Nielsen, J.L., Frandsen, U., Prokhorova, T., Bech, R.D., Nygaard, T., Suetta, C. and Aagaard, P. (2017) Delayed effect of blood flow- restricted resistance training on rapid force capacity. Medicine and Science in Sports and Exercise 49(6), 1157-1167.
Scott, B.R., Loenneke, J.P., Slattery, K.M. and Dascombe, B.J. (2015). Exercise with blood flow restriction: An updated evidence-based approach for enhanced muscular development. Sports Medicine 45(3), 313-325.
Sale, D.G. (1988) Neural adaptation to resistance training. Medicine and Science in Sports and Exercise 20(5), S135-145.
Sale, D.G, Martin, J.E. and Moroz, D.E. (1992) Hypertrophy without in- creased isometric strength after weight training. European Jour- nal of Applied Physiology 64, 51-55.
Stephenson, D.G., Lamb, D.G. and Stephenson, G.M. (1998) Events of the excitation-contraction-relaxation (E-C-R) cycle in fast- and slow-twitch mammalian muscle fibres relevant to muscle fa- tigue. Acta Physiologica Scandinavica 162, 229-245.
Sundberg, C.J. (1994) Exercise and training during graded leg ischemia in health man with special reference to effects on skeletal muscle. Acta Physiologica Scandinavica Suppl 615, 1-50.
Takarada, Y.H., Takazawa, H., Sato, Y., Takebayashi, S., Tanaka, Y. and Ishii, N. (2000a) Effects of resistance exercise combined with moderate vascular occlusion on muscular function in humans. Journal of Applied Physiology 88(6), 2097-2106.
Takarada, Y., Nakamura, Y., Aruga, S., Orida, T., Miyazaki, S. and Ishii, N. (2000b) Rapid increase in plasma growth hormone after low- intensity resistance exercise with vascular occlusion. Journal of Applied Physiology 88(1), 61-65.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter