KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • Upgrade Lésions musculaires
  • KSP
  • KSP
  • KSP
  • KSP
  • KSP


Les athlètes d'élite enceintes, ont des bébés en bonne santé et reprennent le sport tôt après l'accouchement



Venant personnellement d’accompagner ma femme dans sa grossesse avec l’arrivée de ma fille, je me suis intéressé à l’activité sportive tout au long de la grossesse et dès maintenant à la reprise du sport.  Les études sont peu référencées sur le sujet finalement. C’est pourquoi je vous propose la synthèse de cette très belle publication du mois dernier sur la comparaison sur le sujet entre des  athlètes de haut niveau et des non athlètes. 
Arnaud BRUCHARD.
 
 
 


Les athlètes d’élites féminines enceintes pour beaucoup souhaitent retourner au sport de compétition après l'accouchement et participer parfois à des événements majeurs tels que les Jeux olympiques. Il a été constaté que les athlètes de compétition maintiennent un programme d'entraînement plus intense que les femmes moins actives pendant la grossesse, mais aussi qu’elles reprennent plus rapidement l’entraînement post-partum et que l'accouchement peut se traduire par une performance positive sur la performance. Cependant, les publications suggèrent également que les athlètes enceintes peuvent rencontrer plus de risques potentiels de fausse couche, d'accouchement prématuré, de travail prolongé, de poids de naissance fœtal inférieur, de dysfonctionnements du plancher pelvien, de douleurs lombaires et pelviennes, que les femmes moins actives. 
 
En l'absence de contre-indications médicales ou obstétricales, toutes les femmes enceintes sont encouragées à être physiquement actives pendant au moins 150 minutes par semaine à travers une activité aérobie d'intensité modérée. Cependant, les preuves de haute qualité pour les athlètes enceintes font défaut et il n'y a pas de directives spécifiques sur ces femmes, et les connaissances et les « recommandations » sont principalement basées sur des opinions d'experts ou des conseils de coéquipier(es). 
 
En raison de l'absence de lignes directrices spécifiques fondées sur des preuves, un groupe de travail établi par le Comité international olympique (CIO) a collaboré dans le but de passer en revue la littérature médicale existante, à travers cinq articles résumant les preuves actuelles dans ce domaine de recherche. Cependant, très peu d’études existantes incluaient des athlètes enceintes élites, reflétant une connaissance limitée de l'effet de la participation au sport d'élite sur l'athlète enceinte, le fœtus et les questions pratiques liées à la combinaison du rôle de mère et d’athlète.
 
En somme, les connaissances sont limitées concernant les athlètes d'élites et les problèmes de fertilité, les fausses couches, les naissances prématurées, les problèmes de grossesse courants, les blessures, l'image corporelle, les troubles de l'alimentation (ED) ainsi que l'entraînement pendant la grossesse et le retour à l'entraînement et à la compétition dans la période post-partum. De plus, on ne sait pas en quoi la grossesse, l'accouchement et la période post-partum diffèrent entre les athlètes d'élite et les femmes non élites physiquement actives. Enfin, les expériences de l'athlète elle-même en matière d'orientation pratique pendant la grossesse et la période post-partum ne sont pas connues. 
 
 
Sundgot-Borgen et al. ont publié le mois dernier (novembre 2019) en Openacess dans le BJSM, une étude "Elite athletes get pregnant, have healthy babies and return to sport early postpartum"  dont le but était de répondre aux questions suivantes ;

1. Les problèmes de fertilité, les fausses couches, les naissances prématurées ou l'insuffisance pondérale à la naissance diffèrent-ils entre les athlètes d'élites et les femmes non élites physiquement actives (témoins) ?
2. Quel est le volume d'entraînement (min / semaine) pour les athlètes d'élites et les contrôles pendant les trois trimestres, et quand les athlètes et les contrôles retournent-ils au sport et font-ils de l'exercice après l'accouchement ?
3. L'expérience des plaintes et des complications courantes diffèrent-t-elles entre les athlètes d'élites et les contrôles pendant la grossesse ou l'accouchement ?
4. Les blessures, l'insatisfaction corporelle (body dissatisfaction  BD), le désir de maigrir (drive for thinness  DT) ou les problématiques alimentaires (eating disorders ED) diffèrent-ils entre les athlètes d'élites par rapport aux contrôles pendant la grossesse ou pendant la période post-partum?
5. Quels défis pratiques les athlètes d'élites rencontrent-elles en étant enceintes et mères?

 
Attention, Il convient de noter que les athlètes de cette étude étaient à un niveau de performance très élevé, obtenant 292 médailles dans les compétitions internationales et jusqu'à 36 médailles aux Jeux olympiques.
 

 

COMMENT ?
 

Le groupe athlète :
Les athlètes d'élites ont été recrutées au travers des réseaux, et devaient être enceintes ou avoir accouché au cours des 5 dernières années. 
 
Les critères d'inclusion étaient d'être un athlète d'élite au niveau international prévoyant de revenir au même niveau de compétition après l'accouchement, 25 à 40 ans, un indice de masse corporelle (IMC) avant la grossesse> 18,5 kg / m2 et <26kg / m2 et être disposées à remplir un questionnaire et / ou à participer à un entretien structuré dans l'année suivant l'accouchement (du dernier bébé). 
 
Les critères d'exclusion étaient si l'athlète n'avait pas rempli le questionnaire ou répondu aux questions de l'entretien structuré de manière satisfaisante (comme le manque d'informations concernant l'entraînement et / ou le poids de naissance), ou si elle n'avait pas l'intention de concourir au niveau international après le partum. 
 
Au final, 35 athlètes sont recrutées
 
Création du groupe contrôle :  non élites physiquement actives.
 
Les critères d'inclusion étaient une activité physique régulière (> 150 min par semaine) pendant au moins 2 ans de pré-grossesse, n'ayant pas participé à des sports de compétition au niveau national ou international au cours des 5 dernières années, de 25 à 40 ans, un IMC avant la grossesse> 18,5 kg / m2 et <26kg / m2 et être disposée à remplir un questionnaire et / ou à participer à un entretien structuré dans un délai d'un an après l'accouchement (du dernier bébé). Les participants ont été recrutés dans les centres de santé, les médecins généralistes et les obstétriciens de Norvège.
 
Les critères d'exclusion étaient si le contrôle n'avait pas rempli le questionnaire ou répondu aux questions de l'entretien structuré de manière satisfaisante (comme le manque d'informations concernant ‘entraînement et / ou le poids à la naissance), la compétition au niveau élite (national ou international) ou si elle ne prévoyait pas de faire de l'exercice régulièrement après l'accouchement.
 
Au final, Sur les 57 femmes sont recrutées. 
 
 

QU'ONT ILS TROUVÉ  ?
  • Les athlètes et les témoins avaient un âge moyen similaire.
  • Au total, les athlètes ont remporté 36 médailles (or, argent ou bronze) aux Jeux olympiques et 208 victoires aux championnats d'Europe et du monde ou aux coupes du monde. 
  • Parmi les témoins, 79% ont déclaré participer à des sports organisés pendant leur jeunesse. À l'exception de six (18%) et quatre (12%) athlètes et contrôles multipares, les autres étaient une première naissance vivante du troisième trimestre. 
  • Le gain de poids moyen pendant la grossesse ne diffère pas entre les athlètes d'élite et les témoins (12,3 kg (4,1 kg) vs 13,3 kg (3,4 kg), p = 0,28).
Endurance :
  • Les athlètes avaient un volume d'entraînement d'endurance moyen plus élevé que les témoins à chaque période de mesure. 
  • Les deux groupes ont montré une diminution du volume de la pré-grossesse au premier et au troisième trimestre, 0 à 3 mois post-partum et 3 à 6 mois post-partum
  • Pendant la grossesse, l'entraînement en endurance était plus élevé au deuxième trimestre que dans le premier pour les deux groupes et également supérieur au troisième pour les athlètes. 
  • Dans la période post-partum, l'entraînement en endurance a augmenté progressivement dans les deux groupes. 
  • Aucun des athlètes ou des contrôles n'a inclus d'entraînement d'endurance de haute intensité au cours du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse à l’exception de 3 athlètes au cours du premier trimestre. 
L'entraînement en force
  • Le volume moyen d'entraînement en force différait également entre les athlètes et les témoins à tous les points dans le temps et entre les points dans le temps de l'athlète et le groupe témoin. 
  • Les athlètes ont montré une diminution du travail entre la période de pré-grossesse et celle du premier au troisième trimestre et de 0 à 3 mois après l'accouchement. 
  • Pendant la grossesse, le volume d'entraînement en force était plus faible au premier trimestre par rapport aux deuxième et troisième.
  • Le volume d'entraînement a encore diminué du troisième trimestre à 0–3 mois postpartum et augmenté de 0–3 à 3–6 et 6–9 mois postpartum.
  •  Dans le groupe témoin, seul le volume d'entraînement en force au premier trimestre était inférieur à celui de la grossesse, 3 à 6 mois postpartum et 6 à 9 mois postpartum.
Volume d'entraînement total
  • Le volume total d'entraînement (minutes combinées d'endurance et de musculation par semaine) différait également entre les athlètes et les contrôles à chaque instant et entre les différents moments dans le groupe athlétique et le groupe témoin.
  • Dans les deux groupes, le volume d'entraînement avant la grossesse était significativement plus élevé que les autres moments, sauf de 6 à 9 mois après l'accouchement. 
  • Pendant la grossesse, les deux groupes différaient entre le premier et le deuxième trimestre et le groupe athlétique différait également entre le deuxième et le troisième trimestre. 
  • Dans la période post-partum, le volume total d’entraînement a augmenté de 0–3 à 3–6 et 6–9 mois dans les deux groupes.
  • 71% des athlètes et 32% des témoins ont repris leur programme de sport et d'exercice 0–6 semaines après l'accouchement. 
  • Une fréquence similaire d'athlètes (24%) et de témoins (24%) sont retournés au sport et à l'exercice 7 à 12 semaines après l'accouchement. 
Plaintes et complications pendant la grossesse
  • Aucune différence d'incontinence urinaire générale dans la période post-partum n'a été observée entre les athlètes et les témoins 
Blessures
  • Quatre (12%) athlètes ont signalé des blessures aiguës induites par l'entraînement pendant la grossesse (deux musculaires, une fracture et une lésion de la cheville), et toutes se sont produites au cours du troisième trimestre. 
  • De plus, quatre (12%) athlètes ont subi cinq fractures de stress pendant la période post-partum (trois dans le sacrum, une dans le cinquième métatarsien et une au tibia). 
  • Aucun des participants du groupe témoin n'a signalé de blessures aiguës ou dues à une surutilisation induite par l'entraînement pendant la grossesse ou dans les 9 premiers mois du post-partum. 
  • Deux des quatre athlètes souffrant de fractures de stress représentaient des sports de type endurance et deux représentaient des sports de balle en équipe. Ils sont tous retournés à un entraînement spécifique au sport à volume élevé dans les 6 semaines suivant l'accouchement, et étaient toutes allaitantes.
Insatisfaction corporelle, recherche de minceur et troubles de l'alimentation
Rappels :
-Insatisfaction corporelle (body dissatisfaction BD), 
- Désir de maigrir (drive for thinness  DT)
- Problématiques alimentaires (eating disorders ED)
  • Ni les athlètes ni les témoins n'avaient des scores BD ou DT moyens supérieurs à la date limite avant la grossesse ou pendant la période post-partum.
  • Les athlètes ont augmenté les scores BD et DT, tandis que les témoins ont diminué leur score DT de la pré-grossesse au post-partum. 
  • Six athlètes (18%) et sept témoins (21%) ont signalé des scores élevés à la fois BD et DT post-partum. 
  • Les données du questionnaire ont indiqué que neuf athlètes (26%) et quatre témoins (12%) ont éprouvé des difficultés liées à la DE antérieure ou actuelle. 
  • Quatre (12%) athlètes et un (3%) témoins ont également déclaré avoir eu une DE avant ou pendant la grossesse. 
Niveau de performance
  • La plupart des athlètes ont déclaré que leur niveau de performance était le même (n = 15, 44%) ou mieux (n = 5, 15%) dans la période post-partum à 3–9 mois (en moyenne 4 mois après l'accouchement) par rapport aux 6 derniers mois période de non-grossesse, alors que 26% (n = 9) ont signalé une baisse du niveau de performance et 15% (n = 5) ne le savaient pas. 
  • La plupart des témoins ont rapporté que leur performance à l'exercice était la même (n = 28, 82%) tandis que deux (6%) et quatre (12%) ont rapporté une performance d'exercice meilleure et diminuée.
  • Expérience pratique pour les athlètes
  • Six (18%) et 14 (41%) athlètes étaient satisfaites des conseils relatifs à l'apport en nutriments et à l'entraînement, respectivement, pendant la grossesse. Pour les témoins, peu ont répondu à la question de la nutrition, mais 16 sur 21 n'étaient pas satisfaits des conseils liés à l’entraînement
  • Dix-huit (53%) athlètes et 14 (sur les 21 témoins qui ont répondu à cette question) ont déclaré être particulièrement incertains au sujet de l'entraînement en force. Quatre (12%) athlètes ont été recommandées de ne pas allaiter et n'ont donc pas du tout allaité. Les 30 autres athlètes (88%) étaient allaitantes et 87% d'entre elles prévoyaient d'allaiter pendant une période plus longue que 6 mois. Tous les témoins, sauf un, allaitaient et prévoyaient de le faire pendant plus de 6 mois.
  • Un pourcentage similaire d'athlètes par rapport aux témoins ont indiqué qu'ils n'avaient pas suffisamment dormi pour récupérer correctement (29 (85%) vs 26 (76%). 
  • La plupart des athlètes ont préféré ne pas amener leur bébé à l'entraînement (n = 22, 65%) ou à la compétition (n = 24, 71%). 
  • Dans une question ouverte aux athlètes, les deux facteurs de succès les plus fréquemment rapportés (pour effectuer à un niveau post-partum élevé) étaient le temps de récupération (rapporté par n = 25, 74%) et d'avoir le "bon '' partenaire" (n = 21, 62%).

LIMITES 
 
Les limites de cette étude incluent une taille d'échantillon relativement petite et le risque d'erreurs statistiques de type 2. En ce qui concerne la taille de l'échantillon, il s'agit de la population totale d'athlètes de haut niveau qui était enceinte et a accouché pendant la période de collecte des données. 
 
 

QUE CONCLUENT ILS ?
 
  • Les résultats de cet échantillon d'athlètes d'élites indiquent que les problèmes de fertilité, les fausses couches, les naissances prématurées et le faible poids de naissance ne sont pas plus fréquents chez les athlètes d'élites que les contrôles physiquement actifs. Ces résultats pourraient étayer les suggestions du groupe de travail du CIO selon lesquelles un exercice d'intensité faible à modérée ne semble pas augmenter le risque de fausse couche ou d'accouchement prématuré, et que l'exercice réduit le risque d'excès de poids à la naissance sans augmenter le risque d'insuffisance pondérale à la naissance. Rappelons également que le groupe de travail du CIO et d'autres ont suggéré que l'activité physique pendant la grossesse pourrait réduire le besoin de césarienne
  • Les deux groupes ont diminué leur volume d'entraînement au cours des trimestres et au cours des deux premières périodes postpartum par rapport à la grossesse. 
  • Les athlètes avaient un volume d'entraînement beaucoup plus élevé que les contrôles, mais il est intéressant de noter que le schéma d'entraînement pendant la grossesse et la période post-partum était identique en comparant les deux groupes.
  • Près de trois athlètes sur quatre et un contrôle sur trois sont retournés à leurs routines de sport et d'exercice 0–6 semaines après l'accouchement.
  • Les athlètes ont signalé moins de plaintes que les témoins pendant la grossesse, mais elles n'ont signalé que des blessures graves telles que des fractures de stress (une athlète sur trois seulement a été recommandé d'augmenter l'apport en calcium et en vitamine D pendant la grossesse et le post-partum (données non présentées).  
  • La plupart des athlètes ont estimé que leur niveau de performance était le même ou meilleur après être devenue mère, et aucun des groupes n'était satisfait des conseils d'entraînement / d'exercice et le défi pratique le plus important était d'avoir suffisamment de temps pour récupérer.

L’étude :
Sundgot-Borgen J, Sundgot-Borgen C, Myklebust G, et al. Elite athletes get pregnant, have healthy babies and return to sport early postpartum. BMJ Open Sport & Exercise Medicine 2019;5:e000652. doi:10.1136/ bmjsem-2019-000652



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter