KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Les effets de l’entrainement intermittent à haute intensité sur les mesures de la performance sportive : une revue systématique



INTRODUCTION
 
Augmenter la performance athlétique pour atteindre la victoire est un but recherché par tous les sportifs, coach, et les kinésithérapeutes du sport. Pour gagner, la performance athlétique doit être augmentée au plus haut niveau possible.


Chaque sport présente différents outils de mesures et nécessite différentes compétences. Par exemple, pour le foot on mesure le nombre de buts marqués et ce sport nécessite une agilité particulière des membres inférieurs, ainsi que des compétences techniques balle au pied, alors que pour la natation, la mesure privilégiée est le temps, et ce sport nécessite une technicité dans la nage. Quelques soient les compétences nécessaires à chaque sport, chacun requiert une combinaison de force, de puissance, de vitesse et d’endurance. 

L’entrainement intermittent à haute intensité (HIIT) est devenu populaire via le monde du fitness et de la réhabilitation pour ses bénéfices perçus et objectifs. Le HIIT est une méthode d’entrainement qui utilise de court laps de temps à haute intensité, typiquement défini par un temps à 90% de la VO2peak, intercalé avec des périodes courtes de repos. Il existe beaucoup de variations et de méthodes pour le HIIT, et le ratio effort/repos varie selon les méthodes. 

Une documentation considérable existe à propos des effets du HIIT sur de nombreuses mesures physiologiques, comme la VO2max , VO2peak , et la lactatémie. Une revue systématique avec méta analyse conclue que le HIIT induit des améliorations significatives plus grandes de la VO2peak comparé à un entrainement continue à intensité modérée, chez des patients présentant des pathologies chroniques dues à leur mode de vie, comme l’hypertension ou l’obésité. Une autre méta analyse rapporte que le HIIT peut augmenter significativement la VO2 chez de jeunes adultes sains. Le HIIT est également efficace pour augmenter le seuil du lactate sanguin. 

Alors que ces mesures physiologiques sont souvent considérées pour être corrélées à la performance sportive, il n’est pas clair avec quelle ampleur ces mesures sont corrélées avec l’amélioration de la performance sportive parmi un spectre de différent sport. Il est par exemple possible que l’augmentation de la VO2max et d’autre mesures physiologiques ne résulte pas nécessairement dans l’amélioration de la performance sportive. Bien que le HIIT soit bénéfique pour de nombreuses mesures physiologiques, il n’est pas connu si le HIIT peut actuellement être bénéfique pour la performance sportive, en mesurant des données de la performance plutôt que des données physiologiques.
 
Les effets de l’entrainement intermittent à haute intensité sur les mesures de la performance sportive : une revue systématique

OBJECTIF
 
Le but de cette revue est de faire un examen systématique des effets du HIIT sur les mesures de la performance sportive.


METHODE
 
Deux relecteurs ont conduit une recherche de la littérature, de Janvier 2006 à Aout 2016, sur les bases de données suivantes : Medline, Cinahl, SportsDiscus et PubMed. Les examinateurs ont effectué des recherches dans la base de données et examiné les titres et les résumés pertinents, mesurant les effets de l'HIIT sur une mesure externe des résultats sportifs. Pour cet examen, les mesures de performance sportive ont été considérées comme celles qui mesuraient un résultat objectif, basé sur le sport, tel que la hauteur de saut ou le temps de piste de 3 000 m. Les variables physiologiques seules, telles que la VO2max ou les taux de lactate dans le sang, n'ont pas été considérées comme des mesures du résultat sportif. Les études incluses étaient des essais randomisés qui mesuraient les effets de l’HIIT sur les mesures de résultats sportifs. Les études devaient être publiées en anglais dans une revue à comité de lecture. Tous les sujets de l'étude devaient avoir au moins 18 ans. De plus, les études devaient obtenir un score > 3 sur l'échelle de la base de données de preuves en physiothérapie (PEDro), qui serait déterminée après l'analyse des scores de PEDro. Ce score PEDro a été décidé car il a été démontré que les scores PEDro de 4 ou plus avaient une fiabilité de «passable» à «bonne».

RESULTATS
 
Au total, 14 études ont rempli tous les critères d’inclusion pour cette revue. La méthode de recherche est résumée dans le tableau ci-dessous :

Au total, 14 études ont rempli tous les critères d’inclusion pour cette revue. La méthode de recherche est résumée dans le tableau ci-dessous : Un total de 355 sujets sains ont été inclus dans l’étude, parmi les 14 articles sélectionnés.

• Quatre études ont analysé les effets du HIIT sur des paramètres de courses : Une des études compare les effets du HIIT à intervalles plus long (4 à 6 x4 min à 100% de la vitesse moyenne) par rapport au SMIT (intervalle court d’effort supra maximal : 6x10 sec à 130% de la vitesse moyenne), pendant 6 semaines. Les deux programmes montrent une amélioration significative au contre la montre au 3000m. Une autre étude mesure les effets de 2 entrainements hebdomadaires pendant 3 semaines, d’un protocole HIIT de 6x10s de vélo contre une résistance de 7,5% de poids du corps avec 3 différents intervalles : 30, 80 et 120 secondes. Le groupe d’intervalle à 30 secondes a montré de meilleurs résultats au contre la montre au 3000m. Les autres études montrent un intérêt significatif du HIIT sur la performance au 5000m, et le sprint de 40m.

• Deux études ont examiné les effets du HIIT sur la performance au rameur : Les études concluent à une amélioration du temps contre la montre sur 2000m, après un protocole de HIIT.

• Les sports comme le tennis, le cyclisme, la natation, le softball ou le hockey ont chacun été analysé par une étude : Après protocole HIIT, il y a eu une augmentation (3%) dans la vitesse de pointe sur terrain au softball, une amélioration du temps contre la montre sur 5 miles en cyclisme, une amélioration du sprint sur 33 mètres au hockey. En revanche, il n’y a pas eu d’effet significatif pour le test d’endurance en natation. Bien que le HIIT montrent des effets bénéfiques significatifs sur plusieurs mesures de résultats, il n’a pas toujours été montré comme plus efficace qu’une autre méthode.
Les effets de l’entrainement intermittent à haute intensité sur les mesures de la performance sportive : une revue systématique

CONCLUSION
 
Les conclusions de cette revue indiquent que le HIIT peut avoir des effets bénéfiques sur certaines mesures de performance sportive. Bien que différentes doses de HIIT aient été efficaces, rien n’indique clairement quelle prescription de HIIT est la plus efficace pour des activités sportives spécifiques.

Article original

Joe Girard, Brian Feng & Chris Chapman (2018): The effects of high-intensity interval training on athletic performance measures: a systematic review, Physical Therapy Reviews, DOI: 10.1080/10833196.2018.1462588


Références

[1] Tucker R, Collins M. What makes champions? A review of the relative contribution of genes and training to sporting success. Brit J Sports Med. 2012:555–561
[2] Izquierdo M, Häkkinen K, Gonzalez-Badillo JJ, et al. Effects of long-term training speci city on maximal strength and power of the upper and lower extremities in athletes from different sports. Eur J Appl Physiol. 2002;87(3):264–271.
[3] Balčiūnas M, Stonkus S, Abrantes C, et al. Long term effects of different training modalities on power, speed, skill and anaerobic capacity in young male basketball players. J Sports Sci Med. 2006 Mar 1;5(1):163–170.
[4] Markovic G, Jukic I, Milanovic D, et al. Effects of sprint and plyometric training on muscle function and athletic performance. J Strength Cond Res. 2007 May 1;21(2):543–549.
[5] Gibala M, McGee S. Metabolic adaptions to short term high intensity interval training: a little pain for a lot of gain? Exer Sport Sci Rev. 2008;36(2):58–63.
[6] Milanović Z, Sporiš G, Weston M. Effectiveness of high-intensity interval training (HIT) and continuous endurance training for VO2max improvements: a systematic review and meta-analysis of controlled trials. Sports Med. 2015;45(10):1469–1481.
[7] Weston KS, Wisløff U, Coombes JS. High-intensity interval training in patients with lifestyle-induced cardiometabolic disease: a systematic review and meta-analysis. Brit J Sports Med. 2014;48(16):1227–1234.
[8] Esfarjani F, Laursen PB. Manipulating high-intensity interval training: effects on, the lactate threshold and 3000m running performance in moderately trained males. J Sci Med Sport. 2007;10(1):27–35.
[9] Midgley A, McNaughton L, Wilkinson M. Is there an optimal training intensity for enhancing the maximum oxygen uptake of distance runners? Empirical research ndings, current opinions, physiological rationale and practical recommendations. Sports Med. 2006;36:117–132.
[10] Vollard N, Constantin-Teodosiu D, Fredriksson K, et al. Systematic analysis of adaptations in aerobic capacity and submaximal energy metabolism provides a unique insight into determinants of human aerobic performance. J. Appl. Physiol. 2009;106:1279–1286.
[11] Noakes TD. Physiological models to understand exercise fatigue and the adaptations that predict or enhance athletic performance. Scand J Med Sci Spor. 2000;10(3):123–145.
[12] Mclaughlin JE, Howley ET, Bassett DR Jr, et al. Test of the classic model for predicting endurance running performance. Med Sci Sport Exer. 2010;42(5):991–997.
[13] Ribeiro JP, Cadavid E, Baena J, et al. Metabolic predictors of middle-distance swimming performance. Brit J Sports Med. 1990;24(3):196–200.
[14] Physiotherapy Evidence Database. PEDro scale. 1999. Available from: www.pedro.org
[15] Maher CG, Sherrington C, Herbert RD, et al. Reliability of the PEDro scale for rating quality of randomized controlled trials. Phys Ther. 2003 Aug 1;83(8):713.
[16] de Morton NA. The PEDro scale is a valid measure of the methodological quality of clinical trials: a demographic study. Aust J Physio. 2009;55(2):129–133.
[17] Ache-Dias J, Dellagrana RA, Teixeira AS, et al. Effect of jumping interval training on neuromuscular and physiological parameters: a randomized controlled study. Appl Physiol Nutr Me. 2016;41:20–25.
[18] Akca F, Aras D. Comparison of rowing performance improvements following various high-intensity interval trainings. J Strength Cond Res. 2015;29(8):2249–2254.
[19] Cicioni-Kolsky D, Lorenzen C, Williams MD, et al. Endurance and sprint bene ts of high-intensity and supramaximal interval training. Eur J Sport Sci. 2013;13(3):304–311.
[20] Dunham C, Harms CA. Effects of high-intensity interval training on pulmonary function. Eur J Appl Physiol. 2011;23(112):3061–3068.
[21] Maddigan ME, Behm DG, Belfry GR. High-Intensity interval training for improvement of overhand throwing velocity. Int J AthlTher Trai. 2014;19(1):36–40.
[22] Inoue A, Impellizzeri FM, Pires FO, et al. Effects of sprint versus high-intensity aerobic interval training on cross-country mountain biking performance: a randomized controlled trial. PLOS ONE. 2016 Jan 20;11(1):e0145298.
[23] Dellal A, Owen AL. Small-sided games versus interval training in amateur soccer players: effects on the aerobic capacity and the ability. J Strength Cond Res. 2011 Nov;26(10):2712–2720.
[24] Etxebarria N, Anson JM, Pyne DB, et al. High-intensity cycle interval training improves cycling and running performance in triathletes. Eur J Sport Sci. 2014;14(6):521–529.
[25] Fernandez-Fernandez J, Zimek R, Wiewelhove T, et al. High- intensity interval training vs. repeated-sprint training in tennis. J Strength Cond Res. 2012;26(1):53–62.
[26] Kavaliauskas M, Aspe RR, Babraj J. High-intensity cycling training: the effect of work-to-rest intervals on running performance measures. J Strength Cond Res. 2015;29(8):2229–2236.
[27] Kilen A, Larsson TH, Jørgensen M, et al. Effects of 12 weeks high- intensity & reduced-volume training in elite athletes. PLOS ONE. 2014; Apr 15.
[28] Ortiz MJ, Benedito SD, Greco CC, et al. Interval training at 95% and 100% of the velocity at VO2max: effects on aerobic physiological indexes and running performance. Appl Physiol Nutr Metab. 2006 Sep;29(31):737–743.
[29] Driller MW, Fell JW, Gregory JR, et al. The effects of high-intensity interval training in well-trained rowers. Int J of Sport Physiol. 2009;4(1):110–121.
[30] Naimo MA, de Souza EO, Wilson JM, et al. High-intensity interval training has positive effects on performance in ice hockey players. Int J Sports Med. 2015 Apr 25;36(1):61–66.
[31] Markovic G, Dizdar D, Jukic I, et al. Reliability and factorial validity of squat and countermovement jump tests. J Strength Cond Res. 2004 Aug 1;18(3):551–555.
[32] Gibala MJ, Little JP, MacDonald MJ, et al. Physiological adaptations to low-volume, high-intensity interval training in health and disease. J Physiol. 2012;590(5):1077–1084.
[33] Laursen PB, Jenkins DG. The scienti c basis for high-intensity interval training. Sports Med. 2002;32(1):53–73.
[34] Esfarjani F, Laursen PB. Manipulating high-intensity interval training: effects on, the lactate threshold and 3000m running performance in moderately trained males. J Sci Med Sport. 2007;10(1):27–35.
[35] Laursen PB, Jenkins DG. The scienti c basis for high-intensity interval training. Sports Med. 2002;32(1):53–73.
[36] Gibala M. High intensity interval training: a time ef cient strategy for health promotion? Current Spor Med Reports. 2007;6:211–213. [37] Moher D, Liberati A, Tetzlaff J, et al. Preferred reporting items for systematic reviews and meta-analyses: the PRISMA statement. PLoS Med. 2009;6(7):e1000097.




Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter