KINESPORT KINESPORT
 


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • SYMPOSIUM 2020
  • BFR
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • KSP_Belgique
  • Masterclass


Les effets de la cryothérapie et du cryostretching sur les résultats cliniques et fonctionnels chez les athlètes souffrant d'une lésion aiguë des ischio-jambiers



Sefiddashti L et al
 

Introduction



La lésion musculaire des ischio-jambiers est une atteinte courante dans le domaine sportif. Malgré l’incidence importante de cette atteinte, il n’y a toujours pas de consensus sur la meilleure méthode d’intervention précoce.
La cryothérapie a été suggérée comme une modalité thérapeutique efficace et simple pour la gestion de la douleur après des blessures aiguës. Les effets inhibiteurs du froid sur la douleur et la dépolarisation du fuseau musculaire entraînent une réduction des spasmes musculaires et améliorent ainsi la relaxation musculaire. Cela augmente la capacité des patients à effectuer un exercice sans douleur.
Malgré l'absence de preuve d'un effet de la cryothérapie sur la lésion musculaire, l'utilisation de la glace dans la pratique clinique a été préconisée. De plus, les effets thérapeutiques de l'application de froid peuvent être améliorés s'ils se combinent avec l'étirement, connus sous le nom de cryostretching. L’application de l’étirement peut accélérer l'activité fibroblastique et stimuler l'expression de plusieurs facteurs de croissance impliqués dans la régénération du muscle lésé.
Un étirement doux peut aider à restaurer la résistance à la traction du tissu lésé en induisant une croissance plus rapide des capillaires sanguins et à optimiser l’orientation des fibres musculaires. Outre les modifications histologiques, la force du muscle blessé revient plus rapidement au niveau initial.
Il est également rapporté que l'étirement aide à optimiser la guérison en améliorant l'élasticité du muscle blessé, en prévenant l'atrophie musculaire et la perte d'extensibilité.
Compte tenu de ces résultats, il est probable que les effets combinés de l'étirement et de la cryothérapie soient supérieurs aux effets de l'application de froid isolée. Bien que l'effet de la cryothérapie et du cryostretching sur la flexibilité des ischio-jambiers ait déjà été étudié chez des sujets sains, l'efficacité de l'étirement combiné à la cryothérapie n'a pas été étudié auparavant chez les athlètes présentant une lésion musculaire aiguë.
Par conséquent, le but de cette étude était de comparer les effets à court terme du cryostretching et de la cryothérapie sur la douleur, l'amplitude de mouvement et la fonction chez des athlètes souffrant d'une lésion aiguë des ischio-jambiers.
 

Matériel et méthode



Trente-sept athlètes de haut niveau souffrant d’une lésion aiguë (<48h) de garde I ou II ont été assignés de manière aléatoire au groupe cryothérapie (n=19) ou cryostretching (n=18). Chaque participant a bénéficié de 5 séances de traitement en plus d’un programme d’auto-soins à réaliser à domicile.
Les sujets du groupe cryothérapie réalisaient 4 à 5 applications de glace d’une durée de 20 minutes sur la zone douloureuse.

Dans le groupe cryostretching, après une application de froid avec la même procédure que celle décrite ci-dessus, les participants ont pratiqué 3 répétitions d’un étirement statique des muscles ischio-jambiers de 30 secondes. L'étirement statique a été effectué en position debout dans une position d'inclinaison pelvienne antérieure. La jambe blessée a été placée sur une marche proportionnelle à la taille du participant avec la hanche ipsilatérale placée dans environ 30° de flexion tout en gardant le genou étendu.

La mise en tension des ischio-jambiers devait être douce et sans douleur.
Les changements pré et post-hoc concernant le douleur, l’amplitude d’extension de genou passive et active et la fonction ont été comparés entre les deux groupes.
 
Les effets de la cryothérapie et du cryostretching sur les résultats cliniques et fonctionnels chez les athlètes souffrant d'une lésion aiguë des ischio-jambiers

Les effets de la cryothérapie et du cryostretching sur les résultats cliniques et fonctionnels chez les athlètes souffrant d'une lésion aiguë des ischio-jambiers
Figure 1 : position lors l’étirement statique dans le groupe cryostretching (en haut) et positio lors de la mesure d’amplitude active et passive (en bas).
 

Résultats



La répartition des athlètes était presque similaire entre le groupe cryothérapie (n=13 avec grade I, n=6avec grade II) et cryostretching (n=12 avec grade I; n=6 avec grade II ).
Les deux groupes de traitement étaient comparables lors de l'évaluation préalable au traitement en ce qui concerne toutes les mesures de résultats (Tableau 1).
Bien que la diminution des scores de sévérité de la douleur entre l’évaluation initiale et post intervention était plus importante pour le cryostretching que pour la cryothérapie, la différence n'était pas significative.
Le groupe de cryostretching a montré une amélioration plus importante des amplitudes d’extension de genou par rapport au groupe cryothérapie, avec une différence significative pour l’amplitude passive. Le cryostretching a montré une amélioration significativement plus importante de la fonction (score LEFS) par rapport au groupe cryothérapie.

Les effets de la cryothérapie et du cryostretching sur les résultats cliniques et fonctionnels chez les athlètes souffrant d'une lésion aiguë des ischio-jambiers
Tableau 1.
 

Discussion



La principale constatation de cette étude était l’amélioration significative de l’amplitude passive en extension de genou et du score LEFS.

Une corrélation modérée entre les mesures basées sur un questionnaire et les mesures de performance indique que des scores LEFS améliorés peuvent également refléter une amélioration des performances dans les tâches fonctionnelles.
La différence observée entre la cryothérapie et la cryostretching indiquait que l'étirement superposé à l'application de froid entraînait une amélioration plus importante des performances fonctionnelles.
Il y a plusieurs explications aux effets bénéfiques de l'étirement sur la performance fonctionnelle. Bien que le mécanisme exact de la réduction de la douleur induite par l'étirement soit inconnu, il est possible que les entrées non nociceptives provenant des afférences musculaires et articulaires interfèrent avec les signaux des fibres nociceptives, entraînant une suppression de la douleur. Ceci est en accord avec la théorie du gate contrôle
L'amélioration de l'état fonctionnel peut également être attribuée aux changements de force du muscle associés à l'application d'étirement doux. Des études expérimentales ont montré que l'étirement en tant que partie importante du programme de mobilisation aide à inciter une orientation parallèle de la fibre musculaire et à restaurer la force du muscle blessé.

De plus, l'étirement peut être bénéfique pour contrer les modifications potentielles de la relation couple-angle du muscle lésé. Théoriquement le décalage vers la droite induit par l'étirement dans la relation couple-angle peut augmenter la production de couple au niveau des muscles étirés.
Dans une étude visant à comparer les effets à court terme de la cryothérapie et de la cryostretching sur la flexibilité des muscles ischio-jambiers chez des participants sains, Pantagiotis et al. ont constaté une amélioration au test de flexion assis sans différence significative entre les deux méthodes.
Selon Gajdosik et al. l’amplitude passive correspond à la longueur maximale (longueur complètement étirée) contrairement à l’amplitude active. Si nous considérons que l’amplitude passive est une meilleure représentation de la longueur maximale, nous pouvons conclure que le cryostretching a été plus efficace que la cryothérapie pour augmenter la longueur du muscle.
 

Conclusion



En conclusion, le cryostretching a conduit à une amélioration plus importante de la fonction et de l'amplitude des mouvements. Il a des implications considérables pour la pratique clinique si le but du programme de réadaptation est d'atteindre un niveau fonctionnel plus élevé et une plus grande amplitude de mouvement. Il semble que des étirements doux en respectant l’indolore peuvent améliorer les effets thérapeutiques de la cryothérapie après une lésion aiguë des ischio-jambiers.
 

Article original



Sefiddashti L et al. The effects of cryotherapy versus cryostretching on clinical and functional outcomes in athletes with acute hamstring strain, Journal of Bodywork & Movement Therapies (2017), http://dx.doi.org/10.1016/j.jbmt.2017.08.007
 
 
Références

Algafly, A.A., George, K.P., 2007. The effect of cryotherapy on nerve conduction velocity, pain threshold and pain tolerance. Br. J. Sports Med. 41, 365e369 discussion 369.
Behm, D.G., Blazevich, A.J., Kay, A.D., McHugh, M., 2016. Acute effects of muscle stretching on physical performance, range of motion, and injury incidence in healthy active individuals: a systematic review. Appl. Physiology Nutr. Metabolism 41, 1e11.
Bleakley, C., McDonough, S., MacAuley, D., 2004. The use of ice in the treatment of acute soft-tissue injury: a systematic review of randomized controlled trials. Am. J. Sports Med. 32, 251e261.
Boonstra, A.M., Schiphorst Preuper, H.R., Reneman, M.F., Posthumus, J.B., Stewart, R.E., 2008. Reliability and validity of the visual analogue scale for disability in patients with chronic musculoskeletal pain. Int. J. Rehabilitation Res. 31, 165e169.
Dadebo, B., White, J., George, K.P., 2004. A survey of flexibility training protocols and hamstring strains in professional football clubs in England. Br. J. Sports Med. 38, 388e394.
Drezner, J.A., 2003. Practical management: hamstring muscle injuries. Clin. J. Sport Med. 13, 48e52.
Gajdosik, R.L., Rieck, M.A., Sullivan, D.K., Wightman, S.E., 1993. Comparison of four clinical tests for assessing hamstring muscle length. J. Orthop. Sports Phys. Ther. 18, 614e618.
Gkrilias, P.D., Tsepis, E.M., Fousekis, K.A., 2017. The effects of hamstrings' cooling and cryostretching on Sit and Reach Flexibility Test performance in healthy young adults. Br. J. Med. Med. Res. 19, 1e11.
Guillodo, Y., Here-Dorignac, C., Thoribe, B., Madouas, G., Dauty, M., Tassery, F., Saraux, A., 2014. Clinical predictors of time to return to competition following hamstring injuries. Muscles Ligaments Tendons J. 4, 386e390.
Heiderscheit, B.C., Sherry, M.A., Silder, A., Chumanov, E.S., Thelen, D.G., 2010. Hamstring strain injuries: recommendations for diagnosis, rehabilitation, and injury prevention. J. Orthop. Sports Phys. Ther. 40, 67e81.
Heinrichs, K., 2004. Superficial thermal modalities. In: Millis, D.L., Levine, D., Taylor, R.A. (Eds.), Canine Rehabilitation and Physical Therapy. Elsevier, pp. 277e288.
Jarvinen, T.A., Jarvinen, T.L., Kaariainen, M., Aarimaa, V., Vaittinen, S., Kalimo, H., Jarvinen, M., 2007. Muscle injuries: optimising recovery. Best Pract. Res. Clin. Rheumatology 21, 317e331.
Jarvinen, T.A., Jarvinen, T.L., Kaariainen, M., Kalimo, H., Jarvinen, M., 2005. Muscle injuries: biology and treatment. Am. J. Sports Med. 33, 745e764.
Kennet, J., Hardaker, N., Hobbs, S., Selfe, J., 2007. Cooling efficiency of 4 common cryotherapeutic agents. J. Athl. Train. 42, 343e348.
Kerkhoffs, G.M., van Es, N., Wieldraaijer, T., Sierevelt, I.N., Ekstrand, J., van Dijk, C.N., 2013. Diagnosis and prognosis of acute hamstring injuries in athletes. Knee Surg. Sports Traumatol. Arthrosc. 21, 500e509.
Law, R.Y., Harvey, L.A., Nicholas, M.K., Tonkin, L., De Sousa, M., Finniss, D.G., 2009. Stretch exercises increase tolerance to stretch in patients with chronic musculoskeletal pain: a randomized controlled trial. Phys. Ther. 89, 1016e1026.
Malanga, G.A., Yan, N., Stark, J., 2015. Mechanisms and efficacy of heat and cold therapies for musculoskeletal injury. Postgrad. Med. 127, 57e65.
Malliaropoulos, N., Papalexandris, S., Papalada, A., Papacostas, E., 2004. The role of stretching in rehabilitation of hamstring injuries: 80 athletes follow-up. Med. Sci. Sports Exerc. 36, 756e759.
McHugh, M.P., Cosgrave, C.H., 2010. To stretch or not to stretch: the role of stretching in injury prevention and performance. Scand. J. Med. Sci. Sports 20, 169e181.
McHugh, M.P., Nesse, M., 2008. Effect of stretching on strength loss and pain after eccentric exercise. Med. Sci. Sports Exerc. 40, 566e573.
Negahban, H., Hessam, M., Tabatabaei, S., Salehi, R., Sohani, S.M., Mehravar, M., 2014. Reliability and validity of the Persian lower extremity functional scale (LEFS) in a heterogeneous sample of outpatients with lower limb musculoskeletal disorders. Disabil. Rehabilitation 36, 10e15.
Norris, C.M., Matthews, M., 2005. Inter-tester reliability of a self-monitored active knee extension test. J. Bodyw. Mov. Ther. 9, 256e259. Point, M., Guilhem, G., Hug, F., Nordez, A., Frey, A., Lacourpaille, L., 2017. Cryotherapy induces an increase in muscle stiffness. Scand. J. Med. Sci. Sports 00, 1e7. http:// dx.doi.org/10.1111/sms.12872.
Rancour, J.L., Terry, M.E., Holmes, C., Cipriani, D.J., 2010. Superficial precooling on a 4-week static stretching regimen: a randomized trial. Sports Health 2, 433e436.
Reurink, G., Goudswaard, G.J., Oomen, H.G., Moen, M.H., Tol, J.L., Verhaar, J.A., Weir, A., 2013. Reliability of the active and passive knee extension test in acute hamstring injuries. Am. J. Sports Med. 41, 1757e1761.
Reurink, G., Goudswaard, G.J., Tol, J.L., Verhaar, J.A., Weir, A., Moen, M.H., 2012. Therapeutic interventions for acute hamstring injuries: a systematic review. Br. J. Sports Med. 46, 103e109.
Sherman, S.E., Reuben, D., 1998. Measures of functional status in communitydwelling elders. J. General Intern. Med. 13, 817e823.
Sherry, M., 2012. Examination and treatment of hamstring related injuries. Sports Health 4, 107e114.
Sherry, M.A., Best, T.M., 2004. A comparison of 2 rehabilitation programs in the treatment of acute hamstring strains. J. Orthop. Sports Phys. Ther. 34, 116e125.
Sherry, M.A., Johnston, T.S., Heiderscheit, B.C., 2015. Rehabilitation of acute hamstring strain injuries. Clin. Sport Med. 34, 263e284.
Shrier, I., 2004. Does stretching improve performance? A systematic and critical review of the literature. Clin. J. Sport Med. 14, 267e273.
Weppler, C.H., Magnusson, S.P., 2010. Increasing muscle extensibility: a matter of increasing length or modifying sensation? Phys. Ther. 90, 438e449.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter