KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Florent Manaudou Ambassadeur Kinesport
  • Physiothérapie Invasive
  • Récupération
  • BFR
  • KSP_Lyon
  • KSP_Belgique
  • Masterclass
  • Genou
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert


Lésion du ligament annulaire : une lésion peu commune

La lésion du ligament annulaire du coude : présentation et résultats de la prise en charge chirurgicale.



Nienke Kerver et Al

INTRODUCTION

Le coude est une articulation complexe dans laquelle se rencontre la partie distale de l’humérus et les parties proximales du radius et de l’ulna. Les ligaments collatéraux sont localisés médialement et latéralement à l’articulation. Le ligament collatéral latéral permet de limiter le varus et d’augmenter la stabilité rotatoire. Il est constitué de 3 faisceaux : le ligament collatéral ulnaire, le ligament collatéral radial et le ligament annulaire. Le glissement du ligament annulaire dans l’articulation du coude lors des flexions/extensions peut créer des lésions latérales et des douleurs. Il existe cependant de nombreux diagnostics différentiels. La confirmation du diagnostic se fait par IRM ou par échographie dynamique mais dans la mesure où cette lésion est rare le diagnostic n’est pas toujours reconnu.

OBJECTIF :

Le but de cette étude est de décrire les aspects cliniques et la prise en charge chirurgicale de la lésion du ligament annulaire, d’évaluer les résultats objectifs et subjectifs de la prise en charge chirurgicale dans une large cohorte de patients.

METHODES :

Tous les patients présentant la symptomatologie de la lésion du ligament annulaire de deux grands hôpitaux hollandais entre 2007 et 2016 ont été inclus. Les critères d’inclusions étaient :
  • Douleur latérale au niveau du coude et sensation de claquage à la flexion et à la pronation de l’avant-bras
  • Ligament annulaire épaissi à l’IRM ou claquage du ligament annulaire à l’échographie dynamique
Prise en charge chirurgicale : l’indication chirurgicale pour cette pathologie est une période de 3 mois avec des activités réduites et/ou de la kinésithérapie. Tous les patients ont subi des arthroscopies ou des chirurgies, le choix de la technique dépendait du chirurgien :
  • Résection d’une partie du ligament annulaire par arthroscopie ou par technique à ciel ouvert (RAL) : la partie instable du ligament annulaire est réséquée. Après résection, la stabilité de l’articulation radio-ulnaire est évaluée, si celle-ci est insuffisante, s’en suit une reconstruction chirurgicale.
  • Reconstruction du ligament annulaire (ALR) : s’il est observé une association de lésion du ligament annulaire et d’instabilité au niveau de l’articulation radio-ulnaire proximale. Cette reconstruction est réalisée par greffe autologue avec utilisation d’une bandelette du fascia du triceps.
Résultats subjectifs du traitement chirurgical : l’évaluation préopératoire et post-opératoire a été réalisée en utilisant le Mayo Elbow Index Performance (MEPI) avec des scores allant de 0 à 100, plus le score est proche de 100 plus les résultats sont bons ; et la version hollandaise du Oxford Elbow Score (OES), avec des scores allant de 0 à 48, plus le score est élevé plus les résultats est bon. Les amplitudes articulaires ont été objectivées grâce à des repères (possibilité d’amener la main à la bouche ou au cou). Les auteurs ont enfin posé 3 questions clés aux patients :
  • Recommanderiez-vous la procédure à un ami ? oui ou non
  • Dans quelle mesure vos fonctionnalités quotidiennes ont elles changé après la chirurgie du coude ? améliorées – inchangées ou empirées
  • Comment la douleur a évolué après la chirurgie ? améliorée – inchangée ou empirée

RESULTATS :

L’étude a permis d’inclure 23 patients d’âge moyen 30,7 ans. Quatre patients ont été exclus car ils n’ont pas rempli les questionnaires. Les données socio-démographies sont résumées dans le tableau 1.
Lésion du ligament annulaire : une lésion peu commune

Présentation clinique et résultats descriptifs du traitement chirurgical : au total, 22 patients ont subi une chirurgie (95,7%) dans le premier hôpital et 1 dans le deuxième (4,3%). Les deux chirurgiens étaient expérimentés dans la chirurgie du coude. Trois patients (17,4%) avaient déjà subi une arthroscopie du même coude. Huit patients (34,8%) ont subi des ALR et 15 (65,2%) des RAL, donc 5 (33,3%) ont été traité par arthroscopie et 10 (66,7%) par une procédure à ciel ouvert. L’âge moyen au moment de la chirurgie était de 33,7 ans pour les patients avec RAL et 25 ans pour les patients avec ARL. La durée moyenne des symptômes avant prise en charge chirurgicale était de 17,4 mois. Au total, 22 patients ont été évalués cliniquement à l’hôpital, 1 n’est pas venu. Le temps moyen de suivi post-opératoire était de 9,9 semaines. Après la RAL, tous les patients ont présenté des améliorations de leurs symptômes et 10 d’entre eux (66,7%) ne présentaient plus de symptômes du tout. Six (75%) patients ont présenté des améliorations de leur symptômes après ALR et 4 (50%) ne présentaient plus de symptômes du tout.
Deux patients (8,7%) ont présenté des complications après chirurgie, un (6,7%) présentant une infection superficielle après RAL par arthroscopie et un (12,5%) ayant développé un syndrome douloureux régional complexe de type 1 après ALR. Chez 2 patients (25%) avec ALR (25%) et deux patients avec RAL (20%), un traité par arthroscopie et l’autre à ciel ouvert, les symptômes sont restés les mêmes après une période asymptomatique. La durée moyenne sans symptôme était de 60,8 mois. Aucun patient n’a été réopéré.
Résultats subjectifs du traitement chirurgical : les scores MEPI et OES étaient significativement plus hauts après RAL et ALR par rapport aux scores préopératoires. Tableau 3. Concernant les 3 questions posées, 14 patients RAL (93,3%) et 7 patients ARL (78,5%) recommanderaient la chirurgie. Les fonctionnalités ont été améliorées chez 11 patients RAL (73,3%) et 6 patients ALR (75%). La douleur s’est améliorée chez 12 patients RAL (80%) et 7 patients ALR (87,5%). Tableau 4
Lésion du ligament annulaire : une lésion peu commune

DISCUSSION :

La donnée la plus importante de cette étude est qu’en cas de lésion du ligament annulaire les deux types de chirurgies conduisent à des améliorations significatives concernant la douleur et le fonctionnement.
Deux problèmes majeurs peuvent être rencontrés chez les patients présentant ce type de pathologie. Premièrement, le ligament annulaire peut rompre dans l’articulation radio-humérale. Si c’est le seul problème, alors la RAL est préférable. Deuxièmement, une combinaison de rupture et d’instabilité de l’articulation radio ulnaire proximale ou une instabilité après RAL peut être présente, dans ce cas, la ALR est recommandée.
Des antécédents de fracture de l’extrémité distale de l’humérus ou de l’extrémité proximale du radius, ou encore une luxation de la tête radiale pourrait constituer des facteurs de risques à cette pathologie. La majorité des patients présentés ici présentaient des douleurs antérolatérales de coude avec ressaut ou blocage du coude.
 

CONCLUSION :

La lésion symptomatique du ligament annulaire est une cause rare de douleur antérolatérale du coude. Cette étude présente la plus large étude de cas. De bons résultats peuvent être attendus après résection arthroscopique ou à ciel ouvert ou bien par reconstruction.

Article original
Snapping of the annular ligament: a uncommon injury characterized by snapping or locking of the elbow with good surgical outcomes, Nienke Kerver et Al. Knee surgery Sports traumatology Arthroscopy, Doi : 10.1007/s00167-018-5076-2.
 
Références
1. Aoki M, Okamura K, Yamashita T (2003) Snapping annular liga- ment of the elbow joint in the throwing arms of young brothers. Arthroscopy 19(8):e89–e92
2. Bjerre JJ, Johannsen FE, Rathcke M, Krogsgaard MR (2018) Snapping elbow-A guide to diagnosis and treatment. World J Orthop 9:65–71
3. Bozentka DJ (2000) Subluxation of the annular ligament as a cause of elbow clicking. J Shoulder Elb Surg 9:67–69
4. Chai JW, Kim S, Lim HK, Bae KJ (2014) Ultrasonographic diag- nosis of snapping annular ligament in the elbow. Ultrasonography 34:71–73
5. Dawson J, Doll H, Boller I, Fitzpatrick R, Little C, Rees J, Jen- kinson C, Carr AJ (2008) The development and validation of a patient- reported questionnaire to assess outcomes of elbow sur- gery. J Bone Jt Surg Br 90:466–473
6. de Haan J, Goei H, Schep NWL, Tuinebreijer WE, Patka P, den Hartog D (2011) The reliability, validity and responsiveness of the Dutch version of the Oxford elbow score. J Orthop Surg Res 6:39
7. Hackl M, Wegmann K, Ries C, Lappen S, Scaal M, Müller LP (2017) Annular ligament reconstruction with the superficial head of the brachialis: surgical technique and biomechanical evaluation. Surg Radiol Anat 39:585–591
8. Huang GS, Lee CH, Lee HS, Chen CY (2005) MRI, arthroscopy, and histologic observations of an annular ligament causing painful snapping of the elbow joint. Am J Roentgenol 185:397–399
9. Kang ST, Kim TH (2010) Lateral sided snapping elbow caused by a meniscus: two case reports and literature review. Knee Surg Sport Traumatol Arthrosc 18:840–844
10. Longo UG, Franceschi F, Loppini M, Maffulli N, Denaro V (2008) Rating systems for evaluation of the elbow. Br Med Bull 87:131–161
11. Marinello PG, Wagner T, Styron J, Maschke S, Evans PJ (2016) Annular ligament reconstruction with triceps autograft for chronic radial head instability. Tech Hand Up Extrem Surg 20:21–25
12. Maruyama M, Takahara M, Kikuchi N, Ito K, Watanabe T, Ogino T (2010) Snapping elbow with congenital radial head dislocation: case report. J Hand Surg Am 35:981–985
13. Nwoko OE, Patel PP, Richard MJ, Leversedge FJ (2013) Annular ligament reconstruction using the distal tendon of the superficial head of the brachialis muscle: an anatomical feasibility study. J Hand Surg Am 38:1315–1319
14. Wightman JAK (1963) Clicking elbow from a torn annular liga- ment. J Bone Jt Surg 45B:380–381 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter