KINESPORT KINESPORT







Lésion du tendon du muscle plantaire grêle



Lésion du tendon du muscle plantaire grêle
Les axes de traitements consisteront à permettre soit au tendon de se cicatriser à lui-même, soit de se fixer à la partie médiale du tendon calcanéen.

Une fois le tout bien « soudé »,  les nocicepteurs ne seront plus activés et l’entraînement pourra être repris. Comme pour toutes régénérations  tissulaires,  la reconstruction du tendon  nécessitera environ 6 semaines.


Exemple d’une prise en charge pour rupture du plantaire grêle (CREPS d’Alsace):

Guillaume, 24 ans, coureur de 400m haies a eu la sensation «  de recevoir une balle de tennis dans le tendon » à la réception d’une haie lors de son entraînement le 7 novembre 2009.

 L’équipe médicale préconise à l’athlète  4 semaines d’arrêt d’entraînement spécifique. Son niveau d’entrainement physique est entretenu sur cycloergometre et piscine.

Nous lui strappons la cheville avec un retour de tension en flexion plantaire afin de diminuer les contraintes sur le tendon dans la phase inflammatoire. Les symptômes qu’il décrit sont une gêne à la course, des  douleurs au repos (3/10 à l’échelle verbale de la douleur (EVA) mais pas d’impotence
fonctionnelle.

Le diagnostic après échographie une semaine plus tard est le suivant : rupture du plantaire grêle sur 15mm


Début de la rééducation 3 à 4 séances par semaine.

La douleur n’étant pas insurmontable je propose de suite du crochetage myo-aponevrotique et de la physiothérapie afin de libérer toute entrave à la bonne vascularisation de la zone achilléen.

L’objectif étant de « recoller » le tendon,  je mets en place un protocole excentrique de type Stanish afin de stimuler la production de collagène et l’activation des fibroblastes le plus tôt possible.

Je réalise ces traitements pendant 7 semaines. Guillaume a repris la course sans pointes au bout de 5 semaines. Reprise d’appuis, recherche de sensations sur sol meuble  (tartan et béton à éviter), gamme avec strapping de soutien ou kinesiotaping® tout de même par sécurité. 

Le travail spécifique doit  être modéré  pour ne pas entraver  les bons résultats des protocoles excentriques. Les exercices proposés par le kiné, l’entraineur ou le préparateur physique sont faits pour que le coureur retrouve des sensations. Il faut chercher la FACILITE gestuelle et motrice.




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique