KINESPORT KINESPORT







Massages, ventouses, Tape et BFR: quels niveaux de preuve à destination des chirurgiens ?




Une équipe américaine (New York et Boston) ont publié en janvier 2020 dans Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons, 2 articles sur le niveau de preuves des modalités non chirurgicales courantes en médecine du sport
 
Celles-ci représentent un élément notable de la médecine sportive et des soins musculo-squelettiques qui n'est pas traditionnellement enseigné lors de la formation initiale. L'utilisation croissante de ces modalités mérite un examen des preuves disponibles pour évaluer de manière appropriée leur efficacité et leur innocuité, afin que les cliniciens soient en mesure de prendre des décisions éclairées concernant les soins des patients qui demandent une telle thérapie. Dans la partie 1 de cette série en deux parties, les auteurs analysent le taping, la massothérapie sportive (SMT) et l'acupuncture qui ne sera pas exposée dans cette synthèse. La partie 2 discutera des ventouses et du BFR.
 
L’idée ici n’est pas de critiquer le niveau de preuves ou la façon dont est écrit l’article mais plutôt de constater le message qui est transmis aux chirurgiens qui lisent la revue. 

LE TAPING

Ci-dessous, les auteurs passent en revue les preuves disponibles pour l'utilisation de Taping pour déterminer si ces allégations fournissent un avantage clinique.
Il existe un nombre limité d'essais cliniques de haute qualité publiés évaluant le taping. Au meilleur des connaissances, la première revue systématique a été réalisée en 2010 et comprenait trois essais contrôlés randomisés. Parmi ceux-ci, Thelen et al ont comparé les effets du tape à court terme et un faux bandage sur les tendinopathies et les impigement de la coiffe des rotateurs. Les auteurs ont constaté que le tape améliorait considérablement l'amplitude des mouvements de l'épaule sans douleur (ROM) en abduction après une application immédiate, mais pas après 3 et 6 jours. Aucune différence dans les scores de douleur ou d'incapacité n'a été identifiée. Hsu et al, dans la seule analyse des athlètes blessés, ont effectué une enquête  chez des joueurs de baseball avec un impact d'épaule comparant le tape à une bande dite athlétique. Le tape a augmenté l'activité du muscle trapèze, mesurée par EMG immédiatement après l'application. Enfin, Gonzalez-Iglesias et al ont enquêté sur 41 patients souffrant de cervicalgie et ont constaté une amélioration notable de la douleur et du ROM immédiatement après la mise en place du taping et après 24 heures.
Bien que les trois essais ci-dessus aient identifié  certains résultats significatifs, pointant vers une augmentation de la ROM de l'épaule et du rachis cervical et une diminution de la douleur dans les 24 premières heures après pause de taping, les données présentent des limites notables. 
En 2012, Williams et al ont publié une deuxième méta-analyse analysant le taping. Parmi les articles inclus qui ont étudié le rôle du tape dans l'augmentation de la force, Chang et al. n'ont montré aucune différence dans la force de préhension maximale, tandis que Hsu et al et Lee et al ont tous deux montré une augmentation de la force de préhension maximale. En raison de ces résultats contradictoires, la méta-analyse n'a pu faire aucune recommandation finale concernant l'utilisation du taping pour augmenter la force de préhension. En ce qui concerne la force des quadriceps, Vithoulk et al ont montré que le taping chez les femmes en bonne santé pouvait augmenter le torque du quadriceps pendant l'exercice excentrique par rapport aux autres groupes, tandis que Fu et al ont constaté que le taping pouvait améliorer le peak torque concentrique du quadriceps. En tant que tel, Williams et al ont conclu qu'il existe des preuves suggérant que le Taping pouvait avoir des bénéfices sur la force du patient. Parallèlement, les auteurs ont conclu qu'il n'y avait aucune preuve à l'appui de l'utilisation du taping pour la douleur à la cheville ou la proprioception, et que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour justifier son utilisation dans une population clinique.
Le taping a également été étudié comme traitement des lombalgies chroniques, comme le montre une méta-analyse de cinq études de Nelson. Parreira Pdo et al ont comparé l’application pendant 4 semaines de taping par rapport à un faux et n'ont trouvé aucune différence dans la douleur, le handicap, ou l’effet global perçu à 12 semaines. Kachanathu et al. et Bae et al. n'ont également montré aucune différence de douleur ou d'incapacité entre les cohortes traitées avec taping en plus de la thérapie physique traditionnelle par rapport à la thérapie physique seule pendant 4 semaines ou 12 semaines, respectivement. Castro-Sánchez et al ont fait une application de taping par rapport à un tape fantôme pendant une seule semaine et ont signalé une réduction notable de la douleur dans leur cohorte de taping à 1 et 4 semaines de suivi. Et, enfin, Paoloni et al n'ont montré aucune différence dans les scores de douleur ou d'invalidité après 4 semaines de traitement. Nelson est d'accord avec les méta-analyses précédentes en ce que le taping peut fournir une réduction transitoire, bien que peut-être pas cliniquement significative, de la douleur, et peut-être une amélioration de l'endurance après 4 semaines d’application, mais souligne une fois de plus le manque de preuves de qualité pour faire une forte recommandation pour son utilisation. 
Enfin, dans un RCT, Macedo et al ont rapporté que le tape appliqué avec et sans tension avait nettement diminué les douleurs au bas du dos à 3 jours, mais pas 10 jours après l'application par rapport à ceux non tapés. Macedo et al ont également constaté une réduction notable de l'invalidité sur 10 jours chez les patients traités par taping par rapport à ceux qui n'en avaient pas. Ces résultats confirment la méta-analyse de Nelson dans laquelle l'efficacité du tape dans la réduction des lombalgies à long terme est discutable.
Le taping a également été étudié pour le traitement de l'arthrose (OA) dans deux RCT comparant un groupe tapé à un autre non tapé. Cho et al ont évalué les effets immédiats du taping dans l'heure suivant l'application sur des patients âgés atteints d'arthrose confirmée par radiographie. Les auteurs ont constaté que, par rapport à la cohorte fictive, les patients recevant l’application de tape ont connu des améliorations notables de la douleur, du ROM et de la proprioception du genou affecté. Kocyigit et al ont comparé des patients qui portaient du taping et du Tape fantôme en continu pendant 12 jours. Les auteurs ont constaté que le tape et le tape simulé amélioraient la douleur et que les deux groupes avaient une augmentation des performances fonctionnelles, mais que le taping réel n'était pas supérieur au simulé. De même, Wageck et coll. ont évalué la force musculaire concentrique du genou et la douleur chez les adultes atteints d'arthrose traités par taping ou du ruban adhésif factice. Les auteurs n'ont trouvé aucune amélioration ou différence dans la force ou la douleur du genou au cours de la période de suivi de 19 jours. Il convient également de noter que les études ci-dessus n'ont pas différencié la gravité de l'arthrose traitée par radiographie .
 
Conclusion
Bien que le taping soit largement utilisé, il existe un manque de preuves convaincantes et bien conçues pour étayer son utilisation dans les affections musculo-squelettiques. Il peut y avoir un petit effet immédiat du taping sur la douleur et la ROM dans certaines articulations, mais d'autres études de haute qualité sont nécessaires pour ordonner son utilisation pour les patients. Il existe certaines preuves qui suggèrent qu'il peut être raisonnable d'appliquer du taping chez le patient athléte présentant des symptômes d'épaule dans le cadre de la pré-activité / sport immédiat. Étant donné qu'aucune étude n'a jamais signalé de résultat défavorable associé au taping, sa sécurité, son prix abordable et sa popularité pourraient continuer de constituer une option attrayante pour les patients.

LE MASSAGE SPORTIF
 
Une méta-analyse complète menée par des chercheurs de l'Université de l'Illinois a évalué plusieurs variables et paramètres de 37 études qui comprenaient la théorie du gate control de la réduction de la douleur, la promotion de l'activité parasympathique, l'influence biochimique, les effets mécaniques et les effets sur le sommeil réparateur. Les auteurs ont conclu que le corpus actuel de preuves « étaye la conclusion générale selon laquelle la thérapie par le massage est efficace ».
La flexibilité et la force sont des facteurs qui concernent la prévention des blessures et la performance globale des athlètes de compétition. Des études sur l'effet du massage sur la flexibilité ont démontré des résultats positifs à court terme avec plusieurs études évaluant la flexibilité des ischio-jambiers chez les jeunes hommes et les femmes de hockey sur gazon. L'évaluation du massage thérapeutique sur la force de préhension dans une conception d'étude pré-test et post-test par Brooks et al a rapporté une supériorité dans la performance de préhension post-exercice chez les patients ayant subi une intervention de massage. Par conséquent, les auteurs concluent que l'application d'un massage pendant 5 minutes peu de temps après des exercices de fatigue est bénéfique. Une enquête supplémentaire menée par Mancinelli et al a évalué les effets du massage sur les athlètes féminines collégiales, effectuée au début des saisons de basket-ball et de volley-ball.  L'étude portait sur 22 sportives de la NCAA et des volleyeuses, avec des effets positifs à court terme pour les douleurs à l'épaule uniquement, sans impact sur l'état fonctionnel de l’épaule.
Les auteurs ont rapporté que l’intervention de massage augmentait considérablement le saut vertical de l’athlète et diminuait la gêne perçue. Moran et al. ont mené une expérience de mesures aléatoires pour étudier l'effet du massage de précompétition par rapport à un échauffement traditionnel sur des temps de sprint de 60 mètres vers 17 Athlètes d'athlétisme de la NCAA. Les auteurs n'ont trouvé aucune différence notable entre aucune des interventions en ce qui concerne la vitesse ou l'accélération du sprinteur. Macgregor et al ont mené une expérience randomisée pour évaluer l'efficacité et la flexibilité musculaire chez 16 hommes après séance de foam rolling par rapport à un groupe contrôle sans intervention. Les auteurs ont constaté que la contraction volontaire maximale des muscles était nettement plus élevée chez les patients utilisant foam pendant trois jours par rapport au groupe témoin, bien que l'amplitude des mouvements ne soit pas sensiblement différente. À l'inverse, Hodgson et al ont mené un RCT comparant les ROM et les performances en saut des élèves qui pratiquaient le foam trois fois par semaine, six fois par semaine, ou pas du tout. Les auteurs n'ont trouvé aucun changement induit par l'entraînement avec foam.
Pour tenter d'examiner des pathologies spécifiques, une étude randomisée en simple aveugle évaluant les effets thérapeutiques du massage sur la douleur, la tension musculaire et l'anxiété chez les patients atteints de pathologie scapulothoracique a signalé une amélioration statistiquement notable de l'intensité de la douleur et de la tension musculaire. Cependant, la fonction globale de l'épaule n'a pas été analysée. Une méta-analyse supplémentaire comprenant 12 RCT évaluant l'impact de la massothérapie sur les douleurs au cou et aux épaules suggère le massage comme ayant des effets positifs immédiats sur les douleurs à l'épaule et au cou, cependant, pas sur l'état fonctionnel de l'épaule.
La pathologie associée et les troubles du genou sont également des résultats communs chez les athlètes pour lesquels le massage par friction et plusieurs modalités non chirurgicales ont été comparés. Stasinopoulos et al ont évalué l'efficacité du massage par friction transversale par rapport à un programme d’exercices et un traitement par US pulsés dans une cohorte de patients avec tendinopathie rotulienne. Les auteurs ont trouvé que le programme d'exercice suivi était plus efficace que l'US pulsé et le massage par friction transversale immédiatement après le traitement et à 3 mois de suivi. Dans une évaluation plus approfondie de l'effet du massage thérapeutique sur les troubles musculo-squelettiques, Bervoets et al ont effectué une revue systématique de 26 études portant sur 2 565 patients. Les auteurs ont conclu que le massage thérapeutique réduisait la douleur et améliorait la fonction par rapport à l'absence de traitement pour certaines affections musculo-squelettiques. De plus, une revue complète de la littérature examinant largement les effets du massage sur les performances sportives a été menée avec l'inclusion d'études sur l'utilisation du massage dans toutes les facettes des soins athlétiques et a conclu que «poor appreciation exists for the appropriate clinical use of sports massage» avec des études supplémentaires nécessaires pour approfondir les« effets physiologiques et psychologiques du massage sportif ».
 
Conclusion
Malgré plusieurs études indépendantes et méta-analyses , il existe un fort besoin de recherches de meilleure qualité examinant l'efficacité et préparer les athlètes à l'acceptabilité des thérapies de massage dans la population de patients sportifs pour déterminer une corrélation plus directe entre les effets du massage sportif sur les performances sportives et la récupération, ainsi que les affections musculo-squelettiques en général. 

LES VENTOUSES 
 
Récemment, Chen et al ont évalué les recherches et les preuves récentes sur l'efficacité thérapeutique de la ventouse, concluant qu'il y avait peu de preuves cliniques pour son utilisation. Malgré cela, il existe une longue liste d'utilisations cliniques pour lesquelles les ventouses ont été appliquées, notamment les maladies cardiovasculaires, l'angine de poitrine, la migraine, la fibromyalgie, l'hypertension, l'herpès zona, l'aménorrhée secondaire, la dépression et l'anxiété, la fatigue, le syndrome métabolique et l’acnée. Cependant, son utilisation la plus courante consiste à traiter les douleurs musculo-squelettiques.
Les ventouses ont été étudiées pour le traitement des douleurs non spécifiques au cou, au dos et aux épaules. Castro Moura et al ont effectué une revue systématique et une méta-analyse sur 10 études RCT analysant l'efficacité de la ventouse sur les maux de dos. Les auteurs ont constaté que la thérapie par ventouses réduisait les outcomes quantitatifs cervicaux et lombaires chez les patients par rapport aux témoins, qui n'ont reçu aucun traitement. De plus, Lauche et al ont étudié les ventouses sèches dans une RCT où 50 patients ont reçu cinq traitements de ventouses sur une période de 2 semaines alors que les témoins n'ont reçu aucun traitement. 36 items notamment sur la douleur ont été nettement améliorés chez les patients subissant un traitement par ventouse. Wang et al. ont mené une méta-analyse sur six RCT comparant la thérapie par ventouses avec le contrôle dans le management des douleurs lombaires. Les auteurs ont constaté une diminution notable de la douleur et de l'incapacité dans le groupe des ventouses. Kim et al ont également effectué une revue systématique et une méta-analyse de 18 RCT pour analyser la thérapie par ventouses sur la gestion de la douleur cervicale. Les auteurs ont constaté que les ventouses étaient efficaces en tant que traitement complémentaire ou isolément. Cramer et al ont étudié les ventouses pneumatiques pulsées sur les douleurs chroniques au cou par rapport aux soins médicaux standard dans un essai contrôlé avec 50 patients. Après 2 semaines avec cinq séances de ventouses, les patients ont connu des diminutions notables de l'intensité de la douleur, de la douleur due au mouvement et de l'incapacité fonctionnelle cervicale et une amélioration de la qualité de vie telle que mesurée par le SF-36. Kim et al. ont comparé l’application d’un pack chaud avec 6 sessions de ventouses sèches et humides chez 40 patients sur une période de 2 semaines. La thérapie par ventouses a été plus efficace pour améliorer la douleur sur l'échelle d'évaluation de la douleur et la fonction du cou lorsqu'elle était mesurée à 3 et 7 semaines de suivi. Enfin, un RCT de 60 patients à Taïwan souffrant de douleurs chroniques au cou et aux épaules comparait l’application de ventouse sèche à aucune intervention. Les patients qui ont reçu un traitement par ventouse sèche ont eu une réduction post-traitement de 6,1 et 5,9 des douleurs au cou et à l'épaule sur une échelle analogique visuelle à 10 points, contre seulement 0,2 et 0,6 dans les contrôles. Toutefois aucun suivi à long terme n'a été fourni dans cette enquête. Malgré le fait que ces essais peuvent ne pas avoir été de la plus haute qualité, que diverses techniques de traitement sans standardisation ont été utilisées et différentes durées de suivi ont été étudiées, les résultats suggèrent que les patients peuvent ressentir une diminution des douleurs chroniques au cou, au dos et aux épaules après un traitement par ventouse.
Les ventouses ont également été étudiées pour les douleurs au genou associées à l'arthrose. Teut et al ont réalisé un RCT en Allemagne où 40 patients ont été comparé pour huit sessions de ventouses sèches sur 4 semaines à un groupe sans intervention. Après 4 et 12 semaines de suivi, il y avait des différences notables dans différentes échelles sur  l'intensité de la douleur. Cela a conduit les auteurs à conclure que les ventouses soulageaient les symptômes de l'arthrose du genou par rapport à aucune intervention. Khan et al ont également réalisé un essai contrôlé randomisé où l’application de ventouse s'est avérée aussi efficace que des médicaments par voie orale en ce qui concerne l'analgésie et la diminution de l'œdème lié à l'arthrose dans le suivi à court terme.
Enfin, la thérapie par ventouses s'est avérée efficace dans la gestion du syndrome du canal carpien. Dans un RCT avec CTS, les individus traités par thérapie par ventouses et physiothérapie (stimulation nerveuse électrique transcutanée et ultrasons) ont connu une amélioration notable de la gravité de la CTS par rapport au groupe témoin recevant uniquement de la physiothérapie. De plus, dans un RCT de Michalsen et al, 29 patients recevant une thérapie par ventouses humides ont connu une plus grande amélioration de la sévérité du cts après une seule séance de traitement par rapport au groupe témoin.
Malheureusement, les données sur l'utilisation des ventouses dans le traitement des athlètes et ses effets plausibles sur la performance sont limitées. Une enquête menée par Yang et al a récemment étudié l'utilisation de la médecine alternative dans le traitement des blessures sportives chez les joueurs nationaux coréens de volleyball. Dans une enquête distribuée à six médecins d'équipe qui ont traité un total de 166 blessures au cours d'une même saison, les ventouses étaient en fait l'un des traitements traditionnels les moins fréquemment utilisés (7,9%), tandis que l'acupuncture était la plus utilisée (40,4%). Cependant, aucune donnée sur l'efficacité du traitement n'a été rapportée.
 
Conclusion
Il y a récemment eu un intérêt croissant pour les ventouses et les ventouses humides parmi les athlètes d'élite. Malgré la prévalence croissante de la thérapie par ventouses, il y a un manque de recherche, et  d'orientation, en particulier en ce qui concerne son efficacité pour améliorer la performance athlétique. La littérature disponible peut soutenir l'utilisation de ventouses dans le traitement des douleurs musculo-squelettiques associées à des douleurs non spécifiques au cou, au dos et aux épaules, mais il y a un manque d'études récentes et les essais dans la littérature ne sont pas de grande qualité. 

BFR
 
Plusieurs études ont démontré une augmentation de la force musculaire, de l'endurance et de la section transversale avec un entraînement BFR à faible résistance. Takarada et al ont examiné les effets de la combinaison de l'entraînement en résistance et du BFR chez les joueurs d'élite de rugby au Japon. Les participants ont suivi un entraînement de résistance à faible charge de 8 semaines avec ou sans BFR. Le groupe qui a fait des exercices avec BFR a démontré une endurance musculaire accrue par rapport au groupe sans BFR. En outre, le groupe qui a fait des exercices avec BFR a démontré une augmentation de la surface musculaire transversale à la fin de l'étude par rapport au début de l'étude. Même les athlètes chevronnés ont profité de l'intégration de l'entraînement BFR. Yamanaka et al avaient des joueurs de football avec au moins 5 ans d'expérience en entraînement par résistance pour s'entraîner à faible charge avec et sans BFR. Les athlètes qui ont fait un entraînement de résistance à faible charge avec BFR ont démontré une augmentation nettement plus élevée de leur 1 RM pour le développé couché et les squats que le groupe qui n'a pas incorporé le BFR; en outre, les joueurs de football utilisant le BFR ont montré une augmentation nettement plus importante de la circonférence de la poitrine.
Lixandrão et al ont effectué une revue systématique et une méta-analyse comparant le BFR à faible charge au BFR à forte charge dans les changements de la force musculaire et de la masse musculaire. Les auteurs ont identifié 12 études analysant les résultats de la force musculaire entre le BFR à faible charge et à charge élevée et 10 études analysant les résultats de la masse musculaire entre BFR à faible charge et à charge élevée. Les auteurs ont constaté que le BFR à forte charge était supérieur au BFR à faible charge dans l'augmentation de la force musculaire, mais était comparable en ce qui concerne l'augmentation de la masse musculaire.
De nombreuses études comparant différents programmes d'entraînement ont montré qu'un entraînement de résistance aux BFR à faible charge combiné à un entraînement traditionnel à haute résistance conduit à des gains de force maximaux. Luebbers et al ont réalisé une étude sur des joueurs de football américains 4 jours par semaine pendant 7 semaines dans l'un des quatre groupes: (1) entraînement traditionnel à forte charge, (2) entraînement traditionnel à forte charge complétée par un entraînement à faible charge, (3) entraînement traditionnel à forte charge complétée par une faible charge BFR et (4) entraînement traditionnel modifié complété par un BFR à faible charge.
Le troisième groupe qui a suivi un entraînement traditionnel à charge élevée, complétée par une formation BFR à faible charge, a démontré la plus forte augmentation en squat maximum avec 1 répétition. Dans une autre étude similaire évaluant des athlètes masculins, un exercice de résistance sans restriction à charge élevée combiné à un entraînement BFR à faible charge était le régime d'exercice qui a conduit à la plus grande augmentation de force isométrique en extension du coude.
 
Il a été démontré que les adaptations musculaires améliorées résultant de l'entraînement BFR augmentent les performances dans les tests spécifiques au sport. Les athlètes en athlétisme utilisant un entraînement BFR à faible charge ont montré une amélioration de l’accélération sur 10 mètres et des temps de sprint de 30 mètres. De même, les athlètes de divers sports qui ont suivi un entraînement BFR à faible charge ont montré une amélioration de la performance en agilité sur test 505 et des tests navette de 20 m.
Enfin, l'entraînement BFR à faible charge peut être bénéfique pour les athlètes lors de la rééducation après une blessure. Chez les patients qui se remettent d'une reconstruction du ligament croisé antérieur, l'entraînement au BFR peut atténuer l'atrophie musculaire et améliorer le développement musculaire. Hughes et al ont mené une revue systématique et une méta-analyse sur des patients souffrant de troubles musculo-squelettiques qui suivent un entraînement  BFR à faible charge pour la réadaptation. Ils ont conclu que le BFR à faible charge augmentait la force, mais était moins efficace que l'entraînement à charge lourde. De même, Centner et al ont également procédé à une revue systématique et à une méta-analyse de 11 études sur l'entraînement au BFR chez des personnes âgées et ont constaté que l'entraînement  BFR à faible charge avait des effets similaires à l'entraînement à forte charge sans BFR sur l'hypertrophie musculaire, mais avait des augmentations de résistance plus faibles. Loenneke et al ont proposé un entraînement progressif BFR depuis les premières phases de la rééducation jusqu'à la reprise de l'entraînement sportif. Ce modèle comprenait quatre phases séquentielles: (1) BFR seul pendant les périodes d'immobilisation, (2) BFR pendant la marche (3) BFR pendant les exercices de résistance à faible charge et (4) entraînement BFR à faible charge combiné avec entraînement normal à charge élevée.
 
À l'heure actuelle, l'adoption généralisée de l’entraînement BFR à faible charge est entravée par le nombre limité d'études publiées de haute qualité et la variabilité de l'utilisation des BFR. Scott et al, dans une revue d'études n'ont pu trouver que 11 enquêtes répondant à leurs critères d'inclusion. Les études démontrent également la variabilité du stimulus BFR. Par exemple, certains chercheurs utilisent des manchons tandis que d'autres appliquent des enveloppes élastiques. Il a été démontré que l'utilisation de équipements élastiques pour le BFR fournit un stimulus occlusif sûr, efficace et valide . Cependant, la pression exacte appliquée aux membres n'est pas connue lors de l'utilisation d'un manchon élastique. Bien qu'un contrôle strict des pressions soit possible avec les brassards gonflables, il existe une variabilité entre les études de pressions calibrées et les études ne font pas toujours état de pressions appliquées. L'effet que différentes pressions BFR ont sur les adaptations musculaires n'est pas complètement compris.
La littérature concernant l'entraînement BFR chez les athlètes démontre également la variabilité des résultats cliniques rapportés et la variabilité méthodologique dans l'évaluation des résultats. Par exemple, des études peuvent signaler des mesures de la circonférence des membres et / ou du torse comme indicateur indirect de l'hypertrophie musculaire, mesures qui peuvent être imprécises. De plus, au cours d'un programme d'entraînement variable, la distribution et la composition des tissus peuvent changer, perturbant ainsi les mesures.
La littérature actuelle a montré que l'entraînement BFR à faible charge peut augmenter la force musculaire, l'endurance et la section transversale. Cependant, il produit des niveaux de recrutement musculaire plus faibles que l'entraînement en résistance à haute charge avec et sans BFR. Enfin, un entraînement BFR à faible charge n'augmente pas nécessairement la force de l'ensemble de l'unité musculo-tendineuse.
 
Conclusion
Bien que le corpus de preuves récentes soit limité, la littérature actuelle suggère que l'entraînement BFR à faible charge peut augmenter la force musculaire, l'endurance, la section transversale et potentiellement les performances spécifiques au sport. De plus, l'entraînement BFR à faible charge est prometteur pour une meilleure récupération après une blessure. Enfin, pour l'athlète d'élite, les avantages maximaux de force peuvent être atteint en complétant l’ entraînement traditionnel avec une charge élevée par un entraînement BFR avec une faible charge.

L’article :
 
  • The Evidence for Common Nonsurgical Modalities in Sports Medicine, Part 1: Kinesio Tape, Sports Massage Therapy, and Acupuncture
  • The Evidence for Common Nonsurgical Modalities in Sports Medicine, Part 2: Cupping and Blood Flow Restriction. 
David P. Trofa, Kyle K. Obana, Carl L. Herndon, Manish S. Noticewala, Robert L. Parisien,  Charles A. Popkin, Christopher S. Ahmad. 
Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons- Global Research and Reviews. 4(1):e1900104, JANUARY 2020
DOI: 10.5435/JAAOSGlobal-D-19-00105The Evidence for Common Nonsurgical Modalities in Sports Medicine, Part 1: Kinesio Tape, Sports Massage Therapy, and Acupuncture




SUIVEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES
DPC DATADOCK DPC Charte Deontologique