KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • BFR
  • KSP_Belgique
  • KSP_Toulouse
  • Masterclass
  • Genou
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon


Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort



Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort
Contexte
Le patient avec un CECS (le syndrome chronique du compartiment à l'effort ou syndrome des loges), se plaint généralement d’une douleur limitant l'exercice, localisée sur le compartiment antérieur, qui est soulagée par le repos.
Il est courant que les patients décrivent une sensation de fièvre, d'oppression ou l’augmentation de la circonférence de la face antéro-latérale de la jambe.
 La douleur et les symptômes associés au CECS ne disparaissent que plusieurs minutes après la cessation de l'activité, de sorte que la douleur à la jambe provoquée par l'exercice (EILP) présente généralement un diagnostic difficile pour le praticien, car l'examen ultérieur du patient est généralement normal.
Le CECS, qui est généralement bilatéral, a été défini comme une affection douloureuse, dans laquelle l’exercice induit une pression élevée dans un espace myofascial fermé, entraînant une diminution de la perfusion tissulaire et de l’ischémie. Bien que la physiopathologie n'ait pas été confirmée.
Des preuves récentes, provenant de ce même groupe d'étude, ont montré que dans le CECS, la pression intramusculaire du compartiment au repos (IMCP) était supérieure à celle du groupe témoins.
Cette divergence a été amplifiée lors d’exercices provoquant les symptômes, suggérant qu’un composant structurel entraîne une diminution de la compliance du compartiment, probablement due à une augmentation de la rigidité du fascia.
Des troubles subjectifs neurologiques et de la marche accompagnent souvent la douleur dans le CECS ainsi qu’une paresthésie et un engourdissement et, si l'exercice persiste au-delà du début de la douleur, une modification du schéma de marche est fréquemment rapportée.
Ceci se traduit habituellement par un « pied tombant », due à une perte de contrôle du pied lors de l’attaque talon. (Le contact initial du pied, IFC)
Ceci est souvent décrit comme un « claquement de pied » résultant principalement de la perte de fonction du tibial antérieur, du long extenseur de l’hallux et du nerf péronier profond lorsqu’il passe dans le compartiment antérieur.
 
Le traitement est généralement chirurgical, bien que des options thérapeutiques conservatrices impliquant une modification de la marche aient été proposées avec un certain succès. Celles-ci sont basées sur une « mise en décharge » théorique de la musculature du compartiment antérieur, en encourageant une transition de la course, de l’arrière pied à l’avant pied.
 
Des études prospectives évaluant les enregistrements de la pression plantaire pieds nus (BFPP), chez des patients souffrant de blessures de surutilisation aux membres inférieurs ont mis en évidence des différences dans les caractéristiques de charge associées aux blessures.
Les variables BFPP liées spécifiquement au CECS n'ont toutefois pas encore été identifiées.
Lorsque la pression plantaire a été mesurée chaussé, il a été rapporté qu’elle était moins sensible, pour identifier les facteurs de risque de blessure, que lorsque la mesure était faite pieds nus.
 
Le but était d’étudier les différences de caractéristiques de BFPP entre les cas de CECS prouvés par l’IMCP et les témoins asymptomatiques, avant l’apparition des symptômes douloureux.
Nous avons émis l’hypothèse d’une augmentation du taux de flexion plantaire, entre les cas de CECS et les témoins asymptomatiques.
Les variables retenues concernent la mesure du « claquement de pied » ainsi que les paramètres biomécaniques et anthropométriques couramment évalués en milieu clinique.
 
Méthodes
Participants       
40 volontaires militaires, 20 présentant des symptômes de CECS et 20 témoins asymptomatiques ont été étudiés. Le diagnostic de CECS a été établi à partir de symptômes typiques, avec un examen clinique et une IRM excluant les autres pathologies avant la survenue d'un IMCP. Le groupe de cas présentaient un IMCP plus élevé que celui des témoins (114 ± 32 mmHg contre 68,7 ± 22 mmHg) et ont signalé une douleur dans le compartiment antérieur moins de 10 minutes après le début de la marche.
 
Critère d'intégration
Les critères d'inclusion étaient les suivants : homme ; 18-40 ans ; IMC<35 ; et aucun écart de longueur des membres inférieurs> 2 cm.
Les sujets avaient besoin, des symptômes (lors de l’EILP) cohérents avec un diagnostic de CECS, affectant par définition leur capacité à accomplir pleinement leurs tâches ; une IRM négative du ou des membres affectés et de la colonne lombaire ; aucun diagnostic autre que CECS.
Des témoins en bonne santé ont été inclus quand ils n’avaient, aucune douleur au membre inférieur au cours des 12 mois précédent ; aucune douleur actuelle sur aucun site, y compris pendant les activités physiques ; pas de dépendance aux orthèses ; et, pouvait courir sans douleur pendant 20 minutes.
 
Équipement
Le BFPP a été évalué sur une plaque de pression de 2 m 
 
Les participants ont ensuite été invités à marcher à leur rythme naturel. L'ordre de placement des pieds a été auto-sélectionné. Dix essais réussis ont été obtenus par participant. Un essai est considéré comme réussi s'il est achevé sans ajustement visible de l'approche ou de la traversée du plateau de pression et si les frappes de pied se produisent dans la zone requise. La vitesse a été évaluée post-hoc à l'aide de l'analyse des données de caméra vidéo.
 
Protocole d’évaluation
La relation statistique de la vitesse avec chaque variable a été évaluée pour déterminer la nécessité d'inclure la vitesse comme co-variable dans l'analyse.
Ceci est conforme aux conditions des études, contrairement au CECS dans lequel la vitesse est considérée comme un composant fondamental de la pathologie, et à la recommandation de Rodgers que l'effet de la vitesse soit pris en compte dans toutes les données biomécaniques.
 
Mesures de pression plantaire pieds nus
Le logiciel Footscan® a défini dix zones anatomiques (Figure 1).
Les données ont été analysées pour :
-Stance Time (ST)
-Angle de progression du pied (FPA)
-Centre de force (COF)
-Taux de flexion plantaire après l’attaque talon (IFFC). Temps de contact initial du pied (IFC) et contact complet de l’avant pied.
-La répartition de la pression sous le talon médiale (HM) ou latérale (HL)
-Le rapport entre la charge métatarsienne interne et externe (FORE)
 

Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort
Analyses statistiques
Les coefficients de corrélation de chaque variable avec la vitesse et la longueur des jambes ont été calculés, suivis de l'ANCOVA ou du t-test.
Des courbes de caractéristiques de fonctionnement du récepteur (ROC) ont été construites pour le temps IFFC.
 
Résultats
Les cas avaient des temps ST et IFFC plus courts que ceux des contrôles.
La FPA était inversement liée à la vitesse de marche (WS) chez les témoins uniquement.
L'aire sous la courbe ROC pour le taux IFFC variait de 0,746 (IC à 95% : 0,636-0,87) à 0,773 (IC à 95% : 0,671-0,875), ce qui représente une « validité prédictive équitable ».
Les valeurs limites optimales et les indices de précision du diagnostic pour chaque condition sont décrits dans le tableau 3.

Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort
Discussion
Ces résultats suggèrent qu’il existe des différences entre le groupe CECS et le groupe contrôles quant à l’adaptation de FPA durant l'augmentation de WS (Figure 2). Les cas CESC semble moins capables d’adapter l’angle de progression du pied à la vitesse de marche.

Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort
Des études antérieures ont suggéré qu’a l’état normal, le FPA diminue à mesure que la WS augmente.
Shanthikumar et al, ont rapporté un FPA moyen de 13,3 ° avec une WS (vitesse de marche) de 1,33m/s.
Ceci est cohérent avec la réduction du FPA indiquée dans le tableau 2, la WS globale moyenne dans cette étude étant de 1,7m/s.
Le groupe contrôle a réduit le FPA avec la WS mais le groupe CECS a montré une adaptation minimale.
On ne sait pas ce qui est responsable de cet effet, bien qu'une activité anormale du tibial antérieur (TA) ait déjà été impliquée dans le FPA.
Cette idée correspond à l'orientation oblique inféro-médiale du TA sur l'axe de la jambe, ainsi qu'au rôle du TA dans la transition marche-course.
Si le TA fonctionne avec un désavantage mécanique dans le CECS, cela pourrait expliquer cette capacité réduite à s’adapter à l’augmentation de la WS.
Cela pourrait aussi être le résultat de différences cinématiques, plus en amont de la chaîne cinétique, qui ne peuvent pas être identifiées seulement avec le BFPP.
L’effet de la fatigue et de la douleur devrait également faire l’objet d’une étude plus approfondie, le CECS n’étant généralement discuté qu’en présence de douleur.
On pourrait s’attendre à ce que les deux conditions amplifient l’effet sur le BFPP.
 
Cette étude est la première à rapporter que, malgré l’absence de symptômes douloureux au moment des tests, les patients présentant un CECS manifestent une augmentation significative du taux de flexion plantaire après IFC (Tableau 1).
Ceci suggère une diminution de la capacité de la musculature du compartiment antérieure à contrôler l’abaissement du pied pendant la flexion plantaire dans le CECS.

Mesure de la pression plantaire pieds nus dans le syndrome chronique du compartiment à l'effort
De nouvelles informations sur le mécanisme entraînant le déplacement de l'articulation de la cheville après le IFC ont récemment été rapportées. Chleboun et al ont conclu qu'il n'y avait pratiquement pas d'allongement excentrique du muscle TA après IFC, de sorte que la chute du pied se produise par étirement du tendon pendant que le muscle se contracte de manière isométrique.
Ceci suggère que la raideur du tendon TA est un élément vital dans le fonctionnement efficace du compartiment antérieur.
Par conséquent, si l'IFFC est réduit dans les cas de CECS, il est plausible que cela soit dû à l'étirement du tendon du TA, bien que ces études ne permettent pas d'exclure une faiblesse musculaire.
Maganaris et al ont montré qu'une partie de l'allongement de ce tendon peut être adaptée par la flexion dans le rétinaculum antérieur de la cheville, sous lequel le tendon du TA passe comme une poulie.
 
Le bras de levier du TA est raccourcit au repos par rapport à la contraction isométrique maximale par déplacement antérieur du tendon de 0,8 à 1,2 cm à la suite de cet étirement du rétinaculum.
Les chaussures limitant ce déplacement pourraient donc effectivement augmenter la distance que le tendon TA doit parcourir pour ralentir la flexion plantaire IFC.
Les futures études, y compris sur la pression plantaire et la cinématique, devraient donc considérer le rôle de la chaussure (militaire) dans la compression possible du rétinaculum extenseur de la cheville et l’étirement du TA.
 
Limites
Ces données ne peuvent pas attribuer le déficit de control de la flexion plantaire à une faiblesse relative du TA par rapport à un allongement ou à un changement de la composition élastique du tendon du TA, empêchant la contraction du TA au pied.
Cette étude ne permet pas non plus de confirmer si cette augmentation du taux de flexion plantaire est la cause ou le résultat du CECS.
 
Conclusion
Les patients atteints de CECS ont une vitesse accrue de la flexion plantaire de la cheville après la frappe du talon qui précède l’apparition de symptômes douloureux pouvant résulter d’un désavantage mécanique du tibial antérieur. Ces résultats fournissent des informations supplémentaires sur la physiopathologie du CECS et soutiennent la poursuite des recherches sur ce diagnostic non invasif. La valeur prédictive du temps IFFC dans le diagnostic de CECS est comparable à celle d'un IMCP post-exercice, mais est inférieure à celle d'un IMCP dynamique mesurée lors de symptômes douloureux.
Des études complémentaires utilisant un EMG et la cinématique lors de la présence de symptômes douloureux sont recommandées pour répondre à ces questions et confirmer l’utilité diagnostique de la mesure du PP dans le CECS.
 
Article original
Roscoe D, Roberts AJ, Hulse D, Shaheen A, Hughes MP, Bennett A. Barefoot plantar pressure measurement in Chronic Exertional Compartment Syndrome. Gait Posture 2018 Jun;63:10-16.
 
Références
[1] Baker JF, Lui DF, Kiely PD, Synnott KA. Foot drop--an unusual presentation of exertional compartment syndrome. Clin J Sport Med. 2009;19(3):236-237.
[2] Becker J, Howey RJ, Osternig LR, James S. Plantar pressure differences between rearfoot and midfoot striking runners during shod running. The 2012 ASB Annual Meeting, Gainesville, FL. 2012.
[3] Birtles D, Rayson M, Jones D, Padhiar N, Casey A, Newham D. Effect of eccentric exercise on patients with chronic exertional compartment syndrome. Eur J Appl Physiol. 2003;88(6):565-
[4] Blackman PA. Review of chronic exertional compartment syndrome in the lower leg. Med Sci Sports Exerc. 2000;32(Suppl 3):S4-S10.
[5] Bong MR, Polatsch DB, Jazrawi LM. Chronic exertional compartment syndrome: diagnosis and management. Bulletin of the NYU Hospital for Joint Diseases. 2004.
[6] Braithwaite, M., Nicholson, G., Thornton, R., Jones, D., Simpson, R., McLoughin, D. Jenkins, D. 2009. Armed Forces occupational health--a review. Occup Med (Lond). Dec;59(8):528–38.
[7] Caravaggi P, Leardini A, Crompton R. Journal of Biomechanics. Journal of Biomechanics. 2010;43(12):2425-2433.
 [8] Cavanagh PR, Rodgers MM. The arch index: a useful measure from footprints. Journal of Biomechanics. 1987.
[9] Chleboun GS, Busic AB, Graham KK, Stuckey HA. Fascicle Length Change of the Human Tibialis Anterior and Vastus Lateralis During Walking. J Orthop Sports Phys Ther. 2007;37(7):372-379.
 [10] Clanton, T., Solcher. B. W., 1994. Chronic leg pain in the athlete. Clinical Journal of Sport Medicine, 13, pp.743–759.
[11] D'Alonzo KT. The Johnson-Neyman Procedure as an Alternative to ANCOVA. Western Journal of Nursing Research. 2004;26(7):804-812.
[12] De Zee M, Voigt M. Assessment of functional series elastic stiffness of human dorsiflexors with fast controlled releases. J Appl Physiol. 2002;93(1):324-329.
[13] Dharm-Datta S, Minden DF, Rosell PA, Hill PF, Mistlin A, Etherington J. Dynamic pressure testing for chronic exertional compartment syndrome in the UK military population. J R Army Med Corps. 2013;159(2):114-118.
[14] Diebal AR, Gregory R, Alitz C, Gerber JP. Effects of forefoot running on chronic exertional compartment syndrome: a case series. Int J Sports Phys Ther. 2011;6(4):312-321.
[15] Diebal AR, Gregory R, Alitz C, Gerber JP. Forefoot Running Improves Pain and Disability Associated With Chronic Exertional Compartment Syndrome. The American Journal of Sports Medicine. 2012;40(5):1060-1067.
[16] Edmundsson D, Toolanen G, Sojka P. Chronic compartment syndrome also affects nonathletic subjects: a prospective study of 63 cases with exercise-induced lower leg pain. Acta Orthop. 2007;78(1):136-142.
[17] Edwards P. Exertional compartment syndrome of the leg: steps for expedient return to activity. Phys Sports Med. 1996:371-373.
[18] Edwards PH, Wright ML, Hartman JF. A Practical Approach for the differential Diagnosis of Chronic Leg Pain in the Athlete. American Journal of Sports Medicine. 2005;33:1241-1249.
[19] Fraipont MJ, Adamson GJ. Chronic Exertional Compartment Syndrome. Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons. 2003;11(4):268-276.
[20] Franklyn-Miller A, Bilzon J, Wilson C, McCrory P. Can RSScan footscan® D3D™ software predict injury in a military population following plantar pressure assessment? A prospective cohort study. The Foot. 2014;24(1):6-10.
[21] Franklyn-Miller A, Roberts A, Hulse D, Foster J. Biomechanical overload syndrome: defining a new diagnosis. British Journal of Sports Medicine. 2012;0(2012):201209124.
[22] French E, Price W. Anterior Tibial Pain. British Medical Journal. 1962;17(2):1291-1296.
[23] Friedericson M, Wun CJ. Differential diagnosis of leg pain in the athlete. Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons. 2003;93:321- 324.
[24] Gibson AR. Chronic Exertional Compartment Syndrome and Forefoot Striking: A Case Study. International journal of athletic therapy & training. 2013;18(6):24-26.
[25] Glass GV. Testing Homogeneity of Variances. American Educational Research Journal. 1966;3(3):187. doi:10.2307/1161802.
[26] Hastings MK, Gelber JR, Isaac EJ, Bohnert KL, Strube MJ, Sinacore DR. Foot progression angle and medial loading in individuals with diabetes mellitus, peripheral neuropathy, and a foot ulcer. Gait & Posture. 2010;32(2):237-241.
[27] Hershman E, Touliopolis S. Lower Leg Pain: diagnosis and treatment of compartment syndromes and other pain syndromes of the leg. Sports Med. 1999;27:193-204.
[28] Hof AL. Scaling gait data to body size. Gait & Posture. April 1996:222-223.
[29] Huitema B. The Analysis of Covariance and Alternatives. John Wiley & Sons; 2011.
[30] Karol LA, Concha MC, Johnston CE. Gait analysis and muscle strength in children with surgically treated clubfeet. J Pediatr Orthop. 1997;17(6):790- 795.
[31] Keppel G. Design and Analysis: a Researcher's Handbook (3rd Ed.). Prentice-Hall, Inc; 1991.
[32] Levene H. Contributions to Probability and Statistics: Essays in Honour of Harold Hotlling. Stanford University Press 1960.
[33] Maganaris CN, Baltzopoulos V, Sargeant AJ. Changes in the tibialis anterior tendon moment arm from rest to maximum isometric dorsiflexion: in vivo observations in man. Clinical Biomechanics. 1999.
[34] Maganaris CN, Paul JP. In vivo human tendinous tissue stretch upon maximum muscle force generation. Journal of Biomechanics. 2000;33(11):1453-1459.
[35] Maganaris CN, Paul JP. In vivo human tendon mechanical properties. The Journal of Physiology. 1999;521 Pt 1:307-313.
[36] Malcolm P, Segers V, Van Caekenberghe I, De Clercq D. Experimental study of the influence of the m. tibialis anterior on the walk-to-run transition by means of a powered ankle-foot exoskeleton. Gait & Posture. 2009;29(1):6-10.
[37] Mavor G. The Anterior Tibial Syndrome. British Journal of Bone and Joint Surgery. 1956;38:513-517.
[38] Mohler LR, Styf JR, Pedowitz RA, Hargens AR, Gershuni DH. Intramuscular Deoxygenation during Exercise in Patients Who Have Chronic Anterior Compartment Syndrome of the Leg. J Bone Joint Surg Am. 1997;79(6):844-849.
[39] Mubarak SJ, Pedowitz RA, Hargens AR. Compartment Syndromes. Current Orthopaedics. 1989;3:36-40.
[40] Murray MP, Kory RC, Clarkson BH. Walking Patterns in Healthy Old Men. Journal of Gerontology. 1969;24(2):169-178. doi:10.1093/geronj/24.2.169.
[41] Nieuwboer AA, Weerdt WD, Dom R. Plantar force distribution in Parkinsonian gait. A comparison oetween patients and age-matched control subjects. Scandinavian journal of rehabilitation medicine 1999;31(3):185.
[42] Paik RS, Pepples D, Hutchinson MR. Chronic exertional compartment syndrome. BMJ. 2013;346(jan15_2):33.
[43] Pedowitz RA., 1990. Modified criteria for the objective diagnosis of chronic compartment syndrome of the leg. Am J Sports Med, 18, pp.35–40.
[44] Pierrynowski MR, Galea V. Enhancing the ability of gait analyses to differentiate between groups: scaling gait data to body size. January 2001:193-201.
[45] Pousson M, Pérot C, Goubel F. Stiffness changes and fibre type transitions in rat soleus muscle produced by jumping training. Pflugers Arch. 1991;419(2):127-130.
[46] Pupka A, Bogdan J, Lepiesza A, Rojek A, Szyber PP. Sport Related Compression Syndromes - Review of the Literature. Medicina Sportiva. 2010;14(2):83-89.
[47] Puranen OS. Athletes' Leg Pains. British Journal of Sports Medicine. 1979;13:92-97.
[48] Qvarfordt PP, Christenson JTJ, Eklöf BB, Ohlin PP, Saltin BB. Intramuscular pressure, muscle blood flow, and skeletal muscle metabolism in chronic anterior tibial compartment syndrome. Clin Orthop Relat Res. 1983;(179):284-290.
[49] Richard F Pell IV, Khanuja HS, Cooley GR. Leg pain in the Running athlete. Journal of the American Academy of Orthopaedic surgery. 2004;12(6):396-404.
[50] Rodgers MM. Dynamic biomechanics of the normal foot and ankle during walking and running. Phys Ther. 1988;68(12):1822-1830.
[51] Rodgers MM. Dynamic Foot Biomechanics. J Orthop Sports Phys Ther. 1995;21(6):306-316.
[52] Roscoe D, Roberts AJ, Hulse D. Intramuscular Compartment Pressure Measurement in Chronic Exertional Compartment Syndrome: New and Improved Diagnostic Criteria. The American Journal of Sports Medicine. 2014;43(2):392-398.
[53] Rowdon G, Richardson, J., Hoffman, P., Zaffer, M., Barill, E., 2001. Chronic Anterior Compmartment Syndrome and Deep Peroneal Nerve Function. Clinical Journal of Sport Medicine, 11, pp.229–233.
[54] Segers V, De Smet K, Van Caekenberghe I, Aerts P, De Clercq D. Biomechanics of spontaneous overground walk-to-run transition. J Exp Biol. 2013;216(Pt 16):3047-3054.
[55] Segers V, Lenoir M, Aerts P, De Clercq D. Influence of M. tibialis anterior fatigue on the walk-to-run and run-to-walk transition in non-steady state locomotion. Gait & Posture. 2007;25(4):639 647.
[56] Shanthikumar S, Low Z, Falvey E, McCrory P, Franklyn-Miller A. The effect of gait velocity on calcaneal balance at heel strike; Implications for orthotic prescription in injury prevention. Gait & Posture. 2010;31(1):9-12.
[57] Simic M, Wrigley TV, Hinman RS, Hunt MA, Bennell KL. Altering foot progression angle in people with medial knee osteoarthritis: the effects of varying toe-in and toe-out angles are mediated by pain and malalignment. Osteoarthr Cartil. 2013;21(9):1272-1280.
[58] Slimmon D, Bennell K, Brukner P, Crossley K, Bell SN. Long-Term Outcome of Fasciotomy with Partial Fasciectomy for Chronic Exertional Compartment Syndrome of the Lower Leg. The American Journal of Sports Medicine. 2002;30(4):581-588.
[59] Tape TG. Interpreting Diagnostic Tests. University of Nebraska Medical Center 2004: Http://Darwin.Unmc.Edu/Dxtests (Accessed November 2013).
[60] Tweed JL, Barnes MR. Is eccentric muscle contraction a significant factor in the development of chronic anterior compartment syndrome? A review of the literature. Foot (Edinb). 2008;18(3):165 170.
[61] Tzortziou V, Maffuli N, Padhiar N. Diagnosis and Management of Chronic Exertional Compartment Syndrome (CECS) in the United Kingdom. Clinical Journal of Sports Medicine. 2006;16:209-214.
[62] Vincent W, Weir J. Statistics in Kinesiology-4th Edition. Human Kinetics; 1994.
[63] Warren GL, Maher RM, Higbie EJ. Temporal patterns of plantar pressures and lower-leg muscle activity during walking: effect of speed. Gait & Posture. 2004;19(1):91-100.
[64] Willems TM, De Clercq D, Delbaere K, Vanderstraeten G, De Cock A, Witvrouw E. A prospective study of gait related risk factors for exerciserelated lower leg pain. Gait & Posture. 2006;23(1):91-98.
[65] Willems TM, Witvrouw E, De Cock A. Gait-related risk factors for exerciserelated lower-leg pain during shod running. Medicine and Science in Sports and Exercise. 2007;39(2), 330.
[66] Wilson JLA. Clinical Biomechanics. Challenges in dealing with walking speed in knee osteoarthritis gait analyses. 2012;27(3):210-212.
[67] Woo SL, Gomez MA, Amiel D, Ritter MA, Gelberman RH, Akeson WH. The effects of exercise on the biomechanical and biochemical properties of swine digital flexor tendons. J Biomech Eng. 1981;103(1):51-56.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter