KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Ki-Dos
  • Récupération dans le Sport


Morts cardiaques subites du sportif



Morts cardiaques subites du sportif
Michael S. Emery et Al.
 

Introduction


La mort subite d’un athlète est toujours un événement tragique, en opposition avec l’habituelle relation entre activité physique et bonne santé. La communauté médicale cherche à orienter les équipes afin de permettre l’identification des athlètes à risque, la prévention primaire et secondaire et le traitement. Les différents sports requièrent des niveaux divers de performance cardiaque et ces différences s’observent également au sein d’un même sport.
 

Objectif


Cette étude a pour but d’informer les soignants sur l’état actuel des connaissances concernant les athlètes présentant un risque de mort cardiaque subite (SCD).
 

Incidence de la SCD


La réelle incidence de la SCD dans la population sportive est assez controversée. Certaines études ne prennent en compte que les athlètes ayant subis la SCD alors que d’autre prennent en compte également les survivants. Drezner et Al. ont examiné une population de lycéens sportifs du Minnesota durant une période de 10 ans, en utilisant les rapports des médias à partir de la base de données Parent Heart Watch. Ils ont mis en évidence 6 cas de SCD en comparaison à 1 seul rapport d’assurance.
La variabilité des rapports entre les athlètes de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) a été mise en évidence par Harmon et al., qui a évalué les cas de SCD de 2003 à 2013 à travers 3 sources différentes :  
  • La liste des résolutions NCAA;
  • La base de données Parent Heart Watch;
  • Les demandes d’indemnisation d'assurance de la NCAA.
Les rapports de données de médias ont identifié 70% du nombre total de SCD, alors que les demandes d'indemnisation ne représentent que 11% des cas.
Corrado et Al.  ont publié une des premières études à grande échelle sur la SCD chez les sportifs de la régions du Veneto en Italie. A l’issue de la période finale de cette étude (2003-2004), l’incidence de la SCD est de 0,4 pour 100000 personnes par ans, alors que dans la période initiale de l’étude elle était de 3,6 pour 100000 avec une moyenne de 2 morts par ans pendant les 26 ans de l’étude. Ces données sont similaires à celles trouvées dans l’étude de Steinvel et Al. en Israël menée sur 30 ans avec une incidence cumulée de 2,6 pour 100000 personnes par an, soit environ 1 mort par an.
Un élément notable mis en évidence par ces études et qu’un sportif homme a 3 à 5 fois plus de chance de décéder par SCD qu’une sportive femme. De plus, les athlètes noirs ont un ratio 3,2 fois plus élevé que les athlètes blancs (données issues de la NCAA concernant les basketteurs de première division).
D’autres études vont même jusqu’à affirmer que la pratique d’une activité physique à haut niveau ou de façon intensive multiplierait le risque de 2,4 à 4,5 de présenter un accident cardiaque ou de décéder subitement par SCD en comparaison à la population non sportive ou sportive amateur. Même si l’activité sportive semble augmenter le nombre de SCD, son nombre absolu reste quand même plus élevé dans la population non sportive.
 

Prévention primaire et stratégies de screening


De nombreuses associations ont recommandé l’évaluation pré-participation (PPE) à une compétition pour les athlètes afin d’identifier ou d’évaluer le risque de problèmes cardio-vasculaires pouvant potentiellement être la cause de SCD dans la population sportive. La composition de cette PPE est le sujet de nombreuses controverses et varie en fonction des pays, des ligues et des niveaux de compétition.
  • Anamnèse et examen physique : l’American Heart Association (AHA) a publié des lignes directrices concernant cette PPE. Elle consiste à évaluer 14 points principalement. Il existe une seconde évaluation la « pre participation physical evaluation monograph 4th edition (PPE-4) fruit d’un projet commun entre 6 organisations médicales. Le tableau 2 compare l’évaluation AHA et le PPE-4. Le questionnaire PPE a été développé à partir d’un consensus médical mais n’a pas été validé par étude prospective. Une méta-analyse rapporte une sensitivité et une spécificité pour la détection d’anormalités cardiaques sérieuse de 20 et 94% respectivement pour l’anamnèse et de 9 et 97% respectivement pour l’examen physique. Une autre étude (Fudge et Al) suggère que 46% des réponses initialement positives nécessitent une autre évaluation.
  • Electrocardiographie : elle a initialement été recommandée en plus de la PPE standard en Italie et en Israël, ce qui a été confirmé par la Société Européenne de Cardiologie et le Comité International Olympique. Les données suggèrent que la sensitivité de l’ECG à mettre en évidence des risques cardio-vasculaire est meilleure que celle de la PPE. Les données recueillies en Israël (où l’ECG est demandée), dans le Minnesota (où l’ECG n’est pas demandé) et en Italie où a été mis en place un programme d’évaluation des risques par l’utilisation de l’ECG n’ont pas mis en évidence de taux différents de SCD.

Morts cardiaques subites du sportif

Causes de SCD


Les anomalies cardiaques contribuant à la SCD chez les sportifs de moins de 35 ans sont généralement classifiables en 3 catégories : électriques, acquises et structurales. (Figure 1). La plupart de ces déficiences sont héréditaires, pouvant être quiescentes mais prédisposant l’athlètes au SCD tout d’abord au travers de l’arythmie ventriculaire :
Les anomalies cardiaques électriques héréditaires sont responsables de moins de 5% des SCD aux Etats unis, moins de 4% des athlètes NCAA (National Collegiate Athletic Assocation) et 0% au Royaume Unis, Australie et Nouvelle Zélande.

Les anomalies acquises telles que le commotio cordis (choc direct sur le cœur), qui est de plus en plus signalé aux États-Unis et dans le monde ; la myocardite, qui peut avoir plusieurs causes ainsi que des facteurs environnementaux et des médicaments améliorant la performance ont été associés à la SCD chez les athlètes. Les origines anormales de l'artère coronaire, en particulier une artère coronaire provenant du mauvais sinus aortique, est une cause fréquente de SCD, retrouvée dans 7% à 17% des cas. La maladie coronarienne athéroscléreuse est une cause rare mais reconnue de SCD chez les jeunes athlètes, alors qu'elle devient le mécanisme dominant chez les athlètes plus âgés (> 60% des cas chez les athlètes de plus de 35 ans).

Les affections cardiaques structurelles héréditaires comprennent la plupart des anomalies structurelles entraînant une paralysie cérébrale chronique dans la population sportive jeune.

La cardiomyopathie hypertrophique (HCM) est souvent citée comme la cause la plus fréquente de SCD chez les jeunes athlètes de compétition, représentant 36% des causes confirmées de SCD dans le registre national américain de mort subite d'athlètes. La prévalence de HCM dans la population générale est d'environ 1 pour 500 (0,2%) mais peut en fait être moins fréquente (<0,07%) chez les athlètes. Des études plus contemporaines commencent à remettre en question la proportion de SCD attribuée à la HCM. Alpert et al. ont condensé plusieurs études publiées pour générer un risque estimé de SCD chez les sportifs dû à HCM de 0,03% à 0,1%, ce qui est comparable aux taux de mortalité publiés dans l'ensemble de la population HCM.

Morts cardiaques subites du sportif
La cardiomyopathie arythmogène du ventricule droit (CAVD) est caractérisée par un remplacement fibrolipidique du myocarde dans le ventricule droit avec une expression variable de la maladie qui peut augmenter le risque de SCD, notamment pendant l'effort. La CAVD est la cause la plus fréquente de SCD (24%) chez les athlètes. Le rôle que l'exercice physique peut jouer dans la progression de la maladie chez les personnes atteintes de CAVD génétique a évolué récemment. Dans une étude de James et al., les athlètes d'endurance ont développé des symptômes à un âge plus jeune (30 ans contre 41 ans) et étaient plus susceptibles de développer une tachycardie ventriculaire, une fibrillation ventriculaire et une insuffisance cardiaque. Dans l’étude de Sawant et al., les CAVD non-familiales étaient associées à un exercice plus intense et étaient plus susceptibles d'être retrouvées chez des athlètes d'endurance, en particulier chez les moins de 25 ans. Contrairement à la plupart des autres cas des cardiomyopathies, les sujets présentant des cas possibles ou limités de CAVD et des génotypes positifs avec phénotypes négatifs ne devraient pas participer à des sports de compétition ou même à des exercices récréatifs intenses (Classe III).

La cardiomyopathie dilatée (DCM) est une autre cause potentielle de SCD chez les athlètes. Les formes douces de DCM peuvent être difficile à distinguer du « cœur de l'athlète » avec une fraction d'éjection légèrement réduite (EF, 40% à 50%), associée à une augmentation des dimensions du ventricule gauche. Ces études ont également noté que l'EF « augmente normalement » ou devient « hyperdynamique » avec l'exercice, lorsqu'elle est observée par échocardiographie de stress.

Plusieurs études ont noté une incidence plus élevée que prévue de « cœurs morphologiquement normaux » que ce que l'on soupçonnait auparavant. Ces cas sont communément appelés syndrome de mort subite arythmique (SADS), SCD autopsie-négative, ou mort inexpliquée soudaine (SUD). La Figure 2 met en évidence la prévalence de cette SUD dans différentes populations.

Ce groupe est constitué d'un nombre important de troubles électriques primaires ou de canalopathies, mieux identifiés par autopsie moléculaire. Ce sont souvent des diagnostics difficiles à établir. Dans une étude ambitieuse réalisée en Australie et en Nouvelle-Zélande, tous les SCD chez les enfants et les jeunes adultes de 1 à 35 ans ont été étudiés de 2010 à 2012, avec les cardiomyopathies héréditaires représentant 16% des cas. Quarante pour cent des cas étaient inexpliqués à l'autopsie, mais une analyse génétique ultérieure a identifié des variantes pathogènes ou probablement pathogènes de gènes dans 27% des cas.

Morts cardiaques subites du sportif

Evaluation du risque et retour au jeu


La personne atteinte d'une maladie cardiaque identifiée représente un défi pour l'équipe de soins, la ligue / club, l'athlète et leurs proches. Prendre la décision d’évincer un athlète est complexe. L'AHA et l'American College of Cardiology Foundation ont publié des déclarations scientifiques sur les recommandations d'admissibilité et de disqualification des athlètes compétitifs atteints d'anormalités cardio-vasculaires en 1985, 1994, 2005 et 2015. Ces documents informent la communauté médicale sur les stratégies consensuelles visant à protéger l'athlète contre tout dommage tout en veillant à ne pas retirer inutilement des individus d'un mode de vie sain et sportif ou d'un sport de compétition. Les critères d'admissibilité et de disqualification ont été fondés presque exclusivement sur un consensus d'experts, avec des données limitées provenant de quelques petits registres d'observation principalement avec des syndromes congénitaux à long QT et des défibrillateurs implantables. Ceci souligne le manque d'études dans cette population unique d’athlètes asymptomatiques, et le besoin de recherches futures.
 

Plan d’action d’urgence



La réponse adaptée à ce type d’accident doit être abordée avec les athlètes. Un athlète ayant subi un arrêt cardiaque peut être réanimé efficacement avec une reconnaissance rapide, une réanimation cardio-pulmonaire rapide et l'application d'un défibrillateur externe automatisé. Une étude de Weisfeldt et al. a démontré qu'une application rapide d'un DEA est associée à une plus grande probabilité de survie. Une prévention efficace nécessite l'intégration d'une formation adéquate (y compris pour les entraîneurs), un accès rapide aux DEA fonctionnels et une communication efficace avec le service d’urgence local ainsi que l'examen régulier de ces compétences et la répétition du plan d'action d'urgence.
 

Conclusion



La mort cardiaque subite chez l'athlète est un événement rare mais catastrophique pour les familles, les équipes, les ligues et les communautés. L'équipe de soins cardiaques doit être informée des stratégies permettant d'identifier les personnes à risque et de réagir aux événements. Une meilleure épidémiologie est nécessaire pour identifier ceux qui sont les plus à risque, et les registres longitudinaux devraient suivre les participants présentant des anomalies spécifiques. Des essais observationnels ou randomisés doivent être réalisés pour tester des hypothèses concernant certaines des stratégies de gestion alternatives avec équilibre clinique. C'est le rôle du professionnel de comprendre les problèmes et d'informer les athlètes à risque.
 

Article original



Sudden Cardiac Death in Athletes, Michael S. Emery et AL. Jacc Heart Failure, Vol 6, No 1, 2018
http://dx.doi.org/10.1016/j.jchf.2017.07.014

Références
1. Van Camp SP, Bloor CM, Mueller FO, Cantu RC, Olson HG. Nontraumatic sports death in high school and college athletes. Med Sci Sports Exerc 1995;27:641–7.
2.Corrado D, Basso C, Pavei A, Michieli P, Schiavon M, Thiene G. Trends in sudden cardio- vascular death in young competitive athletes after implementation of a preparticipation screening program. JAMA 2006;296:1593–601.
3. Holst AG, Winkel BG, Theilade J, et al. Incidence and etiology of sports-related sudden cardiac death in Denmark: implications for pre- participation screening. Heart Rhythm 2010;7: 1365–71.
4. Solberg EE, Gjertsen F, Haugstad E, Kolsrud L. Sudden death in sports among young adults in Norway. Eur J Prev Cardiol 2010;17:337–41.
5. Roberts WO, Stovitz SD. Incidence of sudden cardiac death in Minnesota high school athletes 1993-2012 screened with a standardized pre- participation evaluation. J Am Coll Cardiol 2013; 62:1298–301.
6. Maron BJ, Haas TS, Murphy CJ, Ahluwalia A, Rutten-Ramos S. Incidence and causes of sudden death in U.S. college athletes. J Am Coll Cardiol 2014;63:1636–43.
7. Harmon KG, Zigman M, Drezner JA. The effec- tiveness of screening history, physical exam, and ECG to detect potentially lethal cardiac disorders in athletes: a systematic review/meta-analysis. J Electrocardiol 2015;48:329–38.
8. Maron BJ, Doerer JJ, Haas TS, Tierney DM, Mueller FO. Sudden deaths in young competitive athletes: analysis of 1866 deaths in the United States, 1980-2006. Circulation 2009;119:1085–92.
9. Steinvil A, Chundadze T, Zeltser D, et al. Mandatory electrocardiographic screening of ath- letes to reduce their risk for sudden death proven fact or wishful thinking? J Am Coll Cardiol 2011;57: 1291–6.
10. Marijon E, Tafflet M, Celermajer DS, et al. Sports-related sudden death in the general pop- ulation. Circulation 2011;124:672–81.
11. Drezner JA, Harmon KG, Marek JC. Incidence of sudden cardiac arrest in Minnesota high school student athletes: the limitations of catastrophic insurance claims. J Am Coll Cardiol 2014;63: 1455–6.
12. Harmon KG, Asif IM, Maleszewski JJ, et al. Incidence and etiology of sudden cardiac arrest and death in high school athletes in the United States. Mayo Clin Proc 2016;91: 1493–502.
13. Corrado D, Basso C, Rizzoli G, Schiavon M, Thiene G. Does sports activity enhance the risk of sudden death in adolescents and young adults? J Am Coll Cardiol 2003;42:1959–63.
14. Toresdahl BG, Rao AL, Harmon KG, Drezner JA. Incidence of sudden cardiac arrest in high school student athletes on school campus. Heart Rhythm 2014;11:1190–4.
15. Marijon E, Uy-Evanado A, Reinier K, et al. Sudden cardiac arrest during sports activity in middle age. Circulation 2015;131:1384–91.
16. Stecker EC, Reinier K, Marijon E, et al. Public health burden of sudden cardiac death in the United States. Circ Arrhythm Electrophysiol 2014; 7:212–7.
17. Maron BJ, Levine BD, Washington RL, Baggish AL, Kovacs RJ, Maron MS. Eligibility and disqualification recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities: task force 2: preparticipation screening for cardiovas- cular disease in competitive athletes: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66:2356–61.
18. Maron BJ, Thompson PD, Ackerman MJ, et al. Recommendations and considerations related to preparticipation screening for cardiovascular
abnormalities in competitive athletes: 2007 up- date: a scientific statement from the American Heart Association Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism. Circulation 2007;115: 1643–55.
19. Maron BJ, Thompson PD, Puffer JC, et al. Cardiovascular preparticipation screening of competitive athletes: a statement for health pro- fessionals from the Sudden Death Committee (Clinical Cardiology) and Congenital Cardiac De- fects Committee (Cardiovascular Disease in the Young), American Heart Association. Circulation 1996;94:850–6.
20. Corrado D, Pelliccia A, Bjørnstad HH, et al. Cardiovascular pre-participation screening of young competitive athletes for prevention of sudden death: proposal for a common European protocol. Eur Heart J 2005;26:516–24.
21. American Academy of Family Physicians AAoP, American College of Sports Medicine, American Medical Society for Sports Medicine, American Orthopaedic Society for Sports Medicine, American Osteopathic Academy of Sports Medicine. In: Bernhardt D, Roberts W, editors. Preparticipation physical evaluation. 4th edition. Elk Grove Village, IL: American Academy of Pediatrics; 2012.
22. Drezner JA, O’Connor FG, Harmon KG, et al. AMSSM position statement on cardiovascular preparticipation screening in athletes: current evidence, knowledge gaps, recommendations, and future directions. Clin J Sport Med 2016;26:347–61.
23. Maron BJ, Friedman RA, Kligfield P, et al. Assessment of the 12-lead electrocardiogram as a screening test for detection of cardiovascular disease in healthy general populations of young people (12-25 years of age): a scientific statement from the American Heart Association and the American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2014;64:1479–514.
24. Madsen NL, Drezner JA, Salerno JC. Sudden cardiac death screening in adolescent athletes: an evaluation of compliance with national guidelines. Br J Sports Med 2013;47:172–7.
25. Caswell SV, Cortes N, Chabolla M, Ambegaonkar JP, Caswell AM, Brenner JS. State-specific differences in school sports pre- participation physical evaluation policies. Pediat- rics 2015;135:26–32.
26. Lawless CE, Erickson C, Kugler J, et al. Under- utilization of major athlete screening and partici- pation guidelines: an opportunity of improvement (abstr). J Am Coll Cardiol 2014;63:A1665.
27.Glover DW, Maron BJ. Profile of pre- participation cardiovascular screening for high school athletes. JAMA 1998;279:1817–9.
28.Pfister GC, Puffer JC, Maron BJ. Pre- participation cardiovascular screening for us col- legiate student-athletes. JAMA 2000;283:1597–9.
29. Dunn TP, Pickham D, Aggarwal S, et al. Limi- tations of current AHA guidelines and proposal of new guidelines for the preparticipation examina- tion of athletes. Clin J Sport Med 2015;25:472–7.
30. Drezner JA, Prutkin JM, Harmon KG, et al. Cardiovascular screening in college athletes. J Am Coll Cardiol 2015;65:2353–5.
31. Fudge J, Harmon KG, Owens DS, et al. Cardio- vascular screening in adolescents and young adults: a prospective study comparing the Pre-participation Physical Evaluation Monograph 4th edition and ECG. Br J Sports Med 2014;48:1172–8.
32. Bille K, Figueiras D, Schamasch P, et al. Sudden cardiac death in athletes: the Lausanne Recom- mendations. Eur J Prev Cardiol 2006;13:859–75.
33. Terlep S. Getting to the heart of the matter: should NCAA require EKG testing? The Wall Street Journal, May 27, 2015. Available at: http://www. wsj.com/articles/getting-to-the-heart-of-the- matter-should-ncaa-require-ekg-testing-1432749315. Accessed November 9, 2016.
34. Jauhar S. EKG screening for college athletes. The NY Times, January 26, 2016. Available at: http://www.nytimes.com/2016/01/26/opinion/ ekg-screening-for-college-athletes.html?_r=0. Accessed November 9, 2016.
35. Emery MS. Using EKGs for athletes (letter to the editor). The NY Times, February 4, 2016. Available at: http://www.nytimes.com/2016/02/ 05/opinion/using-ekgs-for-athletes.html. Accessed November 9, 2016.
36. de Noronha SV, Sharma S, Papadakis M, Desai S, Whyte G, Sheppard MN. Aetiology of sudden cardiac death in athletes in the United Kingdom: a pathological study. Heart 2009;95: 1409–14.
37. Bagnall RD, Weintraub RG, Ingles J, et al. A prospective study of sudden cardiac death among children and young adults. N Engl J Med 2016;374:2441–52.
38. Maron BJ, Gohman TE, Kyle SB, Estes IN, Link MS. Clinical profile and spectrum of commotio cordis. JAMA 2002;287:1142–6.
39. Maron BJ, Ahluwalia A, Haas TS, Semsarian C, Link MS, Estes NAM III Global epidemiology and demographics of commotio cordis. Heart Rhythm 2011;8:1969–71.
40. Basso C, Carturan E, Corrado D, Thiene G. Myocarditis and dilated cardiomyopathy in ath- letes: diagnosis, management, and recommenda- tions for sport activity. Cardiol Clin 2007;25: 423–9.
41. Dhar R, Stout CW, Link MS, Homoud MK, Weinstock J, Estes NA III. Cardiovascular toxicities of performance-enhancing substances in sports. Mayo Clin Proc 2005;80:1307–15.
42. Yankelson L, Sadeh B, Gershovitz L, et al. Life- threatening events during endurance sports: is heat stroke more prevalent than arrhythmic death? J Am Coll Cardiol 2014;64:463–9.
43. Harmon KG, Drezner JA, Maleszewski JJ, et al. Pathogeneses of sudden cardiac death in national collegiate athletic association athletes. Circ Arrhythm Electrophysiol 2014;7:198–204.
44. Thompson PD, Funk EJ, Carleton RA, Sturner WQ. Incidence of death during jogging in Rhode Island from 1975 through 1980. JAMA 1982;247:2535–8.
45. Bohm P, Scharhag J, Meyer T. Data from a nationwide registry on sports-related sudden cardiac deaths in Germany. Eur J Prev Cardiol 2016;23:649–56.
46. Suárez-Mier MP, Aguilera B, Mosquera RM, Sánchez-de-León MS. Pathology of sudden death during recreational sports in Spain. Forensic Sci Int 2013;226:188–96.
47. Gersh BJ, Maron BJ, Bonow RO, et al. 2011 ACCF/AHA guideline for the diagnosis and treat- ment of hypertrophic cardiomyopathy: a report of the American College of Cardiology Foundation/ American Heart Association Task Force on Practice Guidelines Developed in Collaboration With the American Association for Thoracic Surgery, American Society of Echocardiography, American Society of Nuclear Cardiology, Heart Failure Society of America, Heart Rhythm Society, Society for Cardiovascular Angiography and Interventions, and Society of Thoracic Surgeons. J Am Coll Cardiol 2011;58:212–60.
48. Basavarajaiah S, Wilson M, Whyte G, Shah A, McKenna W, Sharma S. Prevalence of hypertrophic cardiomyopathy in highly trained athletes: rele- vance to pre-participation screening. J Am Coll Cardiol 2008;51:1033–9.
49. Corrado D, Basso C, Schiavon M, Thiene G. Screening for hypertrophic cardiomyopathy in young athletes. N Engl J Med 1998;339:364–9.
50. Alpert C, Day SM, Saberi S. Sports and exercise in athletes with hypertrophic cardiomyopathy. Clin Sports Med 2015;34:489–505.
51. Maron BJ, Rowin EJ, Casey SA, Maron MS. How hypertrophic cardiomyopathy became a contemporary treatable genetic disease with low mortality. JAMA Cardiology 2016;1:98.
52. Marcus FI, McKenna WJ, Sherrill D, et al. Diagnosis of arrhythmogenic right ventricular cardiomyopathy/dysplasia. Eur Heart J 2010;31: 806–14.
53. Eckart RE, Scoville SL, Campbell CL, et al. Sudden death in young adults: a 25-year review of autopsies in military recruits. Ann Intern Med 2004;141:829–34.
54. Eckart RE, Shry EA, Burke AP, et al. Sudden death in young adults: an autopsy-based series of a population undergoing active surveillance. J Am Coll Cardiol 2011;58:1254–61.
55. James CA, Bhonsale A, Tichnell C, et al. Exer- cise increases age-related penetrance and arrhythmic risk in arrhythmogenic right ventricular dysplasia/cardiomyopathy-associated desmo- somal mutation carriers. J Am Coll Cardiol 2013; 62:1290–7.
56. Sawant AC, Bhonsale A, te Riele ASJM, et al. Exercise has a disproportionate role in the patho- genesis of arrhythmogenic right ventricular dysplasia/cardiomyopathy in patients without desmosomal mutations. J Am Heart Assoc 2014;3: e001471.
57. Maron BJ, Udelson JE, Bonow RO, et al. Eligibility and disqualification recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities: task force 3: hypertrophic cardio- myopathy, arrhythmogenic right ventricular cardiomyopathy and other cardiomyopathies, and myocarditis: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66: 2362–71.
58. Abergel E, Chatellier G, Hagege AA, et al. Serial left ventricular adaptations in world-class professional cyclists: implications for disease screening and follow-up. J Am Coll Cardiol 2004; 44:144–9.
59. Engel DJ, Schwartz A, Homma S. Athletic cardiac remodeling in us professional basketball players. JAMA Cardiology 2016;1:80–7.
60. Gati S, Chandra N, Bennett RL, et al. Increased left ventricular trabeculation in highly trained athletes: do we need more stringent criteria for the diagnosis of left ventricular non-compaction in athletes? Heart 2013;99:401.
61. Beaudry R, Haykowsky MJ, Baggish A, La Gerche A. A modern definition of the athlete’s heart—for research and the clinic. Cardiol Clin 2016;34:507–14.
62. Finocchiaro G, Papadakis M, Robertus JL, et al. Etiology of sudden death in sports: insights from a United Kingdom regional registry. J Am Coll Cardiol 2016;67:2108–15.
63. van der Werf C, Hofman N, Tan HL, et al. Diagnostic yield in sudden unexplained death and aborted cardiac arrest in the young: the experience of a tertiary referral center in The Netherlands. Heart Rhythm 2010;7:1383–9.
64. Behr ER, Dalageorgou C, Christiansen M, et al. Sudden arrhythmic death syndrome: familial evaluation identifies inheritable heart disease in the majority of families. Eur Heart J 2008;29: 1670–80.
65. Mitchell J, Maron B, Epstein S. 6th Bethesda Conference: cardiovascular abnormalities in the athlete: recommendations regarding eligibility for competition. J Am Coll Cardiol 1985;6: 1186–232.
66. Maron BJ, Mitchell JH. 26th Bethesda Con- ference: recommendations for determining eligi- bility for competetion in athletes with cardiovascular abnormalities. J Am Coll Cardiol 1994;24:845–7.
67. Maron BJ, Zipes DP. Introduction: Eligibility recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities—general consider- ations. J Am Coll Cardiol 2005;45:1318–21.
68. Maron BJ, Zipes DP, Kovacs RJ. Eligibility and disqualification recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities: pre- amble, principles, and general considerations: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66:2343–9.
69. Johnson JN, Ackerman MJ. Return to play? Athletes with congenital long QT syndrome. Br J Sports Med 2013;47:28–33.
70. Johnson JN, Ackerman MJ. Competitive sports participation in athletes with congenital long QT syndrome. JAMA 2012;308:764–5.
71. Lampert R, Olshansky B, Heidbuchel H, et al. Safety of sports for athletes with implantable cardioverter-defibrillators: results of a prospec- tive, multinational registry. Circulation 2013;127: 2021–30.
72. Zipes DP, Link MS, Ackerman MJ, Kovacs RJ, Myerburg RJ, Estes NA III Eligibility and disquali- fication recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnormalities: task force 9: arrhythmias and conduction defects: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66:2412–23.
73. Ackerman MJ, Zipes DP, Kovacs RJ, Maron BJ. Eligibility and disqualification recom- mendations for competitive athletes with car- diovascular abnormalities: task force 10: the cardiac channelopathies: a scientific statement from the American Heart Association and Amer- ican College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66:2424–8.
74. Barry MJ, Edgman-Levitan S. Shared decision making—the pinnacle of patient-centered care. N Engl J Med 2012;366:780–1.
75. Weisfeldt ML, Sitlani CM, Ornato JP, et al. Survival after application of automatic external defibrillators before arrival of the emergency medical system: evaluation in the resuscitation outcomes consortium population of 21 million. J Am Coll Cardiol 2010;55: 1713–20.
76. Drezner JA, Courson RW, Roberts WO, Mosesso VN, Link MS, Maron BJ. Inter-association task force recommendations on emergency pre- paredness and management of sudden cardiac arrest in high school and college athletic pro- grams: a consensus statement. J Athl Train 2007; 42:143–58.
77. Link MS, Myerburg RJ, Estes NA III. Eligibility and disqualification recommendations for competitive athletes with cardiovascular abnor- malities: task force 12: emergency action plans, resuscitation, cardiopulmonary resuscitation, and automated external defibrillators: a scientific statement from the American Heart Association and American College of Cardiology. J Am Coll Cardiol 2015;66:2434–8.
78. Hainline B, Drezner JA, Baggish A, et al. Interassociation consensus statement on cardio- vascular care of college student-athletes. J Am Coll Cardiol 2016;67:2981–95.
79. Chandra N, Bastiaenen R, Papadakis M, Sharma S. Sudden cardiac death in young athletes: practical challenges and diagnostic dilemmas. J Am Coll Cardiol 2013;61:1027–40.



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter

Kinesport - 0810 821 001- secretariat@kinesport.fr - Mentions Légales