KINESPORT : Formations continues en kinésithérapie du sport et thérapie manuelle.
KINESPORT KINESPORT


  • BFR
  • KSP_Belgique
  • KSP_Toulouse
  • Masterclass
  • Genou
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert
  • Formation Puncture Kinésithérapique
  • Formation EBOAS
  • Formation Kinésithérapie du Sport Expert à Lyon


Muscle et Excentrique : des questions et des reflexions !



La connaissance du muscle et de son architecture relève aujourd’hui d’un nombre considérable d’études.
 
Le type de renforcement et son impact architectural est largement publié. Par exemple ; et encore dans cette dernière étude de duhig et al. (Sports Medicine Australia.2019), « Effect of concentric and eccentric hamstring training on sprint recovery, strength and muscle architecture in inexperienced athletes », le travail excentrique pendant 5 semaines augmente la longueur fasciculaire et diminue l’angle de pennation (l’inverse du concentrique). Cela est évidemment significatif en terme de performance et en terme de prévention. ( remarque : le travail excentrique ici est réalisé par un Nordic Hamstring NH

Ces résultats sont largement référencés dorénavant. Les questions restant à se poser, sont le quand, comment, combien et des publications  vont dans ce sens.  

La force n’est pas la priorité dans la prévention des blessures et dans la reprise après lésion musculaire même si elle est importante mais , la cohérence architecturale oui. Encore faut il maîtriser les effets et les doses ! 
 
figure : rouge groupe ecc, vert groupe con


Dans le cadre des doses, BOGDANIS et Al., à écrit dans le journal official du collège américain de médecine du sport en 2017, « Muscle Fiber and Performance Changes after Fast Eccentric Complex Training”, que le fast eccentric à charge légère  ( en opposition au slow), combiné au travail dynamique  ballistique et plyométrique , à faible charge, était très efficace sur les paramètres de : leg muscle poxwer, RFD, maximal strength, CSA ( cross sectional area) dans tous les types de fibres, sans aucune réduction du nb de fibres IIA et IIX et cela en 6 semaines. 

Cette conclusion, identique à celles d’autres études, nous montre que les charges lourdes en excentrique ne sont pas une  solution évidente. 
 

En 2019, dans la revue Sports,  Bogdanis, à nouveau,  publie «  Rate of Force Development and Muscle Architecture after Fast and Slow Velocity Eccentric Training ».  18 sportifs pendant 6 semaines à raison de 2 séances par semaine,  des séries de squatt, à vitesse rapide  à charge légère pour un groupe ( fast eccentric ) , l’autre à vitesse lente et à charge lourde ( slow eccentric).  

Les résultats nous montrent que le groupe fast, est plus efficace pour un gain rapide de force, et permet un allongement de la longueur fascicualire contrairement au groupe Slow. 

Selon ces études, les gains en longueur fasciculaire ne sont pas uniquement liés au travail excentrique mais à sa charge légère et sa vitesse d’éxécution.

Rappelons que beaucoup d’études montrant cette augmentation, portent sur la pratique du Nordic Hamstring (donc en charges légères) 
Arnaud BRUCHARD

figure : longueur fasciculaire
Longueur fasciculaire

 
Faire de l’excentrique oui ! mais pas n’importe comment !

En savoir plus ? 

Ces concepts sont
-  étudiés en formation kiné du sport Expert , Plus de renseignement cliquer ICI  

 - développés en formation EBOAS ( préparation physique et reeéntrainement ). Plus de renseignement cliquer ICI 



Instagram Twitter Facebook Inscription Newsletter